Partagez
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2371
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 54
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Commentaires

avatar
le Ven 12 Oct 2018 - 7:22Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°285

Premier League
La Premier League poursuit la vente des droits télévisuels à l’international. Pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, c’est beIN Sports group qui vient de renouveler ses droits exclusifs jusqu’en 2022. Le précédent contrat arrivait à expiration à la fin de la saison 2018-2019 (L’Equipe, 10/08).

Le résultat de l'appel d'offres pour les droits de la Premier League en France est lui attendu pour fin octobre. Aujourd'hui, SFR Sport, le diffuseur exclusif, règle un peu moins de 120 millions d'euros par saison. La concurrence devrait être féroce avec Canal+ et beIN Sports qui ont perdu la Champion’s League et la Ligue Europa. Mediapro a déclaré qu’il ne viendrait pas sur ces droits

Via sportbuzzbusiness, les principaux payeurs à l’international des droits tv de la Premier League.



RMC Sport
A l’occasion de l’inauguration de son nouveau Altice campus, Patrick Drahi (Les Echos, 10/10) est revenu sur RMC Sport : "On a fait des centaines de milliers d'abonnés grâce à la Ligue des champions, environ 300.000 à ce stade".
Comme promis par Alain Weill, RMC sport vient de lancer une offre RMC Sport + beIN Sport + Canal+ à 38,90€ c’est juste valable 3…mois et avec un engagement de 24 mois pour Canal+ !!!
avatar
le Lun 15 Oct 2018 - 7:05Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°312

5G
L’attribution des licences 5G via un système d’enchères a commencé en Europe, et c’est l’Italie qui a ouvert le bal.
Les italiens attendaient 2,5 milliards d’euros et c’est finalement 6,5 milliards que l’Etat italien va empocher. Telecom Italia et le britannique Vodafone vont payer 2,4 milliards chacun. L’italien Wind 517 millions et Iliad 1,2 milliard.

En France la position du gouvernement sur le 5G n’est pas connue. Les détails sur l'attribution des fréquences sont attendus courant 2019. Dans le cadre du new deal dans le mobile, le gouvernement a créé un cadre gagnant-gagnant : renouvellement des fréquences actuelles contre des engagements de couverture de territoire. Pour les opérateurs, au vu des investissements actuels pour le déploiement du très haut débit, ce serait le chemin à suivre pour la 5G en France.

Dans le cas où le gouvernement lancerait un processus d’enchères, cela pourrait accélérer la recomposition et la consolidation du secteur.

Orange Bank
Un an après son lancement, Orange par la voix de Paul de Leusse a fait le point sur son activité Orange Bank (Le Monde, 01/10).
Pas de chiffre global sur le nombre de clients, mais après un tassement : "Ce dernier trimestre, nous gagnons entre 15 000 et 20 000 clients chaque mois, soit 700 ouvertures par jour. Désormais, 60 % des ouvertures de compte sont réalisées dans nos boutiques Orange.", ce qui est paradoxal pour une banque « digitale ».

Au niveau des projets : "Nous voulons concevoir des offres adaptées aux besoins des réseaux. Par exemple, à la demande d’Orange, nous travaillons sur un compte « famille ». Nous allons également proposer des offres croisées banque-téléphone, en nous lançant en 2019 dans le financement du terminal mobile.".

Et sur le développement des néobanques : "Le nombre d’ouvertures de compte en France par des banques digitales est passé de 2,5 millions il y a dix ans à près de 4 millions, et cette progression n’a profité quasiment qu’aux néobanques. Néanmoins, sans réseau de distribution, elles n’attirent qu’un type de clients, plutôt jeunes, urbains, adeptes de la modernité. Donc elles vont faire le tour de leur base de clients potentielle, qui va croître moins vite à l’avenir. C’est pourquoi la force d’Orange Bank est d’être une néobanque qui s’appuie sur un réseau.".
avatar
le Mar 16 Oct 2018 - 6:39Hammett
Un point sur quelques données autour du dégroupage.

Chiffres de l’ARCEP : les NRA
L’ARCEP compte 13 861 NRA dégroupés (chiffres du 31 mars), soit 95,5% de la population qui est couverte par un NRA dégroupé (95,2% à fin 2017, 93,9% à fin 2016), il reste 5 937 NRA à dégrouper.
A ce jour, pour Ariase Bouygues est à 2,484 NRA de dégroupés en propre, SFR à 8,749 et Free à 9,961. L’Arcep compte 13,861 NRA et Orange de son coté en équipe 20,055.

Non dégroupés
Bouygues Telecom, Free et SFR ne donnent pas de chiffres, ceux du tableau sont issus des calculs de François04 qui le calcule pour Free.
Free va-t-il arriver à passer sous les 1% de clients en non-dégroupés ?

Abonnement téléphonique Orange
Chez Orange, (il n’y a pas de dégroupage), le tableau indique le nombre de clients à Orange l’abonnement téléphonique. C’est une baisse de 12,1% sur les douze derniers mois et de 47,4% en 5 ans et bien sur une grosse perte de revenus pour l'opérateur historique.


(en milliers)
avatar
le Mer 17 Oct 2018 - 7:34Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°286

Chiffre d’affaire des 5 grands championnat européens
Il est intéressant de comparer en termes de chiffre d’affaire et de droits tv ce que valent les 5 plus grands championnats européens sur les saisons 2015/2016 et 2016/2017.  Ce sont les derniers chiffres connus et concernent l’ensemble des clubs professionnels de chaque pays ainsi que l’ensemble des compétitions organisées par les ligues professionnelles.

Sans surprise, le grand gagnant le PremierShip anglais. La Bundesliga allemande arrive à maintenir avec le chiffre d’affaire, mais les droits tv sont à la traine. Coté Liga espagnole, idem, sauf que les droits tv décrochent.
En quatrième position, la Séria A italienne, n’arrive pas à combler son retard et décroche petit à petit. La Ligue 1 française est toujours à la cinquième place, mais peut espérer prendre la quatrième place à l’Italie, mais les droits tv vont devoir augmenter fortement et les investissements dans les clubs se poursuivent fortement et durablement.

Les droits tv domestiques viennent d’être renouvelés en Italie (2018-2022) et en Angleterre (2019-2022) et ceux-ci ont très peu bougés par rapport au cycle précédent. De son coté la France a vu ses droits exploser et va prendre la quatrième place à l’Italie et peut viser la troisième de l’Allemagne.



Ligue 2
La LFP va lancer l’appel d’offres pour les droits tv de la Ligue2 pour la période 2020-2024 avant la fin de l’année.

Pour rappel, en France, les droits tv sont de 22 millions par an (12 millions pour beIN Sports et 10 millions pour Canal+) jusqu’à la fin de la saison 2020.

Le quotidien L’Equipe (édition papier du 9/10) publie ce que pourrait être la programmation du week-end avec la Ligue 1 et la Ligue 2. Comme pour la Ligue 1, des lots vont être mis en vente avec un prix de réserve. Si le prix de réserve n’est pas atteint, le mieux disant pourra augmenter son offre et qui l’emportera.
Médiapro est candidat, car le groupe aspire à diffuser l’ensemble du football national, et le perdant de l’attribution de la Premier League anglaise pourrait se rabattre sur ces droits. Bref, les montants devraient sensiblement augmenter par rapports aux tarifs actuels.  

avatar
le Jeu 18 Oct 2018 - 7:08Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°287

Alors que Vivendi va présenter ses résultats le 15 novembre, il est intéressant de voir l’évolution de Canal+ depuis que beIN sports (mi-2012), Netflix (automne 2014) et OCS (mi-2008, mais décollage plus récent) se sont lancés.

Trois données sont synthétisées :

- Le chiffre d’affaire pour Canal+ France. Petit cachotier, Canal+ ne donne plus le chiffre d’affaire de ses chaines gratuites depuis 2017. Avant cette date, il y avait une distinction, depuis, il est agrégé avec celui des chaines payantes. Le dernier chiffre connu est celui de 2016 et était de 217 millions pour C8, CStar et Cnew.
- Les abonnements : individuels et collectifs (Canal+, CanalSat et CanalPlay) les partenariats avec Bouygues, Free et Orange.
- Le chiffre d’affaire mensuel par abonné. C’est le chiffre d’affaires des chaines payante / nombre de clients / 12. Pour 2017 et 2018, il y a deux calculs : celui qui avec le chiffre d’affaire cumulé (mais c’est forcément surestimé) et un autre en retranchant le d’affaire des chaines gratuite de 2016 (c’est une cote mal taillée, mais c’est cela donne une idée.
- Les données sont issues des rapports annuels de Vivendi.

En 5 ans – entre 2012 et 2017, Canal+ a perdu 1,172 million d’abonnés soit 12,1% par rapport à sa base clientèle de 2017 et 390 millions de chiffre d’affaire annuel soit une perte de 10,7%. Si l’on soustrait le chiffre d’affaire des télévisions gratuites, la perte pourrait s’approcher de 16,6%.
Le chiffre d’affaire mensuel par abonné est en recul. La segmentation des offres de Canal+ et la perte de clients se font sentir.



La perte des droits de ligue 1 va forcément avoir un impact. Canal+ a deux ans pour trouver un accord avec Mediapro : soit lui racheter des matchs, soit passer un accord de distribution, mais dans le premier cas cela risque de lui couter plus cher que ce qu’il paye actuellement. L’accord de distribution serait un moindre mal. Dans ce cas, cela obligerait Canal+ à revoir son modèle et ses offres et à devenir – encore plus – une chaine orientée vers les films et les séries.
avatar
le Ven 19 Oct 2018 - 7:19Hammett
L'Arcep vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 2eme trimestre 2018 - résultats définitifs". L’occasion de ressortir quelques données.

Ces statistiques permettent de faire le point sur les cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G.

La 4g progresse, mais la 2G résiste. La progression de la 3G marque une pause sur ce trimestre, mais progresse sur les 12 derniers mois. Un palier a-t-il été atteint ou s’agit-il d’un pause temporaire ? L’extinction de la 2G va encore prendre du temps.



D'autre part, l’Arcep vient de publier son enquête annuelle sur la qualité des services mobiles et il en ressort que "Orange affiche les meilleurs résultats sur l'ensemble de la campagne de mesures, poursuit l'Arcep. Bouygues Telecom prend globalement l'avantage sur SFR. Enfin, si Free Mobile progresse, il affiche des résultats sensiblement moins bons sur un grand nombre d'indicateurs.".

En zone rurale, c’est Bouygues Telecom qui "obtient les meilleurs résultats pour les services voix, SMS et data, juste devant SFR puis Orange. Les moins bons résultats de Free Mobile s'expliquent notamment par une couverture 4G moins étendue que celle des autres opérateurs".

Globalement le débit moyen, en 2018, est de 43 Mbits/s dans les villes, contre 14 Mbits/s dans les campagnes.
avatar
le Lun 22 Oct 2018 - 7:32Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°313

SFR Ftth
Pour financer le déploiement du FTTH de SFR et alléger sa dette de 31 milliards, Altice recherche des partenaires financiers qui pourraient être des fonds d'investissement (Le Figaro, 27/08).

Selon Les Echos (16/10), l'américain KKR, l'australien Macquarie et le français Mirova sont dans la short-list pour une transaction qui pourrait atteindre selon SFR entre 2 et 3,8 milliards d’euros.
Altice va créer SFR FTTH et regrouperait ses actifs dans les zones dites moyennement denses pour un total de 4/5 millions de lignes tout en gardant la main sur cette filiale. A terme cela va permettre à SFR de poursuivre son désendettement.

Réponse fin novembre.

Bouygues et la consolidation des télécoms
Olivier Roussat – le pdg de Bouygues Telecom a déclaré au micro de France-Inter que "Bouygues préfère rester à quatre" car "le secteur est profitable" et que "aucun des acteurs n’a de problème de financement".

Orange
Stéphane Richard vient de donner une interview au quotidien Le Figaro (19/10).

Alors que Les concurrents d'Orange accusent l’opérateur historique de ne plus entretenir son réseau ADSL, Stéphane Richard assure que : "Fin octobre nous présenterons un plan à l’Arcep visant à améliorer la qualité du service universel. D’une manière générale nous allons renforcer les ressources allouées à la maintenance de ce réseau et mettre en place un dispositif spécial sur certaines zones critiques (…) nous allons assurer un meilleur suivi.". Pour lui le tarif du dégroupage de 9,10€ par ligne qui est fixé par l’Arcep est juste suffisant pour assurer le maintient des lignes actuelles et en demande même une hausse.

Il y a quelques mois bfmbusiness (16/05) évoquait un accord de mutualisation sur la 4G entre Orange et Free. Manifestement, ce n’est pas Orange qui est demandeur, si Free en veut, il va devoir y mettre le prix : "Pour l’itinérance qui concerne la 2G et la 3G nous avons signé un avenant au contrat avec Free. Il prévoit une extinction de l’itinérance en 2021. Il n’y a pas de discussion actuellement pour sa prolongation. Sur le partage du réseau, nous considérons qu’Orange n’a pas intérêt à entrer dans un accord avec Free, dans les conditions actuelles (…) je crois à une concurrence par les infrastructures.".

Enfin sur la consolidation des télécoms, rien de nouveau sous le soleil : «Le modèle à quatre opérateurs fonctionne mal. La consolidation reste un schéma possible, mais il n’y a pas d’actualité sur le sujet (…) il n’y a pas de vendeur et tout le monde est acheteur. La seule question qui se pose est : qui est susceptible de vendre ?».

Enfin – mais ce n’était pas dans l’interview – Orange présentera ses prochaines nouveautés lots d’un Show Hello le 12 décembre.
avatar
le Mar 23 Oct 2018 - 7:06Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°288

Droits tv des 5 grands championnat européens
Pour rappel, un récapitulatif des droits tv actuels nationaux et internationaux pour les cinq grands championnats européens. Si la France arrive à revaloriser ses droits tv à l'international, elle pourrait être au même niveau que l'Allemagne et passer définitivement devant l'Italie.



Droits tv hors top 5
Mais, il n’y a pas que les cinq grands championnats, ce récapitulatif permet de faire le point. Source : presse divers et Surlatouche.fr



La Turquie commence à devenir puissante, à voir si cela suffira pour venir troubler le Top5. En comparaison, le Portugal arrive à s’en sortir, mais les droits sont concentrés entre les trois grands clubs du pays.
avatar
le Mer 24 Oct 2018 - 6:49Hammett
Avant la publication la vague de résultats sur le fixe et le mobile du troisième trimestre 2018, un rappel sur quelques chiffres arrêtés au 30 juin 2018.

1 - Calendrier de publication des résultats du T3 2018
Orange, le 25 octobre (avant bourse).
Vivendi, le 15 novembre (après bourse)
Altice, ???? (après bourse).
ARCEP, services mobiles le 8 novembre (après bourse).
Bouygues Télécom, le 15 novembre (avant bourse).
Free, ???? (avant bourse).
ARCEP, services fixes (provisoire), le 29 novembre (après bourse).
ARCEP, services fixes (définitif), le 10 janvier (après bourse).

2 - Parts de conquête sur le fixe
Sur le T2
Bouygues 41 000 nouveaux clients, soit 46,1% de parts de conquête,
Orange 35 000, soit 39,3%,
SFR 13 000, soit 14,6%
Total 89 000
Free est négatif de 28 000

Sur le T1
SFR 71 000 nouveaux clients, soit soit 41,0% de parts de conquête,
Orange 52 000, soit 30,0%,
Bouygues 50 000, soit 28,9%
Total 173 000
Free est négatif de 19 000

3 - Parts de conquête sur les forfaits mobiles grands publics
Sur le T2
SFR 212 000 nouveaux clients, soit 41,2% de parts de conquête,
Orange 183 000, soit 35,5%,
Bouygues 120 000, soit 23,3%,
Total 515 000
Free est négatif de 200 000
Les Mvno sont négatifs de -244 000

Sur le T1
SFR 239 000 nouveaux clients, soit 34,5% de parts de conquête,
Bouygues 132 000, soit 19,1%,
Free, 130 000, soit 18,8%.
Mvno 114 000 soit 16,5%.
Orange 77 000, soit 11,1%.
Total 692 000
avatar
le Jeu 25 Oct 2018 - 8:12Hammett
Orange vient de présenter ses résultats au 30 septembre 2018. C’est toujours bon sur le ftth (très bon même), Open et sur le mobile.

Sur le fixe Orange estime sa part de marché à 40,4% et une part de conquête sur le T3 de 44,2,0%.

En France, le chiffre d’affaire augmente de 0,9% sur le T3 2018 par rapport au T3 2017 (0,6% sur le T2, 2,1% sur le T1). C’est le sixième trimestre de hausse.

Pour Orange, ce sont les services fixes et les offres convergentes qui permettent ce trimestre de croissance, sur ce trimestre, les services mobiles sont repassés dans le rouge, alors que le T4 était repassé dans le vert pour la première fois depuis fin 2011.



Fixe
La Fibre optique est en augmentation de 145 000 soit une hausse de 570 000 sur un an. C’est un très bon trimestre pour Orange. Mais le rythme de croissance est reparti à la hausse. Le nombre de clients ADSL poursuit logiquement sa baisse. Globalement, Orange reste positif sur le gain de clients sur le fixe. La progression d’Open est en baisse.

Téléphonie mobile
Un trimestre plutôt bon avec un gain de 354 000 cartes sim. Les forfaits gagnent 450 000 nouveaux clients (+337 000 m2m et +114 000 pour le grand public + entreprise), comme d’habitude, le prépayé poursuit sa chute avec -97 000.
Sosh est retombé un peu avec 3,768 millions de clients, soit +29 000 sur le trimestre et +214 000 sur un an. Les Mvno représentent 1,046 million contre 848 000 clients pour le T3 2017.

Source : Communiqué de presse Orange.
avatar
le Mer 31 Oct 2018 - 7:27Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°314

Télécoms européens
Lors d’un colloque à Bruxelles de l’ETNO – lobby des gros opérateurs télécoms européens – les interventions ont essentiellement tournées autour de la faiblesse du secteur par rapport aux acteurs chinois et américains t de l’objectif de consolidation du secteur et de quelques charges contre la régulation, dont celle de Stéphane Richard : "Le seul de domaine dans lequel l’Union Européenne est un leader incontesté, c’est la régulation (…) Je n’ai rien contre les régulateurs. Ce sont généralement des gens intelligents et sympathiques – à quelques exceptions près. Mais nous sommes tellement loin d’être des monopoles"
Les représentants de la Commission préférerait une consolidation paneuropéenne plutôt qu’à des consolidations nationales et rappelle que la régulation doit aussi protéger le consommateur.

Bouygues Télécom
Il y a 10 ans, Bouygues Telecom lançait sa première offre fixe. En juillet 2008 il avait racheté le réseau de Club Internet.

Pour rappel les temps de passage en parts de marché sont les suivants : le million de clients avait été atteint au T2 2011, au T4 2013, Bouygues Telecom atteignait 8,1% en parts de marché avec 2,013 millions de clients, au 30 juin dernier c’était 12,3% et 3,533 millions de clients.

Bouygues Telecom a lancé la première offre quadruple play, s’est lancé sur la très haut débit en louant des ressources sur le réseau câble de Numéricable puis de SFR et ensuite en investissant sur le Ftth.

En 2012, Bouygues Telecom rachetait Darty Telecom. En 2014, Bouygues avait échoué à racheter SFR et avait failli se faire racheter par Orange en 2016. Depuis de multiples rumeurs le fait soit acheteur, soit acheté par SFR.

Orange et le service universel
Orange a été mis en demeure par l’Arcep (La Tribune, 24/10) afin que l’opérateur historique respecte son obligation de qualité de service en tant qu'opérateur du service universel du téléphone fixe.
Sebastien Soriano se veut ferme : "Orange doit redresser le tir de toute urgence, dès la fin de l'année. Peu importent les moyens, nous voulons des résultats".

L'Arcep impose ainsi à Orange des "paliers" à respecter trimestriellement. Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national, qui est de près de 1 milliard d'euros.

Stéphane Richard qui vient de donner une interview au quotidien Le Figaro (19/10) assure que : "Fin octobre nous présenterons un plan à l’Arcep visant à améliorer la qualité du service universel. D’une manière générale nous allons renforcer les ressources allouées à la maintenance de ce réseau et mettre en place un dispositif spécial sur certaines zones critiques (…) nous allons assurer un meilleur suivi.".
avatar
le Jeu 1 Nov 2018 - 7:46Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°289

Canal+ acquiert les droits de la Premier League, coup d'arrêt pour SFR
Canal+ vient d’acquérir les droits tv (2019/2022) de la premier League pour un peu moins que le montant actuel de 120 que règle SFR Sport. Pour SFR Sport, c’est un coup d’arrêt.

Maxim Saada, le président du groupe Canal+ revient dans le quotidien l’Equipe (édition papier du 01/11) sur cette acquisition et pour lui : "Cette acquisition était importante, pas essentielle.". Canal+ ne s’interdit pas de revendre des matches en sous-licenciant, mais il devra avoir l’accord de la Premier League.

Cela va permettre à Canal+ de négocier en meilleure position avec SFR pour distribuer plus largement la Ligue des Champions et la Ligue Europa. Mais pas certain, que cela lui permette de reconquérir des clients après la perte des droits tv de la Ligue1.

Altice dans un communiqué déclare : "SFR annonce travailler dès ce soir avec le groupe Canal+ dans l’esprit des accords trouvés autour de la Champions League, afin de permettre aux abonnés RMC Sport de continuer à vivre la Premier League anglaise sur ses antennes après l’été 2019.".

Lors d’un entretien à l’Equipe (15/09), Alain Weill, le président d’Altice Europe, avait déclaré à propos des droits tv de la premier League : "Ce serait assez logique qu’on continue. Mais si nous ne les conservions pas, cela ne remettrait pas en cause notre stratégie. Nous irions acquérir d’autres droits pour les remplacer."

Pour RMC Sport, c'est une perte, car cette compétition lui permettait de remplir sa grille le week-end. Toutefois, le macth n'est pas terminé, pour compléter sa grille, il reste les droits de Ligue 2. La LFP va lancer l’appel d’offres pour les droits tv de la Ligue2 pour la période 2020-2024 avant la fin de l’année. Pour rappel, en France, les droits tv sont de 22 millions par an (12 millions pour beIN Sports et 10 millions pour Canal+) jusqu’à la fin de la saison 2020. Mais Mediapro s’est également montré intéressé et devrait y mettre le prix.

Pour rappel, il reste également quelques lots sur les droits tv de la Ligue 1 : le prix de réserve du lot 5 (multiplex 19e, 37e et 38e, trophée des champions, barrages) serait à 15M€ et celui du lot 7 (magazines lundi et jeudi) serait de 8M€.

Enfin les droits de la Coupe de la Ligue devraient être lancés avant la fin de l’année. Actuellement c’est France Télévisions et Canal+ qui se partagent la diffusion pour 23,9 millions.

Pour SFR, cela va être compliqué de justifier un abonnement de 19€. Plus globalement, le paysage étant morcelé entre 4 acteurs, on peut s’attendre à une consolidation, reste à savoir qui sera vendeur et qui sera acheteur.

De son coté, Yousef Al-Obaidly, le président de beIN Sports France vient d’annoncer : "Nous avons réussi à préserver une base équivalente à celle d’avant la Coupedumonde 2018, à savoir 3,5 millions d’abonnés, et ce, malgré la perte des Coupes d’Europe." (News Tank Foot. Avec la Coupe du Monde, beIN Sports était monté jusqu’à 4 millions de clients.
avatar
le Ven 2 Nov 2018 - 8:31Hammett
L'Arcep vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 2eme trimestre 2018 - résultats définitifs". L’occasion d'en ressortir quelques données.

Revenus des opérateurs
Malgré la montée en charge du très haut débit, les revenus (HT) sur le fixe continuent de décroitre de 1,0% sur un an. Plus précisément ce sont les communications téléphoniques liées au RTC qui plombent les revenus du fixe et dans une moindre mesure ceux liés aux revenus liés aux communications vendus aux entreprises. Les revenus liés au très haut débit augmentent de 0,8% et ceux liés aux contenus sont en baisse de 4,8% sur 12 mois.

Pour les revenus (HT) des opérateurs sur le mobile (hors m2m), la hausse se poursuit. Globalement, le trimestre à peine et baisse de 1,0% sur le trimestre.



Pour rappel, le récapitulatif du ca par opérateur à fin juin 2018.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum