Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Mar 9 Aoû 2016 - 10:30Hammett
Le récapitulatif des principaux résultats commerciaux de SFR



Par exemple, en ADSL SFR a perdu 103 clients entre le T2 et le T1 et 427 000 clients entre le T2 2015 et le T2 2016.
avatar
le Mer 10 Aoû 2016 - 6:21Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°185

SFR
SFR vient de lancer un plan de suppression de 5000 emplois d’ici à 2019, ceux-ci devraient se faire sur la base du volontariat. Ce plan devrait coûter entre 600 à 800 millions et permettre d’économiser environ 400 millions par an dès 2018.
Cela représente un tiers de l’effectif de SFR, ce qui fait beaucoup de volontaires à trouver. Attention à ne pas reproduire la politique désastreuse d’Orange au moment du plan Next.  
Quand il s'est offert SFR en novembre 2014, Patrick Drahi s'était engagé à ne pas licencier pendant trois ans. Un engagement qui arrive à échéance le 1er juillet 2017. Mais, au mois de juin dernier, P.Drahi avait commencé à parler de sureffectif chez SFR : "On a donné une garantie sur l'emploi de trois ans donc il reste encore un an. Aujourd'hui on est dans une situation où les gens savent que la garantie s'arrête dans un an. C'est un peu comme chez Darty quand vous avez une garantie de trois ans. Au bout de trois ans la machine à laver tombe en panne on fait comment ? On paie. Ils savent qu'on est en sureffectifs" (Les Echos, 22/06).
Vu la taille de la dette de SFR, la diminution de la masse salariale ne sera qu’une goutte d’eau. SFR a d’abord perdu beaucoup de clients, C’est plutôt de ce coté que SFR doit porter ses efforts.

Orange
Lors de la présentation de ses résultats, Orange a fait le point sur sa présence à l’international. Entre cessions, acquisitions et passages à la marque Orange, l’actualité est assez riche.
avatar
le Jeu 11 Aoû 2016 - 6:19Hammett
Orange va certainement voir 7 de ses dirigeants se retrouver en correctionnelle pour «harcèlement moral» et «complicité de harcèlement moral» pour le suicide de 60 soixante personnes en trois ans, dont trente-cinq pour les seules années 2008 et 2009.

Depuis cette crise, Orange publie les résultats de la 13ème campagne de baromètre social en France. C’est une enquête semestrielle réalisée par l’institut de sondage CSA sur un échantillon représentatif de 4 000 salariés. Lancé en juin 2010, ce sondage semestriel évalue la qualité sociale de l’entreprise dans la durée.

Selon le communique de presse d’Orange : "l’attachement des salariés à l’entreprise reste très élevé : 92% des salariés sont fiers de travailler pour Orange (vs 93% en novembre 2015) et 86% recommandent Orange comme une entreprise où il fait bon travailler (vs 87% au semestre précédent). La perception des salariés sur la qualité de vie au travail au sein d’Orange comparée aux autres entreprises progresse encore : 66% considèrent qu’elle est meilleure que dans les autres entreprises (vs 62% en novembre 2015). Ils sont toujours 93% à la juger meilleure ou identique à celle des autres entreprises".

Les points négatifs qui persistent sont : l’inquiétude des salariés concernant a charge de travail liée à l’impact de la baisse des effectifs, les perspectives d’évolution ou encore la perception de la reconnaissance au travail ou encore une perception de la complexité du travail et de l’organisation du travail en amélioration depuis 2012, mais qui reste à un niveau bas.

Il y a donc encore du travail à faire comme le montre l’accord sur la transformation numérique qui a été signé par deux organisations syndicales va être renégocié afin qu’il fasse l’objet d’un consensus plus large (Usine Nouvelle, 11/05).

D’autre part, Orange vient de signer avec trois organisations syndicales un accord de méthodologie prévoyant un cadre de référence et des outils en vue de garantir à chacun des salariés français de l’opérateur une charge de travail adaptée.
avatar
le Ven 12 Aoû 2016 - 6:22Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 160

Ligue 1 : quelques subtilités
C'est la reprise de la Ligue 1 et il va y avoir quelques subtilités sur sa diffusion. C’est L’Equipe (27/07) qui le souligne : "Cette saison, avec le début du nouveau contrat de droits télé (2016-2020), Canal+ diffusera en direct les 3 meilleures affiches de Ligue 1 par journée. Mais de son côté, beIN Sports proposera non plus 4 mais 12 « grands matches » en co-diffusion avec la chaîne cryptée. En effet, comme lui autorise le lot 3 du nouveau contrat, la chaîne franco-qatarienne pourra sélectionner 12 rencontres de « choix 2 » (en général les matches du samedi à 17h) ou de « choix 3 » (globalement ceux du vendredi à 20h45) par saison.

Du côté de Canal+, le premier choix (programmé historiquement en prime-time le dimanche) devrait se porter régulièrement sur l’attractif PSG. Mais la chaîne cryptée devra s’adapter au calendrier européen des Parisiens et potentiellement déplacer son premier choix du dimanche au vendredi soir ou au samedi après-midi. Ce qui fait dire à Florent Houzot, directeur de la rédaction de beIN Sports que sa chaîne « pourrait même avoir certaines co-diffusions le dimanche soir.

Dans le détail, beIN Sports devra choisir la répartition de ses co-diffusions selon ses vœux. Elle pourrait par exemple uniquement opter pour 12 choix 2 ou bien 8 choix 2 et 4 choix 3, etc. Cette nouvelle offre lui permettra ainsi de proposer en moyenne une à deux co-diffusions par mois à ses abonnés.
"

Evolution des droits tv de la Ligue 1
Hors droits L2 et hors droits internationaux, un récapitulatif de l’évolution des droits tv de la Ligue 1

(source : l’Expansion du 30 juin).

A partir de la saison 2017/2018, les droits internationaux vont rapporter 80 millions d’euros au lieu des 32,5 millions actuels. C’est toujours BeIN Sports Group qui les commercialisera. Pour la Ligue 2, BeIn Sports va payer 12 millions pour 9 matchs et Canal+ 10 millions pour 1 match.

Evolution des droits tv de l’Euro

(source : l’Expansion du 30 juin).

En fait, les droits ont atteint 1,050 milliard. En France, c’est BeIN Sports a payé 110 millions d’euros pour diffuser l’intégralité de la compétition et qui a revendu des matchs à TF1 (38 millions) et à M6 (25 millions).
avatar
le Lun 15 Aoû 2016 - 8:51Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 160

Droits tv des clubs anglais de foot
La répartition des droits tv pour la Premier League a été publiée. Il y a eu pour la saison 2015/2016 2,1 milliards d’euros de distribués au total des 20 clubs. En voici le récapitulatif (en M£ par club).



Valeurs des clubs européens
La société KPMG a publié une étude sur la valeur (rentabilité, popularité, potentiel sportif, droits tv, propriété du stade) de 32 clubs de foot européens. Le Réal Madrid et Manchester United sont en tête pour 2,9 milliards d’euros, Barcelone est troisième avec 2,840 milliards.
Le PSG est dixième avec une valeur de 843 millions d’euros. Monaco, Marseille et Lyon terminent 26ième, 27ième et 29ième.

En voici le récapitulatif :



avatar
le Mer 17 Aoû 2016 - 6:41Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°186

Presse Numérique
L’alliance pour les chiffres de la presse et des médias ACPM (ex OJD) publie des statistiques sur la diffusion de la presse et notamment des chiffres pour l’année 2015.
Quelques chiffres pour les sites Grand Public où l’on retrouve naturellement Le Monde, Le Figaro et l’Equipe en tête sur le nombre de visiteurs et de pages vues. Naturellement, car ce sont les trois quotidiens nationaux qui diffusent le plus. A noter que l’étude montre que 49% de la lecture se fait soit sur ordinateur, mobile et tablette. La même étude permet de voir le nombre de visiteurs pour les applications pour mobile et tablette pour la presse Grand Public.

Lecture sur mobile


Lecture sur tablette
avatar
le Jeu 18 Aoû 2016 - 6:31Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°187

Le marché de la VOD et de la SVOD
Le Centre National du cinéma et de l’image animée a publié son rapport annuel 2015. L’occasion de faire une synthèse sur le marché de la VOD et SVOD.

Orange fait toujours la course en tête suivi de très prés par TF1 Vidéo. Netflix se classe déjà troisième et pourrait vite prendre la tête du classement. Le marché est très concurrentiel. Le classement de 2016 pourrait voir Netflix devant.

La méthode du CNC est la suivante : "Les données qui suivent sont issues d’un baromètre sur les pratiques des internautes en matière de vidéo à la demande mis en place par le CNC. Cette enquête est administrée en ligne par l’institut Harris Interactive auprès de 15000 individus âgés de 15 ans et plus (13 vagues successives par an).".

Bouygues, Free, Orange et SFR ne donnent pas de chiffres sur l’utilisation de ces services. Vivendi publie le nombre d’abonnés de Canalplay, Netflix ne le fait pas pour la France. Il faudrait pouvoir comparer via le chiffre d’affaire également.

avatar
le Ven 19 Aoû 2016 - 6:38Hammett
Brèves du sport business et des médias - N° 161

Versement de la LNR aux clubs du TOP14
Alors que le Top14 reprend ce week-end, la Ligue Nationale de Rugby a publié le document annuel de la DNACG, le contrôleur financier du rugby, et dans ce rapport, il y a deux récapitulatifs sur ce qu’a versé la LNR en droits tv (Top14 + Coupe d’Europe) pour la saison 2014/2015. Cela apparait sur la ligne "Reversement LNR".
On est bien sur loin des droits du foot et à noter que les droits tv sont égaux pour l’ensemble des clubs. Ils ne représentent qu’en moyenne 19% du budget total des clubs, contre 55% pour les clubs de la Ligue1. Avec l’augmentation des droits TV payés par Canal+, ils sont bien sur en hausse.
Le pourcentage devrait être plus important pour la saison 2015/2016 avec les versements de la LNR liés à la Coupe du Monde de Rugby. Malgré cette augmentation, les clubs du Top 14 cumule un déficit de 16,§ millions.



Evolution des droits tv du Top14

(source : l’Expansion du 30 juin).

Mourad Boudjellal – le président du RCT – est revenu sur les droits tv du Top14 lors d’une interview à Midi Olympique du 18/07 (édition papier). Il déclare que les droits ont été renégociés trop tôt. Pour lui, le montant aurait atteint 150 millions d’euros si la LNR avait laissé un an de plus à un «opérateur» (SFR ?). Pour lui, la LNR s’est précipité dans les bras de la LNR.
Pour rappel, mi-mai, la LNR a attribué les droits tv du Top14 (période 2019-2023) en exclusivité à Canal+ pour un montant de 97 millions.
SFR avait annoncé (Les Echos, 10/05) qu’il n’en serait pas et qu’il envoyait : "un courrier à la Ligue nationale de rugby (LNR) pour l’informer de sa non candidature. Il n’est pas d’accord avec la procédure mise en place par celle-ci. A tel point qu’il a aussi tenu à en informer l’Autorité de la concurrence, par lettre également. Il y exprime ses réserves quant à cette procédure".
avatar
le Lun 22 Aoû 2016 - 6:18Hammett
Brèves du sport business et des médias - N° 162

SFR Sport
SFR Sport vient (Mediasportif, 10/08) d’acquérir les droits tv du championnat du Portugal pour trois saisons. Depuis 2013, BeIn Sport payait 3,5 millions d’euros par an, mais n’avait pas spécialement mis en valeur ce championnat.
Altice est présent au Portugal et via Portugal Telecom a acquis pour dix ans les droits audiovisuels du FC Porto à domicile pour une durée de 10 ans à partir de la saison 2018/2019.

SFR Sport
SFR Sport vient de démarrer et est toujours distribué uniquement sur son réseau.
Selon Les Echos (12/08) : "SFR aurait proposé à CanalSat de la distribuer pour 50 millions d'euros par an et à Orange pour 80 millions. Des chiffres que ces concurrents jugent trop cher. Cela dit rien n'est joué. Les distributeurs négocient en ce moment des échanges et partages de contenus. Selon nos informations, même si rien n'est fait, SFR négocie par ailleurs des offres originales combinées avec BeIN.".

Mais si une exclusivité est acceptée par l’Autorité de la Concurrence car SFR n’est pas en position dominante : "dès lors qu'on n'est pas dans une exclusivité qui impliquerait de multiplier les box pour construire son offre culturelle de divertissement ou de sport nous voyons plutôt d'un bon oeil l'investissement des télécoms dans les contenus. Plus vous avez des offres différentes plus vous animez la concurrence", pour rentabiliser son achat, SFR va devoir trouver un accord afin d’être distribué le plus largement et si c’était le cas à combien serait vendu le bouquet SFR Sport ?

Selon Les Echos, SFR estime que sa chaîne justifie dans l'absolu le même prix pour le consommateur final qu'un BeIN (14 euros par mois). Là, cela risque de faire beaucoup pour un groupe qui n’a que la Premier League comme droits premium.
avatar
le Mar 23 Aoû 2016 - 6:17Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°188

Il y a quelques mois, le Centre National du cinéma et de l’image animée a publié son rapport annuel 2015 sur la production de films en France. L’occasion de faire une synthèse sur ce que font Canal+ et OCS au regard de leurs obligations réglementaires et légales. Pour avoir une vue globale pour Orange, il faut aussi y ajouter l’activité des maisons de production comme Orange Studio.
Tout d’abord, un état sur la production de films en France. Les télévisions entrent pour 35,5% dans le budget de la production des 300 films (30,4% pour les producteurs, apports étrangers 9,8%, distributeurs 13,7%, etc…), dont 234 films d’initiatives française (FIF) pour un investissement total de 1,224 milliard.
Pour en savoir un peu plus sur qui finance quoi, lire cet article de Rue89 (01/2013)

Canal+
Les investissements de Canal+ représentent 178,8 millions du total soit 14,6% du total et en rajoutant Ciné+, c’est 199 millions, soit 16,3%. Ils sont en augmentation par rapport à l’année 2014.



OCS
Coté OCS, c’est plus modeste, c’est un total de 21 millions, soit 1,7% du total. Orange a réduit la voilure, car en 2014, le montant des investissements était 27,2 millions pour 2,9% du total. Réglementairement et au vu de son nombre d’abonnés, OCS doit pourtant investir 179 millions d'euros sur 5 ans (depuis 2015) dans les films français et européens.
Par convention, le financement d’Orange dépend du nombre d’abonnés. Jusqu’à 1,5 million abonnés, le prix est au plus bas, le deuxième palier est à 3 millions. Actuellement OCS serait à +/- 2,4 millions de clients.

avatar
le Mer 24 Aoû 2016 - 6:31Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 163

L’ADLC vient de lancer une consultation publique afin de remettre à plat le cadre réglementaire auquel est soumis Canal+ depuis cinq ans. Comme le rappelle l’ADLC dans son communiqué : "En juillet 2012, l'Autorité de la concurrence a, à nouveau, autorisé le rachat de TPS par Groupe Canal Plus (GCP) en conditionnant sa décision au respect de 33 injonctions (…) Ces mesures, prises pour 5 ans (jusqu'au 23 juillet 2017) peuvent être renouvelées pour 5 ans supplémentaires (2017-2022) si les circonstances le justifient".

Canal+ s’est vu retoqué deux projets depuis 5 ans par l’ADLC : une alliance pour une distribution exclusive de BeIn Sports et une prise de contrôle minoritaire chez OCS. La donne pourrait-elle changer ?

Canal+
L’enjeu pour Canal+ va être de se défaire d’un maximum d’obligation lié au rachat de TPS. En avançant l’idée que Canal+ est largement concurrencé avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme BeIN Sports, SFR Sport et Netflix. Ces acteurs ont-ils bousculé le marché et taillé des croupières à Canal+ ? A ce jour, il n’y a que BeIN Sports qui y soit parvenu, mais au prix fort.
Canal+ perd des abonnés au profit de BeIN Sports et Vivendi voulait faire sauter au plus vite certains verrous afin de pouvoir distribuer BeIn Sports en exclusivité et de gagner de nouveaux abonnés. L’ADLC va-t-elle lever l’obligation de distribuer une chaine premium de façon non-exclusive ? Elle était contre au printemps dernier et le développement actuel de SFR Sport et l’opposition des FAI ne devrait pas y changer grand-chose.

Orange
De son coté Orange via OCS n’a pas remis en cause l’hégémonie de la chaine cryptée sur le cinéma et a fait rentrer Canal+ pour 1/3 de son capital.
Orange pourrait également laisser la main à Canal+ dans le traitement d’OCS. Stéphane Richard n’a jamais été très chaud sur l’édition de cette chaine et plus généralement sur la politique de contenus. Il préfère des accords préférentiels comme celui qu’il vient de signer avec Canal+ pour la distribution de CanalSat pour les clients Fibre. En tout état de cause, OCS et BeIN Sports resteront une chaine premium.

Jusqu’où ira l’ADLC ?
En absence de concurrence assez forte, elle ne devrait pas bouger sur les principes, mais juste sur les marges. Après tout SFR Sport ne fait que démarrer et Netflix ne fait pas beaucoup mieux que CanalPlay. OCS n’est puissant qu’avec les séries HBO et BeIN Sports est pour la paix des braves avec Canal+.
De toute façon, pour Canal+, la reconquête ne se fera pas qu’avec le voie réglementaire, mais en adaptant ses offres aux réalités du marché : segmentation des offres et sans engagement.
avatar
le Jeu 25 Aoû 2016 - 6:33Hammett
La concurrence que se livre les opérateurs se joue aussi devant les tribunaux. Les sommes exigées sont souvent très importantes, même si les procédures peuvent prendre plusieurs années ou être abandonnées à l’occasion de rapprochement.
L’arrivée de Free Mobile a exacerbé l’activité judiciaire entre Bouygues Telecom et Free, alors qu’Orange traine toujours un « historique » lié à son passé. Les risques judiciaires des uns et des autres sont présentés dans le rapport d’activité annuel. C’est l’occasion de faire un tour d’horizon sur les procédures en cours.

1 - Bouygues Telecom
En novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Le procès est en cours, mais depuis l’ARCEP a publié un carnet de route pour mettre fin à l’utilisation du réseau d’Orange par Free.

L’itinérance d’Orange est le sujet favori de Bouygues. Il a également mené une guérilla juridique contre l’ARCEP, mais sans que cela ne change grand-chose sur le calendrier et sur le fond. Cela a juste permis d’encadrer un peu plus l’ARCEP dans ses prérogatives.
L’autre angle d’attaque est SFR et le partage de son réseau très haut débit. Bouygues Telecom dénonce le non-respect des engagements de SFR dans le déploiement du Ftth suite au rachat de SFR par Altice. L’ADLC s’est auto-saisie du dossier en octobre 2015.

Enfin en octobre 2013, Bouygues a également attaqué SFR afin de dénoncer des pratiques liées à la location de son réseau « câble ». Bouygues réclame 53 millions d’euros. Cette demande a été complétée par une demande d’indemnité de 79 millions. La procédure est toujours en cours.

L’activisme juridique de Bouygues Telecom a été jusqu’à demander – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Il n’est pas certain que Bouygues obtienne une réponse…

A suivre.
avatar
le Ven 26 Aoû 2016 - 6:35Hammett
Brèves du sport business et des médias - N°164
Vivendi vient de présenter ses résultats à fin juin, ce qui permet de faire le point sur le nombre de clients du groupe Canal+.
Cela ne s’arrange pas pour Canal+. Une refonte complète des offres doit être lancée pour relancer la machine. Un plan d’économie de 300 millions est prévu dont 60 à 80 millions qui seront réalisés à fin 2016, pour Canal+ : "Il se décompose en une diminution de 100 millions d’euros des coûts associés à la distribution (coûts marketing, gestion des décodeurs,… ), une réduction de 50 millions d’euros liés aux frais techniques et de diffusion et une baisse de 150 millions d’euros de coûts de production et d’édition de programmes".


Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) baisse de 506 000 entre le T2 2015 et le T2 2016 et de 73 000 sur le dernier trimestre. Sur un an, la baisse était quasi identique à fin mars, par contre la baisse est moins marquée que sur le T1 (-198 000 entre le T1 2016 et le T4 2015).
CanalPlay a gagné 16 000 clients sur le trimestre et perdu 91 000 clients sur un an, pour un total de 614 000 clients. Cela ne décolle pas. Pour la première fois le nombre de clients à l'international est supérieur aux clients français.

Du coté de la concurrence (Tv payante et service SVod), BeIN Sports serait à 3 millions de clients, OCS à 2,5 millions et Netflix à +/- 600 000 clients.

La TV payante en France représente 32,3% du chiffre d'affaire du groupe Vivendi contre 31,4% à fin 2015 et 34,2% à fin 2014. Le CA de la télévision payante en France est en baisse de 5,2% sur un an.

Sur le semestre, le résultat opérationnel ajusté (EBITA) de Groupe Canal+ s’établit à 288 millions d’euros, contre 169 millions d'euros à fin T1 2016 et 388 millions d’euros à fin juin 2016. Cette hausse est due aux bons résultats du groupe à l’international. Les chaînes de Canal+ en France accusent une perte opérationnelle ajustée de 106 millions contre une perte 59 millions d’euros à fin mars 2016 et contre 47 millions d’euros à fin juin 2016.
avatar
le Lun 29 Aoû 2016 - 6:19Hammett
Selon Challenges, Orange entrerait pour 20% dans le capital de Canal+ et entrerait parallèlement dans Telecom Italia. Des discussions se seraient déroulées sur le sujet, mais rien de plus.

Pour Reuters un porte-parole d’Orange a déclaré : "Orange discute évidemment avec tous les acteurs de contenu dans un secteur qui est en constante évolution, mais le groupe nie formellement avoir atteint tout accord secret avec Vivendi avec Canal Plus et Telecom Italia". Lors de la présentation de ses résultats, Vivendi n’a pas évoqué le sujet.

Une prise de participation dans Canal Plus, poserait peut être un problème pour OCS ou Canal Plus est actionnaire dormant. Nul doute que l’ADLC regarderait de près le dossier, car un accord entre le premier opérateur et le leader de la télévision payante ne serait pas sans posé quelques petits soucis.

Fin juillet, via un communiqué, Orange annonçait qu’il lançait une offre commune avec Canal+ pour les clients Fibre. Cette offre serait basé sur CanalSat Panorama et serait proposé à prix exceptionnel.

Fin juin, Stéphane Richard avait donné une interview à La Tribune ou il affirmait que Orange : "a plein de choses à échanger avec Vivendi parce qu'ils sont dans les contenus, et que nous, nous sommes des distributeurs (…) Ceci dit, nos relations avec Vivendi peuvent-elles déboucher sur quelque chose de plus ambitieux? Il n'en est pas question pour l'instant. Mais il y a une forme d'intérêt réciproque à plutôt intensifier nos relations".

Lors de la présentation des résultats d’Orange, Stéphane Richard avait réaffirmé qu’il n’y avait pas de discussions avec Vivendi autour d’un accord capitalistique pour Telecom Italia, comme cela est évoqué par la presse depuis quelques mois. Vivendi est présent au capital Telecom Italia pour 24,7%.
avatar
le Mar 30 Aoû 2016 - 6:22Hammett
Bouygues Telecom et Free publient leurs résultats semestriels demain. Pour rappel, Orange et SFR ont déjà publié le leur.

Orange
Un trimestre qui est encore dans la lignée des précédents. C’est toujours bon sur le ftth, Open et Sosh. Dans le mobile, c’est solide sur les forfaits, et toujours en baisse sur le prépayé. Orange estime sa part de conquête sur le fixe à 53%.


SFR
Sauf le THD, tout est dans le rouge


Estimations
Sur le fixe, en se basant sur l’estimation de la part de conquête d’Orange à 53%, cela donne une hausse de 175 000 clients sur le T2. Orange avec +93 000 et SFR avec -60 000, cela laisse +/- 142 000 clients à se partager en Bouygues et Free.  
Sur le mobile, en se basant sur les chiffres de l’ARCEP (+769 000 sur les forfaits y compris M2M) et les résultats d’Orange (+488 000) et de SFR (-206 000), cela laisse un gain (sur les forfaits y compris M2M) de +/- 487 000 nouvelles cartes sim pour Bouygues Telecom et Free.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum