Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Mar 14 Fév 2017 - 8:38Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par SFR ? S1 - N°1

Les affaires reprennent-elles ? Selon la Lettre de l'Expansion (Boursier.com) : "Les tractations en vue d'une consolidation du secteur des télécoms en France, c'est-à-dire le passage de quatre à trois opérateurs, auraient repris (...) C'est Patrick Drahi, le patron d'Altice, et donc de SFR (et de 'La Lettre de l'Expansion') qui en serait à l'initiative."
avatar
le Mer 15 Fév 2017 - 6:37Hammett
A la lecture des différents documents publiés par l’ARCEP afin de permettre une analyse du marché du très haut débit pour la période 2017-2020, il y a quelques chiffres sur Orange qui ressortent. Certains "mauvais" esprits pourraient y voir une volonté de l'ARCEP d'instruire "à charge" contre Orange.
Petit tour d’horizon.

Zone d’initiative privée
Dans la zone d’initiative privée, la position particulière d’Orange sur le réseau FttH devrait se confirmer au cours de ce cycle d’analyse de marché. En zones très denses où il a déjà déployé 44 % des prises, Orange devrait, à terme, dépasser le seuil des 50 % de prises s’il réalise les déploiements programmés dans les poches de basse densité. En conséquence, Orange pourrait déployer ainsi plus de 3 millions de prises sur les 6 millions de prises des zones très denses.

En ce qui concerne la zone AMII, où Orange a déployé 91,5 % des prises construites au 30 septembre 2016, la position de l’opérateur pourrait rester très forte ; dans le cas où le contrat de partage de la zone avec SFR Group ne ferait pas l’objet d’une renégociation, Orange déploierait, à terme, 82 % des 12 millions de prises FttH de la zone AMII. L’Autorité estime ainsi qu’à terme, sur la base de la situation et des projections actuelles, Orange devrait exploiter 70 % des lignes FttH privées sur le territoire métropolitain.

Zone d’initiative publique
Dans les zones d’initiative publique, où plusieurs acteurs candidatent régulièrement pour se voir confier l’exploitation des réseaux, la position du groupe Orange demeure significative : ses filiales se sont vu attribuer l’exploitation de 23 % des 3,8 millions de prises FttH ayant fait à ce jour l’objet de mises en concurrence par des collectivités locales. Ainsi, le parc de locaux éligibles au FttH exploité par Orange sur l’ensemble du territoire national pourrait représenter entre 45 % et 55 % du parc total.

Eligibilité FttH
Le parc de locaux éligibles aux offres FttH de détail d’Orange est le plus élevé et couvre 6,4 millions de lignes au 30 septembre 2016 soit 92 % de l’ensemble des lignes éligibles au FttH. Le second opérateur commercial le plus avancé sur le FttH peut quant à lui proposer ses offres sur 3,2 millions de lignes, soit 46 % de l’ensemble des lignes éligibles au FttH. Les autres opérateurs commerciaux peuvent proposer leurs offres FttH sur moins de 2,5 millions de lignes soit 36 % des lignes éligibles.

Divers
Dans ces documents on y apprend que :
- Le haut débit par câble coaxial, disponible dans les zones d’emprise des réseaux câblés, représente 165 000 accès au 30 septembre 2016. Il s’agit principalement des abonnés câble qui n’ont pas profité de la modernisation du réseau et qui disposent d’un débit inférieur à 30 Mbit/s. D’autres technologies peuvent également être utilisées pour la fourniture d’accès haut débit, comme les réseaux hertziens utilisant des technologies de type Wi-Fi, la boucle locale radio WiMAX, les réseaux de satellites ou encore le réseau de distribution électrique (courants porteurs en ligne). Le nombre d’accès haut débit activé fondé sur ces technologies reste à ce jour très limité, avec environ 56 000 accès au 30 septembre 2016.

- Concernant le FttDP, une première phase expérimentale a eu lieu sous l’égide du comité d’experts cuivre afin de s’assurer que l’injection d’un nouveau signal sur le réseau cuivre, ou un nouveau point de coupure, ne vienne pas générer de perturbations sur les paires de cuivre avoisinantes. (…) L’Autorité note que l’expérimentation avec l’ensemble des acteurs concernant le FttDP n’a pas été concluante. La généralisation de l’architecture FttDP n’est envisagée par aucun opérateur à ce stade. Orange a d’ailleurs confirmé la fin de l’expérimentation en cours et qu’elle ne serait pas généralisée.
avatar
le Jeu 16 Fév 2017 - 6:38Hammett
Stéphane Richard se plait à la tête d’Orange et se verrait bien rempiler pour un nouveau mandat de quatre ans. L’actuel mandat de quatre ans a été reconduit en mai 2014 jusqu’en mai 2018. 18 mois avant la fin de ce mandat, quelle est la situation ?
Un nouveau mandat ?
Selon Alexandre Medvedowsky (un de ses lobbyistes et président d’une société de conseils en intelligence économique) : "Il a envie de continuer, c’est la tendance naturelle d’un patron de se projeter au-delà de son mandat mais ce n’est pas d’actualité (…) Il ne se sent pas comme vivant son dernier mandat (…) Mais il n’est pas en campagne"
A ce jour, comme en 2014, il bénéficie du soutien de l’actuel Ministre de l’Economie "il fait du bon travail et qu’il n’y a, a priori, pas de raison pour qu’il ne continue pas" (Bfm, 14/12). Mais, après les présidentielles ? F.Fillon étant pour un désengagement assez rapide de l’Etat dans Orange et E.Macron jugeant que l’Etat devait continuer à jouer un rôle pour l’accompagnement du plan Très haut Débit.

Et l'affaire Tapie ?
Toutefois, une épée de Damoclès pèse au-dessus de lui : l’affaire Tapie ! Car Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds public. Dans cette affaire, Christine Lagarde la Ministre de l’époque a été jugée coupable de négligence par la Cour de justice de la République (CJR). Stéphane Richard était son Chef de Cabinet et cette partie de l’affaire (non politique) devrait être jugée en 2018, c’est-à-dire dans la même période que la fin de son mandat.

Un concurrent ?
Toutefois, un concurrent pourrait surgir (Le Monde, 08/02) : le directeur général de Bpifrance, Nicolas Dufourcq va faire son entrée au C.A. d’Orange afin de remplacer Jean-Yves Gilet. Le Monde précise, que Nicolas Dufourcq était contre le rachat en avril 2016 de Bouygues Telecom par Orange. BPI France détient 9,6% du capital. Le quotidien du soir indique que le nouvel entrant rêve de remplacer Stéphane Richard. Il est entré chez France Telecom en 1994 et a créé Wanadoo.

Quel actionnariat public ?
En attendant l’après-présidentielle pourrait aussi voir l’Etat poursuivre sa baisse de participation. C’est en tout cas le vœu de la Cour des Comptes, qui vient de publier un rapport (La Tribune, 26/01) sur l'Etat actionnaire, la Cour des comptes écrit : "La position d'actionnaire de référence d'Orange donne à l'État une influence supérieure à celle qui découlerait normalement de sa participation" et se demande si : "la volonté des pouvoirs publics de préserver leur influence peut constituer un frein au développement de l'entreprise, en particulier sur le plan international ou pour les opérations de consolidation industrielle".
Et la Cour des Comptes renchérit (en référence au rachat avorté de Bouygues Telecom) : "Il est loin d'être avéré que les avantages retirés par la sphère publique de sa participation l'emportent sur les inconvénients pour la stratégie de développement de l'entreprise et pour la consolidation industrielle du secteur. La réticence de l'État à voir sa participation diluée et son influence réduite peut, de ce point de vue, constituer un handicap pour l'avenir d'Orange".
Et donc logiquement : "Les actionnaires publics peuvent réduire leur niveau de participation [dans Orange, Ndlr] en préservant l'essentiel de leurs droits de gouvernance, pour permettre la réalisation d'opérations industrielles impliquant des évolutions actionnariales".

2018, c'est loin !
D’ici là, le dossier judiciaire peut-il évoluer ? Le pouvoir politique aura lui aussi évolué , quant au paysage économique, il pourrait avoir vu une consolidation du secteur avec (pourquoi pas ?) l’entrée d’un Bolloré ou d’un Bouygues pour sceller l’achat d’un Bouygues ou la reprise de Canal+ et/ou de Telecom Italia.
Qui sera à même de conduire le futur d’Orange ? Réponses dans quelques mois.
avatar
le Ven 17 Fév 2017 - 6:18Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 189

Basket sur Canal+
Canal+ a acquis les droits de diffusion des grands tournois internationaux de basket jusqu'à l'EuroBasket masculin en 2021. Outre l'Euro féminin, cela concernera la Coupe du monde de basketball de la FIBA (le nouveau nom du Championnat du monde) en 2019, le Championnat d'Europe de basket masculin 2017 (du 31 août au 17 septembre), le tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, ainsi que les matches de qualification de l'équipe de France masculine pour la Coupe du monde et l'Euro pour les périodes 2017-2019 et 2019-2021. Par ailleurs, les chaînes Canal+ retransmettront également les compétitions continentales masculines et féminines (FIBA AfroBasket, FIBA Americas...) ainsi que les compétitions internationales de jeunes (U17, U19) (l’Equipe, 03/10).

Boxe
Après les bons résultats de la boxe française lors des derniers JO, SFR Sport et Canal+ se livrent un combat pour diffuser de la boxe. A ma gauche, Canal+ a annoncé la diffusion pour les quatre prochaines années des combats professionnels de Tony Yoka, 24 ans, champion olympique des super-lourds à Rio et champion du monde amateur en 2015. Selon Le Monde (04/02) pour 1,5 million (1 million d’euros à la signature du contrat et 250 000 euros par combat).
A ma droite, SFR Sport va désormais diffuser de la boxe amateur nationale et internationale, mais également de grands championnats comme le combat entre l’Anglais Anthony Joshua et l’Ukrainien Wladimir Klitschko pour la ceinture mondiale IBF, IBO et WBA des poids lourds, le 29 avril, au Wembley Stadium, à Londres.
Enfin, SFR Sport lance une équipe, la Team SFR confié à Brahim Asloum qui devrait organiser quatre grandes réunions par an pour les quatre prochaines années. SFR Sport va également retransmettre les World Series of Boxing (WSB) – compétition de boxe en équipe – et les combats de la franchise française, les Fighting Roosters, une équipe montée toujours par Brahim Asloum et composée de boxeurs médaillés aux Jeux de Rio, l’ensemble va couter plusieurs millions à SFR Sport.

Diamond League
Après avoir chipé à beIN Sports les droits du championnat anglais de rugby, du championnat du Portugal de foot, SFR Sport vient de s’offrir les droits de la Diamond League pour les trois prochaines saisons. Seul le meeting de Monaco restera diffusé sur Canal+. SFR Sport est déjà détenteur de tous les droits de l'athlétisme français, dont ceux du meeting de Paris (disputé le 1er juillet au stade Charléty). L’athlétisme devrait donc être mis en valeur par la chaine (l’Equipe, 07/02).
avatar
le Lun 20 Fév 2017 - 6:13Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°214

SFR
Michel Combes, président de SFR, et Alain Weill, patron des activités média de SFR étaient invités de l’Association des journalistes médias ([url=http://www.cbnews.fr/medias/sfr-michel-combes-et-alain-weill-font-leur-bilan-d-etape-a1033425
]cbnew[/url], 12/02). Ils sont revenus sur la non-distribution du bouquet SFR Sport par la concurrence. Pour SFR, les concurrents "ont voulu se donner le temps de voir pour juger", toutefois, d’autres freins existent selon SFR : "conditions économiques proposées" et "le naming des chaines".

Dans l’attente, SFR se positionne sur l’OTT. Si SFR remporte des droits majeurs comme la Champion’s League et/ou la Ligue1, on peut supposer que les uns et les autres reverraient leur attitude.

Sur SFR Presse, c’est entre 80 000 et 100 000 téléchargements de journaux par jour. Les plus téléchargés sur SFR Presse sont Libération, Public et Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le JDD y vend plus de 10 000 exemplaires par semaine.

TF1
Afin d’augmenter sa rentabilité, TF1 veut recevoir une rénumération nettement plus importante de la part des opérateurs, en cas de refus, TF1 pourrait couper le signal ! Les discussions en ce sens ont commencé il y a plusieurs mois mais n’ont pas encore débouchées (Le Figaro, 16/02).

"Le signal de TF1 est rémunéré en Belgique par Orange et Altice" a déclaré Régis Ravanas, directeur général adjoint de TF1 chargé de la publicité et de la diversification, lors de la conférence de présentation des résultats annuels du groupe. Pour ce faire TF1 va proposer une offre premium enrichie de nouvelles fonctionnalités.
De son coté, Orange : "n'envisage pas de rémunérer la distribution d'une chaîne TNT gratuite mais continue à travailler avec TF1 à la recherche de nouveaux services créateurs de valeur au bénéfice des deux entreprises". Pas de réactions publiques des autres opérateurs.

Il serait quand même surprenant que TF1 aille jusqu’à la coupure qui serait également une source de pertes publicitaires. Selon une information publiée par BFM Business en juillet, TF1 voudrait obtenir une centaine de millions d'euros par an pour la diffusion de ses chaînes par les opérateurs, contre quelque 10 millions facturés à présent pour des services de replay. A quel niveau se situera l’accord ?

Orange et Deutsche Telekom
L’alliance entre Orange et Deutsche Telekom va-t-elle franchir un nouveau palier ? Selon la revue de presse de l’ARCEP du 13/02, Orange et Deutsche Telekom chercherait un accord avec l’Union Européenne afin d’étendre leur joint-venture sur les achats d’équipements. Cette société commune a été créée mi-2011 et visait un montant annuel d’économies sur les achats de 1,3 milliard d’euros après trois ans d’activité. Reste à trouver le pourquoi de cette extension ?

Les accords sont nombreux entre les deux sociétés. Il y a un accord de coopération (02/2011) dans le domaine du M2M et le partage du wifi, et le partage (03/2011) du réseau mobile en Pologne. Les deux entités se sont également associés dans l’aide aux jeunes pousses (06/2014).

Régulièrement, la presse évoque un rapprochement entre les deux sociétés. Sauf que les entreprises n’étant pas d’un poids égal, la fusion se ferait au détriment d’Orange. Une fusion des deux opérateurs créerait un mastodonte de plus de 100 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Début 2016, les deux sociétés ont finalisé la vente de EE (filiale commune au Royaume-Uni) pour 16,7 milliards d’euros et dans le cadre de cette opération, Orange et Deutsche Telekom prennent respectivement une participation de 4 % et 12 % dans BT, l’acquéreur de EE.
avatar
le Mar 21 Fév 2017 - 7:38Hammett
Avant la publication la vague de résultats sur le fixe et le mobile du quatrième 2016, un rappel sur les chiffres arrêtés au 30 septembre 2016.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Calendrier de publication des résultats du T4 2016
ARCEP, services mobiles, le 2 février (après bourse).
Orange, le 23 février (avant bourse).
Bouygues Télécom, le 23 février (avant bourse).
Vivendi, le 23 février (après bourse).
ARCEP, services fixes (provisoire), le 2 mars (après bourse).
Free, le 7 mars (avant bourse).
SFR, le 8 mars (avant bourse),
ARCEP, services fixes (définitif) le 30 mars (après bourse).

2 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


3  - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.  
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total ARCEP à fin septembre 2016 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre.  
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,3% de parts de marché avec 11,056 millions de clients et a recruté 443 000 nouveaux clients entre le T3 2015 et le T3 2016, soit une augmentation de 4,3% de sa base clientèle.

4- Le très haut débit
Récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts), mais hors petits opérateurs.



5  - Parts de conquête
Quelques statistiques sur les parts de conquête. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.

Parts de conquête sur fixe (ADSL et très haut débit) sur 2016
T3
Orange 133 000 nouveaux clients, soit 45,5% de parts de conquête,
Bouygues 93 000, soit 31,8%.
Free, 66 000 soit 22,6%,
Total 292 000
SFR est négatif de 61 000.

T2
Orange 93 000 nouveaux clients, soit 49,2% de parts de conquête,
Bouygues 51 000, soit 27,0%.
Free, 45 000 soit 23,8%,
Total 189 000
SFR est négatif de 60 000.

T1
Orange 96 000 nouveaux clients, soit 39,2% de parts de conquête,
Free, 78 000 soit 31,8%,
Bouygues 71 000, soit 28,9%.
Total 245 000
SFR est négatif de 51 000.

Avant la publication des chiffres sur le fixe et le mobile du quatrième trimestre 2016, un rappel sur les chiffres arrêtés au 30 septembre 2016.

Deuxième partie : la téléphonie mobile

1 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.  
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte. Pour avoir un peu plus de détails voir les chiffres de L’ARCEP et ceux publiés par les opérateurs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,2% de parts de marché avec 30,244 millions de clients et a gagné 1,268 million de clients entre le T3 2015 et le T3 2016, soit une hausse de 4,4%.

2 – Parts de marché sur les forfaits (avec M2M)


[Précisions
- Au T3, Orange compte 25,759 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 39,3%, et une hausse de 2,053 millions cartes sim et de 8,7% de sa base client sur 12 mois. Les forfaits m2M lui permettent de maintenir une grosse cadence de recrutements et d’augmenter très sensiblement sa part de marché sur le segment des forfaits mobiles sur les douze derniers mois.
- Avec le m2m, SFR reste deuxième. Si Free veut atteindre son objectif de 25% de parts de marché, le m2M est un segment qu’il ne doit pas délaisser. Sur les douze derniers mois, Bouygues Telecom (+0,Cool fait le même score que Free (+0,9).

3 - Parts de conquête sur les forfaits mobiles grands publics sur 2016 :

T3
Free, 305 000 nouveaux clients, soit 49,1% de parts de conquête,
Orange 187 000, soit 30,1%.
Bouygues 129 000, soit 20,8%,
Total 621 000
SFR est négatif de 73 000.

T2
Free, 180 000 nouveaux clients, soit 35,8% de parts de conquête,
Bouygues 171 000, soit 34,0%,
Orange 152 000, soit 30,2%.
Total 503 000
SFR est négatif de 200 000.

T1
Free, 215 000 nouveaux clients, soit 52,8% de parts de conquête,
Bouygues 151 000, soit 37,1%,
Orange 41 000, soit 10,0%.
Total 407 000
SFR est négatif de 28 000.
avatar
le Jeu 23 Fév 2017 - 8:10Hammett
Orange vient de présenter ses résultats au 31 décembre 2016. C’est un trimestre qui est dans la lignée « basse » des précédents. C’est toujours bon sur le ftth, Open, Sosh s’essoufle. Dans le mobile, c’est solide sur les forfaits avec le m2m, et toujours en baisse sur le prépayé. La baisse se poursuit sur l’ADSL avec la migration vers le Ftth.
Sur le fixe Orange estime sa part de marché à 40,2% en légère augmentation sur un an et une part de conquête sur le T3 de de 35,7%.

En France, la baisse du chiffre d’affaires continue de baisser de 0,8% (-0,-6% au T3, -1,7% au T2, -0,7% au T1, -0,1% au T4, -0,6% au T3). Pour Orange, c’est lié au recul de l'itinérance nationale en France et aux premiers effets des baisses de prix de l'itinérance en Europe.



Fixe
La Fibre Optique est en augmentation de 144 000 clients sur le trimestre, après une augmentation de 127 000 sur le T3, 106 000 sur le T2, de 115 000 sur le T1, soit une hausse de 481 000 sur un an. Le nombre de clients ADSL est en hausse de 7 000 sur le T3 après une baisse de 12 000 sur le T2 et de 40 000 sur un an.

Téléphonie mobile
Un trimestre solide, avec un gain de 525 000 cartes sim. Les forfaits gagnent 727 000 nouveaux clients (+596 000 M2M et +131 000 pour le grand public), comme d’habitude, le prépayé poursuit sa chute avec -202 000.
Sosh continue de progresser avec 3,277 millions de clients, soit +68 000 sur le trimestre et 339 000 sur un an. Mais le rythme est en vraiment train de s’essouffler. Les Mvno ne représentent plus que 739 000 contre 793 000 clients pour le T4 2015,

Source : Communiqué de presse Orange.
avatar
le Ven 24 Fév 2017 - 6:18Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°190

Résultats de Canal+
Vivendi vient de présenter ses résultats à fin décembre, ce qui permet de faire le point sur le nombre de clients du groupe Canal+. Une fois de plus, cela ne s’arrange pas pour Canal+, la baisse s'amplifie trimestre après trimestre.

Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) baisse de 890 000 entre le T4 2015 et le T4 2016 et de 538 000 sur le dernier trimestre. Sur un an, la baisse était de 595 000 à fin septembre, de 509 000 à fin juin et de 469 000 à fin mars.
Il y a quelques jours, le site Electron Libre avait donné le chiffre de 3,746 millions aux chaines Canal+ « individuelles », ce qui laisse le complément de 1,578 million aux offres CanalSat « individuelles».
Il n’y a pas de chiffres pour CanalPlay. Le 15 novembre, une refonte complète des offres a été lancée. Vivendi donne 2 928 millions de clients pour les offres spécifique de Free et Canal+.



Du coté de la concurrence (Tv payante et service SVod), BeIN Sports serait à 3 millions de clients, OCS à 2,5 millions et Netflix à +/- 600 000 clients.

La TV payante en France représente 29,4% 31,1% du chiffre d'affaire du groupe Vivendi contre 31,1% à fin septembre, 32,3% à fin juin 2016, 31,4% à fin 2015 et 34,2% à fin 2014. Le CA de la télévision payante en France est en baisse de 6,1% sur un an.

Sur l’année, le résultat opérationnel ajusté (EBITA) de Groupe Canal+ s’établit à 240 millions d’euros, contre 454 millions d’euros il y a un an, soit une baisse de 47,1%.
La trésorerie de Vivendi a fondu, il reste 1,1 milliard d’euros.

Rapprochement entre Orange et Canal
En présentant (Les Echos, 23/02) ses résultats du T4 2016, Stéphane Richard a démenti les rumeurs de rachat ou d’une prise de participations de Canal+ par Orange : "Il n'y a pas de volonté de racheter Canal Plus", pour lui, Canal+ n’est pas à vendre. Par contre des accords restent possibles : "Orange et Canal+ sont des partenaires importants (..) Est-ce qu'il y a plus de choses qu'on peut faire ensemble ? Sûrement mais, on est sur un domaine industriel, commercial, pas capitalistique."
Pour Orange, le but va être que SFR ne se renforce pas en achetant les droits tv qui vont être mis sur le marché (Champion’s League, Ligue 1,Formule 1). Reste à trouver la bonne formule.
L’Equipe (16/2, édition papier) avait précisé - selon une source interne chez Orange - : "Il n’y a eu aucune discussion sur ce sujet (…) Orange n’aidera pas financièrement Canal+ dans l’acquisition de droits sportifs. Ce sera peut-être amené à évoluer mais ce n’est pas du tout d’actualité.".
avatar
le Lun 27 Fév 2017 - 6:33Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°215

Rapprochement Orange Canal+
La présentation des résultats d’Orange et de Vivendi ont permis de faire le point sur les rumeurs de rachat au moins d’un solide rapprochement évoqué par la presse.
Du coté de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine - Le président du directoire de Vivendi – a répondu au quotidien Les Echos (24/02) pour préciser : "Orange est notre premier distributeur. Nous sommes prêts à étudier tout nouveau développement avec eux (…) les relations sont excellentes, mais, à ce stade, il n'y a aucune discussion structurante" Et que rentrer au capital d’Orange "n'est pas à l'ordre du jour".
Stéphane Richard (Les Echos, 23/02) a démenti les rumeurs de rachat ou d’une prise de participations de Canal+ par Orange : "Il n'y a pas de volonté de racheter Canal Plus", pour lui, Canal+ n’est pas à vendre. Par contre des accords restent possibles : "Orange et Canal+ sont des partenaires importants (..) Est-ce qu'il y a plus de choses qu'on peut faire ensemble ? Sûrement mais, on est sur un domaine industriel, commercial, pas capitalistique."
Pour Orange, le but va être que SFR ne se renforce pas en achetant les droits tv qui vont être mis sur le marché (Champion’s League, Ligue 1,Formule 1). Reste à trouver la bonne formule d’association. Sachant que le marché pourrait bouger car l’ADLC est en train de revoir les conditions imposées à Canal+, lors du rachat de TPS.

OTT
Le quotidien Les Echos (07/02) signale que "les services numériques payants devront rester accessibles lors des déplacements temporaires à l’étranger.". En clair, à partir du 1er janvier 2018, il va devenir possible de regarder son match de football via MyCanal, de reprendre sa série sur Netflix ou d'écouter un morceau sur Spotify lors d’un déplacement en Europe.
La portabilité ne sera obligatoire que pour les services payants. Les gratuits, du type sites Internet de chaînes publiques, seront libres de l'offrir ou pas. La portabilité n'est expressément prévue que pour les « séjours temporaires » : il n'est pas question d'autoriser par exemple un Belge à s'abonner à Canal Plus en France pour ensuite le regarder tout le temps du Plat pays. Afin de vérifier qu’un séjour est vraiment temporaire, les FAI pourront vérifier le pays de résidence d'un utilisateur via son adresse IP, mais aussi, pour éviter les contournements via des logiciels truquant l'IP, ses moyens de paiement ou son abonnement Internet, et suspendre le service en cas d'abus.
Ce modèle de contrôle est le même que celui pour l’itinérance dont le texte a été adopté de façon définitive le 14/12 et la fin de l’itinérance est fixée pour le 15 juin 2017.

La Poste Mobile
Le groupe La Poste a présenté ses résultats pour l'année 2016 dont ceux de La Poste Mobile qui compte 1,3 millions d'abonnés à ses offres, soit une hausse de 550 000 clients sur l'année. Toutefois, le nombre total de clients est identique à celui de juin dernier. D’autre part, l’offre fixe compte 21 000 clients.
avatar
le Mar 28 Fév 2017 - 6:19Hammett
Quelques chiffres et statistiques (hors résultats financiers) suite à la publication des résultats d'Orange au 31 décembre. Ces chiffres portent sur l’activité fixe et sur l’activité mobile.
Orange s’appuie sur le FTTH, le m2M, Open pour présenter de solides résultats commerciaux. Sosh est en phase de décélération. Ce trimestre est dans la lignée des précédents, mais plutôt dans la ligne base commercialement.


* en milliers

Haut et très haut débit
Le très haut débit tire encore la croissance d’Orange. Sur ce trimestre, c’est un gain de 144 000 clients. 76 000 sont de nouveaux clients, contre 77 000 pour le T3, 54 000 pour le T2, 61 000 pour le T1, 70 000 sur le T4 2015 et 65 000 sur le T3 2015. La différence provient des migrations des clients Adsl.

Les clients FTTH représentent 13,0% de sa base clientèle contre 11,8% à fin T3, 10,8 à fin T2, 9,9% à fin T1, 8,9% à fin T4 2015, 7,8% à fin T3 2015, 5,4% à fin 2014, 3,2% à fin 2013 et 1,8% à fin 2012. Le nombre de clients avec une offre Open est de 7,830 millions et représente 45,7% des clients du fixe, pourcentage qui ne bouge quasiment plus. Il reste encore 25 000 clients en bas débit.

Téléphonie mobile
Sur les forfaits, Orange progresse de 727 000 nouveaux clients (+690 000 au T3, +488 000 au T2, +440 000 au T1, +435 000 au T4, +880 000 au T3 2015).

Sosh progresse de 68 000 nouveaux clients et représente 12,4% des clients avec un forfait contre 12,2% à fin 2015 et 11,2% à fin 2014. Et représente 11,8% de l’ensemble des clients chez Orange, contre 10,3% à fin 2015 et 9,1% à fin 2014.

Sur le prépayé, c’est encore et toujours la chute, et Orange se dirige sous la barre des 3 millions de clients. Petite surprise avec une très légère hausse des Mvno.
avatar
le Mer 1 Mar 2017 - 6:22Hammett
Orange lors de la présentation de ses résultats à fin décembre a publié quelques données annexes sur son activité fixe et mobile.

Globalement, avec la 4G et le Ftth, les offres premium sont en train de s’imposer très majoritairement, mais à petite vitesse ce qui permet au chiffre d’affaire fixe de reprendre des couleurs. Sur le mobile, la baisse de l’itinérance (Free et Europe) n’est pas compensée par l’augmentation des abonnements. Le chiffre d'affaire d'Orange France est toujours toujours dans le rouge, toutefois quelques signaux sont dans le vert (CA sur le fixe, rentabilité, économies importantes).

Activité mobile & Fixe
Le taux de churn est passé de 14,8% pour le T4 2014 à 12,7% deux ans plus tard. Ce taux ne bouge plus depuis 9 mois. Cet indicateur n’est pas donné pour les autres opérateurs, il est difficile donc de faire des comparaisons. Sosh ne progresse plus aussi rapidement, contrairement à la 4G qui progresse bien, mais sur un marché grand Public divisé par deux en deux ans.

Sur le fixe, la part de conquête est estimée à 36% sur le T4 ce qui en ferait un trimestre moyen pour Orange. Les offres convergentes et premium progressent à un rythme beaucoup moins élevé. Le Ftth est vraiment l’élément moteur de la croissance d’Orange sur le fixe.



Activité financière
Même constat que les trimestres précédents : le CA a repris sa tendance baissière et c’est le gros point noir d’Orange. C’est la baisse de l’itinérance de Free et la baisse liée au roaming en Europe qui explique cette baisse pour Orange. Le phénomène devrait donc se répéter pour les prochains trimestres. Avec le développement du FttH, les services fixes se portent bien. La rentabilité s’améliore. Avec le FttH, L’ARPU fixe progresse, et l’ARPU mobile a arrêté sa baisse.

avatar
le Mer 1 Mar 2017 - 10:04tofoo93
12 a 14% de churn ??? euh ils ont pas fait une erreur quand je vois leur chiffre net de recrutement ça me semble très bizarre ou leur base historique se vide de façon énorme pour des clients à moindre valeur sur la partie mobile en tt cas
avatar
le Jeu 2 Mar 2017 - 6:23Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°216

Presse numérique
Quelques journaux ont publié des chiffres sur leur abonnés numériques. L’Equipe revendique 53 000 abonnés numériques (dont 43 000 payants selon l’OJD, soit 18,5% du total de ses ventes), Mediapart compte 130 000 abonnés, Le Monde compte 75 000 abonnés numériques (28,1% de ses ventes en France), Le Figaro 47 000 (15,2% de ses ventes), Libération 8 400 (11% de ses ventes) et Les Echos 33 500 (26% de ses ventes).
Pour d'autres chiffres, voir le site de OJD.

Dailymotion
Quel avenir pour Dailymotion ? Pour rappel, Vivendi l'a racheté à Orange en juin 2015 pour 280 millions d’euros. 18 mois après, Vivendi voudrait éditorialiser la plate-forme avec des contenus premiums sur la musique, l’information, le sport et le divertissement en mettant en valeur les contenus générés par le groupe (Le Monde, 08/02).
Sauf que depuis le rachat, 70% du personnel est parti, les pertes s’accumulent et le déficit est de 85 millions d’euros.
A l’international, le groupe compte 300 millions de fidèles. Mais, en France, l’audience de Dailymotion a dégringolé en dix-huit mois de 43 %, tombant à 5,2 millions de visiteurs uniques. Le site est passé de la 22e à la 58e place des sites Internet français, selon Médiamétrie. Dans le même temps, YouTube gagnait 3,4 millions de fidèles, atteignant 26,7 millions de visiteurs uniques. La baisse d’audience s’explique par la chasse aux contenus violents et sexuels.
Bref, il y a du travail...

Rapprochement Orange Canal+
Gervais Pellissier - le directeur général délégué d’Orange – a déclaré à Bloomberg : "Nous pourrions nous associer à un partenaire fournisseur de contenus, y compris Canal Plus, s'ils ont besoin de notre soutien pour accéder au contenu (…) Nous pourrions pré-acheter des droits si nécessaire, mais il ne s'agira pas d'un investissement dans une société de contenu, il s'agit plus de pré-acheter certains droits si c'est une façon d'aider un partenaire à remporter un appel d'offres" (Boursier.com, 27/02).

Lors de la présentation des résultats d’Orange, Stéphane Richard (Les Echos, 23/02) avait démenti les rumeurs de rachat ou d’une prise de participations de Canal+ par Orange : "Il n'y a pas de volonté de racheter Canal Plus", pour lui, Canal+ n’est pas à vendre. Par contre des accords restent possibles : "Orange et Canal+ sont des partenaires importants (..) Est-ce qu'il y a plus de choses qu'on peut faire ensemble ? Sûrement mais, on est sur un domaine industriel, commercial, pas capitalistique."
avatar
le Ven 3 Mar 2017 - 6:33Hammett
L'ARCEP vient de publier ses données provisoires "Observatoire trimestriel des marchés de DÉTAIL des communications électroniques (services fixes haut et très haut débit) en France – 4ème trimestre 2016 - résultats provisoires - ".

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 3,1%, c’est en encore baisse par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 840 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 255 000 nouveaux clients, ce qui en fait le meilleur trimestre de l’année.
Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 22,3 millions, soit un recul de 380 000 sur un an et une baisse de 129 000 sur le trimestre.
Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 5,43 millions, soit une hausse de 1,219 million (dont 742 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 388 000 (dont 258 000 pour le Ftth) sur le trimestre.

2 – Déploiement Ftth
Pour la première fois l’ARCEP publie des statistiques sur le déploiement du FttH. Ci-dessous, le déploiement sur le territoire national (toutes zones confondues). Orange est ultra-majoritaire sur les zones très denses et moins denses. Sur les RIP, il est un acteur parmi d’autres. Free et SFR sont devancés par la catégorie "autres"...



Orange compte 1,452 million de clients en Ftth soit 66,4% du total de l’ARCEP et Bouygues en compte 121 000 soit 5,5%. Ces chiffres devraient s’affiner avec la publication des résultats de Free et SFR la semaine prochaine.
Free pourrait accélérer la cadence, car il vient d'obtenir un (Le Figaro, 02/03) prêt de 200 millions de la BEI (Banque Européenne d'investissements). Ce qui porte le total des prêts de la part de la BEI à 550 millions depuis 2010.
avatar
le Lun 6 Mar 2017 - 6:30Hammett
Brèves du sport business et des médias – n°191

Vivendi vs Mediaset
La presse économique italienne rapporte que Mediaset pourrait s’allier à son vieil ennemi Sky afin de contrer son nouvel ennemi Vivendi. Le deal pourrait permettre à Sky de prendre une participation au capital de Mediaset et de fusionner leurs télévisions payantes.

D’autre part, La justice italienne a confirmé l'ouverture d'une enquête formelle à l'encontre du patron de Vivendi, Vincent Bolloré, "pour manipulation de marché", cela fait suite à la saisie de la justice par la famille Berlusconi. La famille reproche à Vivendi d'avoir fait chuter le cours de Mediaset en annonçant en juillet la rupture d'un accord stratégique conclu en avril pour le rachat du bouquet payant Mediaset Premium par le groupe de Vincent Bolloré (La tribune, 24/02).

Toutefois, un accord pourrait intervenir entre Vivendi et Mediaset, c’est ce qu‘évoque la presse italienne (Zonebourse, 01/03). Vivendi pourrait ramener sa participation dans Mediaset à 9,9% contre 28,8 % actuellement, plaçant le reste de la participation auprès de fonds, tandis que Fininvest pourrait entrer dans Telecom Italia à hauteur de 9,9% en rachetant des titres à Vivendi.
Vivendi obtiendrait deux sièges au conseil d'administration de Mediaset et Fininvest deux à celui de Telecom Italia.

Vivendi est empêtré dans ce dossier Mediaset et est décidé de passer en force (Les Echos, 12/12) dans le conflit qui l’oppose à la famille Berlusconi au sujet de la chaine payante Premium et du groupe Mediaset. A la fin de l’année dernière, Vivendi a racheté 28,80% du capital de Mediaset et 29,94% des droits de vote et la famille Berlusconi est montée à 39,7%.

De son coté, l'AGCOM (L'autorité de tutelle des télécommunications en Italie), a annoncé l'ouverture d'une instruction au sujet de l’entrée au capital de Mediaset par Vivendi, alors que Vivendi détient également un quart de Telecom Italia. Le gouvernement gouvernement italien a évoqué une "escalade hostile" et qu’il "surveillerait avec attention l'évolution de la situation", mais n'a pas forcément les moyens pour empêcher l’offensive de Vivendi.

Trésorerie de Vivendi
Lors de la présentation de ses résultats annuels, Vivendi a « classiquement » présenté un état de sa trésorerie. Depuis un an, celle-ci a fondu comme neige au soleil, elle est passée de 6,4 milliards d’euros à 1,1 milliard d’euros. La redistribution directe et indirecte aux actionnaire à été de 4,2 milliards à comparer au montant des achats : 3,4 milliards, dont 1,9 milliard pour Télécom Italia (600 millions) et Mediaset (1,3 milliards).
Même s’il peut toujours s’endetter, Vivendi va devoir jouer serrer maintenant, sauf à revendre afin de se dégager un peu plus de trésorerie.
A ce jour, ses emplettes italiennes lui coutent un bras, sans que cela lui apporte grand chose.



Carton Rouge
Début mars, la Cour de Cassation a confirmé la condamnation du quotidien L’Equipe pour avoir évincé en 2008 le quotidien concurrent Le 10 Sport et va devoir payer 3,5 millions d'euros, réclamée par l'Autorité de la concurrence, afin de sanctionner les manœuvres "anticoncurrentielles" (Ozap, 03/03). C'est vraiment le flop : 0/10.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum