Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Mer 14 Sep 2016 - 6:22Hammett
Alors que les opérateurs ont publié leurs résultats du second trimestre, quelques statistiques sur le très haut débit peuvent en être tirées.

Lignes commercialisables
Le nombre de lignes commercialisables par chaque opérateur. Pour Bouygues, il s’agit des lignes Fibre Optique. Pour SFR, ce sont celle de son réseau ftth et cable. Le tableau indique le % de lignes « câble » upgradé.  Orange continué à tirer de la ligne. Sur ce trimestre, Free fait mieux que SFR.  


Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients par rapport au nombre de lignes connectables. Les taux ne sont pas énormes et même un peu décevant pour Free (pour des clients souvent présentés comme plus « technophiles » que la moyenne). Le taux pour SFR est à relativiser, car il y a une forte baisse des clients en ADSL, ce qui renforce mécaniquement le poids du très haut débit. Bouygues va vraiment devoir s’y mettre. Orange a marqué le pas sur le T2.



Gains de nouveaux clients
Dans la conquête de "nouveaux" clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen en termes de gains en parts de marché.
A fin juin 2016, Orange a gagné 106 000 clients sur le ftth dont 54 000 étaient de nouveaux clients, soit 51% du total. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 862 000 clients, 443 000 étaient de nouveaux clients, soit 51,4% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
Pour SFR, pas de chiffres pour le T2. Le dernier connu est celui de fin juin 2015. Rien pour Bouygues et Free.



SFR
Selon le quotidien Les Echos, SFR pourrait se voir infliger un très lourde amende par l’Autorité de la Concurrence. L’ADLC reproche à Patrick Drahi d’avoir pris trop tôt le contrôle effectif de SFR. Il aurait dû attendre la notification formelle de l’ADLC avant de mettre en place de nouvelles équipes. Le rapport de l’ADLC "est rempli d'anecdotes croustillantes. Des mails rendent compte d'instructions données directement par Patrick Drahi. Il y a beaucoup de preuves que Numericable a bien pris le contrôle de SFR avant l'heure ".

SFR doit répondre au rapport et la décision finale est attendue pour la fin de l’année, si SFR est condamné, l’amende pourrait atteindre jusqu’à 500 millions. Ce serait un record. Altice est vise par une enquête du même type par la Commission Européenne pour la prise de contrôle de Portugal Télécom.

La loi, c'est la loi, mais au vu du nombre de clients perdus par SFR depuis le rachat, on ne peut pas dire que cette prise de contrôle précoce a été un gros succès…
avatar
le Ven 16 Sep 2016 - 6:27Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 166

Droits tv
Le quotidien Les Echos a publié une infographie sur le montant des droits tv pour la saison 2016/2017. Cela mélange les droits des sports US et ceux du foot européen. Même si il ne figure pas sur cette infographie, les droits tv du foot français doivent se placer juste derrière ceux de la Bundesliga en neuvième position et devant ceux de NHL (hockey sur glace). Comparativement, la Ligue des Champions est relativement peu valorisée.



Formule 1
Le groupe de média américain Liberty Media va prendre le contrôle de Formula One, l'organisme qui gère les compétitions automobiles de Formule 1, pour 4,4 milliards de dollars. Cela aura-t-il une incidence sur les futurs droits tv ?
En France, c’est Canal+ qui diffuse les grands prix pour 29 millions par an (sans les coûts de production) jusqu’à fin 2017. L’arrivée de SFR Sport devrait faire monter les tarifs. Avant Canal+, TF1 payait 31 millions d’euros, mais les audiences étaient à la baisse. Que fera Canal+, alors que le groupe est lancé dans une phase d’économies ?

SFR Sport
Lors de sa conférence de rentrée, Alain Weill le directeur de SFR média a annoncé le lancement de nouvelles chaînes de documentaires et que le groupe continuerait à acquérir des droits sportifs. Reste à savoir lesquels.
BeIN Sports de son coté a annoncé avoir gardé les droits TV de la NBA pour de nombreuses années et avoir acheté les droits de la future CAN 2017. BeIN Sports diffuse déjà des matchs qualificatifs de cette compétition. C’est Canal+ qui avait diffusé les deux dernières éditions de cette compétition.
avatar
le Lun 19 Sep 2016 - 6:32Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°191

Orange et Canal+
Le Figaro (édition papier du 17/09) annonce que Orange dans un premier temps, Free dans un second, va lancer un mini bouquet d’une trentaine de chaines exclusives CanalSat à moins de 10€ et qu’il serait gratuit pour les clients Fibre. Autre grosse nouveauté, les abonnements seront gérés par Orange et plus par Canal+. L’objectif pour Canal est d’élargir sa palette d’offre afin de reconquérir des clients.
Orange avait annoncé cet accord fin juillet, via dans un communiqué. Reste à connaître le détail de ces chaines et savoir si Orange va abandonner la commercialisation de ses propres bouquets.

Orange et SFR Sport
Toujours dans le même quotidien, Stéphane Richard refuse la présence de cette chaine sur le décodeur Orange. Hors de question pour lui de voir la marque au carré rouge débarqué. Pour lui, la Premier League ne serait pas le produit différenciant. Enfin le prix demandé par SFR serait trop élevé.

Iliad en Italie
Les informations concernant l’activité de Iliad en Italie commencent à filtrer. Selon l’agence Bloomberg. Iliad ne commercialisera ses offres qu’en ligne et se fixe un objectif de 10 à 15% du marché italien.
Le 1er septembre, la Commission européenne a autorisé le rapprochement entre les opérateurs Wind et 3 Italia qui avait signé un accord avec Iliad pour lui céder des actifs nécessaires pour se lancer. L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros.
Du coté de Telecom Italia (propriété de Vivendi) on est prêt : "Iliad ne peut pas profiter de l'effet de surprise et de notre côté, il y aura des contre-mesures adaptées et cohérentes avec notre positionnement sur le marché" a déclaré Flavio Cattaneo son pdg.

Quel est le marché mobile en Italie ? Une infographie du quotidien Les Echos (07/07) :

avatar
le Mar 20 Sep 2016 - 6:27Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin juin 2016, voici un tableau récapitulatif des parts de marché sur l’ensemble sur le segment des forfaits mobiles (avec M2M, et hors prépayés et mvno’s) pour les 4 opérateurs nationaux.



Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T2, Orange compte 25,069 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 38,9%, et une hausse de 2,243 millions cartes sim et de 9,8% de sa base client sur 12 mois. Les forfaits m2M lui permettent de maintenir une grosse cadence de recrutements.
- Si Free veut atteindre son objectif de 25% de parts de marché, le m2M est un segment qu’il ne doit pas délaisser.
avatar
le Mer 21 Sep 2016 - 6:33Hammett
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin juin 2016, voici un tableau récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles (hors M2M, mvno’s et prépayés) pour les 4 opérateurs nationaux.



Sur les seuls forfaits vendus en propre, c’est-à-dire hors mvno's, m2m et prépayés, il est intéressant de noter que Free avec 22,2% de parts de marché talonne SFR avec 22,8%. La différence n’est que 296 000 clients/cartes sim. Si le T3 est à l’image du T2, Free va passer devant.
Bouygues est au-dessus de sa part de marché globale. Orange est lui un peu en dessous, mais reste loin devant. Le premier est plus agressif commercialement que le second.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T1, Orange compte 20,457 millions de clients avec un forfait, ce qui représente une part de marché de 37,6% et une augmentation de 606 000 cartes sim, soit 3,0% de sa base client sur 12 mois.
avatar
le Jeu 22 Sep 2016 - 6:35Hammett
Avec la publication des résultats de Bouygues Telecom, Orange, SFR et des statistiques sur les services mobiles de l’ARCEP, il est possible d’avoir une vue sur ce que représente le M2M (Machine to Machine).

Pour l’ARCEP, la définition du parc MtoM est la suivante : «nombre de cartes SIM utilisées pour la communication entre équipements distants (gestion à distance d’équipements, terminaux et serveurs, fixes ou mobiles). (…) Sont prises en compte les cartes SIM équipant les « machines », que la communication se fasse uniquement en réception, uniquement en émission ou les deux. Ne sont pas comptabilisées dans cette rubrique les cartes utilisées pour les communications interpersonnelles et les cartes internet exclusives».

Précisions
- Au T2 2016, Orange avec 4,611 millions de cartes SIM est à 45,0% de parts de marché et a progressé de 1,636 million de cartes sur 12 mois, soit un gain de 55,0% de sa base clientèle.
- La rubrique "autres" est calculée en défalquant du total de l'ARCEP, les chiffres de Bouygues Telecom, SFR et Orange.
- L’ARCEP a revu l’ensemble de ses chiffres sur les 12 derniers mois. Manifestement, elle avait surestimé certains résultats.

avatar
le Ven 23 Sep 2016 - 6:30Hammett
Avec la publication des résultats de Bouygues Telecom, Orange, SFR et des statistiques sur les services mobiles de l’ARCEP, il est possible d’avoir une vue sur ce que représente le M2M (Machine to Machine). Deuxième récapitulatif : l'impact grandissant des forfaits M2M par rapport aux forfaits.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Orange, SFR et l’ARCEP à fin juin.
- Au T2 2016, Orange comptabilise 4,611 millions de forfaits m2m, soit 18,4% du total de ses forfaits, contre 15,3% à fin septembre 2015.

Comme pour Bouygues Telecom, il y a une sérieuse montée en charge de ce segment. A travers son plan Perspectives 2020, Orange mise gros sur les objets connectés. “Sur le milliard d'euros de diversifications que nous visons d'ici 2020, 600 millions doivent venir de ce segment.”.

avatar
le Lun 26 Sep 2016 - 6:30Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 167

BeIN Sports
Dans une interview accordée à L'Opinion (édition papier du 19/09), Youssef Al-Obaidly, le président de beIN Sports France, a déclaré que la chaîne allait lutter davantage contre les sites pirates de streaming : "Nous avons commencé à demander la fermeture de sites pirates et nous allons continuer de le faire car nous pensons que cela handicape l'ensemble du paysage audiovisuel français".
Il a estimé que le piratage faisait perdre à chaine et de canal+ environ 200 millions d’euros. D'autre part, il a confirmé que la chaine comptait 3 millions d’abonnés.

Canal+
Canal+ commence à lever le voile sur ses futures offres. Lors d’une interview au Figaro (20/09), Dominique Saada - Directeur Général de Canal+ - a annoncé que Canal+ va lancer une promotion à 20 euros par mois sur sa chaine Canal+, mais exclusivement sur PC, tablettes et smartphones.
En Octobre sera dévoilé de nouvelles offres avec des thématiques au niveau du cinéma, du sport et de la jeunesse. Ces offres devraient être un mélange entre le bouquet Canal+ et celui de CanalSat.
Pour rappel lors de son audition à L'Assemblée Nationale (L’Express 02/06) – Dominique Saada Directeur Général de Canal+ - a déclaré que : "Canal+ a perdu plus 500.000 abonnés en 5 ans, passant de 4,42 millions en 2012 à 3,88 millions début 2016 (…) Depuis 2004, nous n’avons été positif qu’une seule fois » en nombre d’abonnés d’une année sur l’autre". CanalSat et CanalPlay compterait donc 1,66 million de clients.

SFR Sport
Le groupe SFR vient d’annoncer un plan de relance et compte sur la convergence contenu/contenant et sur le sport pour y arriver (Les Echos (21/09) : "SFR entend devenir un irrigateur majeur de contenus en France pour ses clients, mais également pour les clients de ses concurrents".
SFR souhaite que SFR Sport puisse être accessible aux abonnés de Bouygues Telecom, Free ou Orange (les opérateurs devront payer pour l'avoir évidement). Afin de "maximiser le rayonnement de la marque SFR (et) amortir les coûts élevés des contenus.".
A ce jour, le bouquet de SFR Sport n’est pas distribué par ses concurrents.
avatar
le Mar 27 Sep 2016 - 7:47Hammett
Après la publication des résultats annuels des opérateurs, il est possible de synthétiser quelques éléments financiers afin de se faire une idée un peu plus précise sur la situation des uns et des autres. La comparaison couvre la situation du 1er semestre 2016 et celle du premier semestre 2015

Bouygues - au prix de très lourds efforts - est repassé dans le vert. Sa rentabilité s’améliore légèrement, mais reste éloignée de celle de ses concurrents. Free est dans les mêmes eaux, mais est 2 fois plus rentable que Bouygues. Orange France voit son chiffre d’affaire baisser et sa rentabilité s’étioler, alors que la 4G et que le Ftth se développe. Il faut y voir un effet de la baisse de l’itinérance nationale et européenne ? SFR est dans le rouge : ses clients partent, son chiffre d’affaire baisse mais également sa rentabilité

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.



Le détail
Bouygues Telecom au prix de très lourds efforts confirme sa lente remontée. Sa rentabilité s’améliore légèrement, mais reste éloignée de celle de ses concurrents. Il voit son chiffre d’affaire augmenter de 6,3% entre juin 2015 et juin 2016. La rentabilité s’améliore également, l’Ebitda augmente de 15,0%. Le ratio (EBITDA / CA) s’améliore de 1 point à 17,8.

Free est dans les mêmes eaux, mais est 2 fois plus rentable que Bouygues. Feevoit son chiffre d’affaire augmenter de 6,3% entre juin 2015 et juin 2016. La rentabilité s’améliore étiole, l’Ebitda augmente de 11,6%. Le ratio (EBITDA / CA) s’améliore de 1,6 points à 35,2.

Orange France France voit son chiffre d’affaire baisser et sa rentabilité s’étioler, alors que la 4G et que le Ftth se développe. Il faut y voir un effet de la baisse de l’itinérance nationale et européenne voit son chiffre d’affaire baisser de 1,1% entre juin 2015 et juin 2016. La rentabilité baisse également, l’Ebitda baisse de 2,3%. Le ratio (EBITDA / CA) baisse de 0,4 point à 34,5.

SFR SFR est dans le rouge : ses clients partent, son chiffre d’affaire baisse mais également sa rentabilité. Conséquences : plan de 5000 départs. SFR voit son chiffre d’affaire baisser de 4,1% entre juin 2015 et juin 2016. La rentabilité chute également, l’Ebitda baisse de 7,6. Le ratio (EBITDA / CA) baisse de 1,3 point à 34,8.
avatar
le Mer 28 Sep 2016 - 6:20Hammett
Dans le cadre du match entre Free et Bouygues Telecom, un comparatif des résultats financiers entre Bouygues Telecom et Free depuis 2011. A ce jour, la dynamique financière est du coté de Free, mais Bouygues retrouve petit à petit des couleurs

Premier tableau : l’évolution du chiffre d'affaire (milliards d’euros). Free est devant pour 6 millions, alors que Bouygues était devant pour 91 millions à fin 2015 et de 267 millions sur 2014.

Deuxième tableau : résultat opérationnel courant (millions d’euros). Pour rappel, le ROC ne prend pas en compte le résultat sur éléments exceptionnels, la participation des salariés aux résultats de l'entreprise, et les impôts sur les bénéfices. Pour Bouygues le résultat est positif, mais le match est plié contre Free.

avatar
le Ven 30 Sep 2016 - 6:21Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°193

Canal+ chez Free et Orange
Free et Canal+ viennent de lancer une nouvelle offre concernant CanalSat. Au final, cette offre coutera 2€ de plus aux 3 millions clients Free potentiels (ceux ayant la dernière Freebox).
Canal+ poursuit le renouvellement de ses offres après le lancement d’une offre OTT à 20€ pour sa seule chaine C+ et en attendant la sortie d’une offre avec Orange. En Octobre sera dévoilé de nouvelles offres avec des thématiques au niveau du cinéma, du sport et de la jeunesse. Ces offres devraient être un mélange entre le bouquet Canal+ et celui de CanalSat.
Le calcul pour Canal+ est de vendre ses offres le plus largement possible quitte à perdre du chiffre d’affaire au début. Selon BFM : "(Canal+) doit par exemple verser 50 millions d'euros par an à Eurosport. Ensuite, il abandonne au fournisseur d'accès toute la relation avec le client (facturation...), une prestation appelée auto-distribution. Or cette prestation justifiait que CanalSat touche une commission élevée (environ 20% du prix HT). Au final, la rentabilité généreuse de CanalSat (250 millions de profits sur 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires) va assurément en pâtir.".

BFM donne également la répartition des abonnements à Canal Plus et CanalSat (en 2015, en milliers). Cela laisse de la marge pour une meilleure pénétration chez les opérateurs.
Canal Plus
Satellite: 1.660 ; TNT: 670 ; Orange: 530; Free: 490 ; SFR: 250 ; Numericable: 220 ; Bouygues Télécom: 160. Total : 3,980
CanalSat
Satellite: 2.200 ; Orange: 390 ; Free: 320 ; TNT: 310 ; SFR: 170 ; Bouygues: 110. Total : 3,500.

Autorité De La Concurrence
Bruno Lasserre le président de l’Autorité De La Concurrence (ADLC) va quitter sa fonction et intégrer le Conseil d’Etat dès début octobre. Il était président depuis 2004 et sous sa présidence, l’ADLC a infligé pas moins de 5,8 milliards d'euros d'amende dont 534 millions d'euros d'amende en 2005 à SFR, Bouygues Telecom et Orange coupables d'entente. Dans le secteur Télécom, il avait aussi beaucoup œuvré afin de pousser à la concurrence à travers s réseaux et dans la télévision payante en limitant le poids de Canal+.
C’est Isabelle Da Silva qui devrait lui succéder. Elle a été nommée par le président de la République. Sa nomination devra être approuvée par l’Assemblée Nationale et le Sénat.
Elle aura rapidement en charge le maintien ou la levée (totale ou partielle) des obligations qui pèsent sur Canal+ suite au rachat de TPS, mais également la fin du rachat de SFR par Altice et déterminer s’il convient d’infliger une amende à SFR pour en avoir pris trop tôt les rênes.
avatar
le Lun 3 Oct 2016 - 6:17Hammett
Ce tableau récapitule les investissements de chaque opérateur et ce que cela représente par rapport au chiffre d’affaire. Investissements dans le réseau (fixe et/ou mobile), les investissements immobiliers (boutiques) et ceux dans le SI. Ne sont (logiquement) pas pris en compte les coûts d’acquisition des clients.

4G et très haut débit : les investissements ont sérieusement augmenté pour l’ensemble des opérateurs.
Même ceux en difficultés comme SFR et Bouygues ne font pas l’impasse. Pour eux, il faut aussi compter les investissements liés à la mutualisation. Free a également boosté les siens, mais il a toujours de quoi faire sur son réseau de téléphonie mobile. Orange a augmenté les siens mais en mode diesel, de son côté, les objectifs sont connus : via son plan "essentiels 2020", Orange a prévu 9 milliards d'euros d'investissements, dont au moins 3 milliards jusqu'en 2018 spécifiquement pour le déploiement du très haut débit.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Pour lire le tableau : Orange a augmenté ses investissements de 13,3% entre juin 201 et juin 2016, et ils ont représenté 16,9% du chiffre d'affaire sur le premier semestre 2016. Chiffre d'affaire qui a lui baissé de 1,1%.

avatar
le Mar 4 Oct 2016 - 6:31Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 168

Bundesliga
Les droits tv du championnat allemand viennent d’être attribuées pour les saisons 2017/2018 à 2020/2021 pour un montant de 1,16 milliard par saison, auquel il faudra rajouter au moins 260 millions d’euros pour les droits à l’international, pour un total de 1,4 milliard.
Pour la saison 2016/2017, les droits domestiques étaient de 835 millions d’euros pour les droits domestiques et de 162 millions pour les droits internationaux, pour un total de 997 millions.
L’accord actuel qui couvrait les saisons 2013/2014 à 2015/2016 accordait 550 millions d’euros aux droits domestiques et 75 millions aux droits internationaux, pour un total de 625 millions d’euros. (20 minutes, 09/06).

Droits tv domestiques
Le site de l’Equipe (édition abonné) a récapitulé les droits tv domestiques (donc hors droits internationaux) des cinq grands championnats européens. Avec ces nouveaux droits, la Bundesliga va devenir le deuxième championnat le plus riche. De son coté, la Ligue1 est en train de décrocher.



Droits tv divers
Au Japon, les droits tv du championnat vont passer de 41 millions d’euros par saison à 176 millions à compter de 2017. Ce contrat porte sur la période 2017-2026.
En Argentine, une nouvelle ligue vient de voir le jour et les droits tv sont toujours de 147 millions d’euros et sont payés par l’état argentin.
En Ecosse, le retour du club mythique des Glasgow Rangers en D1 a vu les droits tv passer à 22 millions d’euros par saison au lieu de 17 millions d’euros.
avatar
le Mer 5 Oct 2016 - 6:24Hammett
La publication des résultats à fin juin 2016 par Bouygues, Free, Orange et SFR permet de faire le point sur le niveau d’endettement de chacun.

Le « premier » de la classe est Free. Au 30 juin son endettement net était de 1,403 milliard, soit un ratio d’endettement (endettement/Ebitda) de 0,9x.
A fin décembre 2015 son endettement net était de 1,191 milliard, soit un ratio d’endettement (endettement/Ebitda) de 0,8x. A fin décembre 2014, son endettement net était de 1 milliard d’euros, et un ratio d’endettement identique de 0,84x après 0,85x en 2013. Au plus fort (2012 et 2011), ce ratio était de 1,16x.

Le deuxième est Orange Groupe (pas de chiffres pour Orange France) avec endettement net 24,5 milliards qui a baissé de plus de 2 milliards (liés à vente de EE en Grande Bretagne) de 26,5 milliards, soit un ratio d’endettement de 1,95x.
A fin décembre 2015, l’endettement était de 26,5 milliards soit un ratio de 2,13. A fin décembre 2014, l’endettement net était de 26,1 milliards, soit un ratio de 2,09x contre 2,37x au 31 décembre 2013. L'objectif est de maintenir la dette à un ratio de 2x. Orange consolide sa dette au niveau groupe.

Pour Bouygues télécom au 30 juin, la dette s’est creusée avec un montant de 1,267 milliard soit un ratio d’endettement de 3,1x. A suivre de près.
A fin décembre 2015 l’endettement net était de 890 millions à fin décembre 2015 soit un ratio de 1,2. L’endettement était de 765 millions d’euros à fin 2014, en baisse de 18 millions d’euros par rapport à fin 2013, soit un ratio d’endettement de 1,1x (0,9x en 2013).

Le « cancre » est SFR (pas Altice) avec un endettement net de 15,1 milliards soit un ratio de 4,0x. L’augmentation de la dette est liéé au rachat du groupe de médias NextRadioTv.
A fin décembre 2015, l’endettement était de 14,4 milliards soit un ratio de 3,7x. A fin 2014, l’endettement net était de 11,3 milliards soit un ratio de 3,7x. La dette de SFR a été reéchelonnée au mois d’avril : celle-ci passe de 5,8 à 7,9 années (mais sera légèrement plus lourde). Cela laisse un peu de temps afin d’essayer de regagner des clients.
avatar
le Jeu 6 Oct 2016 - 6:26Hammett
La concurrence que se livre les opérateurs se joue aussi devant les tribunaux. Les sommes exigées sont souvent très importantes, même si les procédures peuvent prendre plusieurs années ou être abandonnées à l’occasion de rapprochement.
L’arrivée de Free Mobile a exacerbé l’activité judiciaire entre Bouygues Telecom et Free, alors qu’Orange traine toujours un « historique » lié à son passé.
Les risques judiciaires des uns et des autres sont présentés dans le rapport d’activité annuel. C’est l’occasion de faire un tour d’horizon sur les procédures en cours.
Après Bouygues Telecom (le 25/08) et son activisme judiciaire, un point sur Free et SFR.

2 - Free
Par tradition et/ou par économie, Free attaque très peu en justice la concurrence. Il a attaqué Bouygues Telecom en novembre 2015 devant le Tribunal de Commerce de Paris pour faire cesser des pratiques de concurrence déloyale et de dénigrement. Free ne précise pas le montant du préjudice. L’action est toujours en cours.
Free est toujours en procès avec Altice. Il lui reproche d’avoir abusé de slogans commerciaux proches de ceux employés par Free au moment du lancement de l’offre de ce dernier. Free a gagné en première instance et Altice devait payer une somme de 6,4 millions. Altice a fait appel et l’affaire suit son cours.
En juillet 2015, Free a également attaqué Altice/SFR pour une utilisation abusive du mot Fibre par ce dernier.
Pour rappel, en mars 2014, lors de la tentative de rachat de SFR par le couple Bouygues Telecom/Free, un accord avait été trouvé pour mettre fin aux contentieux judiciaires entre les deux opérateurs.

3 - SFR
SFR à l’époque Vivendi était d’un juridisme tatillon et attaquait sur tout ce qui bougeait. Depuis la reprise par Altice, ce n’est semble-t-il plus une priorité. Altice doit d'abord régler/digérer ses différentes acquisitions.
En juin 2014, SFR a attaqué Free devant le tribunal de commerce pour concurrence déloyale et dénigrement. SFR estime le préjudice à 563 millions. Le jugement est en cours.
L’autre gros procès est celui qui oppose SFR via sa société Sequalum au Conseil General des Hauts-de-Seine au sujet de la DSP mise en place afin de fibrer le département. Le GG 92 demande 97 millions de dédommagement et SFR demande 139 millions.
Un portefeuille pas spécialement étoffé, il faut dire que les juristes ont été suffisamment occupés avec les acquisitions du groupe et les différents examens avec les autorités de la concurrence.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum