Partagez
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2364
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 54
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Commentaires

avatar
le Mar 16 Jan 2018 - 7:25Hammett
L'ARCEP vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 3ème trimestre 2017 - résultats définitifs - ".

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 2,8%, c’est baisse régulière par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 782 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 175 000 nouveaux clients.

Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 21,723 millions, soit un recul de 668 000 sur un an et une baisse de 187 000 sur le trimestre. La tendance est à l’accélération de la baisse.

Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 6,508 millions, soit une hausse de 1,450 million (dont 988 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 362 000 (dont 261 000 pour le Ftth) sur le trimestre..

Pour l’ARCEP : "La majorité de la croissance du nombre de souscriptions au très haut débit (68% ce trimestre) est portée, depuis le quatrième trimestre 2015, par les abonnements en fibre optique de bout en bout (2,9 millions, +990 000 en un an au troisième trimestre 2017), qui représentent désormais 10% des accès internet. (…) Fin septembre 2017, le nombre de souscriptions au très haut débit représente 38% du nombre de logements éligibles au très haut débit toutes technologies confondues (+5 points en un an)..". Le constat était identique pour le T1 et pour le T2.

2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin septembre 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,4% de parts de marché avec 11,402 millions de clients et a recruté 346 000 nouveaux clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une augmentation de 3,1% de sa base clientèle.
avatar
le Mer 17 Jan 2018 - 7:31Hammett
Bouygues Telecom vient de perdre contre le Conseil D’Etat. Il s’agit (encore) du dossier de l’itinérance de Free sur le réseau mobile d’Orange. Bouygues avait mené une bataille juridique qui l’avait poussé jusqu’au Conseil d’Etat et mi-décembre, celui-ci a donné raison à l’ARCEP contre Bouygues.

D’autre part, le Conseil d’Etat a donné tort à Free, qui estimait que la mutualisation entamée entre Bouygues Telecom et SFR n’avait pas d’assises juridiques. L’ARCEP avait validé cet accord au printemps 2016.

Activisme juridique
Pour rappel, Bouygues Telecom a déposé une dizaine de plaintes depuis la décision en 2009 d'allouer des fréquences à un 4ème opérateur. Ses différents mémoires adressés aux autorités judiciaires totalisent plus de 1.000 pages (Les Echos, 13/12).

En novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Avec la réponse du Conseil d’Etat, cela devrait éclaircir le débat.

L’itinérance d’Orange est le sujet favori (l’obsession) de Bouygues. Il a également mené une guérilla juridique contre l’ARCEP, mais sans que cela ne change grand-chose sur le calendrier et sur le fond.

L’activisme juridique de Bouygues Telecom a été jusqu’à demander – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Le dossier est dans les limbes…

Selon Les Echos (01/09) : "Bouygues Telecom s'est désisté début juillet de sa saisine déposée auprès de l'Autorité de la concurrence, contre Orange et Free qu'il accusait d'entente, lors de la conclusion de leur contrat d'itinérance. L'Autorité s'apprêtait à rejeter cette plainte".

Longue histoire
Mi-juin 2016 Orange et Free avait annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer initialement en décembre 2017.

Fin juin 2016, L’ARCEP mettait un terme aux longues discussions sur la fin de l’itinérance mobile :

Bouygues Telecom avait attaqué cet accord pour « entente » devant l’Autorité De La Concurrence. Bouygues avait également formé deux recours devant le Conseil d'Etat à l'encontre de l'ARCEP et souhaite faire annuler les lignes directrices énoncées par l’ARCEP au printemps.

Fin octobre 2016, Bouygues Telecom avait retiré sa plainte contre Free et Orange avec demande de mesures conservatoires, déposée en juin 2016 auprès de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être instruit malgré tout, mais sur le fond et devrait donc traîner en longueur.

Et donc, selon Les Echos, Bouygues vient de se désister sur le fond. 6 ans après le démarrage de Free dans le mobile, Bouygues n’a plus de cartes pour mener sa guérilla juridique. De fait, celle-ci n’aura donné que de très maigres résultats.

Après l'itinérance, Orange et Free pourraient trouver un accord afin de mutualiser une partie des nouvelles infrastructures suite à l'accord signé vendredi entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile et l'Etat afin d' assurer une meilleure couverture en France, c'est en tous cas ce que suggère La Tribune (16/01). Bref, l'histoire n'est peut-être pas terminée.
avatar
le Jeu 18 Jan 2018 - 7:21Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°270

SFR & M6
Après TF1 en novembre, SFR a signé un accord avec M6. Le groupe M6 réclamait depuis plusieurs mois l'augmentation de la redevance versée par les opérateurs télécom diffusant ses chaînes via leurs box. En échange de cette augmentation, SFR aura accès à de nouveaux services et fonctionnalité et M6 va prendre à sa charge les coûts de transport de ses chaînes en clair.

Le montant de l’accord n’a pas été donné. Pour TF1, selon Les Echos SFR pourrait avoir accepté de payer entre 20 et 30 millions d'euros contre un peu moins de 10 millions auparavant. L’objectif de TF1 est d’obtenir de la part des opérateurs télécoms une centaine de millions d’euros. L’accord avec SFR démontre que l’on va certainement être très loin du compte...

Reste à TF1 un accord avec Bouygues, Canal+, Free et Orange. Selon Les Echos (05/01), l’accord entre Orange et TF1 arrive à échéance le 31 janvier et l’accord avec M6 serait lui terminé depuis le 31 décembre. Pour rappel, Orange a assigné TF1 devant le Tribunal de commerce (Les Echos, 19/07).

M6 a lui signé un accord avec Orange, Bouygues Telecom, Canal+ et SFR, mais pas avec Free. Selon Les Echos (18/01), au total M6 devrait toucher au moins une quinzaine de millions d’euros de revenus supplémentaires. Combien pour TF1 ?

Free s’était aussi positionné publiquement contre cette demande (Le JDD du 04/2017) "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

En attendant, SFR a pris (un petite) avance psychologique sur la concurrence, mais cela ne suffira pas à redresser ses positions.

Vivendi en Italie : Telecom Italia
Afin de faciliter un accord avec le gouvernement Italien, Telecom Italia (TIM) examine la question de savoir si une séparation de son réseau de téléphonie fixe s'impose. Cet actif serait valorisé à 15 milliards d’euros. Un plan stratégique pourrait être présenté en mars. Vivendi pourrait garder une partie du capital.

Le ministre italien du Développement économique s’est également prononcé pour la séparation en deux sociétés distinctes. En précisant que la première entité gérerait les services et la seconde s'occuperait du réseau. Mais il reste à définir le paramètre du réseau, donc c’est une opération complexe qui prendra du temps. Il faut également rappeler que des élections législatives sont prévues en mai 2018, ce qui laisse peu de temps pour conclure un accord.

Pour rappel, le gouvernement italien vérifie si Vivendi a bien respecté les règles lors du resserrement de son contrôle sur la direction de Telecom Italia. En cas d’infraction, Vivendi risque une amende de 300 millions d’euros. Le ministre s’est déclaré pour un réexamen de cette amende en cas d’accord.

Pour rappel, Le gouvernement va utiliser les pouvoirs spéciaux que lui offre la loi dans les secteurs stratégiques : "avec proportionnalité et d'une façon raisonnable". Afin de prendre des "mesures visant à l'adoption de plans de développement adéquats, d'investissement et de manutention sur les réseaux et les équipements, afin d'assurer leur fonctionnement et intégrité, garantir la continuité de la fourniture du service universel et satisfaire l'intérêt général à moyen et long terme"

Le PDG de Telecom Italia vient d’annoncer qu’il était ouvert au dialogue (La Tribune, 31/10) : "[i]Nous acceptons le 'golden power' et nous discuterons de ce qui nous est demandé, en prenant soin que les interventions à mener ne nuisent pas à l'activité opérationnelle de l'entreprise".

Vivendi serait prêt à céder son réseau fixe même si ce réseau est qualifié de "stratégique", "Parler de séparation du réseau a un sens si cela a pour objectif d'améliorer encore la neutralité et de parvenir plus rapidement à la digitalisation du pays".

Vivendi en Italie : Telecom Italia
D’autre part, Vivendi veut tailler dans ses effectifs de Telecom Italia. L’opérateur emploie 60 000 personnes en Italie et entre les départs à la retraite et les contrats non reconduits, c’est presque 10 000 emplois qui pourraient être supprimés (La tribune, 08/01).
avatar
le Ven 19 Jan 2018 - 7:30Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°234

Canal+
Comme le révéle 60 Millions, Canal+ va entamer la migration des abonnés avec des anciennes offres vers les nouvelles offres. Cette migration s’étalera jusqu’au mois de mars. Un million d’abonnés seront concernés. Ce sont les clients soit avec une offre Canal+ ou ceux avec CanalSat. De nouvelles chaines seront proposées en échange d’une hausse de tarif de 5€. Le client pourra refuser et résilier en passant par son espace client.
Le chiffre d’affaire et l’Arpu vont faire un bond, le premier logiquement pour 5 millions.

Canal+
Toujours afin d’optimiser ses revenus et dans le cadre de son plan d’économies, Canal+ pourrait se retirer de la diffusion de la TNT. Cela permettrait de faire une économie d’une vingtaine de millions par an. En 2015, le nombre d'abonnés se s'élevait plus qu'à 670.000, soit 17% du portefeuille total. A 40 euros par mois (TTC), on peut estimer que ces abonnés rapportaient alors près de 300 millions d'euros (HT) de chiffre d'affaires par an.
En pratique, la chaîne cryptée peut décider de rendre sa fréquence hertzienne terrestre à tout moment. Mais elle peut aussi attendre la fin de son autorisation d'émettre en TNT, qui expire le 6 décembre 2020.
A cette date, les textes prévoient que le CSA remette en jeu la fréquence de Canal Plus et lance un appel à candidatures ouvert à tous (bfm, 10/01).

Canal+
Vivendi vient de publier un communiqué avertissant que ses résultats du T4 seraient en dessous des prévisions. En effet : "Groupe Canal a accéléré des projets de réorganisation, notamment la fermeture du centre d’appel de Saint-Denis et la restructuration de celui de Rennes dont le coût représentait le double de celui des prestations réalisées par des tiers. Au total, ces restructurations exceptionnelles coûtent près de 40 millions d’euros au 4ème trimestre 2017.".

Lors de la présentation de ses résultats du T3, Canal+ avertissait : "Nous lancerons en parallèle un nouveau plan d'économies de moindre ampleur que le précédent de 350 millions, lequel sera atteint en année pleine dès l'an prochain."(Les Echos, 17/11).

Vivendi donne quelques chiffres et notamment le nombre d’abonnés via les opérateurs télécoms : "Groupe Canal enregistre une évolution satisfaisante du parc d’abonnés de la télévision payante en France, auquel s’ajoute plus de 3 millions de clients aux offres Canal des opérateurs télécoms.".

A fin septembre, Vivendi donnait 3 008 millions (2,995 à fin juin, 2,939 millions à fin mars, 2,928 millions à fin décembre) de clients pour les offres spécifique de Free et Canal+. Cela ne progresse quasiment plus.
avatar
le Lun 22 Jan 2018 - 7:39Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°271

Iliad
Selon La lettre de l’Expansion, Iliad a obtenu que la redevance payée à Orange pour l'utilisation de son réseau par Free Mobile soit réduite en 2017 à 300 millions d'euros, contre 750 millions au lancement de l'offre. En parallèle il y a aussi la montée en charge du réseau Free et donc la baisse naturelle de l’itinérance.

Faut-il rappeler qu’en juin 2016 Orange et Free avaient annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer en décembre 2017.

Stéphane Richard
Bruno Le Maire – le Ministre de l’Economie a déclaré sur BFMTV (Le Figaro, 21/01) que : "S'il y a une condamnation de Stéphane Richard à un moment donné il remettra immédiatement son mandat (…) Pour toutes les entreprises publiques qui sont sous ma responsabilité de ministre de l'Economie, les règles du jeu doivent être claires, s'il y a condamnation du dirigeant, il y a départ immédiat du dirigeant",

Pour lui, Stéphane Richard a "fait du bon travail à la tête d'Orange" et pour sa réélection "c'est la gouvernance qui doit décider (…) Il y a une réunion du comité de nomination à la fin de la semaine, ensuite il y aura un conseil d'administration, ensuite il y aura une assemblée générale"

L’Etat apporte donc son soutien à Stéphane Richard qui a le champ libre pour se représenter, mais l‘épée de Damoclès est toujours bien présente. Le Ministère va-t-il préparer un plan B ?

Dans l’affaire Tapie, Christine Lagarde la Ministre de l’époque a été jugée coupable de négligence par la Cour de justice de la République (CJR). Stéphane Richard était son Chef de Cabinet et pour cette partie de l’affaire (non politique), Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds public.

Le conseil d'Orange compte 15 membres dont trois représentants de l'Etat actionnaire. Stéphane Richard aurait le soutien de 7 administrateurs indépendants pour le renouvellement de son contrat à la présidence de l'opérateur.

5G
Sebastien Soriano a accordé un entretien au quotidien Les Echos, 17/01), il y revient notamment sur le lancement de la 5G : " La 5G, nous la lançons cette année en France. Nous ouvrons des fréquences dans la bande des 3,5 GHz pour effectuer des pilotes dans neuf métropoles : Bordeaux, Nantes, Grenoble, Douai, Le Havre, Saint-Etienne, Lille, Montpellier et Lyon. L'idée est de travailler sur un hôpital, un port ou encore une autoroute connectée. Et de bien comprendre ce que permet la 5G, qui vise surtout les entreprises contrairement à la 4G. Après cette phase de pilotes, une attribution des fréquences pourra avoir lieu. Mais pas avant 2020. Et pas forcément sous forme d'enchères.".
avatar
le Mar 23 Jan 2018 - 7:25Hammett
Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales.

Chiffres en vrac
Au 31 décembre 2016, Orange compte 6844 brevets, et 207 ont été déposés en 2016. La plupart sont issus du réseau Orange Labs.
La marque Orange est protégée dans 200 pays et elle serait valorisée 21,5 milliards d’euros. La marque Orange est utilisée que par Altice Hispaniola (ex Orange Dominique revendue à Altice en avril 2014) et par Telkom Kenya (vendu en juin 2016).
Concernant le Ftth, à fin décembre 2016, Orange avait déployé 9,6 millions de lignes en Espagne, 1,5 millions de lignes en Pologne et 349 000 en Slovaquie. Orange a commencé le déploiement en Jordanie et en Côte d’Ivoire. En France ce sont 6,9 millions de lignes qui sont raccordables.

Présence internationale


Quelques chiffres
Orange donne quelques chiffres sur ses parts de marché dans divers pays, mais pas dans tous comme pour la Belgique. Pour rappel, Orange n’est pas présent partout sur le fixe, mais d’abord et avant tout sur le mobile.

avatar
le Mer 24 Jan 2018 - 7:06Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°234

beIN Sports & Altice Pay TV
Le Monde (22/01) relaie l’avis d’un analyste : "BeInSport et Altice Pay TV vont fusionner", d’autre part le quotidien rappelle que Alain Weill (patron de SFR et d’Altice PAY TV) pense qu’il y aura consolidation sur le marché de la tv payante diffusant des contenus sportifs premiums. Qui va faire quoi et comment ? Les difficultés d’Altice relance forcément toutes les spéculations. Dans ce cas, cela isolerait un peu Canal+, mais ce ne serait pas une bonne nouvelle pour une augmentation des droits tv de Ligue 1.

Altice Pay TV
Alain Weill – le patron de SFR et Atice Pay TV – a donné un entretien au quotidien [url= https://www.lequipe.fr/Medias/Article/Alain-weill-sfr-canal-est-un-partenaire-strategique-essentiel/867821]L’Equipe[/url] (17/01), il a rappelé que : "Canal+ est un partenaire stratégique essentiel. Nous distribuons Canal + depuis toujours. C'est la chaîne du football aujourd'hui, aussi celle du cinéma. Bien sûr que nous avons des discussions avec eux".

Altice cherche maintenant à diffuser ses chaines afin de rentabiliser ses investissements dans les contenus. Dans le cadre de sa réorganisation, Altice a annoncé la création d’une entité télévision payante. Cela va lui permettre (éventuellement) de pouvoir vendre SFR Sport (si celle-ci est renommée), mais aussi de répartir le poids des investissements dans le foot sur le groupe et plus seulement sur SFR.

Chez Canal+, cela ne semble pas être une priorité. Lors de la présentation du nouveau décodeur, Maxime Saada a déclaré (L'Equipe, 18/01) qu’il attendait : "avec sérénité les propositions de SFR. Nous ne sommes pas dans le besoin aujourd'hui".

SFR Sport : quels droits tv?
Le quotidien l’Equipe (édition papier) du 18/01 a publié une infographie sur le coût de la grille de SFR Sport. Celle-ci va se monter à 500 millions d’euros avec la Ligue des Champions. En 2016 (et donc avec les 140 millions de la ligue des champions, 50 pour Cab), Canal+ dépensait 822 millions et beIN Sports 400 millions. L’équation financière pour SFR Sport est intenable sur le long terme.



Au total depuis son lancement depuis 2012, le Qatar a injecté 1,4 milliards d’euros dans le bouquet de chaines qui compte plus de 3,5 millions de clients. Alors qu’entre 2012 et 2015, beIN Sports a cumulé une perte de 1 milliard. Le résultat opérationnel des chaines Canal+ en France montre une perte de 399 millions en 2016 et de 265 millions en 2015, 180 millions en 2014. Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) est de 8,008 millions (dont 3,008 aux offres spécifiques Free et Orange et 4,990 directement).
avatar
le Jeu 25 Jan 2018 - 7:04Hammett
C’est par un mail envoyé en interne qu’Orange a annoncé avoir atteint 2 millions de clients en Fibre Optique. C’était l’objectif qui avait été annonce début 2017.

Fin 2016, Orange comptait 1,452 millions de clients ce qui représentait 13% de sa base clientèle. Cela représente une augmentation de 548 000 clients sur 12 mois (+37,7%) et une hausse moyenne de 45 666 par mois. Au 30 septembre, Orange comptait 1,835 millions de clients en très haut débit, ce qui représente 16,1% de ses clients

Début décembre, Orange a présenté un point d’étape de son plan stratégique « Essentiels 2020 ». Un point sur la Fibre Optique avait été fait.

Orange prévoit de raccorder 20 millions de logements à la fibre en zones très denses et moyennement denses dès 2021, soit avec un an d'avance. Le groupe a investi 3,4 milliards d'euros dans la fibre optique depuis 2015, ce qui lui a permis de raccorder 25 millions de prises au très haut débit, dont 11,3 millions en Espagne et 8,4 millions en France.

Orange affirme que la fibre est la formule gagnante : Dans les zones où il l'a déployée, Orange assure avoir gagné 1,4 point de parts de marché (et même 2 points à Paris, où il est redevenu n°1 dans le fixe) et facturer 6,20 euros de plus par rapport à un client ADSL, un différentiel qui atteindra 7 euros dès 2018 et 8 euros à terme (Les Echos, 08/12).

Orange affirme que "en France, 90 % de nos sites mobiles sont connectés à la fibre et donc prêts pour la 5G".
avatar
le Lun 29 Jan 2018 - 7:52Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°235

Droits tv en Italie
Les droits tv du Calcio de 2018 à 2021 n’ont toujours pas trouvé preneur. La Ligue italienne souhaite obtenir 1,050 milliard, mais Sky et Mediaset ont proposé 760 millions. Mediapro propose 990 millions pour les revendre par lot. La décision finale va être prise rapidement.
Telecom Italia n’a pas participé aux enchères. Courant décembre, l’International Bank of Qatar était prête à investir 13 milliards d'euros pour les dix prochaines saisons afin de les revendre ensuite à des chaînes de télévision.

En juin dernier le dernier appel d’offre avait échoué, Sky Italia n’avait proposé que 495 millions d’euros, alors que la Ligue en espérait 1,2 milliard. Pour ce nouvel appel d’offre, la Ligue a mis la barre à 1,05 milliard. Lors de la période précédente Sky et Mediaset avaient déboursé 946 millions d’euros.

Les droits TV internationaux de la Série A ont été attribués au mois d'octobre à l'agence IMG et à la RAI pour un total de 371 millions d'euros par an pour la période 2018-2021, soit le double de la période précédente.

beIN Sports
La chaine vient de prolonger ses droits sur la Liga pour la saison prochaine et jusqu’en 2021. Selon L’Equipe (22/01), beIN Sports aurait déboursé 30 millions par saison, contre 26 millions actuellement. Pour l’Equipe : " A priori, SFR Sport était intéressé, mais n'a pas cassé sa tirelire pour ravir la Liga à beIN Sports. Tandis que Canal+ n'a pas concouru.".

Foot européen
Selon la nouvelle livraison du cabinet britannique Deloitte, c’est toujours Manchester United qui est leader parmi les clubs aux plus hauts revenus dans le monde, et devance de très peu le Real Madrid. Les Red Devils ont engrangé la saison dernière la somme record de 676,3 millions d'euros, soit 1,7 million de plus que le géant espagnol (674,6 M€), le Barça se classant 3e (648,3 M€). A noter que dix des vingt clubs les plus riches du monde évoluent en Premier League, Les dix autres clubs du Top 20 ? Trois Espagnols (Atlético de Madrid en plus du Real et du Barça), trois Allemands (Bayern, Dortmund, Schalke), trois Italiens (Juventus, Inter, Naples) et un Français (PSG).

Le PSG est détrôné de la sixième place au profit d’Arsenal et voit ses revenus repasser sous les 500 M€ à 486,2 M€ contre 520,9 M€ en 2015-2016. Sa 7e place dans le classement Deloitte 2017 est la pire du club dans l'ère qatarie (saison 2011-2012). Lyon est 21e avec 198,3 M€ (L’Equipe, 23/01).

Le Top20


Le PSG
avatar
le Mar 30 Jan 2018 - 7:06Hammett
Début janvier, l’ARCEP a publié son observatoire des marchés des communications électroniques du troisième trimestre 2017. Un point a été fait sur la facture moyenne mensuelle par client



La facture moyenne (HT) sur le fixe est de même niveau sur un an que lors du T3 2016, et c'est globalement stable depuis deux ans. Pour le mobile, c’est une baisse de 0,6% sur 12 mois à moins de 16€.

Rappel de l’ARPU à fin septembre sur le fixe et les forfaits mobiles (hors m2m)
avatar
le Mer 31 Jan 2018 - 7:25Hammett
Début janvier, l’ARCEP a publié son observatoire des marchés des communications électroniques du troisième trimestre 2017. Ces statistiques permettent de faire le point sur les cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G. La 4G est devenue majoritaire sur ce T3.

Récapitulatif de l'ARCEP


Même constat que les pour les trimestres précédents, la 2G poursuit sa baisse et a encore beaucoup baissé sur ces 12 derniers mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 4 points sur un an. A ce rythme, il va falloir encore 4 ans pour une quasi extinction.

La 3G et la 4G représentent 75% des cartes SIM, 72% à fin 2016, 68% à fin T4 2015. La 4G représente 52% du parc total contre 44% à fin 2016 et 31% à fin 2015. Par déduction la 2G représente donc 25%, , 28% à fin 2016 et 32% à fin 2015.
avatar
le Jeu 1 Fév 2018 - 7:32Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°272

Orange et la consolidation en Europe
Alors que Stéphane Richard devrait être reconduit pour un troisième mandat à la tête d’Orange, quelques informations/rumeurs ont fait état d’un intérêt d’Orange pour une consolidation avec quelques acteurs européens.
C’est le quotidien Le Monde (22/01) qui a évoqué l'intérêt d'Orange pour PT Portugal, filiale d’Altice pour un prix de 7 milliards d’euros.

D’autre part, le même quotidien (22/01) a annoncé que l’été dernier, Orange et Deutsche Telekom avaient cherché à fusionner. Mais encore une fois, comme Deutsche Telekom est deux fois plus gros, cela ne permet pas une fusion entre égaux, et dans ce cas Orange aurait été purement absorbé. Enfin il est toujours évoqué le dossier Telecom Italia. Mais là, tant que la situation n’y est pas claire, ce serait une grosse surprise.

Tout cela a été catégoriquement démenti par Gervais Pellissier - directeur général d’Orange - : "La consolidation en Europe n'est pas à l'agenda (…) Personne n'a prouvé qu'une opération majeure de consolidation en Europe était créatrice de valeur (…) Le dernier à avoir fait une opération d'ampleur est Telefonica avec le rachat d'O2 en 2006. Et ça n'a pas eu les résultats escomptés : ils ont vendu une grande partie de l'empreinte géographique, notamment en Europe Centrale.".
Sur Deutsche Telekom : "Quand on compare les valorisations des deux groupes, ce n'est pas une fusion mais une acquisition d'Orange par Deutsche Telekom. Je ne suis pas sûr que cela plairait à de nombreuses personnes en France".

Par contre, rien n’est exclu dans les pays ou Orange est déjà présent comme la Belgique ou la Roumanie. En fait Orange cherche à se renforcer sur les réseaux fixes, car il n’y est pas présent (Les Echos, 25/01).

SFR
Fin février Patrick Drahi le patron d’Altice va présenter SFR Recovery, un nouveau plan de redressement de SFR Group, qui est appelé à disparaitre suite à la nouvelle réorganisation de son groupe. La nouvelle entité s’appellera Altice France et ne contiendra plus les droits tv (La Lettre A)
Ceux-ci sont rassemblés dans une nouvelle entité : Atice Pay TV, ce qui devrait permettre de d’optimiser les coûts d’acquisitions en distribuant les chaines SFR à la concurrence. Orange serait fortement intéressé.
avatar
le Ven 2 Fév 2018 - 7:30Hammett
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord sur la téléphonie mobile pour le T4 2017.

Quelques tendances générales
- Sur l'ensemble des forfaits, c'est une petite augmentation par rapport aux trimestres précédents, mais c’est - pour le deuxième trimestre de suite – le marché des forfaits résidentiels et entreprises qui tire le marché au détriment donc du marché m2m.
- En prenant en compte le prépayé, cela reste le moins bon trimestre de l'année.
- Il y a toujours un fort développement des forfaits sans engagement, avec une augmentation de 3,5 points (contre 4,8 pour le T3) sur an et 73,5% des forfaits concernés.
- Les taux de résiliation et le nombre de numéros portés retrouvent le niveau du T4 2016.
- En Total France, les opérateurs et Mvno’s ont gagné 997k cartes sim sur le trimestre. Les opérateurs sont en hausse de 1,462k sur les forfaits actifs: +861k (dont 94k pour les mvno’s) sur le segment grand public et entreprise et +601k sur le segment M2M. C'est toujours en baisse de 465k sur le prépayé. Les Mvno’s ont eux gagné 161k cartes sim.

Précisions
- Les données sont exprimées en milliers. En rouge, les mouvement négatifs.
- Pour lire le tableau : le nombre de cartes sim sur les forfaits (résidentiels et entreprises) a augmenté de 2 741 sur un an (+4,45%) et de 0,861k sur le trimestre (+1,36%).
- Pour l’ARCEP, les opérateurs sont, en métropole : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange, SFR, dans les départements et collectivités d'outre-mer : Dauphin Telecom, Digicel AFG, Globaltel, Orange Caraïbe, Orange Réunion, Outremer Telecom, SAS SPM, Société Réunionnaise du Radiotéléphone (SRR), Telco OI, UTS Caraïbe.

avatar
le Lun 5 Fév 2018 - 8:15Hammett
TF1 a réussi l’exploit de voir Canal+, Free et Orange s’opposer frontalement à sa demande de voir une rénumération plus importante pour la distribution de ses chaines et service. A ce jour, c’est Orange qui est en première ligne. Pour Le Figaro, TF1 demanderait 25 à 26 millions à Orange et près de 20 millions à Free.

TF1 a signé un accord avec Bouygues et SFR, qui a accepté de payer 10 millions d’euros pour des avant-premières, la diffusion en 4K de certains programmes comme la Coupe du monde ou des services tels que le start over (possibilité de revenir au début du programme). TF1 a annoncé vouloir toucher 100 millions d’euros après la négociation de l’ensemble de ses accords de distribution.

Orange
De son coté Orange a signé un accord avec M6 pour une vingtaine de millions d’euros, mais Orange estime que le service Replay de M6 est plus utilisé que celui de TF1, enfin, Orange estime que "les services qui nous sont proposés ne sont pas à la hauteur de l'investissement qui nous est demandé (...) Un opérateur de réseau c'est quelqu'un qui apporte du réseau, une box à domicile et qui permet d'accéder à des services à valeur ajouté. Pas des services que vous pouvez trouver en regardant gratuitement la TNT" (Le Figaro, 02/02)

Canal+
Interrogé par le JDD, 04/02), le directeur général du groupe Canal+, Maxime Saada, est ferme : "Le groupe TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs qui diffusent ses chaines gratuites, des sommes astronomiques, à hauteur de 100 millions d’euros au total, dont plusieurs dizaines de millions pour le seul groupe Canal+ (...) Nous n’avons aucunement l’intention de céder au chantage et sommes prêts, si nous y sommes contraints, à envisager assez vite une coupure du signal des chaînes gratuites du groupe TF1 sur nos différents supports ; sachant que Canal représente entre 15% et 20% de l’audience de ses chaînes gratuites", assure le DG de Canal+.".

Canal+ a lancé un plan d‘économies, il lui serait difficile de vendre un accord pour une vingtaine de millions. Et en l’occurrence TF1 applique la même politique de Canal+. Cette dernière appliquant les mêmes recettes dans sa fonction de distributeur.

Free
Quand à Free, pour Maxime Lombardini : « Les demandes de TF1 sont extravagantes! Les discussions sont au point mort. Je suis pessimiste sur la suite» Le Figaro, 02/02). Mais historiquement Free a toujours du mal à payer pour la diffusion de contenus.

On imagine mal que le conflit se poursuive très longtemps. TF1 a besoin de Orange pour la distribution de ses services et des audiences qui vont avec. Mais Orange doit également distribuer ces services et de ne pas laisser SFR seul sur les innovations proposées (stat-over, 4K, service Replay enrichi, etc...). A combien se montera le deal ?
avatar
le Mar 6 Fév 2018 - 7:29Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°236

SFR Sport
Selon le JDD, l'offre OTT de SFR sport ne compterait qu'une petite trentaine de milliers d'abonnés. Selon Les Echos, elle compterait autour de 15 000 clients (sans compter l'offre OTT SFR Sport couplée avec BeIN sports, lancée en février). BeIN Sports aurait plusieurs dizaines de milliers de clients OTT, tandis qu'Eurosport revendique lui s'approcher du seuil du million tous situé en Europe.

Pour Alain Weil, le PDG de SFR, la stratégie d'exclusivité des droits sportifs, surtout du foot, a vécu : "Il en va tout simplement de la viabilité, de la rentabilité de notre modèle (...) l’exclusivité est un non-sens sur le plan strictement commercial surtout pour des sports majeurs tel que le football.". Concernant l'acquisition de droits, Alain Weill prévoit : "Un nouveau coup d’accélérateur dans les prochaines semaines".

Il annonce également que : "l’ADLC a décidé d’imposer prochainement à l’ensemble des opérateurs l’obligation de distribuer une part de leurs droits sur d’autres plateformes que les leurs".

Orange vers un accord avec Altice Pay tv ?
Orange va certainement conclure un accord avec Altice pour distribuer le bouquet sport de SFR. Stéphane Richard vient de déclarer chez Bloomberg que chez Orange : "Nous sommes ouverts d’esprit pour discuter avec Altice à propos de la distribution de ces programmes – je parle de la Champions League en France. Je pense que beaucoup de personnes veulent être en mesure de regarder ces matchs et nous allons essayer de trouver un accord avec Altice.".

Lors de la journée « investisseurs » organisée à Londres le 7 décembre dernier, Stéphane Richard avait réaffirmé qu’Orange ne participerait pas aux futures enchères sur les droits de Ligue1, il avait par contre ouvert la porte à un accord : "Les investissements dans les contenus pourraient aller vers des partenariats entre opérateurs plutôt que dans la confrontation frontale (…) Nous sommes ouverts à la question afin d'aller vers un partenariat gagnant-gagnant.".

SFR Sport
SFR Sport s’est offert de l’équitation : "Avec l'acquisition des droits de diffusion des concours d'équitation, SFR Sport propose les meilleures compétitions et diffuse toutes les épreuves de Longines Coupe du Monde FEI (Fédération Equestre Internationale) et de la Coupe des Nations FEI, Jumping, concours, dressage : près de 50 événements équestres seront diffusés et permettront de retrouver les équipes de France championnes olympiques." (communiqué).
D’autre part, SFR Sport 3 devient une chaine omnisports.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum