Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2141
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 53
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Commentaires

avatar
le Lun 24 Juil 2017 - 6:25Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°210

Canal+
Yannick Bolloré – patron d’Havas et fils de Vincent Bolloré patron du groupe Vivendi et qui pourrait succéder à son père à la tête d’un groupe Vivendi/Havas – a fait quelques déclarations à la presse lors d’une rencontre avec l’association des journalistes des médias (AJM). Il notamment revenu sur sa vision de Canal+ et pour lui : "Un modèle éco hors sport peut exister pour Canal+, mais ce serait alors un C+ plus proche d’un HBO", sachant qu’un bon épisode d’une bonne série sera toujours moins cher à produire qu’un match de foot.

Vivendi a annoncé avoir signé un accord d'acquisition de la participation majoritaire du groupe Bolloré au capital du groupe de publicité Havas. Vivendi et Havas, ont tous deux pour premier actionnaire le groupe Bolloré, Pour Bolloré, cela va permettre : "la construction d'un leader mondial de contenu, de média et de communication". Le groupe Vivendi a par ailleurs confirmé le prix de 9,25 euros par action indiqué le 11 mai, ce qui valorise Havas à 3,881 milliards d'euros.
Pour Bolloré, cette "alliance fait sens du point de vue de l'analyse des comportements des consommateurs et qui peut être très utile pour le développement des activités de Vivendi".

Canal
Canal+ vient de reconduire ses droits sur le Golf et le PGA Tour. Le golf est un gros pourvoyeur de programmes permettant de remplir la grille. La durée et le prix ne sont pas donnés. Canal+ détient également les droits des deux prochaines éditions de la Ryder Cup, en 2018 en France et en 2020 aux Etats-Unis (l'Equipe, 17/07).

Canal+
D’autre part, à la rentrée, Canal+ va réintégrer dans sa grille un match de Ligue 1 et du Top14 qui étaient diffusé sur Canal+ Sport. Pour le match de Ligue 1, la LFF avait constaté une moindre exposition et avait demandé 9 millions de dédommagement à Canal+. La chaine étant en recherche d’économies, c’est peut être une raison du retour de la Ligue 1 le samedi à 17 heures.

beIN Sports
Déjà diffuseur en exclusivité depuis 2015 du championnat allemand, beIN Sports vient de renouveler les droits de la Bundesliga et vient d’acquérir les droits du championnat turc « la Süper Lig ».
Pour rappel, les droits tv du championnat turc ont été attribués au géant Digitürk, propriété du groupe BeIN Sports. Le montant fait un bond à 557M€ par saison à partir de la saison prochaine et pour 5 ans. Le contrat précédent portait sur des droits à 362M€, soit une augmentation de 54%.
avatar
le Mar 25 Juil 2017 - 6:22Hammett
Avant la publication la vague de résultats sur le fixe et le mobile du deuxième trimestre 2017, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2017.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Calendrier de publication des résultats du T2 2017
Orange, le 27 juillet (avant bourse).
SFR, le 27 juillet (avant bourse).
ARCEP, services mobiles, le 3 août (après bourse).
Vivendi, le 31 août (après bourse).
Bouygues Télécom, le 31 aout (avant bourse).
Free, le ???? (avant bourse).
ARCEP, services fixes (provisoire), le 7 septembre (après bourse).
ARCEP, services fixes (définitif), le 5 octobre (après bourse).

2 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


3 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin mars 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin mars.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,2% de parts de marché avec 11,220 millions de clients et a recruté 390 000 nouveaux clients entre le T1 2016 et le T1 2017, soit une augmentation de 3,6% de sa base clientèle.

4- Le très haut débit
Récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts), mais hors petits opérateurs.



5 - Parts de conquête
Sur le T1
Bouygues 88 000 nouveaux clients, soit 39,4% de parts de conquête,
Orange 69 000, soit 31,0%.
Free 66 000, soit 29,6%,
Total 223 000
SFR est négatif de 33 000

Sur l’année 2016
Orange, 417 000 nouveaux clients, soit 42,7% de parts de conquête,
Bouygues 313 000, soit 32,0%.
Free 247 000, soit 25,3%,
Total 977 000
SFR est négatif de 55 000
avatar
le Mer 26 Juil 2017 - 6:29Hammett
Avant la publication des chiffres sur le fixe et le mobile du deuxième trimestre 2017, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2017.

Deuxième partie : la téléphonie mobile

1 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,2% de parts de marché avec 30,772 millions de clients et a gagné 1,555 million de clients entre le T4 2015 et le T4 2016, soit une hausse de 5,3%.

2 – Parts de marché sur les forfaits (avec M2M)


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T4, Orange compte 26,486 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 39,5%, et une hausse de 2,345 millions cartes sim et de 9,7% de sa base client sur 12 mois.

3 - Parts de conquête sur les forfaits mobiles grands publics

Sur le T1
Free, 240 000 nouveaux clients, soit 40% de parts de conquête,
SFR 157 000, soit 26,1%
Bouygues 130 000, soit 21,7%,
Orange 73 000, soit 12,2%.
Total 600 000

Sur l’année 2016
Free, 1,015 million nouveaux clients, soit 47,9% de parts de conquête,
Bouygues 591 000, soit 27,9%,
Orange 511 000, soit 24,1%.
Total 2,117 millions
SFR est négatif de 268 000
avatar
le Jeu 27 Juil 2017 - 8:35Hammett
Orange vient de présenter ses résultats au 30 juin 2017. C’est un trimestre qui est dans la lignée des précédents.
Même si c’est un petit trimestre, cela reste bon sur le ftth. Open marque le pas et Sosh retrouve des couleurs. Dans le mobile, c’est solide sur les forfaits avec le m2m, et toujours en baisse sur le prépayé. La baisse se poursuit sur l’ADSL avec la migration vers le Ftth.
Sur le fixe Orange estime sa part de marché à 40,2% et une part de conquête sur le T2 supérieure à 40%.

En France, il faut noter la hausse du chiffre d’affaires de 0,5% (-0,1% au T1,-0,8% au T4 2016, -0,-6% au T3, -1,7% au T2). Pour Orange, c’est une première depuis 2009 !!! Cela s’explique par une baisse moins forte sur l’itinérance et à l’augmentation des clients en très haut débit et donc à un meilleur ARPU.



Source : Communiqué de presse Orange.
avatar
le Ven 28 Juil 2017 - 6:27Hammett
SFR vient de présenter ses résultats au 30 juin 2017.

C’est encore un trimestre mitigé : SFR a encore perdu des clients sur le fixe, les gains sur le très haut débit ne compensent toujours pas les pertes sur l'Adsl. Quel est le problème qui dure depuis de très nombreux trimestres ? Sur le mobile, SFR regagne des clients pour le deuxième trimestre consécutif.

La convergence ne porte pas ses fruits, pour SFR : "les ventes nettes sur la fibre restent décevantes mais doivent s’améliorer avec l’accélération du déploiement fibre par Altice-SFR et l’enrichissement des offres en contenus".

Selon le communiqué, le "Chiffre d’affaires total SFR Group stable +0,1% au 1er semestre 2017 ; -0,4% sur un an au 2ème trimestre 2017". Achats de contenus et clients en moins = l’Ebitda baisse de 3,8% sur un an.

avatar
le Lun 31 Juil 2017 - 6:19Hammett
Quelques actualités sur le déploiement de la fibre optique, entre la volonté de l’Etat de mettre un coup de boost et celles des opérateurs d’avoir des contreparties et avec en toile de font  le plan de SFR de déploiement gratis pour la collectivité de la fibre optique sur l’ensemble du territoire.

Vers un deal entre l’Etat et les opérateurs ?
Le deal entre le gouvernement et les opérateurs est en train de prendre forme. Julien Denormandie, secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires, donne quelques piste au quotidien Les Echos (27/07).

Pour lui, il s’agit de "mettre en place une feuille de route contraignante pour les opérateurs télécoms d’ici à mi-septembre. Elle détaillera comment accélérer le déploiement du bon et du très bon débit ainsi que de la 4G (…) L’objectif, c’est d’inciter les opérateurs à investir plus. Et si jamais, dans des zones, il manque des financements, l’Etat prendra ses responsabilités et, comme l’a indiqué le président de la République, une partie du grand plan d’investissement public de 50 milliards d’euros pourra être utilisée. Aujourd’hui, on a déjà engagé 3,3 milliards d’euros, comme le prévoit le plan Très Haut Débit.".

En contrepartie, l’Etat pourrait faire un effort : "Nous sommes prêts à discuter de tous les sujets avec les opérateurs télécoms, notamment des fréquences que l’Etat leur attribue et qui ont un coût. L’Etat est prêt à faire des efforts, mais uniquement si l’accélération définie avec les opérateurs est très clairement établie avec des investissements de leur part".

La proposition de SFR de fibrer tout seul et sans subventions n’a pas l’air d’émouvoir : "Nous avons engagé une discussion avec SFR pour bien comprendre leur proposition. J’ajoute que dans tout système, lorsque l’on veut avancer plus vite, le « big bang », renverser la table, n’est pas forcément la meilleure des solutions. Il faut une certaine stabilité, sans immobilisme, pour avancer plus rapidement".

A suivre, mais le deal devrait pouvoir se faire.

SFR
Suite à sa décision de vouloir fibrer toute la France seul pour 2025 et sans subventions publiques, SFR ajoute une sérieuse condition à la réalisation de son plan ! Il lui faut des "discussions avec l’État et le régulateur sur les modalités opérationnelles, les freins au déploiement à lever » sont prévues. L’opérateur a besoin de l’autorisation des collectivités pour installer ses équipements dans l’espace public." (revue de presse ARCEP du 20/07). Et oui, il faut compter sur les collectivités locales qui délivrent des autorisations…

Stéphane Richard et le plan de SFR
Stéphane Richard a (normalement) jugé négativement la proposition de SFR : "Cette idée que, depuis Paris, on va envoyer des bataillons pour fibrer tout le pays  ne me paraît pas très réaliste (…) on n'écarte pas de la table tous les gens qui ont un mot à dire sur le sujet, on est respectueux de l'écosystème".  

Pour lui, "SFR n'a pas tenu ses engagements, ça c'est quelque chose de marquant pour tous les responsables publics locaux et nationaux (…) Nous, on a fait plus que prévu et cette zone sera fibrée même avant 2022. Il n'y a pas lieu de chambouler le plan Très haut débit. La seule conséquence que cela aurait, c'est que cela ferait prendre du retard à tout le monde. Il faut miser sur l'efficacité." Les Echos (27/07).
avatar
le Mar 1 Aoû 2017 - 6:30Hammett
D’autres actualités sur le déploiement de la fibre optique, et plus précisément sur la régulation du ftth pour les entreprises, sur l’accélération du déploiement de la 4G et les contreparties pour les opérateurs. Il est question de train (TGV pour les uns, Corail pour les autres).

Ftth pour entreprise
Lors d’une interview à La Tribune (11/07) Sébastien Soriano est revenu sur les enjeux de la régulation du Ftth pour le secteur entreprise.

Pour un secteur qui pèse 10 milliards d’euros, le régulateur voudrait sortir du duopole Orange/SFR et voir se constituer un troisième acteur afin de dynamiser le marché afin d’accélérer la pénétration du très haut débit parmi les TPE/PME. Pour lui : "L'enjeu, au final, c'est de favoriser la transformation numérique des entreprises et donc la compétitivité de l'économie française".
Lors de la présentation de son analyse de marché de la fibre, le régulateur a annoncé plusieurs mesures afin que le marché "bas de gamme" et "milieu de gamme" gagne en qualité de service et en débit.

Concrètement, L’ARCEP va "imposer à Orange, partout où il déploie le FTTH, de proposer une offre de gros avec en option une qualité de service augmentée". Afin de favoriser l’arrivée de nouveaux acteurs, l’ARCEP veut : "Pour les accompagner, nous allons imposer à Orange de leur fournir une offre de gros, à prix régulé, leur permettant de vendre de la connectivité à tous les petits opérateurs alternatifs intéressés".

Pour l’ARCEP, ce sont des mesures qui devraient payer à terme. Aussitôt dit, aussitôt fait !

Orange et Kosc ont annoncé la signature d’un accord de longue durée d’un accord permettant à Kosc d’avoir accès aux infrastructures fibre d'Orange à l'échelle nationale. Cela concerne les grandes agglomérations, ainsi que les villes et territoires moyennement denses. Ce qui permettra à Kosc de commercialiser des offres fibre de gros activées - c'est-à-dire immédiatement utilisables par ses clients. Voilà qui va permettre de voir émerger un nouvel acteur sur le marché des entreprises face au mastodonte Orange (70% du marché) de SFR (20%) et Bouygues (5%) (La Tribune, 27/07)

«Monter dans le train»
L’ARCEP dans sa décision sur la Fibre Optique a utilisé la métaphore « monter dans le train ». Le but pour le régulateur est de maintenir les investissements à un haut niveau et de "généraliser cette dynamique à l’ensemble des acteurs du marché pour que chacun puisse "monter dans le train" du très haut débit. En s’appuyant sur l’ensemble des opérateurs, le régulateur souhaite maximiser la capacité d’investissement et de commercialisation du secteur et ainsi accélérer la migration des abonnés du haut débit vers le très haut débit".
Si Orange est dans le wagon de tête du TGV, il reste à savoir qui sont ceux qui ont le billet pour les wagons de deuxième classe et ceux qui se contentent des wagons à bestiaux.

Déploiement de la 4G
Dans le cadre du déploiement du très haut débit et du donnant donnant entre l’Etat et les opérateurs, l’accélération du déploiement de la 4G fait également partie du lot, en contrepartie du renouvellement des autorisations pour les bandes de fréquences mobiles 900 MHz, 1.800 MHz et 2.100 MHz dont l'échéance arrivera pour les premières à horizon 2021. A cette fin, l’ARCEP discute avec le gouvernement pour lancer dès les discussions. Pour l’ARCEP, le renouvellement anticipé pourra donner davantage de visibilité aux opérateurs sur leurs investissements, voir en remettre une couche afin de faire aboutir leurs demandes d’allégement de la fiscalité (Revue de presse de l'Arcep, 26/07).
avatar
le Mer 2 Aoû 2017 - 6:29Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°240

La Poste Mobile
La Poste vient de présenter ses résultats semestriels et donne quelques chiffres sur la Poste Mobile. Le parc total abonnés et prépayés a progressé de 234 000 clients, soit 2,2% sur le semestre pour atteindre 1,330 million de clients. Au 31 décembre, le parc d’abonnés mobiles seul comptait 1,2 million de clients et ceux à l’offre avec une box comptait 21 000 clients. La poste n’a pas donné de chiffres sur ces deux indicateurs.

TF1 vs Orange
Le conflit entre Orange et TF1 va prendre un tour judiciaire, car l’opérateur a assigné TF1 devant le Tribunal de commerce (Les Echos, 19/07).

Afin d’augmenter ses revenus (Le Figaro, 16/02), TF1 veut recevoir une rémunération nettement plus importante de la part des opérateurs, soit une centaine de millions d'euros par an contre quelque 10 millions facturés à présent pour des services de replay et souligne que cela se pratique dans de nombreux pays en Europe comme en Belgique. En France, Molotov rémunère également les chaines dont TF1.

Mais Orange n’est pas du tout d’accord ! Stéphane Richard avait réaffirmé l’opposition d’Orange à l’occasion du Show Hello (Les Echos, 21/04) : "Soit on rentre dans ce sujet avec une attitude respectueuse, et on ne commence pas à faire des ultimatums. Soit on se dit, cela va être la confrontation et dans la confrontation, sincèrement, je n'ai pas de doutes sur la réalité des rapports de forces entre les uns et les autres, sur le fait qu'ils ne nous sont pas défavorables.".
Free s’était aussi positionné publiquement contre cette demande (Le JDD du 23/04) "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

TF1 vs SFR
Sur le même sujet, c’est la guerre entre TF1 et SFR ou entre Bouygues et Drahi ! Dans un communiqué, TF1 a décidé de couper les chaines en clair du groupe, MyTF1 sur les box et sur l’application SFR TV de NumericableSFR. Le contrat de SFR se terminait le 29 juillet et les négociations ayant été rompues par SFR, TF1 a décidé de passer à l’acte. Pour obtenir satisfaction sur les chaines en clair, TF1 pourrait attaquer en justice. Avec Orange, le contrat arrive à échéance fin août, bis repetita ?

Dans son communiqué, TF1 rappelle le calendrier suivant :
"En mars 2016, le groupe TF1 a informé NumericableSFR de sa volonté de procéder à une restructuration complète des conditions de distribution de ses chaînes en clair et de MYTF1 pour rétablir un juste équilibre économique entre les parties.
En juillet 2016, la nouvelle offre « TF1 Premium » a été proposée à NumericableSFR.
Les accords de distribution des chaînes du groupe TF1 (TF1, TMC, NT1, HD1, LCI) et du service de replay MYTF1 sont arrivés à échéance le 31 décembre 2016.
Afin de favoriser la conclusion d'un nouveau contrat, le groupe TF1 a accepté de prolonger jusqu'au 28 juillet 2017 les accords de distribution.
En avril 2017, NumericableSFR a suspendu toute discussion et a saisi le CSA en règlement de différend.
".
avatar
le Jeu 3 Aoû 2017 - 6:26Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°241

Orange
Lors de la présentation des résultats d’Orange, Stéphane Richard a indiqué qu’il présenterait à l'automne un plan d'optimisation de ses investissements : "Il ne s'agit ni d'augmenter, ni de baisser nos investissements" afin d’affiner la stratégie d’Orange à horizon 2020 (Les Echos, 27/07). Le Monde (10/06) évoquait une présentation stratégique jusqu’en 2025.
Son mandat se terminant en 2018, reste à savoir si Stéphane Richard sera renouvelé et donc mener à bien ce plan. En tout cas, il est candidat à sa succession.

Vivendi & l’Italie
Dans sa dure campagne d’Italie, Vivendi pourrait sortir une nouvelle carte décisive de sa manche !
Alors que son alliance avec Mediaset est dans les limbes, selon Les Echos (25/07) Canal+ et Telecom Italia pourraient lancer une chaine premium : Canale+. La chaine serait une copie de Canal+. Pour Les Echos cela pourrait pousser Mediaset (propriété de la famille Berlusconi) à trouver un compromis avec Vivendi.

Pour le sport, cela tombe bien, car les droits tv du football italien n’ont toujours pas été attribué. Alors que les dirigeants en attendaient 1,2 milliard d’euros pour la période 2018-2021, seul Sky a fait une offre de 500 millions d’euros. Médiaset n’a pas répondu à l’appel d’offre. L’appel d’offre est reporté à la fin de l’année. Télécom Italia en sera-t-il ?
Actuellement les droits domestiques sont de 945 millions d’euros, il faut y rajouter les droits internationaux de 450 millions, soit un total de 1,4 milliard d’euros.

Pour rappel, en avril 2016, Vivendi passait un deal avec Berlusconi pour une participation croisée entre les deux groupes, mais en juillet 2016, Vivendi dénonçait cet accord et le conflit entrait sur le terrain juridique. A la fin décembre 2016, Vivendi avait racheté 28,80% du capital de Mediaset et 29,94% des droits de vote et la famille Berlusconi était montée à 39,7%.

Début avril 2017, le régulateur des télécoms italien avait estimé que Vivendi ne respectait pas la loi avec sa double participation dans Telecom Italia et Mediaset et donnait 12 mois à Vivendi pour se mettre en conformité, sous peine d’une amende comprise entre 2 et 5% de son chiffre d’affaire.
Avec Telecom Italia, Vivendi possède 44,7% (40% maxi selon la loi) et avec Mediaset c’est 13,3% (10% selon la loi). Début juin Vivendi a fait appel de la décision. Mais sur le fond et pour rester dans les limites de la loi, Vivendi préfèrerait garder Telecom Italia et trouver une solution avec la famille Berlusconi sur Mediaset.

Fin juillet, Arnaud de Puyfontaine – nouveau président de Telecom Italia – a déclaré à un quotidien italien : "Une fusion avec Orange? Je veux être clair : cela ne se produira pas. Telecom Italia sera un consolidateur, pas une proie", d’autre part "TIM ne sera jamais français. Il est et restera une entreprise italienne (Usine Nouvelle, 29/07).
avatar
le Ven 4 Aoû 2017 - 6:18Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°211

Alors que la Ligue 1 reprend ce week-end, retour sur le nerf de la guerre : les droits tv. Ils devraient être remis sur le marché au début de l'année 2018. La concurrence de SFR et l'arrivée de Neymar au PSG vont certainement faire monter les prix !

Droits tv des clubs de L1 2015/2016
Il y a quelques semaines, la Ligue de Football Professionnelle (LFP) a publié le rapport de gestion pour la saison 2015/2016. Parmi les nombreuses statistiques, une sur les droits tv perçus par les clubs français.



Pour Saint-Etienne cela représente 62,1% du total des recettes (hors mutations), 58,4% pour Monaco 48,5% pour Bordeaux, 44,5% pour l’OM, 38,1% pour l’OL et 22,9% pour le PSG.

Droits tv des clubs de L1 2016/2017
Pour la saison écoulée, par encore de rapport officiel. C’est le PSG qui est en tête avec 57,855 millions, devant l’OL avec 47,224 millions et l’OM à 47,048 millions. L’ASM qui est champion de France n’arrive que quatrième avec 41,938 millions. Dijon, Bastia et Nancy ferment la marche.

Les droits audiovisuels sont répartis en fonction de quatre critères : la part fixe, la licence club (5,46 millions pour chaque club), le classement sportif de cette saison et des 5 dernières et la notoriété sur les 5 derniers exercices.

L’infographie du quotidien l’Equipe du 23/06

avatar
le Lun 7 Aoû 2017 - 6:29Hammett
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord sur la téléphonie mobile pour le T2 2017.

Quelques tendances générales
- Belle augmentation par rapport aux trimestres précédents, mais c’est essentiellement avec le développement du m2M. Il y a toujours un fort développement des forfaits sans engagement, avec une augmentation de 4,9 sur an et 72,3% des forfaits concernés.
- Les taux de résiliation et le nombre de numéros portés augmentent fortement par rapport aux trimestres précédents et suivent la courbe de progression de ce trimestre.
- En Total France, les opérateurs et Mvno’s ont gagné 1 474k cartes sim sur le trimestre. Les opérateurs sont en hausse de 1,469k sur les forfaits actifs: +454k sur le segment grand public et entreprise et +1,015k sur le segment M2M. C'est toujours en baisse de 142k sur le prépayé. Les Mvno’s ont eux gagné 148k cartes sim.

Parts de conquête
Sur les 454k cartes sim du segment Forfait Grand Public du T2, Orange en revendique 150k (33,0%) et SFR de 34k (7,5%). Il reste 270k à se partager entre Bouygues Télécom et Free. A confirmer.

Sur les 1,015k cartes sim du segment forfait m2M du T2, Orange en revendique 601k (59,2%) et SFR de 140k (13,8%). Il reste 274k pour la concurrence. A confirmer.

Précisions
- Les données sont exprimées en milliers.
- Pour lire le tableau : le nombre de cartes sim (résidentielles, entreprises et M2M) a augmenté de 4 956k sur un an (+6,03%) et de 1,474k sur le trimestre (+1,72%).

avatar
le Mar 8 Aoû 2017 - 6:30Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°242

Kiosques numériques et TVA
Le temps se gâte pour les kiosques numériques et plus particulièrement pour l’optimisation fiscale utilisée par SFR et dans une moindre mesure par Bouygues Telecom.
Selon Le Monde (27/07), le Gouvernement "réfléchit activement à un dispositif permettant d’encadrer la pratique. Même si rien n’est encore arbitré « politiquement », cela pourrait intervenir dès le prochain projet de loi de finances, programmé à la rentrée.".

Pour le quotidien (qui reprend une information du Canard Enchainé) : "Afin de faire correspondre l’économie de TVA à la consommation réelle des abonnés, le gouvernement planche sur une solution consistant à limiter l’application du taux de 2,1 % aux sommes versées aux journaux par les opérateurs en échange du droit d’embarquer leurs contenus".
Ces kiosques permettent de générer une très substantielle économie en matière de TVA et pour le fisc cela serait des centaines de millions d’euros de recettes fiscales en moins. Selon des estimations, si les quatre opérateurs proposaient chacun un kiosque numérique, 1 milliard d’euros par an pourrait s’évaporer des caisses de l’Etat.

Le syndicat de la presse en ligne (Spiil) s'est inquiété de l'"instrumentalisation du taux de TVA réduit" par des "acteurs économiques dont la presse n'est pas le principal métier", notamment SFR et Bouygues Telecom et Canal+. Pour le Spiil, qui représente les intérêts de 150 éditeurs indépendants, ces offres presse "affaiblissent" et font peser "un risque fort de délégitimation de la TVA super-réduite pour la presse" (Revue de presse de l'ARCEP du 13/07 via AFP).

Consolidation dans les télécoms
Stéphane Richard semble faire une croix sur la consolidation du secteur des télécoms en France. Dans
Un entretien au Financial Times, il revient sur le sujet (ou le feuilleton, c’est selon). Pour lui : "Les autorités sont contre, et le président Macron n'est pas un grand fan de la consolidation" et : "le seul deal qu'on pourrait imaginer en France serait entre Bouygues et Altice», mais c’est "très peu probable" (La Tribune (25/07).

Altice Portugal
Altice a racheté Media Capital, le plus gros groupe média du Portugal. Il s’était déjà offert Portugal Telecom en 2015. MediaCapital, possède TVI, la première chaîne de télévision privée du pays, et Radio Commercial, la radio numéro un. Il s’agit de la participation majoritaire de l'espagnol Prisa (94,69%) dans Media Capital. Le montant pourrait atteindre 4400 millions d’euros. Altice va pouvoir développer ses projets de convergence.

Par contre, le temps se gâte au niveau social : "Des milliers de salariés de Portugal Telecom ont participé vendredi à une journée de grève et manifesté à Lisbonne pour protester contre des transferts de postes vers d'autres entités du groupe français Altice, qui a repris l'opérateur historique portugais fin 2014. Les manifestants, vêtus de t-shirts noirs arborant une version détournée du logo d'Altice qui portait le mot "aldrabice" ("escroquerie")" (Le Figaro, 21/07).
avatar
le Mer 9 Aoû 2017 - 6:25Hammett
L’ARCEP vient de publier ses chiffres définitifs Observatoire des marchés des communications électroniques en France au premier trimestre 2017.
Ces statistiques permettent de faire le point sur la facture moyenne mensuelle par client et sur le revenu des opérateurs.

L’historique de l’évolution de la facture moyenne mensuelle sur le fixe et le mobile (hors taxes)


La facture moyenne (HT) sur le fixe est en hausse de 0,3% sur un an (baisse de 0,3% sur le T4, 0,6% sur le T3, 0,9% sur le T2, 1,6% sur le T1).
Pour le mobile, c’est une hausse de 1,3% et de 0,6% sur le mobile (baisse de 0,6% sur le T4, 1,8% sur le T3, 3% sur le T2, 1,2% sur le T1).

Revenus des opérateurs
Les revenus (HT) sur le fixe continu de décroitre de 0,4% sur un an (0,1% sur le T4, 0,3% sur le T3, 0,9% sur le T2, 1,6% sur le T1) pour le fixe. La montée en charge du très haut débit ne permet toujours pas de compenser les autres secteurs en baisse.

Pour les revenus mobiles (HT). Sur un an, la hausse est de 3,0%. Après une hausse de 1,8% pour l’année 2016, une baisse de 2,4% pour l’année 2015 et une baisse de 6,7% sur l’année 2014. A confirmer.

avatar
le Jeu 10 Aoû 2017 - 6:18Hammett
L’ARCEP vient de publier ses chiffres définitifs Observatoire des marchés des communications électroniques en France au premier trimestre 2017.
Ces statistiques permettent de faire le point sur les cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G.

Récapitulatif de l'ARCEP


La 2G poursuit sa baisse et a encore beaucoup baissé sur ces 12 derniers mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 4 points sur un an contre 5 points à fin décembre. A ce rythme, il va falloir encore 4 ans pour une quasi extinction.

La 3G et la 4G représentent 73% des cartes SIM contre 72% à fin T4 2016, 68% à fin T4 2015. La 4G représente 46% du parc total contre 44% à la fin T4 2016 et 31% à la fin T4 2015. Par déduction la 2G représente donc 27%, contre 28% à la fin du T4 2016 et 32% à fin du T4 2015.

La montée en gamme vers la 4G, permet de comprendre pourquoi les revenus des opérateurs sont en augmentation. Mais la progression marque un relatif essoufflement sur le T1. La 4G sera-t-elle majoritaire à la fin du premier semestre ? Pas certain…
avatar
le Ven 11 Aoû 2017 - 6:22Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°212

Droits tv anglais
Alors que le championnat anglais va reprendre, voici ce qu’ont touché (en millions d'euros) en droits tv pour la saison 2016/2017 les clubs anglais (les 6 premiers et les trois derniers). Se reporter un peu plus haut pour comparer par rapport aux clubs français.

1 Chelsea 175
2 Tottenham 170
3 Manchester City 170
4 Liverpool 170
5 Arsenal 163
6 Manchester United 163
......
18 Hull City 119
19 Middlesbrough 119
20 Sunderland 114

Audience tv Premier League
Alors que les droits du championnat anglais atteignent des droits astronomiques, les audiences tv sont plutôt en berne chez SKY le principal diffuseur, qui donne le chiffre de 14% au cours de la saison écoulée, mais la croissance sur les supports numériques ne compense pas cette baisse. BT, qui est l’autre diffuseur ne constate qu’une baisse de 2%.
Pour enrayer cette baisse, un match pourrait être diffusé le samedi soir, ce qui serait un gros changement en Angleterre. Toutefois, ce changement n’interviendrait qu’à partir du cycle 2019-2022.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum