Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2017
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Lun 27 Mar 2017 - 9:10Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°220

Rapprochement Orange Canal+
Cela se précise un peu plus pour un rapprochement entre Orange et Canal+. A l’occasion de la présentation de l’accord d’exclusivité entre HBO et OCS, Stéphane Richard a annoncé un "renforcement dans quelques semaines". Ce rapprochement pourrait prendre la forme d'un "partenariat industriel et commercial, il n'y a aucun volet capitalistique avec Canal+" (Le Figaro, 21/03).

Début mars, lors des Rencontres de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat média), jeudi 2 mars, Stéphane Richard est revenu sur le possible rapprochement entre Canal+ et Orange. Pour lui, Orange : "ne pourra aborder [cette question] comme [l'entreprise] l'a fait la dernière fois (…) il va y avoir une bataille extraordinaire, en particulier dans le foot, redevenu attractif pour la télévision payante. A l'évidence, on se prépare à toutes les échéances".
Sur la Ligue 1, Orange : "essaye d'anticiper qui sera autour de la table" et de voir s'il existe "un partenaire avec qui il serait possible d'anticiper". Pour lui ce partenariat pourrait s’étendre en Afrique, continent ou les deux groupes sont très présents. Enfin, il estime que les droits de la Ligue 1 seront renouvelés fin 2017-début 2018 (Satellifax du 03/03).

Selon Les Echos, 22/03) qui interroge une source proche du dossier : "La Formule 1 ce n'est pas un enjeu pour Orange (…) Cela ne génère pas suffisamment d'abonnés. Ce qui est le plus important, c'est le foot. Et Orange va être très attentif à ce que Canal+ conserve la Ligue des Champions dont les droits vont être renégociés d'ici l'été, ainsi que ceux de la Ligue 1 ".
Enfin, pour se mettre en ordre de bataille, Orange va regrouper toutes ses activités « contenus » dans Orange Content. soit OCS, Orange Studio et la nouvelle structure de production séries télé. Actuellement, les dépenses dans les contenus sont de 550 millions par an et elles devraient augmenter de façon significative.

Orange et le « Netflix à la française »
Lors des Rencontres de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat média), jeudi 2 mars, Stéphane Richard est revenu sur son projet avorté de « Netflix à la française » : "Je suis triste que nous n'ayons pas été capables de créer, en Europe, un service de type Netflix (…) Il y a quelques mois, avec deux patrons de chaîne, nous sommes allés au ministère de la Culture.". Mais il fallait d’abord faire évoluer la chronologie des médias.
Orange a travaillé, il y a deux ans, sur un tel projet avec les groupes France Télévisions, M6 et TF1. De son coté, France Télévisions travaille à lancer une offre de SVOD pour cet automne. (Satellifax du 03/03).
avatar
le Mer 29 Mar 2017 - 6:28Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin décembre 2016, voici un tableau récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles (y compris M2M) et donc hors mvno’s et prépayés pour les 4 opérateurs nationaux.  



Les forfaits m2M permettent à Orange de gagner des parts de marché sur le segment de forfaits. Avec le m2m, SFR reste deuxième, mais est en baisse de 3,5 points sur 12 mois. Sans le m2m, Free gagne des parts de marché, mais est en stagnation sur l’année 2016. Bouygues progresse d’un point.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T4, Orange compte 26,486 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 39,5%, et une hausse de 2,345 millions cartes sim et de 9,7% de sa base client sur 12 mois.
avatar
le Jeu 30 Mar 2017 - 6:20Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°194

Premier League
Le championnat anglais est l’exemple typique de la mondialisation du foot par les investisseurs. Ce qui est aussi le cas pour les joueurs et les entraineurs. France Football (août 2016) a publié la liste des propriétaires des clubs de Premier League. Y investir devient très cher, il ne reste que la D2 ou quelques gros clubs européens.



Ce mouvement d’internationalisation touche aussi les joueurs, ainsi que le récapitule une infographie de l’AFP (septembre 2016).

avatar
le Ven 31 Mar 2017 - 6:22Hammett
L'ARCEP vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 4ème trimestre 2016 - résultats définitifs- ".
A noter qu'il y a quelques différences avec le récapitulatif provisoire publié le 1er décembre dernier. Entre les deux publications de l'ARCEP, le total des abonnements diminue de 45 000 unités : -42 000 sur le haut débit et -3000 sur le très haut débit.

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 3,0%, c’est en encore baisse par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 796 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 211 000 nouveaux clients.

Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 22,2 millions, soit un recul de 419 000 sur un an et une baisse de 171 000 sur le trimestre. C’est un bon trimestre, mais sans plus.

Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 5,427 millions, soit une hausse de 1,216 million (dont 799 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 383 000 (dont 262 000 pour le Ftth) sur le trimestre.

Pour l’ARCEP : "Les abonnements à très haut débit représentent 20% du total des abonnements internet sur réseaux fixes et un peu plus de six sur dix sont d'un débit supérieur ou égal à 100 Mbit/s (…) La majorité de la croissance annuelle provient depuis le milieu de l'année 2016 des abonnements en fibre optique de bout en bout (2,2 millions, +740 000 en un an au quatrième trimestre 2016), puis de ceux dont le débit est compris entre 30 et 100 Mbit/s (2,0 millions, +415 000 au quatrième trimestre 2016). Les abonnements avec terminaison en câble coaxial dont le débit est supérieur ou égal à 100 Mbit/s (1,2 million) sont également en hausse, mais dans une moindre mesure : +55 000 en un an, une croissance de cinq fois inférieure à celle du quatrième trimestre 2015 (+295 000).".


2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin décembre 2016 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin décembre. Il sera actualisé avec la publication prochaine des chiffres l’ARCEP à fin décembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,3% de parts de marché avec 11,151 millions de clients et a recruté 417 000 nouveaux clients entre le T4 2015 et le T4 2016, soit une augmentation de 3,9% de sa base clientèle.
avatar
le Ven 31 Mar 2017 - 12:26Hammett
Avant la publication de l’observatoire de l’AFNR au 31 mars, un récapitulatif sur les supports 4G en service à fin décembre 2016, via l’observatoire 2G, 3G et 4G au 31 décembre. Publié par l’ANFR.

Avec 38,041 sites, le cumul des supports 4G en service augmente de 12,5% par rapport à septembre 2016 et de 47,9% par rapport à décembre 2015.



Bouygues est premier : 10 600 sites soit une augmentation de 12% par rapport au 30 septembre et de 48,4% sur un an.
Orange est deuxième : 10 038 sites soit une augmentation de 6,9% par rapport au 30/09 et de 20,2% sur un an.
SFR remonte avec 9 835 sites, soit une augmentation de 22,1% par rapport au 30/09 et de 114,4% sur un an.
Free ferme la marche avec 7 568 sites, soit une augmentation de 9,5% par rapport au 30/09 et et de 34,3% sur un an.

SFR qui n’avait plus le choix rattrape son retard avec son accord de mutualisation avec Bouygues Telecom et une forte relance de ses investissements. Sur un an SFR a distancé Free et a dépassé Orange fin février. Bouygues (via la mutualisation avec SFR) poursuit fortement sa route et est repassé devant Orange qui « gère », trop ? Egalement par nécessité, Free avance également fortement.
avatar
le Lun 3 Avr 2017 - 6:19Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°221

Altice
Fin mars, Altice a une nouvelle fois refinancé une partie de sa dette. La maturité moyenne de la dette du groupe est de 6,8 ans, et son coût moyen pondéré passe de 6,1% à 6%. Pour le Directeur Financier : "Avec cette dernière opération [...], Altice a refinancé 30 milliards d'euros de dettes depuis un an, a-t-il affirmé dans le communiqué. Cela démontre clairement l'engagement d'Altice à gérer activement ses passifs [...], et à réduire ses coûts d'intérêts.". (Le Tribune, 23/03).
Courant octobre, Michel Combes – le DG d’Altice avait déclaré : "on n'a pas de remboursements majeurs avant 2022 et on continue à repousser la maturité de nos emprunts(...) Nous n'avons que les intérêts à payer pendant sept ans et nous pouvons y faire face seulement grâce à nos cash-flow massifs".

A partir de 2022, SFR devra rembourser environ 9 milliards d'euros. Et l'année suivante, il devra sortir quelques 7 milliards d'euros. L’objectif va être de rééchelonner cette partie de la dette. La dette totale du groupe s’élève à 50,36 milliards.
Si Altice et SFR sont à l’aise sur la dette, il va maintenant falloir démontrer la capacité à reconquérir des clients. Depuis le rachat, SFR a perdu 3,329 millions de clients : 2,873 millions sur le mobile et 456 000 sur le fixe.

ARCEP et la consolidation
Lors d’un entretien au quotidien Le Figaro (édition papier du 31/03) Sébastien Soriano est revenu sur la consolidation des télécoms. Pour lui : "La consolidation n'est ni nécessaire, ni souhaitable. Une fenêtre se referme. Il y a deux acteurs forts qui investissent beaucoup : Orange va bien, SFR tend à se renforcer. La situation est un peu différente pour Bouygues Telecom et Free. Le premier est entré tardivement dans le fixe, et le second, dans le mobile. Lorsque sur un marché à quatre, deux avaient un handicap, la consolidation pouvait avoir du sens. Mais la part de marché de Bouygues Telecom a dépassé les 10 % dans le fixe et Free Mobile affirme avoir atteint ses objectifs de déploiement de la 3G avec un an d'avance et poursuit ses efforts dans la 4G".

Si les acteurs sont d’accord, il n’est pas certain que ces arguments de l'ARCEP puissent être un frein à une éventuelle consolidation.

Sébastien Soriano poursuit : "Alors que le marché trouve enfin sa dynamique à quatre, j'ai du mal à comprendre ce que les Français auraient à gagner d'une consolidation. Le seul intérêt des actionnaires n'est pas suffisant. Et un tel cas de figure pourrait être très dangereux pour l'investissement. Un nouveau cycle de négociations entre opérateurs ferait à nouveau perdre deux ans au secteur. Or c'est le moment d'investir dans la fibre. Si des négociations devaient reprendre, l'Arcep serait très vigilante et exigeante".

Par crainte d’une baisse des investissements mais sans donner de chiffres, ni citer d’études, le président de l’ARCEP est également contre la convergence entre les télécoms et les médias. En début d’année, il déclarait : "Je ne veux pas dicter leur stratégie aux opérateurs. Si Orange se développe dans la banque, et SFR dans les médias, c’est leur droit. Mais il ne faut pas se tromper de boussole. La 5G, par exemple, il faut la préparer dès aujourd’hui. Ma crainte, c’est que par effet de mode, les opérateurs télécoms soient moins focalisés sur les réseaux".
Reste à connaitre l’impact des déclarations du régulateur sur les opérateurs. Sachant que cet aspect ne rentre pas directement dans le cadre de ses attributions réglementaires.
avatar
le Mar 4 Avr 2017 - 6:23Hammett
Ce tableau récapitule le nombre de clients total par opérateur mobile entre 2003 et 2016 avec la part de marché correspondante.





Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Pour SFR, les clients de Virgin Mobile et ceux de Numericable sont inclus à partir de 2013.
- Le(s) Mvno(s) sont inclus chez leur(s) opérateur(s).
- Exemple de lecture : en 2016, la base clientèle Orange est de 30,772 millions de clients, avec une part de marché de 40,2%.

Avec la montée en puissance du m2m, Orange retrouve son niveau de fin 2013. Comme sur le fixe, SFR est à son plus bas historique, et a perdu 2,873 millions de clients et 5,5 points depuis l’arrivée de l’équipe P.Drahi. Free a double sa part de marché en 5 ans, mais n’arrive pas à prendre la troisième place à Bouygues Telecom. Ce dernier sauvant sa place avec la montée en charge du m2m, ce qui lui permet de retrouver sa part de marché de 2012.
avatar
le Mer 5 Avr 2017 - 6:25Hammett
Ce tableau récapitule le nombre de clients total en fixe (Adsl, Ftth, Fttla, Satellite et autres) par FAI entre 2003 et 2016 avec la part de marché correspondante.





Précisions :
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Exemple de lecture : en 2016, la base clientèle Orange est de 11,151 millions de clients, avec une part de marché de 40,3%.
- Pour les années 2004, 2005 et 2006 certaines données sont reprises d'estimations publiées dans la presse.
- A partir de 2009, le tableau compile les chiffres ADSL, Fibre Optique, Câble et Satellite et calcule une ligne "autres", en prenant le chiffre total publié par l’ARCEP et en retranchant les chiffres communiqués par les opérateurs.
- Le tableau comptabilise sous chaque FAI, les divers rachats effectués comme Alice par Free en 2008 et Darty par Bouygues en 2012 et les divers regroupements qui ont constitué historiquement SFR.

A noter que Orange progresse pour la première fois depuis fin 2008. Free fait son meilleur score également depuis 8 ans. Ils sont bien aidés par la part de marché la plus basse historique du conglomérat SFR qui a perdu 3,2 points depuis l’arrivée de l’équipe de P.Drahi. Bouygues Telecom en profite également.
avatar
le Jeu 6 Avr 2017 - 6:19Hammett
Avec la publication des résultats de Bouygues Telecom, Orange, SFR et des statistiques sur les services mobiles de l’ARCEP, il est possible d’avoir une vue sur ce que représente le M2M (Machine to Machine).

Pour l’ARCEP, la définition du parc MtoM est la suivante : «nombre de cartes SIM utilisées pour la communication entre équipements distants (gestion à distance d’équipements, terminaux et serveurs, fixes ou mobiles). (…) Sont prises en compte les cartes SIM équipant les « machines », que la communication se fasse uniquement en réception, uniquement en émission ou les deux. Ne sont pas comptabilisées dans cette rubrique les cartes utilisées pour les communications interpersonnelles et les cartes internet exclusives».



Précisions
- Au T4 2016, Orange avec 5,711 millions de cartes SIM est à 48,6% de parts de marché et a progressé de 1,833 million de cartes sur 12 mois, soit un gain de 47,3% de sa base clientèle.
- La rubrique "autres" est calculée en défalquant du total de l'ARCEP, les chiffres de Bouygues Telecom, SFR et Orange.

En 12 mois, Orange est devenu premier sur ce marché et s’approche tranquillement des 50% des parts de marché. C’est ce segment qui lui permet de rester dynamique sur le segment des forfaits. Comme sur d’autres segments, SFR s’écroule sur 12 mois, mais redevient positif sur l’année 2016. Bouygues essaye de suivre et garde une solide position. Les autres acteurs essayent de rester dans le coup. Free n'est pas présent sur ce marché.
avatar
le Ven 7 Avr 2017 - 6:28Hammett
Avec la publication des résultats de Bouygues Telecom, Orange, SFR et des statistiques sur les services mobiles de l’ARCEP, il est possible d’avoir une vue sur ce que représente le M2M (Machine to Machine). Deuxième récapitulatif : l'impact grandissant des forfaits M2M par rapport aux forfaits.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Orange, SFR et l’ARCEP à fin décembre.
- Au T4 2016, Orange avec 5,711 millions de cartes sim sur 26,486 millions de forfaits, soit un pourcentage de 21,6%.

Pour Orange, comme pour Bouygues Telecom, il y a une sérieuse montée en charge de ce segment. A travers son plan Perspectives 2020, Orange mise gros sur les objets connectés. “Sur le milliard d'euros de diversifications que nous visons d'ici 2020, 600 millions doivent venir de ce segment.”.
Pour Orange, la proportion du m2m a pris 5,5 points sur les 12 derniers mois et a rejoint SFR en baisse sur les 12 derniers mois, mais en hausse sur 2016. Bouygues est également sur une courbe ascendante. Il serait intéressant de connaître ce que cela représente au niveau du chiffre d’affaire sur ce segment plus « protégé » de la téléphonie mobile.

avatar
le Lun 10 Avr 2017 - 6:33Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 195

Canal+
[url= http://www.lefigaro.fr/medias/2017/03/30/20004-20170330ARTFIG00366-legere-embellie-pour-canal-en-france.php]Le Figaro[/url] (30/03) nous donne quelques informations sur Canal+. D’abord sur les recrutements : "100.000 nouveaux recrutements en France au premier trimestre de cette année, comparé à la même période en 2016. Et, bonne nouvelle, l'écrasante majorité de ces récentes recrues s'engagent sur une durée de 24 mois". Toutefois vu que les résiliations seraient aussi nombreuses, au final la baisse du nombre de clients ne serait que très partielle.
Afin de relancer la machine, Canal+ réfléchirait à proposer une offre à 9,99€. La première offre au catalogue est à 19,90€ mais n’est disponible que sur ordinateur, tablette ou smartphone.

Canal+ et beIN Sports
Au total depuis son lancement depuis 2012, le Qatar a injecté 1,4 milliards d’euros dans le bouquet de chaines qui compte plus de 3 millions de clients. Alors qu’entre 2012 et 2015, beIN Sports a cumulé une perte de 1 milliard (Libération, 16/03). beIN Sports compte plus de « millions de clients.
Le résultat opérationnel des chaines Canal+ en France montre une perte de 399 millions en 2016 et de 265 millions en 2015, 180 millions en 2014. Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) est de 8,182 millions (dont 2,958 aux offres spécifiques Free et Orange et 5,254 directement). Le site Electron Libre a donné le chiffre de 3,746 millions aux chaines Canal+ « individuels », ce qui laisse le complément de 1,578 million aux offres CanalSat « individuels».

Orange et le foot
Alors qu'Orange cherche la bonne formule pour s'associer à Canal+ afin de reprendre pied dans les droits tv sportifs, c'est l’occasion de revenir sur les investissements d'Orange dans le foot à l'occasion d’une interview dans l’Equipe du 08/12 de Béatrice Mandine – Directrice de la communication du groupe Orange – le quotidien publie une infographie sur la présence d’Orange dans le foot. Orange est
Sport n'est complètement oublié.



Pour l’Euro 2016, Orange avait présenté ses actions de sponsoring sur le football.


avatar
le Lun 10 Avr 2017 - 6:34Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 195

Canal+
Le Figaro (30/03) nous donne quelques informations sur Canal+. D’abord sur les recrutements : "100.000 nouveaux recrutements en France au premier trimestre de cette année, comparé à la même période en 2016. Et, bonne nouvelle, l'écrasante majorité de ces récentes recrues s'engagent sur une durée de 24 mois". Toutefois vu que les résiliations seraient aussi nombreuses, au final la baisse du nombre de clients ne serait que très partielle.
Afin de relancer la machine, Canal+ réfléchirait à proposer une offre à 9,99€. La première offre au catalogue est à 19,90€ mais n’est disponible que sur ordinateur, tablette ou smartphone.

Canal+ et beIN Sports
Au total depuis son lancement depuis 2012, le Qatar a injecté 1,4 milliards d’euros dans le bouquet de chaines qui compte plus de 3 millions de clients. Alors qu’entre 2012 et 2015, beIN Sports a cumulé une perte de 1 milliard (Libération, 16/03). beIN Sports compte plus de « millions de clients.
Le résultat opérationnel des chaines Canal+ en France montre une perte de 399 millions en 2016 et de 265 millions en 2015, 180 millions en 2014. Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) est de 8,182 millions (dont 2,958 aux offres spécifiques Free et Orange et 5,254 directement). Le site Electron Libre a donné le chiffre de 3,746 millions aux chaines Canal+ « individuels », ce qui laisse le complément de 1,578 million aux offres CanalSat « individuels».

Orange et le foot
Alors qu'Orange cherche la bonne formule pour s'associer à Canal+ afin de reprendre pied dans les droits tv sportifs, c'est l’occasion de revenir sur les investissements d'Orange dans le foot à l'occasion d’une interview dans l’Equipe du 08/12 de Béatrice Mandine – Directrice de la communication du groupe Orange – le quotidien publie une infographie sur la présence d’Orange dans le foot. Orange est  
Sport n'est complètement oublié.



Pour l’Euro 2016, Orange avait présenté ses actions de sponsoring sur le football.

avatar
le Mar 11 Avr 2017 - 6:26Hammett
Après la publication des résultats des opérateurs à fin décembre 2016, il est possible de synthétiser l’évolution du chiffre d’affaire.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Le chiffre d'affaire d'Orange France a baissé de 0,9% entre 2015 et 2016 et l’Ebitda a progressé de 0,8%



Le détail
Bouygues Telecom au prix de très lourds efforts confirme sa lente remontée entamée en 2015, mais sa rentabilité s’améliore mais reste éloignée de celle de ses concurrents.

Free est dans la continuité et est toujours 2 fois plus rentable que Bouygues. En augmentant sa rentabilité (moins d’itinérance et du dégroupage) sur les deux dernières années de façon significative.

Orange France est toujours dans le rouge, 2016 ressemble à 2015. Par contre sa rentabilité s’améliore. La 4G et le Ftth ne permettent pas encore à Orange de basculer dans le vert, d’autant que les rentrées liées à l’itinérance en Europe et à Free sont en baisse.

SFR voit son chiffre d’affaire baisser légèrement et sa rentabilité stagne. SFR termine l’année avec un déficit. La perte de clients se fait sentir et la montée en charge avec la politique de contenus ne porte pas ses fruits. Même si le T4 a été positif, l’année 2016 restera une mauvaise année.

Pour rappel, les résultats à fin 2015
avatar
le Mer 12 Avr 2017 - 6:36Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°222

Vivendi & Telecom Italia
Vivendi est en train de prendre la main officiellement sur Telecom Italia et vient de la notifier à la Commission européenne, alors qu’il doit nommer un nouveau Conseil d’Administration le 4 mai. La CE pourrait rendre son verdict le 12 mai et dans le schéma retenu par Vivendi c’est Arnaud de Puyfontaine, président du Directoire de Vivendi qui pourrait prendre la tête de Telecom Italia dont Vivendi détient 24% du capital (Trading sat, 05/04).

Xavier Niel
Xavier Niel vient de céder un peu plus d'un million d'actions Iliad, représentant 1,72% du capital ce qui représente la somme de 210,5 millions d'euros. A l’issue de la transaction, Xavier Niel reste le principal actionnaire d'Iliad avec 52,43% du capital (Reuters, 05/04).

Altice
Selon Les Echos (08/04), Patrick Drahi va introduire en bourse une part minoritaire d’Altice USA (4ième opérateur aux USA) qui regroupe ses activités dans de câblo-opérateur aux USA Suddenlink et Cablevision. Cette opportunité avait été évoqué fin 2016, il reste à trouver le moment adéquat pour Altice.
Altice groupe veut lever jusqu'à 2 milliards de dollars, car le fonds de pension canadien CPPIB et le fonds américain BC Partners, qui détiennent à eux deux 30% du câblo-opérateur, devraient céder au total entre 5 et 10% de cette participation au cours de cette opération. Patrick Drahi va lui garder ses 70%.
Cette introduction en Bourse pourrait permettre de rembourser une partie de sa dette (20 milliards aux USA) ou au contraire de la creuser un peu plus en faisant quelques acquisitions.

Rapprochement Orange Canal+
Pour Les Echos (12/04), Orange pourrait proposer un minimum garanti de "plusieurs centaines de millions d'euros", en échange, Canal+ autoriserait Orange à commercialiser ses chaînes directement auprès de ses abonnés. Orange pourrait constituer des bouquets à sa guise et maitriser le fichier client. Problème selon un proche du dossier chez Canal+ : "Nous ne renoncerons jamais à l'autodistribution". Sur ce modèle, Canal+ a créé des mini-bouquets CanalSat, distribués par Orange et Free.
Canal+ et Orange doivent faire vite, car la remise des offres à l’UEFA pour la Champion’s League est fixée au 3 mai.
avatar
le Ven 14 Avr 2017 - 6:16Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°196

Coupe de France
En début d’année, l’appel d’offre pour les droits tv de la Coupe de France 2018-2022 a été lancé par la FFF. Actuellement ce sont France Télévisions et Eurosport qui se partagent la diffusion pour 17 millions d’euros par an et selon le quotidien l’Equipe (édition papier du 23/03) ils pourraient renouveler pour un montant d’un peu plus de 20 millions d’euros. Ni Canal+, ni SFR n’ont candidaté.
Les appels d'offres des droits de la Coupe Gambardella ainsi que ceux de la D1 et de la Coupe de France féminines seront quant à eux proposés ultérieurement. La balle est dans le camps de la FFF.

Ligue des Champions
Les droits tv pour la période 2018-2020 viennent d’être lancés par l’UEFA. La date butoir est le 3 mai. A noter les nouveaux horaires : comme en Europa League, les matchs se joueront à 19h et 21. Cela permettre une meilleure exposition.
A ce jour c’est beIN Sports pour 90 millions par saison et Canal+ pour 50 millions qui se partagent les droits. Ils vont devoir faire face à SFR. Pour cela Canal+ et Orange pourraient passer un deal, afin que Canal+ puisse faire face à la probable augmentation de ces droits.
C’est le Royaume-Uni qui a ouvert le bal et en s’offrant avec un nouveau record. BT s'est imposé face à Sky au prix de 1,2 milliard de livres (1,39 milliard d'euros), soit quasiment un tiers de plus qu'avant. Cela représente 394 millions par saison et 32 % de plus que les trois saisons précédentes que BT avait ravies pour 897 millions à Sky, son grand concurrent de télé payante outre-Manche.

Droits tv Basket, Hand et Volley
Le quotidien l’Equipe du 15/02 (édition papier) a publié un récapitulatif économique sur la situation du Basket, du Hand et du Volley en France. Concernant les droits TV, voici la situation.
Nous sommes encore loin des droits du foot et du rugby. Le basket s’approche des droits de la Ligue 2 de foot, mais SFR a surpayé les droits afin de les arracher à Canal+

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum