Les brèves du PIF...

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

31032012

Message 

Les brèves du PIF...




Dans "Les brèves du PIF", votre nouveau rendez-vous hebdomadaire sur BFN. Je vous présenterai chaque semaine l’évolution des parts de marché de nos opérateurs Français. Alors que l'ensemble des Fai's ont publié leurs résultats pour l'année 2011, il convient de faire le point sur les positions respectives des uns et des autres dans le haut et très haut débit.


Commençons par un récapitulatif des parts de marché pour l’année 2011. Cela confirme, les tendances observées pour les parts de conquête sur l'ensemble de l'année 2011.

Orange remonte à partir du troisième trimestre. La tendance de ces bons chiffres devra être confirmée. Ne serait-ce que pour retrouver les chiffres de fin 2010. Ce sera déjà pas mal. Le fait que la tendance soit positive est à noter.

SFR s’enfonce et le début 2012 risque d’être encore assez terne. L’accent commercial va certainement porter certainement sur le mobile, au détriment de l’ADSL ?

Free a retrouvé des couleurs avec le lancement de sa V6, Free Mobile va t-il lui donner un coup de fouet ? Il lui faudrait déjà garder les Aliciens.

Bouygues Telecom continue à être sur un nuage. A voir si l’arrivée de Free Mobile ne va pas lui porter préjudice. En tout cas le fait de s’être lancé dans l’ADSL et surtout d’avoir lancé le 4P, lui a permis de devenir un FAI qui compte et de fidéliser ses clients mobiles. Objectif largement atteint.

Numéricâble et Darty vivotent depuis des années. A eux deux ils vont finir par peser moins que Bouygues Télécom.

Bref 2012 devrait être passionnant avec l’impact de l’arrivée de Free Mobile et le lancement d’une offre ADSL pour Virgin Mobile et La Poste Mobile. Le quadruple Play et les économies qu’il engendre va devenir le must du marché.

Méthodologie : Les chiffres sont tirés des communiqués des opérateurs. Les chiffres de Darty et de Numéricâble sont arrêtés à octobre et septembre. Pour Numéricâble, il manque les résultats de Complétel.

A noter que Free, Bouygues Télécom et SFR ne détaillent pas entre clients ADSL et clients Fibre Optique... De la transparence ne serait pas de trop !

Sources : Orange, SFR, Iliad, Bouygues Télécom, Darty, Numéricâble.




Dernière édition par Hammett le Dim 1 Avr 2012 - 9:47, édité 1 fois

Hammett


Nombre de messages : 1861
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Les brèves du PIF... :: Commentaires

Message le Lun 17 Sep 2012 - 7:53 par Hammett

A l’occasion du lancement de ses offres prépayés, Bouygues Telecom a annoncé que B&You son offre sans engagement avait atteint la barre de 570 000 clients.
Par rapport au nombre de clients au 30 juin, cela représente 6,4%.
Lors de la présentation des résultats le 28 août, Bouygues annonçait 452 000 clients sous cette marque (hausse de 199 000 clients par rapport au premier trimestre), la progression serait donc de 118 000 en quelques jours. Enorme non ?
Toujours est-il que cela est aussi un élément qui pèse sur les relatifs mauvais résultats financiers de Bouygues Telecom (pas de forfait, pas de chocolat).

Cela commence à prendre de fortes proportions. En comparaison, chez Orange, Sosh avec 367 000 (hausse de 157 000 clients par rapport au premier trimestre) représente 1,4% du nombre total des clients. Chez SFR, Red avec 300 000 (hausse de 100 000 clients par rapport au premier trimestre) représente également 1,4% du nombre total des clients.

Certains experts (Le Monde, 12/09) estiment que le segment des offres Sim Only pourrait bouger plus rapidement que prévu : "Début 2012, on pensait que ce nouveau segment plafonnerait à 15 % du marché. Mais vu le succès des offres low-cost (B & You a recruté 570 000 clients), le curseur pourrait vite atteindre 25 % à 30 %".

En rajoutant les clients chez Free Mobile, le total atteint 4,837 000 clients. Il faudrait y adjoindre les offres classiques des opérateurs avec qui sont proposées « Sim Only » pour avoir une idée plus précise, mais pour le moment, cela représente 7,2% du nombre total de clients au 30 juin.

Une question se pose : le Sim Only n’est-il qu’un marché d'attente ?
Ou le client est en attente d’une subvention de la part d’un opérateur pour s’offrir le dernier Smartphone.
Au vu du nombre de clients et du prix des forfaits, mais aussi des possibilités de crédit proposées, la réponse à la question serait plutôt qu’un à un sas, la tendance serait plutôt à un développement d’un nouveau mode de consommation.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 18 Sep 2012 - 7:52 par Hammett

Alors qu’il y a quelques semaines, la Commission Européenne (Nouvel Obs, 14/08) semblait encline à approfondir les conditions de la vente (Les Echos, 16/01) de la filiale autrichienne d’Orange à un groupe de Hong-Kong, Hutchinson, finalement l’acheteur a annoncé (Reuters, 23/08) avoir conclu un accord de principe avec la Commission en proposant d'ouvrir son réseau à des tiers afin de permettre l'entrée sur le marché de nouveaux acteurs s'il parvient à racheter Orange Autriche.

Toutefois, selon Challenges (13/09), cela ne devrait pas empêcher la Commission Européenne d’émettre des griefs.

Orange devrait donc recevoir près de 70 millions d’euros. Orange n’est qu’à hauteur de 35% de sa filiale, le reste étant détenu par Mid Europa Partners.
Orange Austria à fin 2010 détenait une part de marché de 18%. Le numéro un est Telekom Austria avec 42%, suivi de T-Mobile (Deutsche Telekom) avec 31%, Hutchinson étant le quatrième avec 9% de pdm.

D’autres pays sont concernés par la consolidation du secteur des opérateurs mobiles : Espagne, Allemagne, et Italie.

Dernière édition par Hammett le Mer 19 Sep 2012 - 7:54, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 19 Sep 2012 - 7:53 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°19

La Poste Mobile
Cela bouge avec La Poste. Le Mvno n’a recruté que 4000 clients depuis les 6 derniers mois et compte maintenant 554 000 clients. Le Mvno vise 2 à 2,5 millions à fin 2015.
Est-ce vraiment raisonnable ? Le Mvno doit toujours lancer une offre ADSL sur le réseau de SFR. Pour début 2013 ?
Source : ZdNet

SFR
La future offre révolutionnaire de SFR sera dévoilée le 24 septembre. En attendant c’est Zdnet qui en dit un peu plus : "...Cette offensive sera détaillée le 24 septembre prochain lors d'une conférence de presse. L'invitation donne quelques indices. On parle ainsi de 'dual carrier' qui fait référence à la 3G+ à 42 Mb/s actuellement en cours de déploiement en attendant la 4G, mais aussi de mystérieux "Services Carré Gold" qui doit faire référence aux services innovants évoqués.
On y voit également une référence à une offre à 29,99 euros par mois qui pourrait évoquer un forfait haut débit + mobile illimité facturée à ce prix.


Une bonne surprise ? Le suspense est à son comble...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 20 Sep 2012 - 7:49 par Hammett

Le cloud gaming arrive chez Orange via sa new tv et va proposer deux formules : un Pass découverte à 5€ et un Pass premium à 10€/mois. Les jeux pourront être loués à la journée ou à la semaine. Ces services devraient être en proposés pour les décodeurs les plus récents et bien être complétement à l’aise avec la prochaine génération de décodeur et Livebox dont la sortie est prévue vers la fin de l’année. D’ailleurs, en complément, la boutique en ligne d'Orange propose désormais une manette de jeu "compatible avec le décodeur TV d'Orange".

Pour rappel, ce service est déjà présent sur la box « Evolution » de SFR (en partenariat avec G-Cluster) et « Sensation » de Bouygues (en partenariat avec Playcast). Free ayant préféré la méthode du téléchargement sur sa box « Révolution ».
Le développement de ce service permet aux éditeurs de limiter le piratage et aux opérateurs d’être un peu plus présents sur les loisirs numériques du foyer et d’augmenter l’ARPU (revenu par abonné).

Reste à savoir si cela va répondre à un besoin. A priori, il n'y a pas de raisons. Pour Orange, cela vient après des offres sur la musique avec Deezer, de l'image avec Dailymotion et de la lecture avec Read'n Go.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 21 Sep 2012 - 7:58 par Hammett

Alors que dans le cadre de son conflit avec Canal+ sur le rachat de TPS, L’autorité de la Concurrence souhaite un autre actionnaire pour remplacer Canal+ dans Orange Cinéma Séries, deux nouvelles pour le bouquet.
D’abord, il va changer de nom. Il va devenir OCS et ainsi il sera plus « vendable » car il ne sera plus directement associé au nom d’Orange. D’autre part selon la presse spécialisée, le bouquet aurait atteint 700 000 clients dont 300 000 via CanalSat. Sa distribution via ce canal lui fait manifestement du bien.
Malheureusement, lors de sa présentation des résultats trimestriels, Orange n’a pas donné de chiffres sur la chaine.

Pour rappel, l’objectif pour Orange (Figaro, 09/04).est d’atteindre est " le petit équilibre d'ici à trois ans et table, à terme, sur 2,5 millions d'abonnés". La stratégie va être "d'acheter les programmes différemment. Sans abandonner le cinéma français et européen, nous allons nous concentrer davantage sur les séries pour lesquelles nous avons un réel savoir-faire. De même, il nous semble important de segmenter différemment notre offre en
la rendant plus féminine notamment
"

De son coté, Le Point (06/09) annonce que BeIn Sport aurait atteint 600 000 abonnés. De plus : "Selon nos informations, les FAI ne constatent pas de désabonnement significatif du côté de Canal +, ce qui suppose que les foyers - du moins ceux qui le peuvent - cumulent les deux abonnements."
La question se pose : à quelle sera date sera atteint le million d’abonnés ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 25 Sep 2012 - 7:50 par Hammett

Alors que Canal+ s’est vu autorisé le Le Monde (19/08) rachat de Direct8 et Direct Star par le CSA, l’autre sujet majeur est toujours sa guérilla juridique contre l’Autorité de la Concurrence à propos de la fusion TPS/Canal+. Le feuilleton risque d’être encore un peu long.

Engrenages
Afin d’établir de la concurrence sur la télévision payante suite à la fusion TPS/Canal+ et à ses suites, L’Autorité de la Concurrence a infligé le 23 juillet dernier une dizaine d'injonctions au groupe Canal+.
Celui-ci est obligé de céder sa participation dans le bouquet Orange Cinéma Séries (Orange), à changer sa politique d'achat de droits cinématographiques et à avoir des règles claires pour la distribution des chaînes indépendantes.
Canal+ les refuse et avait déposé un référé auprès du Conseil d’Etat afin d’obtenir une suspension de ses injonctions. Le Conseil d’Etat vient de refuser la demande de Canal+, arguant que cette demande n’avait pas un caractère d’urgence comme il convient pour une procédure en référé.
Une première manche est perdue.

Damage
Reste que Canal+ a déposé deux recours au fond en Conseil d'Etat contre les décisions de septembre 2011 et de juillet 2012. Elle a aussi posé une question prioritaire de constitutionnalité, que le Conseil constitutionnel doit bientôt trancher.
Ces recours seront examinés par la Conseil d’Etat. Pour rappel, c’est cette juridiction qui doit être saisie pour des affaires ou sont concernés des autorités administratives et par le Conseil Constitutionnel pour annuler simplement la procédure par incapacité juridique de l’Autorité de la Concurrence à se saisir du dossier…

Homeland
Parallèlement, Bertrand Meheut annonce au quotidien Les Echos (20/09) que l’arrivée de BeIn Sport a des conséquences pour Canal+ : «La communication de BeIn Sport amène une confusion dans la compréhension par le public de nos offres. Nous avons vu nos ventes fléchir sur août et septembre. Nous l'expliquons également par l'inquiétude des ménages sur la situation économique. Cela veut dire que notre croissance sera un peu plus faible que ce que nous imaginions»

Sources : L’Express (14/09), Bfmtv (19/09)

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 26 Sep 2012 - 7:42 par Hammett

SFR vient de mettre un coup de neuf sur ses offres Carré, Red et ADSL (Zdnet, 24/09).

SFR à la relance ?
A noter que les offres moyen/haut de gamme intègrent une deuxième carte sim (pour une clé 3G et/ou une tablette), ce qi permet de mutualiser son volume data. D’autre part le « Dual Carrier» ou H+ chez Orange est intégré sans surcoût dans ces mêmes offres. Deux bonnes choses.

Globalement, c’est plus un « nettoyage » qu’autre chose. Pas évident que SFR se relance avec ces nouvelles offres. Reste plus qu’à attendre la prochaine sortie de l’offre « révolutionnaire » pour juger de la cohérence du catalogue.

Il faut se rappeler, que sur le segment des forfaits, c’est SFR qui souffre le moins. Ce qui peut expliquer l’attitude de SFR qui ne baisse pas (ou très peu) sa gamme de prix. Par contre, sur l’ADSL c’est anémique depuis plusieurs trimestres, ce toilettage suffira-t-il à relancer la marque ?

Comparaisons
A noter que les offres Carré de SFR comptent six millions d'abonnés. Au mois de mai lors de sa refonte de son offre Origami, Orange annonçait (Zdnet, 30/05) 4,5 millions de clients sur son cœur de gamme.
L’offre sans engagement Red compte 460 000 clients (soit 1,7% de sa clientèle au 30 juin), soit une augmentation de 160 000 depuis fin juin. Ce gain est constitué par 80% de clients SFR.
Il y a quelques jours Bouygues avait annoncé que B&You avait atteint la barre de 570 000 clients (soit 6,4% de sa clientèle), alors que ce chiffre était de 452 000 au 30 juin. Orange de son coté annonçait 367 000 clients (soit 1,4% de sa clientèle) au 30 juin et n’a pas donné de chiffres depuis.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 27 Sep 2012 - 7:52 par Hammett

Alors que le phénomène est balbutiant en France, la lecture de la presse sous un format numérique semble s’installer dans le monde anglo-saxon. Cela permet que les revenus des abonnements soient supérieurs à eux de la publicité.

C’est Le Figaro (08/08) qui donne l’info : "Le New York Times compte 509.000 abonnés numériques, contre 454.000 à fin mars. Dans deux ans, ils pourraient dépasser les abonnés des éditions papier, aujourd'hui au nombre de 780.000. Ce cap vient d'être franchi par le Financial Times. Le quotidien économique revendique plus de 300.000 abonnés numériques (+ 31 %) au premier semestre, sur près de 600.000 abonnés au total."

A quand le même phénomène en France ? Selon les chiffres d’avril 2012 publié par Electron Libre, cela représente 3,6% des ventes avec 42 000 abonnements. Le plus en avance est le quotidien Le Monde avec un peu plus de 25 000 abonnements, ce qui représente 8,7% des ventes.
Il y a encore un peu de chemin. Mais la voie est tracée.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 27 Sep 2012 - 8:27 par Alain Saillard

Ceux qui font le ménage ont tout intérêt à faire disparaître les piles de journaux et magazines qui encombrent sans parfois avoir été lus !

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 28 Sep 2012 - 7:45 par Hammett

Stéphane Richard, le pédégé d’Orange a fait le point sur Bfmtv l’occasion de la sortie de l’iPhone 5. Orange aurait vendu 50 000 iPhone en 3 jours : "Nous avons vendu 50 000 iPhone, c’est un beau chiffre, qui est supérieur aux ventes enregistrées lors du lancement de l’iPhone 4S".
A noter qu’Apple a annoncé avoir écoulé 5 millions d’iPhone en 3 jours….

La moitié des ventes a été effectuée auprès des clients Orange, et environ 20 % par des clients Sosh. Stéphane Richard compte sur une montée en puissance des Smartphones. Ils représentent 50% du parc actuel et pourrait atteindre 85% d’ici 3 à 4 ans. Ce qui est générateur de forfaits avec subvention et donc en adéquation avec les offres de l’opérateur.

Est-ce bien sur ? Une question se pose : le Sim Only n’est-il qu’un marché d'attente du prochain Smartphone ? Ou un nouveau moyen de consommer le téléphone portable ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 2 Oct 2012 - 8:21 par Hammett

Depuis la réunion mi-juillet entre les opérateurs et le gouvernement sur les mesures à mettre en place pour éviter les licenciements dans le secteur et relocaliser des emplois, les suites se font attendre.
Il était question d’un "train de mesures" afin "d'éviter la casse sociale et de relancer les investissements, de réconcilier l'intérêt des consommateurs et celui des salariés".

Lors un entretien publié par Le Parisien (24/07), Fleur Pellerin revenait sur la question de faire payer ou non les appels aux services clients des opérateurs télécoms : "Il n'est pas question de revenir sur la gratuité de l'assistance téléphonique, ni sur celle du temps d'attente" et qu' "une remise à plat de la loi Châtel n'est pas à l'ordre du jour". Par contre, la piste de services d'assistance téléphonique « premium » payants reste étudiée : "moyennant un effort financier minime, on peut créer de l'emploi".

Depuis, plus de nouvelles...

Chez SFR, cela se précise. Une organisation syndicale évoque la possibilité de 2000 suppressions d’emplois, alors qu’un millier était prévu initialement. Fleur Pellerin (Ministre de l’économie numérique) a déclaré la semaine dernière qu’elle serait attentive au volet de l’emploi au sein de l’opérateur.

Stéphane Roussel, le pédégé de SFR déclarant que le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) "a plus à voir avec la réorganisation, axée sur l’expérience client “multicanal”, qu’avec une quelconque difficulté économique". Bouygues Télécom de son coté devrait supprimer près de 600 emplois.

Dans le Journal du Dimanche (30/09), une organisation patronale évoquait la possibilité de 6 à 7000 emplois qui pourraient disparaitre d’ici à l’an prochain.

SFR et Bouygues devraient faire des annonces plus précises d’ici à la fin de l’année. Nul doute que le dossier sera de nouveau à la "une" d'ici là...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 3 Oct 2012 - 7:52 par Hammett

Ah oui...Quand même !! (N°7)
Lors de la présentation de l’iPhone5, Apple a présenté quelques chiffres et statistiques sur son activité. Bien sur, ce n’est pas une présentation comparative avec la concurrence, mais cela donne une idée de la signification d’une marque mondiale et du modèle intégré de vente d’appareils et de contenus. Mais c'est aussi et surtout la réusssite pour des produits bien foutus et simples à utiliser...Samsung de son coté ne donne pas de chiffres sur ses smartphones et tablettes.
C’est La Tribune (13/09) qui relate :

15 milliards de contenus médias téléchargés sur iTunes à ce jour,
435 millions de comptes iTunes (avec les coordonnées bancaires des utilisateurs),
400 millions d'appareils sous iOS (iPhone, iPod Touch, iPad) vendus en cumulé à fin juin, contre 500 millions activés sous Android,
200 millions d'utilisateurs d'iCloud, le service de stockage en ligne de contenus,
350 millions de baladeurs iPod, tous modèles confondus, écoulés depuis 2001,

84 millions d'iPad vendus à ce jour dont 17 millions entre avril et juin,
83 millions de visiteurs ont fréquenté un magasin Apple au cours du trimestre à fin juin,
26 millions de chansons en catalogue dans le magasin en ligne iTunes,
7 millions d'utilisateurs de mac ont acheté la mise à jour Mountain Lion depuis fin juillet,

700.000 le nombre d'applications disponibles sur le magasin en ligne App Store,
250.000 applications développées spécifiquement pour l'iPad,
380 magasins physiques Apple Store dans le monde dans 12 pays (la Suède sera le 13e vendredi),
100 applications, le nombre moyen de mini-programmes par utilisateur,

94% des 500 premières entreprises américaines (Fortune 500) testent ou déploient l'iPad,
91% du trafic Internet des tablettes provient des iPad,
90% des applications de l'App Store sont téléchargées chaque mois,
68% de part de marché du segment des tablettes pour l'iPad.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 4 Oct 2012 - 8:06 par Hammett

Un autre dossier est entre les mains du gouvernement, celui du «rapprochement» entre l’ARCEP (régulateur des télécoms) et le CSA (régulateur de l’audiovisuel). L’heure est au phosphorage.
Un article de La Tribune (02/10) donnait quelques indications sur la position des principaux FAI. L’article souligne que le CSA n’aurait pas arrêté sa position, alors que de son coté l’ARCEP (en bon soldat, afin de préserver l'avenir ? ) a quasiment achevé sa réflexion…
Selon le calendrier fixé par le gouvernement, un rapport devrait être remis fin novembre.

Cadre de la mission
Fin août, Jean Marc Ayrault, le Premier ministre a demandé à trois de ses ministres : Arnaud Montebourg (Redressement productif), Aurélie Filippetti (Culture) et Fleur Pellerin(chargée de l'Economie numérique) de lui faire des propositions de rapprochement entre le CSA (régulation de l’audiovisuel) et l'Arcep (régulation des télécoms).
Selon Matignon, le "rapprochement" se justifie à l'heure où l'on observe une "convergence" croissante entre les contenus diffusés par l'Internet et ceux de la radio et de la télévision avec en corollaire des obligations pour les acteurs nationaux et rien pour les acteurs extra nationaux.
Des critiques ont été formulées envers l’ARCEP pour sa non prise en compte du volet social lors de l’attribution de la quatrième licence de téléphonie mobile et sa "légèreté" sur la viabilité du réseau du 4ième opérateur.

Qu’en pensent les FAI ?
Selon cet article, France Télécom et Free sont contre cette fusion, tandis que Bouygues et Vivendi/SFR y sont favorables. Le CSA s’interroge encore.
Pour Bouygues, ce serait logique du fait de la convergence des technologies et cela pourrait permettre plus de transparence sur le fonctionnement des autorités.
Vivendi/SFR souhaite un régulateur mou qui lache la bride. A l’image de sa contestation juridique de l’Autorité de la Concurrence.
Free (pas ingrat) est plutôt contre, estimant que l’ARCEP fait du bon travail. C’est vrai que le régulateur a été plutôt clément avec le quatrième opérateur de téléphonie mobile.
Orange est contre, mais se fait à l’idée du rapprochement mais avec deux collèges distincts. Orange estimant que techniquement l’ARCEP est plutôt un bon interlocuteur. Mais cette position est dictée par le fait que les équipes ont l’habitude de travailler ensemble. Orange serait pour y intégrer également l’AFNR (Agence nationale des fréquences).

A suivre…

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 5 Oct 2012 - 7:47 par Hammett

Ah oui...Quand même !! (N°8 )

Alors que la saison de football redémarre en Europe, il est intéressant de voir ce qu’il existe au niveau des droits TV dans les principaux pays européens et du reste du monde. Malheureusement, je n’ai pas trouvé de chiffres sur les droits tv en Ukraine, au Mexique ou en Egypte.
Clin d’œil avec l’arrivée d’Al-Jazeera : les droits TV sont de 9 millions d’€/an au Qatar, ce qui représente 9% du budget total des clubs. C’est faiblard.

Le montant des droits ne fait pas tout, il faudrait ensuite rentrer dans le détail de la répartition de ces droits. Dans certains pays (France, Allemagne, Angleterre, Italie, Pays Bas, Belgique), ils sont collectifs, c’est à dire que c’est la Ligue ou l’organisme qui collecte qui redistribue et dans d’autres pays (Espagne, Portugal) ce sont les clubs qui négocient directement. A noter que certaines ligues vendent des droits à l’international.

C’est en Angleterre que le championnat est le plus rémunérateur. La France est quasiment à égalité avec l’Allemagne, mais contrairement à nous, ce championnat remplit ses stades et fait un meilleur merchandising.

Dans certains pays, ces droits forment une grosse partie du budget des clubs. Les gros vainqueurs (pour la saison 2011) sont le FC Barcelone avec 157,6 millions d'euros de droits TV et le Real Madrid avec 136,2 millions, contre 68,6 millions pour le premier club anglais, Manchester United... Le premier club français est l’Olympique de Marseille avec 50 millions.

Heureusement ce n’est que du sport et l’argent n’y fait pas le bonheur. Sauf mention explicite, les montants sont exprimés en M€/an.



Sources : le quotidien l’Equipe (édition papier) du 13 mai 2011, le Figaro.fr, Le Point, Google, Maxifoot

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 9 Oct 2012 - 7:48 par Hammett

Si la nouvelle se confirmait ce serait une vraie bombe pour le PIF (Paysage de l’Internet Français) ! Depuis quelques mois Vivendi étudie son nouveau périmètre d’activité et au vu des informations qui sortent dans la presse, il semble bien que le pôle télécom soit en première ligne.

La Tribune relate une information du Financial Times, SFR intéresserait Vodafone (ancien actionnaire de SFR jusqu’en 2011, SFR avait payé 7,75 milliards d’euros les 44% des parts), mais aussi des sociétés d’investissements Private Equity.
Deux banques seraient mandatées pour la vente de Maroc Télécom. «Les parts de Vivendi valent donc plus de 4 milliards d’euros. Elles pourraient intéresser des opérateurs de la région tels que le groupe Etisalat, des Emirats arabes unis, et le qatari Qtel.. GVT, la filiale brésilienne intéresserait Telefonica, l’opérateur historique espagnol.

Le groupe Vivendi prend le chemin du démantèlement avec une forte probabilité que SFR passe sous pavillon étranger. Ce serait une révolution, car ce serait la première fois qu’un opérateur international serait en mesure de peser sur le marché français.
Télécom Italia avec Alice et Deutsche Telekom avec Club-Internet avaient rendu les armes assez rapidement avec des parts de marché relativement faibles.
Reste que le prix d’achat devrait être assez élevé et que cela réduit le nombre d’acheteurs potentiels. Pas sur donc qu’il soit européen.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 9 Oct 2012 - 8:20 par Alain Saillard

A force de se regarder le nombril à l'abri du protectionnisme, la bande des quatre a oublié qu'elle pèse peu ! Déjà, lors des présentations triomphales des années passées, nos fai étaient les seules entreprises à ne jamais citer la crise. Aujourd'hui, on s'aperçoit que si une concentration devait s'effectuer en Europe, aucun opérateur ne pourrait s'en tirer seul,

La situation n'est pas plus brillante que dans l'automobile : Orange a besoin d'un partenaire pour rester à la taille critique et son alliance avec Iliad n'a rien d'anecdotique, surtout que Golan Telecoms ne fait pas de figuration. C'est une logique financière donc il est assez naturel que SFR soit le premier concerné vues ses origines. Quant à Bouygues, on voit bien que le manque de capital mène droit dans le mur, avec un déficit R&D mortel pour ce secteur d'activité.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 9 Oct 2012 - 14:14 par Hammett

Orange a de fortes positions en Europe (Angleterre, Espagne, Belgique, Roumanie et Pologne) en Afrtique et au Moyen-Orient. La France ne représente qu'environ 50% de son CA.
Après, le seul "champion national" est Vivendi avec SFR, Maroc Télécom et GVT. Et tout est à vendre...
A part l'estime, Free et BT ne représente pas grand chose sur le marché européen. Marché qui va nécéssairement se consolider.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 9 Oct 2012 - 20:49 par Hammett

A l’occasion de sa première année d’existence, dans un clip, Sosh annonce 500 000 clients (soit 1,90% de sa clientèle au 30 juin). Ce chiffre était de 367 000 clients (soit 1,4% de sa clientèle)au 30 juin).
Pour rappel, pour SFR et son offre sans engagement Red comptait 460 000 clients à la mi-septembre (soit 1,7% de sa clientèle au 30 juin), soit une augmentation de 160 000 depuis fin juin. Ce gain est constitué par 80% de clients SFR. 

A la même période, Bouygues avait annoncé que B&You avait atteint la barre de 570 000 clients (soit 6,4% de sa clientèle), alors que ce chiffre était de 452 000 au 30 juin.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 10 Oct 2012 - 7:48 par Hammett

Le gouvernement a annoncé un train de mesures afin de soutenir le secteur de la téléphonie mobile.
Au début de l’été l’objectif était "d'éviter la casse sociale et de relancer les investissements, de réconcilier l'intérêt des consommateurs et celui des salariés".
Alors ?
Selon le quotidien Les Echos les principales mesures sont :

Free Mobile
L’accord d’itinérance entre Orange et Free est provisoire. C’est à dire jusqu’à fin 2018. Ceci afin de favoriser les investissements de Free dans le mobile. Bon d’ici 2018, de l’eau peut passer sous les ponts...
Création d’un « observatoire des investissements et des déploiements dans les réseaux mobiles », supervisé par l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) et l'Agence nationale des fréquences (Anfr), le but est de vérifier si Free respecte ses engagements dans le mobile.
Cela laisse à penser qu'il y aurait comme un doute....

4G
"Le gouvernement va inciter les opérateurs à mutualiser leurs infrastructures dans les zones peu denses. Bouygues Telecom n'a pas obtenu satisfaction, au moins à court terme, sur la possibilité de réutiliser certaines fréquences pour faire de la 4G. Le gouvernement étudie la possibilité avec le régulateur d'autoriser l'utilisation par les opérateurs de leurs fréquences en 1.800 Mhz pour faire de la 4G sans fausser la concurrence."

Emploi
L’emploi pourrait être un des critères pour l’attribution de futures licences. Rien sur la relocalisation des emplois en en France ou d’hotlines premium payantes.
D’un autre coté pas facile d’expliquer au Maroc et à la Tunisie, pour qui les centres d'appels sont la deuxième activité après le tourisme, de mettre une partie de leur population diplômée au chômage.
Selon un syndicat patronal (La Tribune, 03/10) rapatrier les centres d’appels en totalité couterait jusqu’à 1 milliard d’euros.
D’ici à la fin de l’année Bouygues doit annoncer la suppression de 600 emplois, SFR de 2000 emplois et Phone House près de 270 emplois.
Le service a de la valeur, mais ailleurs...

Subvention du mobile
Enfin, le gouvernement souhaite «définir d'ici janvier 2013, en concertation avec les acteurs de la filière et des associations de consommateurs, d'éventuelles évolutions réglementaires qui permettraient à la fois la sécurisation juridique du modèle de subventionnement des terminaux ainsi qu'une possible modération du rythme de renouvellement des terminaux».

Bref globalement rien qui ne remette vraiment en cause la situation existante, ainsi chaque opérateur va pouvoir y trouver des motifs de satisfaction. Reste à savoir s’il y aura quelques contraintes sur le suivi des investissements.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 11 Oct 2012 - 7:58 par Hammett

Alors que SFR et Bouygues prévoient des suppressions de postes. Bouygues afin de « regonfler » les résultats financier et SFR pour des raisons liées à : " la réorganisation axée sur l’expérience client “multicanal”, qu’avec une quelconque difficulté économique", quid d’Orange.
La semaine dernière, Stéphane Richard a présenté aux organisations syndicales la nouvelle politique pour l’emploi pour la période 2013-2015.
le groupe s'engage à recruter 4.000 personnes en CDI en France au cours des trois ans à venir et à accueillir 5.000 jeunes en alternance chaque année.

Actuellement, 2000 salariés quittent Orange chaque année, et passer à 4.000-5.000 par an à partir de 2016-2017. Chiffre qui pourrait monter jusqu’à 6000 dans les années 2020. D’ici cette date 30 000 départs devraient avoir lieu. Le dispositif de temps partiel senior (TPS/TPI) permettant de basculer sur un travail à mi-temps rémunéré à 80% du salaire brut a trouvé preneur auprès de 7.000 salariés.
Pour rappel, Orange a réalisé 8.300 embauches depuis 2010, dont 90% ont moins de trente ans sur les 10.000 prévus sur trois ans.
Le solde serait donc négatif sur la période 2013/2015. 4000 recrutements contre 6000 départs à la retraite, auquel il faut rajouter les fins de contrats de droit privé.

Orange de son coté, grâce à son accord d’itinérance avec Free a un peu plus de marges de manœuvre. La tendance est là : réduire les coûts pour tenter de maintenir les marges. Orange va suivre la même voie en ne remplaçant pas totalement les départs à la retraite.
Quel sera l’impact sur la qualité du service ? Difficile de répondre sans savoir ou e font les mouvements de personnels. Vat-on vers une externalisation plus importante alors qu’une relocalisation serait la bienvenue ?

Sources : Les Echos (10/07), La Tribune (04/10)

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 12 Oct 2012 - 12:30 par Hammett

Le temps se gâte pour Canal+ !

Suite aux injections de l’Autorité de la Concurrence sur le non-respect par Canal+ de ses obligations liées à la fusion TPS/Canal+, Canal+ avait contre-attaqué juridiquement auprès du Conseil Constitutionnel pour contester à l’Autorité de la Concurrence le droit de se prononcer sur cette fusion (l’Autorité serait impartiale et porterait atteinte à la liberté d’entreprendre) et devant le Conseil d’Etat pour que celui-ci rejette les injonctions de l’Autorité.

Dans un communiqué publié vendredi 12 octobre, le Conseil constitutionnel a d'abord estimé que les règles de délibération et les modalités de saisine de l'Autorité de la concurrence respectent "les principes d'indépendance et d'impartialité" et a considéré que la remise en cause de la fusion Canal+ - TPS "ne porte pas à la liberté d'entreprendre une atteinte disproportionnée".

Le Conseil d'Etat devrait rendre sa décision le 23 octobre, au plus tard, la décision du Conseil Constitutionnel n’est pas une bonne nouvelle pour Canal+, reste l’étape du Conseil d’Etat qui devrait tenir compte de cette décision. Pour Canal+, restera à entamer une guérilla juridique au niveau européen.

Sources : L’Express, Le Monde.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 14 Oct 2012 - 14:09 par Hammett

Le Figaro évoque un possible rapprochement entre SFR et Numéricable. C'est du lourd financièrement.
"Numericable (...) , vaudrait un peu plus de 3 milliards d'euros, mais il supporte une dette de près de 2,9 milliards. SFR (...) vaudrait environ 15 milliards d'euros. Jean René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi serait séduit par l'idée de ce rapprochement."

Pour rappel, Vivendi est train d'examiner la situation de ses actifs. En début de semaine, c'est le Financial Times qui parlait d'un intérêt de Vodafone et de fonds d'investissements.

Darty racheté par Bouygues, un possible rapprochement entre SFR et Numericable, le paysage va sérieusement se réduire.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 14 Oct 2012 - 20:38 par tofoo93

Bon courage pour SFR l'ardoise de NC est plutôt un fléau que personne ne veut, je comprend pas trop le risque que souhaite prendre SFR sur ce coup.

je connais d'autres opérateurs qui avaient regardé aussi de près un rachat NC, mais le passif et le conglomérat derrière est un vrai fardeau qui ont vite faite changer les options

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 15 Oct 2012 - 6:52 par Hammett

Pour le risque : c'est gagner des clients et un réseau de Fibre Optique et symboliquement, cela refait de SFR le deuxième opérateur devant Free.

Après ce ne sont que des promesses sur le "papier".

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 15 Oct 2012 - 7:45 par Hammett

Du nouveau sur les centres d’appels ? A minima alors...
Un rapport servant de support à une proposition de loi présentée le 11 octobre prochain. Le quotidien Le Monde détaille l’esprit de la proposition : il s’agira de demander à chaque opérateur de décliner au début de l'appel son pays de résidence. "Bonjour, je vous réponds depuis le Maroc."
La proposition de loi de M. Le Fur veut jouer sur la réputation des entreprises. "Je veux que s'applique le 'made in France' pour les services. L'origine est un élément sensibilisant et fait partie du choix du consommateur. Quand on achète une voiture coréenne, on le sait, il faudrait que ce soit la même chose pour les téléconseillers."

La situation
Ce rapport publie un tableau sur la situation géographique des conseillers. Les quatre principaux opérateurs emploient près de 50 000 personnes dans les centres d’appels. Pour Orange 16% des effectifs sont externalisés à l’étranger, 28% pour SFR, 40% pour Bouygues et 42% pour Free.
Concernant l’externalisation en France : 20% pour Orange, 56% pour SFR, 16% pour Bouygues. Free ne détaille pas.
Ce qui fait que les effectifs en interne sont de 64% pour Orange, 44% pour Bouygues et 15,7% pour SFR.
A part Orange - opérateur historique - au dessus de la moyenne, pour les autres opérateurs ce n’est pas franchement mirobolant.



Est-ce que la relocalisation passe par le retour des hotlines payantes et des services premiums ? Sinon quelles sont les solutions ? Sachant qu’il faudrait certainement une amplitude horaire plus importante et que la pression sur les prix est importante.
D’un autre coté pas facile d’expliquer au Maroc et à la Tunisie, pour qui les centres d'appels sont la deuxième activité après le tourisme, de mettre une partie de leur population diplômée au chômage.

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 40 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum