Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2017
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Lun 17 Avr 2017 - 9:15Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°223

Free
Suite à un contrôle fiscal, Free payer 3,53 millions d'euros à Bercy (La lettre de l’Expansion, 10/04). Pour Bercy, le désaccord portait sur l’assiette de calcul de la TVA pour certains services en 2007 et en 2008. Après plusieurs passages devant le tribunal administratif de Montreuil, Free a été débouté par le Conseil d’Etat (Lettre de L’audiovisuel).

Rapprochement Orange Canal+
Alors que Orange pourrait proposer un minimum garanti de "plusieurs centaines de millions d'euros", en échange, Canal+ autoriserait Orange à commercialiser ses chaînes directement auprès de ses abonnés.
Le Figaro (édition papier du 13/04) rapporte que la distribution directe de l’offre CanalSat par Free rapporte entre 130 et 150 millions d’euros par an à Canal+. Free paye 5€ par mois et par client. Selon ces chiffres, Free pourrait apporter entre 2,1 et 2,5 millions de clients à Vivendi. Orange pourrait apporter entre 400 et 800 000 clients.
Lors de la présentation de ses résultats à fin décembre, Vivendi a annoncé que l’offre spécifique CanalSat pour Orange (clients Fibre) et Free comptait 2,928 millions de clients.

TF1
Afin d’augmenter sa rentabilité, TF1 veut recevoir une rémunération nettement plus importante de la part des opérateurs. Les discussions en ce sens ont commencé il y a plusieurs mois (Le Figaro, 16/02), mais TF1 a décidé d’agir et vient d’envoyer un courrier pour annoncer qu’il allait couper le signal aux OTT des opérateurs et de Canal+.
TF1 indique que cela se fait en Allemagne, la Belgique, l'Espagne, le Portugal et la Pologne. D’autre part, les opérateurs peuvent mettre des centaines de millions d’euros dans des droits sportifs.
Pour Orange : "Les opérateurs apportent aux éditeurs de la TNT gratuite, dont TF1, une exposition maximale de leurs chaînes, exposition dont elles monétisent l'audience à leur seul bénéfice. Les opérateurs supportent seuls les coûts de cette distribution. En contrepartie, les opérateurs ne rémunèrent pas les chaînes. Ce modèle est en place depuis plus de dix ans. La rémunération de chaînes gratuites menacerait cet écosystème, renchérirait le prix des services et affaiblirait à terme l'économie des chaînes payantes." (Les Echos, 13/04).
Il serait quand même surprenant que TF1 aille jusqu’à la coupure totale qui serait également une source de pertes publicitaires. Selon une information publiée par BFM Business en juillet, TF1 voudrait obtenir une centaine de millions d'euros par an pour la diffusion de ses chaînes par les opérateurs, contre quelque 10 millions facturés à présent pour des services de replay. A quel niveau se situera l’accord ?
avatar
le Mar 18 Avr 2017 - 6:21Hammett
Ce tableau récapitule les investissements de chaque opérateur et ce que cela représente par rapport au chiffre d’affaire. Investissements dans le réseau (fixe et/ou mobile), les investissements immobiliers (boutiques) et ceux dans le SI. Ne sont (logiquement) pas pris en compte les coûts d’acquisition des clients. Les montants s’entendent hors acquisition de fréquences.

Orange a augmenté le niveau de ses investissements notamment sur le FttH. Via son plan "essentiels 2020", Orange a prévu 9 milliards d'euros d'investissements, dont au moins 3 milliards jusqu'en 2018 spécifiquement pour le déploiement du très haut débit.
Même SFR qui tente de rattraper le retard sur son réseau 4G et sur la modernisation de son réseau très haut débit. SFR n’a pas donné de chiffres pour 2017.
En proportion, Free est le meilleur investisseur, mais doit continuer à se construire un solide réseau mobile. Il prévoit de rester dans les mêmes eaux en 2017 et 2018.
Bouygues a réduit la voilure sur l’année 2016, mais prévoit 20% d’augmentation pour l’année 2017 avec la montée en charge du FttH et le démarrage de la 5G.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Pour lire le tableau : Orange a augmenté ses investissements de 10,5% entre décembre 2015 et décembre 2016, et ils ont représenté 18% du chiffre d'affaire sur l’année 2016.



Pour rappel, les résultats à fin 2015


avatar
le Mer 19 Avr 2017 - 6:26Hammett
La publication des résultats à fin décembre 2016 par Bouygues, Free, Orange et SFR permet de faire le point sur le niveau d’endettement de chacun.

Free. Au 31 décembre son endettement net était de 1,643 milliard, soit un ratio d’endettement (endettement/Ebitda) de 1,0x.
A fin décembre 2015 son endettement net était de 1,191 milliard, soit un ratio d’endettement (endettement/Ebitda) de 0,8x. A fin décembre 2014, son endettement net était de 1 milliard d’euros, et un ratio d’endettement identique de 0,84x après 0,85x en 2013. Au plus fort (2012 et 2011), ce ratio était de 1,16x.

Bouygues télécom au 31 décembre. La dette nette s’est creusée avec un montant de 1,012 milliard, mais le ratio d’endettement de 1,1x reste faible.
A fin décembre 2015 l’endettement net était de 890 millions à fin décembre 2015 soit un ratio de 1,2. L’endettement était de 765 millions d’euros à fin 2014, en baisse de 18 millions d’euros par rapport à fin 2013, soit un ratio d’endettement de 1,1x (0,9x en 2013).

Orange Groupe (pas de chiffres pour Orange France) avec endettement net 24,4 milliards qui a baissé de plus de 2,1 milliards (liés à vente de EE en Grande Bretagne), soit un ratio d’endettement de 1,93x.
A fin décembre 2015, l’endettement était de 26,5 milliards soit un ratio de 2,13. A fin décembre 2014, l’endettement net était de 26,1 milliards, soit un ratio de 2,09x contre 2,37x au 31 décembre 2013. L'objectif est de maintenir la dette à un ratio autour de 2x. Orange consolide sa dette au niveau groupe.

SFR (pas Altice) avec un endettement net de 14,8 milliards soit un ratio de 3,8x. L’augmentation de la dette est liée au rachat du groupe de médias NextRadioTv.
A fin décembre 2015, l’endettement était de 14,4 milliards soit un ratio de 3,7x. A fin 2014, l’endettement net était de 11,3 milliards soit un ratio de 3,7x. La dette de SFR a été rééchelonnée au mois d’avril : celle-ci passe de 5,8 à 7,9 années (mais sera légèrement plus lourde). De grosses échéances ne sont prévues qu’à partir de 2022.
avatar
le Jeu 20 Avr 2017 - 6:31Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°197

Coupe des Confédérations 2017
TF1 a revendu l’ensemble de la compétition à SFR Sport. TF1 diffusant de son côté huit des seize rencontres de ce tournoi qui sera organisé en Russie à 12 mois de la Coupe du Monde. Pour la Coupe de Monde 2018, c’est BeIN Sports qui a revendu 28 matches à TF1.

TF1 sur la Ligue des Champions ?
Lors d’un interview au quotidien l’Equipe (édition papier du 15/04) François Pellissier, Directeur des Sports de TF a déclaré : "il y a des choses à construire avec le payant. Cela doit permettre un bon équilibre pour continuer de proposer aux français les grands événements des équipes nationales et des clubs (…) Il n’y a pas de fatalité à ce qu’un Barca-PSG reste uniquement sur le payant. S’il y a des opportunités, pourquoi pas ? Mais un appel d’offre suffisamment sensible sur la Ligue des Champions est en cours, nous verrons...".
TF1 pourrait-il se positionner avec SFR Sport ou beIN Sport sur les droits de la Champion’s League ? Il est plus que probable que Canal+ et Orange vont passer un accord qui pourrait permettre à Canal+ de renchérir. SFR et beIN Sports pourraient aussi chercher un allié afin d’alléger un peu la facture, et cet allié pourrait être TF1.

Vivendi vs Mediaset
En Italie, le temps se gâte pour Vivendi. Le régulateur des télécoms estime que Vivendi ne respecte pas la loi avec sa double participation dans Telecom Italia et Mediaset et donne 12 mois à Vivendi pour se mettre en conformité. Vivendi à 60 jours pour présenter un plan, sinon ce sera une amende qui serait comprise entre é et 5% de son chiffre d’affaire.
Avec Telecom Italia, Vivendi possède 44,7% (40% selon la loi) et avec Mediaset c’est 13,3% (10% selon la loi).
Vivendi devrait donc céder sur Mediaset et certainement régler le conflit qui l’oppose avec la famille Berlusconi. D’autant que cette dernière vient de voir de l’argent frais arriver avec la vente du Milan AC pour 740 millions d’euros. Il y a un an Vivendi pasait un deal avec Berlusconi pour une participation croisée entre les deux groupes, mais en juillet, Vivendi dénonçait cet accord et le conflit était entré sur le terrain juridique. A la fin de l’année dernière, Vivendi a racheté 28,80% du capital de Mediaset et 29,94% des droits de vote et la famille Berlusconi est montée à 39,7%.
Car du coté de Telecom Italia, l’affaire est plus avancée. Vivendi est en train de prendre la main officiellement sur Telecom Italia et vient de la notifier à la Commission européenne, alors qu’il doit nommer un nouveau Conseil d’Administration le 4 mai. La CE pourrait rendre son verdict le 12 mai et dans le schéma retenu par Vivendi c’est Arnaud de Puyfontaine, président du Directoire de Vivendi qui pourrait prendre la tête de Telecom Italia dont Vivendi détient 24% du capital (Trading sat, 05/04).
avatar
le Ven 21 Avr 2017 - 7:40Hammett
Un point sur quelques données autour du dégroupage.

Chiffres de l’ARCEP
Au 31 décembre 2016, l’ARCEP compte 540 000 lignes dégroupées avec le maintien de la ligne Orange contre 621 000 à fin 2015, 710 000 à fin 2014, 793 000 à fin 2013 et 1,194 millions à fin 2010. C’est une baisse de 54,8% en six ans et de 13,0% en un an. Le rythme ne faiblit pas.

Concernant le dégroupage total, l’ARCEP compte 11.594 millions de lignes totalement dégroupées, 11.730 millions à fin 2015, 11.556 millions à fin 2014, 10.805 millions à fin 2013, 10.004 millions à fin 2012, 8.886 millions à fin 2011 et 7.794 millions à fin 2010. C’est une augmentation de 48,8% sur six ans et une hausse de 11000 lignes sur le dernier trimestre de 0,1% sur le quatrième trimestre, mais une baisse de 1,2% sur un an.

L’ARCEP compte 11 533 NRA dégroupés (dont 422 NRA-ZO et 1 497 NRA-MeD), soit 485 NRA dégroupés au cours du T4 (540 sur le T3). 93,9 % de la population est couverte par un NRA dégroupé (93,5% pour le T3). Il reste 7013 NRA à dégrouper.

Free
A fin 2016, Free ne donne pas de chiffres. Pour François04, les ND étaient à 147 000 à fin décembre 2016, soit 2,3% des clients.
A fin 2015, les non-dégroupés chez Free représentaient 172 000 clients soit 2,8% du total de ses clients. A fin 2014, les non-dégroupés étaient 268 000, soit 3,6% des clients. A fin 2013, c’était 293 000 soit 5,2% des clients. A fin 2010, c’était 490 000 à fin 2010, soit 10,8% des clients.

Bouygues Telecom et SFR
Il serait intéressant de connaitre ces statistiques pour Bouygues Telecom et pour SFR. On sait que Bouygues a sérieusement accéléré de ce coté. Au mois de juin 2014, Bouygues avait promis de dégrouper 1500 NRA soit 6 millions de ligne.
A ce jour, pour Ariase, Bouygues est à 2,289 NRA de dégroupés en propre, SFR à 7,335 et Free à 9,339. Orange de son coté en équipe 13,763 NRA pour proposer son service tv, pour un total de 18,694 NRA.

Orange
Chez Orange, (il n’y a pas de dégroupage), le nombre de clients payant (chez Orange ou concurrence) l’abonnement téléphonique est de 7.128 millions de clients à fin décembre 2016, de 8.090 millions à fin 2015, de 9.204 millions à fin 2014, de 10.516 millions à fin 2013, de 11.827 millions à fin 2012, de 13.681 millions à fin 2011 et de 15,773 millions à fin 2010.
C’est une baisse de 8,200 millions en plus de cinq ans et de 962 000 (11,9%) sur un an. Depuis le début de l’année, le rythme de baisse est identique sur chaque trimestre.
Cela explique aussi une partie de la baisse du chiffre d’affaire pour Orange.
avatar
le Lun 24 Avr 2017 - 6:51Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°224

Orange et Telecom Italia
A l’occasion du Show Hello, Stéphane Richard est revenu sur l’actualité concernant Telecom Italia. Pour lui : "Le moment ne me paraît pas particulièrement adéquat pour imaginer de rentrer sur ce marché, mais on est attentif à ce qu'il s'y passe. S'il devait s'y passer quelque chose autour de Telecom Italia on regarderait si c'est dans notre intérêt d'aller plus loin, mais ce n'est pas le cas aujourd'hui (…) Aujourd'hui, je considère qu'il n'y a pas d'opportunité en Italie, il y a des acteurs qui sont en place et un marché qui va connaître quelques bouleversements, avec notamment l'arrivée d'un nouvel acteur dans le mobile qu'on connaît bien" (Le point, 20/04).
Parallèlement, Vivendi a déclaré : "Vivendi réaffirme sa volonté d'être un actionnaire engagé sur le long terme et créateur de valeur pour Telecom Italia" (Le Figaro, 21/04).
Mi-avril, le régulateur des télécoms a estimé que Vivendi ne respecte pas la loi avec sa double participation dans Telecom Italia et Mediaset et donne 12 mois à Vivendi pour se mettre en conformité. Vivendi à 60 jours pour présenter un plan, sinon ce sera une amende qui serait comprise entre 2 et 5% de son chiffre d’affaire.
Avec Telecom Italia, Vivendi possède 44,7% (40% selon la loi) et avec Mediaset c’est 13,3% (10% selon la loi).

Orange et TF1
Stéphane Richard n’apprécie pas les méthodes du groupe TF1, qui menace de priver les opérateurs télécoms de sa chaîne, s’ils n’acceptent pas de le payer pour la reprendre dans leurs bouquets. Afin d’augmenter sa rentabilité, TF1 veut recevoir une rémunération nettement plus importante de la part des opérateurs. Les discussions en ce sens ont commencé il y a plusieurs mois (Le Figaro, 16/02), mais TF1 a décidé d’agir et vient d’envoyer un courrier pour annoncer qu’il allait couper le signal aux OTT des opérateurs et de Canal+.
Orange a réaffirmé l’opposition d’Orange à l’occasion du Show Hello (Les Echos, 21/04).
"Soit on rentre dans ce sujet avec une attitude respectueuse, et on ne commence pas à faire des ultimatums. Soit on se dit, cela va être la confrontation et dans la confrontation, sincèrement, je n'ai pas de doutes sur la réalité des rapports de forces entre les uns et les autres, sur le fait qu'ils ne nous sont pas défavorables.".
"Soit c'est une discussion commerciale du type : je propose un nouveau service, je demande un paiement pour cela et là, on peut en discuter. Soit c'est : j'utilise ma position pour imposer un nouveau modèle économique, et ça c'est plus difficile".
"Je crois qu'il faut être lucide sur les rapports de force. Orange, c'est 25 % de l'audience cumulée de TF1 en France : est-ce-que vous pensez raisonnablement qu'une chaîne dont le modèle économique est un modèle gratuit pour les utilisateurs, donc rémunéré par la publicité, peut, du jour au lendemain, se couper de 25 % de son audience ? Je ne le crois pas personnellement, donc on a encore un peu de temps pour les discussions".
"En tout cas, je suis impatient de savoir ce que va faire Bouygues Telecom, a-t-il par ailleurs ironisé. Cela m'intéresse beaucoup ! Ce n'est pas un sujet qui concerne juste Orange".
"N'oubliez pas que le secteur des télécoms et du câble est un des tout premiers annonceurs publicitaires chez TF1, a-t-il lancé, sans donner de chiffres, mais en précisant que le montant dépensé par Orange pour avoir des spots publicitaires sur la Une était « tout à fait significatif à l'échelle de TF1".
avatar
le Mar 25 Avr 2017 - 6:28Hammett
Avant la publication la vague de résultats sur le fixe et le mobile du premier trimestre 2017, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 décembre 2016.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Calendrier de publication des résultats du T1 2017
Orange, le 27 avril (avant bourse).
ARCEP, services mobiles, le 4 mai (après bourse).
SFR, le 10 mai (avant bourse).
Vivendi, le 11 mai (après bourse).
Bouygues Télécom, le 17 mai (avant bourse).
Free, le 18 mai (avant bourse).
ARCEP, services fixes (provisoire), le 1er juin (après bourse).
ARCEP, services fixes (définitif), le 6 juillet (après bourse).

2 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


3 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin décembre 2016 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin décembre. Il sera actualisé avec la publication prochaine des chiffres l’ARCEP à fin décembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,3% de parts de marché avec 11,151 millions de clients et a recruté 417 000 nouveaux clients entre le T4 2015 et le T4 2016, soit une augmentation de 3,9% de sa base clientèle.

4- Le très haut débit
Récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts), mais hors petits opérateurs.



5 - Parts de conquête
Sur le T4
Bouygues 98 000 nouveaux clients, soit 39,0% de parts de conquête,
Orange 95 000, soit 37,8%.
Free 58 000, soit 23,1%,
Total 251 000
SFR est négatif de 165 000

Sur l’année 2016
Orange, 417 000 nouveaux clients, soit 42,7% de parts de conquête,
Bouygues 313 000, soit 32,0%.
Free 247 000, soit 25,3%,
Total 977 000
SFR est négatif de 55 000
avatar
le Mer 26 Avr 2017 - 6:28Hammett
Avant la publication des chiffres sur le fixe et le mobile du premier trimestre 2017, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 décembre 2016.

Deuxième partie : la téléphonie mobile

1 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,2% de parts de marché avec 30,772 millions de clients et a gagné 1,555 million de clients entre le T4 2015 et le T4 2016, soit une hausse de 5,3%.

2 – Parts de marché sur les forfaits (avec M2M)


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T4, Orange compte 26,486 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 39,5%, et une hausse de 2,345 millions cartes sim et de 9,7% de sa base client sur 12 mois.

3 - Parts de conquête sur les forfaits mobiles grands publics sur 2016 :

Sur le T4
Free, 315 000 nouveaux clients, soit 44,6% de parts de conquête,
Bouygues 228 000, soit 32,2%,
Orange 131 000, soit 18,5%.
SFR 33 000, soit 4,7%
Total 707 000

Sur l’année 2016
Free, 1,015 million nouveaux clients, soit 47,9% de parts de conquête,
Bouygues 591 000, soit 27,9%,
Orange 511 000, soit 24,1%.
Total 2,117 millions
SFR est négatif de 268 000
avatar
le Jeu 27 Avr 2017 - 8:18Hammett
Orange vient de présenter ses résultats au 31 mars 2017. C’est un trimestre qui est (une fois de plus) dans la lignée des précédents. Ce'est du copier-coller. C’est toujours bon sur le ftth, Open, Sosh s’essoufle. Dans le mobile, c’est solide sur les forfaits avec le m2m, et toujours en baisse sur le prépayé. La baisse se poursuit sur l’ADSL avec la migration vers le Ftth.
Sur le fixe Orange estime sa part de marché à 40,0% en légère augmentation sur un an et une part de conquête sur le T3 de de 35,7%.

En France, la baisse du chiffre d’affaires continue de baisser légèrement de 0,1% (-0,8% au T4, -0,-6% au T3, -1,7% au T2, -0,7% au T1, -0,1% au T4, -0,6% au T3). Pour Orange, c’est lié au recul de l'itinérance nationale en France et aux premiers effets des baisses de prix de l'itinérance en Europe.



Fixe
La Fibre Optique est en augmentation de 127 000 clients sur le trimestre, après une augmentation de 144 000 sur le T4 de 127 000 sur le T3, 106 000 sur le T2, de 115 000 sur le T1, soit une hausse de 504 000 sur un an. Le nombre de clients ADSL est en baisse de 314 000 sur le T1 après une baisse de 50 000 sur le T4. Sur un an la baisse est de 369 000.

Téléphonie mobile
Un trimestre solide, avec un gain de 456 000 cartes sim. Les forfaits gagnent 604 000 nouveaux clients (+531 000 M2M et +73 000 pour le grand public), comme d’habitude, le prépayé poursuit sa chute avec -149 000.
Sosh continue de progresser avec 3,342 millions de clients, soit +65 000 sur le trimestre et 320 000 sur un an. Mais le rythme est en vraiment train de s’essouffler. Les Mvno ne représentent plus que 725 000 contre 751 000 clients pour le T1 2016,

Source : Communiqué de presse Orange.

A noter que Orange informe sur la comptabilisation de ses clients : "Les base-clients évoluent en parallèle, avec un transfert au 1er janvier 2017 de 2,7 millions de forfaits mobiles (hors machine-to-machine) du secteur France vers le secteur Entreprises, de 5,7 millions de clients machine-to-machine et de 262 000 clients du haut débit fixe. A l'annexe 4 du communiqué (indicateurs-clés de performance), une rubrique
"Orange - marché France" regroupe les base-clients mobile et haut débit fixe des deux secteurs pour appréhender l'ensemble des clients de ces services sur le marché français.
Par ailleurs, les offres 4G fixe qui utilisent le réseau mobile 4G pour fournir des services fixes haut débit, étaient
jusqu'ici incluses dans les services mobiles. Elles sont désormais regroupées dans les services fixes haut débit (chiffre d'affaires et base-clients). Cette évolution concerne l'Espagne, la Pologne et la Roumanie
".

Mes récapitulatifs seront donc affinés par la suite.
avatar
le Jeu 27 Avr 2017 - 10:59Hammett
Le nombre de forfaits Orange se décompose comme suit

Grand public
18,203 millions,
12 000 sur le m2m.

Entreprise
2,672 millions,
6,216 millions.

Total : 27,090 millions.

Prépayés : 3,398 millions

Total : 30,489 millions cartes sim.
avatar
le Jeu 27 Avr 2017 - 12:35Hammett
Sur le fixe et selon l'estimation d'Orange de sa part de conquête (35,7%), avec un solde de 69 000 nouveaux clients, cela donne un total de 193 000 nouveaux clients sur le T1.
Il reste un solde de 124 000 nouveaux clients pour Bouygues, Free et SFR.
avatar
le Ven 28 Avr 2017 - 6:29Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°225

Netflix
Futuresource Consulting donne quelques chiffres sur le nombre de clients par pays pour Netflix. La France auraient 1,4 million d’abonnés. A fin décembre 2016, Netflix comptait 44,37 millions d’abonnés à l’international, soit 47% des 93,8 millions d’abonnés (Zdnet, 20/04).
CanalPlay qui est le concurrent direct donnait 620 000 clients à fin septembre (pas de chiffres à fin décembre).



Free et TF1
Après Orange et SFR, c’est Free qui s’est également opposé à ce que TF1 prive les opérateurs télécoms de ses chaînes, si les opérateurs n’acceptent pas de le payer pour les reprendre dans leurs bouquets. Afin d’augmenter sa rentabilité, TF1 veut recevoir une rémunération nettement plus importante de la part des opérateurs. (Le JDD du 23/04) : "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

SFR et Canal
Canal+ n’est pas satisfaire de la distribution de ses chaines par SFR et selon Les Echos (25/04). SFR compterait 250 000 abonnés à Canal+ et commence à mettre en avant ses propres contenus.
Toutefois, il va être compliqué pour Canal+ de se priver de ces clients et Canal+ a toujours des obligations (qui remontent à la fusion avec TPS) de distributions imposées par l’ADLC.
Lors de son Assemblée Générale annuelle, Vivendi a confirmé qu’un partenariat commercial était en discussion avec Orange. L’ADLC doit rendre prochainement ses nouvelles obligations envers Canal+, afin que la chaine cryptée ne soit pas en monopole sur la télévision payante. Pour Vivendi : "Notre pari sur 2017, c'est que les résultats remontent à partir du 3ème trimestre".
avatar
le Mar 2 Mai 2017 - 6:28Hammett
Il y a quelques semaines, l’ARCEP a publié ses chiffres définitifs Observatoire des marchés des communications électroniques en France au quatrième trimestre 2016. Ces statistiques permettent de faire le point sur les cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G.

Récapitulatif de l'ARCEP


La 2G baisse poursuit sa baisse et a encore beaucoup baissé sur ces 12 derniers mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 5 points sur les douze derniers mois et elle était de 7 points entre décembre 2015 et décembre 2015. Cette baisse est maintenant constante de trimestre en trimestre. Mais, à ce rythme, il va falloir encore 4 ans pour une quasi extinction.

La 3G et la 4G représentent 73% des cartes SIM contre 68% à fin T4 2015. La 4G représente 44% du parc total contre 31% à la fin T4 2015. Par déduction la 2G représente donc 27% contre 32% à fin du T4 2015. La montée en gamme vers la 4G, permet de comprendre pourquoi les revenus des opérateurs sont en voie de stabilisation. La 4G devrait devenir majoritaire à la fin du premier semestre.
avatar
le Mer 3 Mai 2017 - 6:25Hammett
La guerre des contenus (droits tv du sport, films, séries) que se livrent les opérateurs est en train de gagner progressivement le monde de la presse ou chacun cherche à offrir dans son offre premium un accès à un kiosque numérique avec des offres gratuites ou quasi gratuite de journaux, à l’image du streaming musical comme Deezer ou Spotify.

La presse dans les forfaits
Le dernier en date est Canal+ qui propose depuis le 31 mars, une offre avec le Kiosk. Là aussi un crédit mensuel est proposé en fonction du niveau d’abonnement : de 10 quotidiens et magazines à 25 pour les clients de la formule « intégrale ».
Cela vient s’ajouter à SFR Presse (propriétaire d’un groupe de presse) lancé en avril 2016 avec les journaux du groupe Altice, auxquels se sont rajoutés quelques titres. Orange de son côté propose une offre à 10€ (avec une promotion de 1€ pendant 6 mois) en partenariat avec le kiosque ePresse, mais Orange ne donne pas de chiffres sur les usages. Bouygues réfléchit de son coté à un lancement d’une offre.

Quelques chiffres
Mi-février, SFR donnait le chiffre de 100 000 téléchargements par jour pour 65 titres présents au catalogue. Plus concrètement, Libération est à un peu moins de 10 000 exemplaires par jour, L’Express à un peu moins de 20 000 par semaine, Le Parisien, 8000 par jour, Le Journal du Dimanche, 18 000 par semaine.
Par contre, toute la presse ne rentre pas dans ce modèle de vente. Le Monde (27/03) indiquait que des magazines comme Le Point, So Foot refusaient d’y participer. Le Point refusant l’aumône de 10% du prix facial par téléchargement versée par SFR, mais : "des quotidiens comme Le Parisien ou Libération peuvent donc tirer de SFR Presse environ 1 million d’euros de revenus par an, selon une estimation approximative, un hebdo comme L’Express environ 375 000 euros.".

Un avenir pour la presse ?
Se pose la question du prix de la presse : celle-ci peut-elle est considérée comme gratuite, alors que l’information de qualité à un prix ! Accessoirement, se pose le problème de savoir si SFR profite du système afin de ne payer une TVA réduite sur la presse.
Mais au final, cela va-t-il permettre aux journaux de gagner de nouveaux lecteurs ? Depuis Bien avant le passage au numérique, la presse souffre lourdement en kiosque avec des ventes qui chutent et un lectorat qui vieillit et un passage au numérique ne fait que commencer. Ce système peut-il être un moyen de relancer le lectorat et d’assurer un modèle économique aux journaux ?
Pour les opérateurs, cela peut être un plus, car pour un lecteur, ce type d’offre est une source certaine d’économies.
avatar
le Jeu 4 Mai 2017 - 6:28Hammett
Alors que la presse numérique devient un objet de complément à des abonnements premiums chez Canal+ ou SFR, quel est l’état de la presse numérique payée. L’OJD - qui est l’organisme qui récence les chiffres de diffusion de la presse – permet d’avoir des chiffres (qu’il faut aller piocher quand même) sur la diffusion numérique de l’ensemble de la presse. Il y a encore beaucoup à faire.

Le récapitulatif ci-dessous permet de se faire une idée. Il s’agit des 5 quotidiens qui sont le plus diffusés sous format numérique. Les autres (parmi ceux-ci Le Point, La Croix, Le monde Diplomatique) sont - à fin 2016 – en dessous ou aux alentours de 10% de diffusion du total diffusion, la très grande majorité est en dessous de 5%.



Pour ces 5 quotidiens, la situation est contrastée. Il y a ceux qui progressent dans les ventes totales (Les Echos, l’Equipe) et ceux qui reculent (Le Monde, Le Figaro, Libération). Par contre, chacun voit ses ventes numériques (au numéro ou via un abonnement) augmenter très sérieusement entre 2015 et 2016. Et, deux quotidiens se distinguent : Le Monde et Les Echos qui devraient pouvoir atteindre les 50% à court terme.
Pour L’Equipe et Le Figaro, ce sera à moyen terme et pour Libération, ce sera beaucoup plus long. Même si ce dernier bénéficie du soutien de SFR Presse, l’OJD compte ses ventes dans la rubrique « vente au tiers » qui est une catégorie d’achats groupés par les entreprises. Par accord, via ce canal Libération ne pourra pas dépasser 3 000 exemplaires par jour (Le monde, 06/2016).
Les chiffres de 2017 devraient être en hausse, la période électorale étant aussi une période où les journaux se vendent mieux. D’autre part, les quotidiens ont lancé beaucoup de promotions « spéciales élections ».
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum