Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2127
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 53
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Jeu 9 Nov 2017 - 6:29Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°224

Rugby
Le président de TF1 a annoncé l’acquisition des droits de la coupe du monde de rugby en 2019 qui se déroulera au Japon. Le montant serait de 45 millions contre 50 millions pour la précédente édition. En 2015, TF1 avait vendu 27 matchs à Canal+ pour 15 millions, l’opération va-t-elle se répéter ? (mediasportif, 20/10).

Ligue des Champions
ecofoot a publié les revenus distribués par l'UEFA aux clubs ayant participé à la Ligue des Champions sur la saison 2016-2017.



Monaco a touché 64,8 millions, le PSG 55,3 millions et Lyon 38,6 millions. Le vainqueur, le Real Madrid a touché 81,7 millions et le finaliste, la Juventus de Turin, 110,4 millions. C’est la première fois que l’UEFA distribue autant pour un club.
A noter que si la Juventus reçoit plus que le Real, c’est à cause des droits tv payés par les diffuseurs italiens supérieurs à ceux des diffuseurs espagnols.

Foot : droits TV
L’Equipe du 12/10 a publié une infographie sur le top 10 des clubs qui ont perçus le plus de droits tv en 2016.



Pas un français, 5 anglais, 2 espagnols, 2 italiens et 1 allemand.
avatar
le Ven 10 Nov 2017 - 6:33Hammett
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord sur la téléphonie mobile pour le T3 2017.

Quelques tendances générales
- Belle augmentation par rapport aux trimestres précédents, mais c’est - pour une fois – le marché des forfaits résidentiels et entreprises qui tire le marché au détriment donc du marché m2m; c'est à l’image des résultats publiés par Orange. Le marché est relativement dynamique.
- Il y a toujours un fort développement des forfaits sans engagement, avec une augmentation de 4,8 sur an et 73,4% des forfaits concernés.
- Les taux de résiliation et le nombre de numéros portés augmentent fortement par rapport aux trimestres précédents, le trimestre a ét particulièrement dynamique.
- En Total France, les opérateurs et Mvno’s ont gagné 1 285k cartes sim sur le trimestre. Les opérateurs sont en hausse de 1,347k sur les forfaits actifs: +753k sur le segment grand public et entreprise et +594k sur le segment M2M. C'est toujours en baisse de 167k sur le prépayé. Les Mvno’s ont eux gagné 120k cartes sim.

Parts de conquête
Sur les 753k cartes sim du segment Forfait Grand Public du T3, Orange en revendique 353k (46,9%) et SFR de 16k (2,1%). Il reste 384k à se partager entre Bouygues Télécom et Free. A confirmer.

Sur les 594k cartes sim du segment forfait m2M du T3, Orange en revendique 239k (40,2%) et SFR est en baisse de 6k de (13,8%). Il reste 361k pour la concurrence. A confirmer.

Précisions
- Les données sont exprimées en milliers. En rouge, les mouvement négatifs.
- Pour lire le tableau : le nombre de cartes sim (résidentielles, entreprises et M2M) a augmenté de 5 043 sur un an (+6,05%) et de 1,285k sur le trimestre (+1,47%).

avatar
le Lun 13 Nov 2017 - 7:05Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°261

SFR
Depuis quelques jours, SFR est confronté à une violente réaction des marchés suite à la publication des résultats trimestriels jugés décevants par ces mêmes marchés. Trois ans après la reprise effective de SFR par Altice, la situation commerciale ne s’améliore pas et les promesses de beaux jours encore reportées.

Face à cela P.Drahi tente de reprendre la main et vient encore de virer Michel Combes de SFR et à placer Alain Weill, c’est le huitième patron en 5 ans, alors que les effectifs sont passés de 15 000 à 10 000. P.Drahi va lui prendre la tête du Conseil d’administration.

Seul point positif dans le tableau, la dette ! Celle-ci est de 51 milliards, mais les grosses échéances ne sont prévues qu’en 2023 et 85% de cette dette est libellée en coûts fixes. Cette tempête boursière va juiste rendre plus compliqué de nouvelles acquisitions.
Les défis sont immenses et c’est la garde rapprochée de P.Drahi qui s’y colle.

Déploiement de la Fibre Optique
L’inauguration d’un réseau FTTH à Laval a donné l’occasion d’un rapprochement certain en Orange et Free. Orange a été choisi par le département et à signé un accord avec Free afin que les deux offres soient présentes à l’ouverture du réseau. Pour l’occasion Stéphane Richard et Xavier Niel avaient effectué le déplacement, ce dernier déclarant : "Stéphane Richard m’a appelé, nous avons trouvé un accord en huit jours". Les prémices d’un accord plus général sur d’autres RIP ?

De son coté Julien Denormandie - Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Aménagement du Territoire – a déclaré : "Nous n’allons pas ouvrir cette boite de Pandore qui est le redécoupage des zones RIP et AMII. Il nous faut un cadre stable pour aller plus vite. La loi permet d’aller dans des engagements contraignants.", alors que l’Arcep serait : "pour un repartage rapide des déploiements de fibre optique en zone AMII assorti d’engagements juridiquement contraignants.".

L’Arcep estime qu’avec le même rythme, les accords actuels ne permettront pas un déploiement d’ici à 2020 mas plutôt 2023. Orange de son coté estime qu’il tiendra scrupuleusement ses engagements. Pour Stéphane Richard : "il faut inscrire de le grand chantier de la Fibre dans la constance et ne pas revoir les règles tous les 6 mois" (Edition papier Le Figaro du 09/11).

SFR & TF1
Les deux groupes sont parvenus à un accord. SFR a accepté de payer davantage pour reprendre le signal de la première chaîne française ce qui va mettre fin aux poursuites judiciaires.
Selon Les Echos SFR pourrait avoir accepté de payer entre 20 et 30 millions d'euros contre un peu moins de 10 millions auparavant. Mais TF1 prendra en charge les coûts de transport des chaînes en clair représente une part d'audience importante, ce qui amoindrir les coûts de plusieurs millions pour SFR. En contrepartie TF1 va proposer des contenus enrichis dont une chaine premium en exclusivité chez SFR pour 6 mois.

Pour rappel, Orange a assigné TF1 devant le Tribunal de commerce (Les Echos, 19/07).Stéphane Richard avait réaffirmé l’opposition d’Orange à l’occasion du Show Hello (Les Echos, 21/04) : "Soit on rentre dans ce sujet avec une attitude respectueuse, et on ne commence pas à faire des ultimatums. Soit on se dit, cela va être la confrontation et dans la confrontation, sincèrement, je n'ai pas de doutes sur la réalité des rapports de forces entre les uns et les autres, sur le fait qu'ils ne nous sont pas défavorables.".

Free s’était aussi positionné publiquement contre cette demande (Le JDD du 23/04) "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

L'accord entre TF1 et SFR devrait donner des idées à M6 mais aussi aux chaines gratuites du groupe SFR comme BFM. Pour TF1, es discussions avec Orange, Free, Canal+ et même Bouygues Télécom (société soeur de TF1) sont encore en cours.
L’objectif de TF1 est d’obtenir de la part des opérateurs télécoms une centaine de millions d’euros. L’accord avec SFR démontre que l’on va certainement être très loin du compte...
avatar
le Mar 14 Nov 2017 - 6:24Hammett
Quelques chiffres et statistiques (hors résultats financiers) suite à la publication des résultats d'Orange au 30 septembre. Ces chiffres portent sur l’activité fixe et sur l’activité mobile.

Orange s’appuie sur le FTTH, le m2M et Open pour présenter de solides résultats commerciaux. Après une phase de décélération, Sosh semble reprendre des couleurs.
Le recrutement sur le Ftth est sur une bonne dynamique, mais Orange arrivera-t-il à l’objectif de 2 millions qu’il s’était donné en début d’année ?


* en milliers

Très haut débit
Le très haut débit tire encore la croissance d’Orange. Sur ce trimestre, c’est un gain de 145 000 clients. Alors que sur les derniers trimestres, Orange ne semblait pas en mesure d’augmenter la cadence, le T3 voit de bons chiffres. 85500 sont de nouveaux clients, contre 50 000 pour le T2, 65 000 pour le T1, 76 000 pour le T4.

Les clients FTTH représentent 16,1% de sa base clientèle contre 15,0% à la fin du T2, 14,1% à la fin du T1, 13,0% à fin T4, 8,9% à fin T4 2015, 5,4% à fin 2014, 3,2% à fin 2013 et 1,8% à fin 2012. Le nombre de clients avec une offre Open est de 8,461 millions et représente 47,2% des clients du fixe, en augmentation de 0,6% sur ce trimestre. Il reste encore 3 000 clients en bas débit.

Téléphonie mobile
Sur les forfaits, Orange progresse de 591 000 nouveaux clients (752 000 sur le T2, 604 000 sur le T1, 727 000 au T4, +435 000 au T4 2015).

Sosh progresse de 116 000 nouveaux clients et représente 12,5% des clients avec un forfait contre 12,3 à fin du T2 et du T1, 12,4% à fin 2016, 12,2% à fin 2015 et 11,2% à fin 2014. Et représente 11,2% de l’ensemble des clients chez Orange, contre 11,8% à fin 2016, 10,3% à fin 2015 et 9,1% à fin 2014. La baisse relative de Sosh commence à se faire sentir.

Sur le prépayé, c’est encore et toujours la chute, mais si elle est moins importante que lors des trimestres précédents. Pour le deuxième trimestre consécutif, les Mvno’s repartent à la hausse.
avatar
le Mer 15 Nov 2017 - 6:53Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°223

Il y a quelques mois, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a publié une étude sur le sport à la télévision. Rien de bien nouveau, mais comme toujours cela permet de mettre en lumière quelques récapitulatifs et de montrer que le ticket d’entrée pour les droits premiums est de plus en plus cher. beIN Sports avait sorti le carnet de chèque pour se faire une place, SFR est lui en train d’utiliser sa CB Gold.

Généralités
Le CSA écrit que : "La valeur du marché des droits sportifs en France s’élève à 1,45 milliard d’euros fin 2016 (+25 % par rapport à 2011). Cette valeur est très majoritairement captée par les compétitions de football (80 %), suivies loin derrière par les compétitions de rugby (près de 10 %). (…) Le marché des droits sportifs en France est un marché concentré, tant du côté de la demande que du côté de l’offre. En effet, 4 groupes audiovisuels représentent plus de 90 % du marché".

Evolutions de l’acquisition des droits sportifs

L’évolution est conséquente depuis l’arrivée de beIN Sports et de SFR. Et c’est sans compter sur l’année 2017 qui a vue SFR s’emparer des droits de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa. L’attribution des futurs droits de la Ligue 1 devrait marquer une forte augmentation !

Evolution du Top14 et de la Ligue 1
Le CSA récapitule l’évolution des droits du Top14 et de la Ligue 1


Evolution de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa
Le quotidien l’Equipe (édition papier du 12/05) a publié une infographie sur l’évolution des droits tv de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa (anciennement Coupe de l’UEFA)



Evolution Euro de foot et JO au niveau mondial
avatar
le Jeu 16 Nov 2017 - 7:40Hammett
Iliad vient de publier ses résultats pour le troisième trimestre 2017.
Ce sont des résultats solides sur le mobile, mais très faible sur le fixe. C’est toujours bon financièrement. 483 000 clients sur le Ftth (+ 64 000 sur le T3, +50 000 sur le T2, +59 000 sur le T1) pour 7,4 millions de prises raccordables.

Sur le fixe, c'est une augmentation de 168 000 clients (+2,7%) sur 12 mois et de 27 000 sur 3 mois soit 0,4%. Sur le mobile, c'est une augmentation de 8,1% sur 12 mois et 1,9% sur le dernier trimestre. C’est le meilleur trimestre de l’année. Mais ils étaient assez faibles.

Pour Free : « Dans un contexte fortement concurrentiel, le Groupe enregistre une hausse de son chiffre d’affaires de 6,6% sur les neuf premiers mois de l’année, à 3 710 millions d’euros. Le chiffre d’affaires des activités Haut Débit et Très Haut Débit du Groupe progresse de 4,7% à 2 087 millions d’euros et le chiffre d’affaires Mobile de 9,0% à 1 630 millions d’euros sur la même période.
»

avatar
le Jeu 16 Nov 2017 - 21:12Hammett
Quelques données sur les parts de conquête sur les forfaits mobiles Grand Public (hors m2m, prépayés et mvno’s, mais en comptant le segment Entreprise) et sur le fixe (avec le très haut débit) pour les 4 principaux opérateurs sur le T3.

Sur le fixe et sur le trimestre, Orange termine devant Bouygues qui engrange avec la Fibre Optique. Derrière, malgré le ftth, Free est à la peine et SFR continu à perdre du terrain.

Sur le mobile, historique, Orange est devant Free, qui signe un bon trimestre, Bouygues est à la peine et SFR est à peine.

Fixe
Sur le T3
Orange 112 000 nouveaux clients, soit 45,0% de parts de conquête.,
Bouygues 110 000, soit 44,2%,
Free 27 000, soit 10,8%,
Total 249 000
SFR est négatif de 71 000

Sur le T2
Orange 72 000 nouveaux clients, soit 53,7% de parts de conquête.
Bouygues 45 000, soit 33,6%,
Free 17 000, soit 12,7%,
Total 134 000
SFR est négatif de 13 000

Sur le T1
Bouygues 88 000 nouveaux clients, soit 39,4% de parts de conquête.
Orange 69 000, soit 31,0%.
Free 66 000, soit 29,6%,
Total 223 000
SFR est négatif de 33 000

----------------------------------------------------------------------

Mobile
Sur le T3
Orange 353 000 nouveaux clients, soit 41,8% de parts de conquête.
Free, 290 000, soit 34,4%.
Bouygues 185 000, soit 21,9%,
SFR 16 000, soit 1,9%
Total 844 000

Sur le T2
Free, 200 000 nouveaux clients, soit 41,3% de parts de conquête.
Orange 150 000, soit 31,0%.
Bouygues 110 000, soit 22,7%,
SFR 24 000, soit 5,0%
Total 484 000

Sur le T1
Free, 240 000 nouveaux clients, soit 40% de parts de conquête.
SFR 157 000, soit 26,1%
Bouygues 130 000, soit 21,7%,
Orange 73 000, soit 12,2%.
Total 600 000
avatar
le Ven 17 Nov 2017 - 6:52Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le fixe à fin juin 2017.



Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnements haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin juin 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin juin. Il sera actualisé avec la publication prochaine des chiffres l’ARCEP à fin septembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,3% de parts de marché avec 11,402 millions de clients et a recruté 346 000 nouveaux clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une augmentation de 3,1% de sa base clientèle.

Bouygues Signe un bon trimestre, sur un an, Orange est tout juste devant en valeur absolue. Pour l'avenir, Bouygues va devoir faire beaucoup plus sur le FttH. Globalement, la dynamique continue d’être bonne.

Free est maintenant bien installé à la deuxième place devant SFR, mais réalise un encore mauvais trimestre, même si il commence à accélérer sur le FttH. Il décroche sur l'ADSL et c'est Bouygues qui en profite. Mais globalement, Free ne progresse plus.

Orange est maintenant bien au-dessus de la barre des 40% de pdm et gagnent quelques dixièmes de point depuis le début de l’année. La Fibre Optique lui permet de grignoter un peu sur la concurrence, mais pas non plus de quoi prendre ses distances. Rien d’extraordinaire.

SFR poursuit son plongeon est négatif. Le redressement n’a pas encore commencé. A ce jour, la politique dans les contenus ne porte pas ses fruits et SFR fait (une fois de plus) un relatif petit trimestre sur le très haut débit. Forcément, cela aura un impact sur les futurs résultats financiers. 3 ans après son rachat, SFR est toujours dans la nasse.
avatar
le Lun 20 Nov 2017 - 7:15Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le mobile à fin septembre 2017.



Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,6% de parts de marché avec 32,472 millions de clients et a gagné 2,228 millions de clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une hausse de 7,4%.

Le détail
Bouygues fait un bon trimestre. Comme lors des trimestres précédents, avec le m2m, son différentiel avec Free a un peu augmenté, de +0,3 il y a un an à +0,7. Bouygues va-t-il redevenir le troisième opérateur mobile ?

Free est à 16,7% du marché, et malgré de bons chiffres sur le recrutement ne performe plus assez pour contrer le développement du m2m chez ses concurrents. Free ne progresse plus et voit Bouygues reprendre du terrain. La dynamique sur le résidentiel n’est plus assez forte.

Orange continue de perdre sur le prépayé et est en forte croissance sur le m2m ce qui lui permet de maintenir ses parts de marché et même de les augmenter légèrement. Nouveauté sur ce trimestre : les forfaits résidentiels devancent les forfaits m2m. Mais depuis de nombreux trimestres, ce n’est pas suffisant sur le segment Grand Public.

SFR commence à se refaire une (toute petite) santé sur les forfaits. Mais c’est loin d’être suffisant dans un marché en augmentation, il n’y a pas de dynamique chez SFR. La reconquête va être longue.
avatar
le Mar 21 Nov 2017 - 7:02Hammett
Brèves du sport business et de la TV payante – n°226

Résultats de Canal+
Vivendi vient de présenter ses résultats à fin septembre, ce qui permet de faire le point sur le nombre de clients du groupe Canal+.

C’est encore un mauvais trimestre tant commercialement que financièrement. Mais un peu meilleur que les précédents. En propre (hors ventes à Free et Orange), Canal+ (y compris CanalSat et Canalplay) est passé en dessous des 5 millions de clients, mais a gagné 1000 clients. Un rebond ? Canal+ France ne s’en sort qu’avec ses accords avec Free et Orange.

Pour rappel, du coté de la concurrence (Tv payante et service SVod), BeIN Sports serait à 3,5 millions de clients, OCS à 2,8 millions et Netflix à +/- 1,4 million, ils sont tous en progression.

Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) baisse de 712 000 entre le T3 2016 et le T3 2017 et augmente de 1000 sur le dernier trimestre (- 70 000 à fin juin, -401 000 à fin mars, -538 000 à fin décembre 2016).

Vivendi donne 3 008 millions (2,995 à fin juin, 2,939 millions à fin mars, 2,928 millions à fin décembre) de clients pour les offres spécifique de Free et Canal+. Cela ne progresse quasiment plus.



La baisse du nombre de clients a forcément une incidence sur le chiffre d’affaire : la TV payante en France représente 26,7% du chiffre d'affaire du groupe Vivendi contre 29,4% à fin décembre, 31,1% à fin septembre, 32,3% à fin juin 2016, 31,4% à fin 2015 et 34,2% à fin 2014.

Le chiffre d'affaire de la télévision payante en France est en baisse de 4,2% sur un an (5,3% sur 12 mois à fin juin, 7,8% sur 12 mois à fin mars). "Le résultat opérationnel courant de Groupe Canal+ s’établit à 360 millions d'euros, contre 439 millions d’euros aux neuf premiers mois de 2016. Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) s’établit à 326 millions d’euros, contre 427 millions d’euros aux neuf premiers mois de 2016, notamment du fait de la hausse des coûts de réorganisation. L’EBITA affiche un deuxième et un troisième trimestre de 2017 en nette amélioration par rapport au premier trimestre de2017.".

D’autre part, Canal+ annonce un nouveau plan d’économies : "Nous lancerons en parallèle un nouveau plan d'économies de moindre ampleur que le précédent de 350 millions, lequel sera atteint en année pleine dès l'an prochain."(Les Echos, 17/11)
avatar
le Mer 22 Nov 2017 - 7:12Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°262

Déploiement de la Fibre Optique
Une proposition de loi pour renforcer les obligations des opérateurs. Le sénateur Patrick Chaize, représentant les collectivités locales, propose d'empêcher la pose de plusieurs réseaux fibre en parallèle sur la majorité du territoire, tout en renforçant les sanctions contre les opérateurs privés. Le texte n'a pas de garantie de passer le marathon parlementaire, mais envoie un signal en plein chamboulement du plan fibre (revue de presse de l’ARCEP du 14/11, via Next Inpact).

Orange
Stéphane Richard a annoncé qu’Orange va "progressivement réduire" ses effectifs dans les centres d'appels, qui comptent en total 20.000 employés, en raison d'une baisse des appels de ses abonnés. Mais il n’a pas donné de détails sur la nature de la réduction et sur le timing. A surveiller donc.

SFR
Alors que l’action dévisse, P.Drahi a tenté de rassurer ses salariés de SFR : " Nous savons exactement où nous allons et comment y aller (…) Nous travaillons pour mettre en place un plan opérationnel, simple, concret et rétablir l'ensemble des process client qui ne fonctionnent pas.".
Trois ans après la reprise, P.Drahi travaille encore sur la basique…

Pour lui : "Quand on investit des milliards dans les réseaux fixe et mobile, le retour sur investissement prend du temps pour que le client se rende compte que son réseau est le mieux. (…) Pour les contenus, c'est pareil, ça prend du temps mais nous n'avons aucun doute que les fans de Ligue des Champions seront demain chez SFR.".

Lors d’une conférence à Barcelone, Patrick Drahi a précisé : "Mais je n'ai pas l'intention de changer mes plans (…) Le principal problème en France, c'était le management. Ce n'était pas du tout un problème de concurrence. Nous avons mal géré la vente de contenus. La priorité est désormais de se concentrer sur la satisfaction des clients (…) Nous allons rapidement faire baisser la dette en Europe, c'est la priorité. Il n'y aura pas d'opération de fusion ou d'acquisition.".

Les investissements vont se poursuivre : "c'est fondamental pour le futur", toutefois, afin de gagner du cash, le changement de nom de SFR va être reporté. D’autre part, Dennis Okhuijsen, le directeur financier annonçant même : "Nous examinerons de possibles ventes d'actifs non essentiels".

SFR va-t-il faire l’impasse sur les futurs droits tv de la Ligue 1 ? Sachant que les droits la Premier League vont aussi être remis sur le marché à l’automne 2018 pour lesquels SFR débourse 120 millions d’euros par an.

Plus globalement, au delà du cours de bourse, SFR doit démontrer qu’il est capable de travailler dans le sérénité et de tenir la cadence du long terme. Ce que n’a pas réussi à faire P.Drahi depuis la reprise de SFR. Patrick Drahi est-il patient ? L’environnement le sera-t-il également ? En attendant, il a quelques années devant lui avant de rembourser de lourdes échéances de sa dette.
avatar
Hier à 7:06Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin septembre 2017, voici un tableau récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles du segment grand public (hors M2M, mvno pour les opérateurs, prépayés et entreprise) pour les 4 opérateurs nationaux, les mvno et les Opérateurs de réseaux mobiles outre-mer.



Sur les seuls forfaits vendus en propre, c’est-à-dire hors mvno, m2m, prépayés et entreprise, Free avec 24,3% de parts de marché conforte sa deuxième place devant SFR avec 22,6%, et semble reprendre sa marche en avant, après avoir patiner depuis six mois.
Depuis 12 mois, Bouygues stagne globalement. Orange reprend quelques couleurs après plusieurs trimestres de baisse. SFR a perdu 0,7 point en 12 mois, c’est moins que précédemment, est-ce une dynamique de rebond ?

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR et l’ARCEP
- Au T3, Orange compte 18,635 millions de clients avec un forfait grand public, ce qui représente une part de marché de 33,8% et une augmentation de 633 000 cartes sim, soit une augmentation de 3,5% de sa base client entre le T3 2016 et le T3 2017.
- Bouygues est le seul à ne pas séparer de ses forfaits ceux du segment entreprise. Comme sa part de marché sur ce segment est estimée à 6%, je la retranche du total forfait hors m2m réalisé sur le trimestre.
- Pour la rubrique autres : d’abord addition des forfaits Bouygues, Free, Orange, SFR et mvno retranché du total résidentiel Métropole + Dom. On y trouve les Opérateurs de réseaux mobiles outre-mer (Dauphin Telecom, Digicel AFG, Globaltel, Orange Caraïbe, Orange Réunion, Outremer Telecom, SAS SPM, Société Réunionnaise du Radiotéléphone (SRR), Telco OI, UTS Caraïbe) et les mvno. Pour les mvno, Orange isole cette donnée, mais pas Bouygues Telecom, pour SFR, ce n’est pas tout à fait clair et Free n’en a pas. On peut donc retrouver des mvno dans cette rubrique mais aussi chez Bouygues et SFR.
avatar
Aujourd'hui à 7:15Hammett
Récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles (y compris grand public, m2m, entreprise) et donc hors prépayés à fin septembre.



Contrairement aux forfaits du segment public, les forfaits m2m et entreprises permettent à Orange de préserver ses parts de marché avec +0,7 point sur le segment de forfaits entre le T3 2016 et le T3 2017. Idem pour SFR qui maintient sa deuxième place, mais avec une perte de 1,4 point sur 12 mois. Bouygues progresse de 0,7 point et Free arrive juste à garder ses positions. Bouygues pourrait très bien repasser devant Free très rapidement. Belle revanche.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T3, Orange compte 28,433 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 36,6%, et une hausse de 2,674 millions cartes sim et de 10,4% de sa base client sur 12 mois.
- Pour la rubrique autres : addition des forfaits Bouygues, Free, Orange, SFR sur les segments Grand Public, Entreprise et m2m, le total est retranche du total ARCEP (parc total + m2m).
- Pour les mvno, Orange isole cette donnée et elle n’est donc pas dans le total dans ce tableau, mais pas Bouygues Telecom, pour SFR, ce n’est pas tout à fait clair et Free n’en a pas. On peut donc retrouver des mvno dans la rubrique mais aussi chez Bouygues et SFR. Bouygues et SFR sont donc un peu surreprésentés.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum