Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2038
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 53
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Lun 4 Juil 2016 - 7:27Hammett
Avant de baisser le rideau pour les congés d’été, Sébastien Soriano – le président de l’ARCEP – a accordé une interview au quotidien Le Monde, 30/06) et comme à son habitude a laché une phrase choc : "Ce qu'on veut derrière, c'est que les opérateurs cassent leur tirelire.", ou la volonté du régulateur de « jouer » avec ce qu’il n’a pas. Vraiment too much…

Fibre Optique
Il est revenu le déploiement de la Fibre Optique et de l’ «avance » d’Orange : "Avec 75% de parts de marché, Orange va vite. Il y a une locomotive et nous ne voulons pas la freiner. En revanche, nous ne voulons pas de monopole. Il faut que la concurrence soit réelle.".
Alors que la situation d’Orange inquiète la concurrence, il répond : "Dans les zones très denses, Orange est seul, trop seul. Certains opérateurs se plaignent d'avoir des difficultés à accéder au pied des immeubles, et de ne pas pouvoir ensuite connecter les appartements. Nous allons lancer une consultation afin de voir s'il y a des freins. Si l'on s'aperçoit en fin d'année qu'il y a un souci, nous envisagerons de revoir compléter notre arsenal de régulation. Dans les zones moyennement denses, où les opérateurs co-investissent au côté d'Orange [leader du déploiement sur la plupart des zones], les grands principes n'ont pas à être révisés, même si certains curseurs, comme celui du prix de revente de la fibre, peuvent bouger. Si j'ai de l'empathie pour SFR, qui réclame un nouveau partage du territoire avec Orange, cela dépend aussi des contrats existants.."
Pour lui (Les Echos, 01/07) : "En cas de problème, les opérateurs peuvent très bien trouver des solutions par eux-mêmes à travers des accords commerciaux. A défaut, l'Arcep interviendra. Il ne s'agit pas de révolutionner le cadre de régulation de la fibre mais, si nécessaire, de le compléter à la marge.".

En complément afin de faire passer la pilule à Orange et de « pousser » les investissements sur la Fibre Optique, l’ARCEP envisage une modulation géographique du dégroupage pour doper les déploiements fibre. Augmenter le prix du dégroupage total dans certaines zones afin de pousser les opérateurs à accélérer dans le FTTH. Bouygues Telecom et Free sont contre bien évidemment, car cela remettrait en cause une partie de leur modèle économique. Reste à mesurer le coût réel de cette mesure mais également la «simplicité » de sa mise en place.

4G
Concernant la 4G, il va mettre en place "en accès libre des données de couverture et de cartographie récoltées auprès des opérateurs et s'associera à des acteurs capables d'exploiter ces données pour proposer des comparatifs.".
Cela devrait permettre : "une plus grande transparence pour les consommateurs qui servira d'aiguillon aux opérateurs pour investir, car "La clef de la relance des investissements c'est la capacité des opérateurs à monétiser la qualité et la couverture de leur réseau".
Une carte comme aiguillon des investissements ? Vraiment ?
avatar
le Mar 5 Juil 2016 - 8:32Hammett
Ce n’était que des rumeurs il y a quelques semaines, c’est est en train de devenir plus concret : Free pourrait devenir opérateur mobile en Italie. Selon Bloomberg (Le Figaro 04/07), CK Hutchison Holdings (Three) et Vimpelcom (Wind), qui comptent fusionner leurs activités de téléphonie mobile en Italie, sont entrés en négociations exclusives avec Iliad pour lui céder des actifs (antennes et fréquences) afin de répondre à la demande de la Commission Européenne de maintenir un marché concurrentiel. La solution Free sera-t-elle suffisante pour la CE ? Réponse de celle-ci courant août.

Xavier Niel est également « présent » via des options dans Telecom Italia. Début mai, Xavier Niel a modifié la date d'expiration d'options liées à 4,9% du capital de Telecom Italia, pour la faire passer de juin 2016 au 1er septembre 2017. En Octobre 2015, Xavier Niel a acquis des options susceptibles de lui permettre de mettre la main sur 15,1% de Telecom Italia pour un montant estimé de 2 milliards d’euros (Zonebourse, 04/05).
En cas de deal avec Three et Wind, que fera t-il faire de ces options ?

Pour rappel, la holding de Xavier Niel a déjà fait quelques achats et petit à petit le groupe Iliad est en train de s’internationaliser. Il y a quelques mois, une licence de marque sur l’archipel des Comores et vient de prendre 50% du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice sur l’Ile de la Réunion. En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Se poser en Italie, lui permettrait de grimper une marche.

D’autre part, des rumeurs font état d’éventuels échanges capitalistiques en Orange et Vivendi au sujet de Télécom Italia. Ceci alors que Stéphane Richard vient de déclarer lors d’une interview à une interview à La tribune (23/06) : "Je mets totalement de côté le dossier Telecom Italia: c'est un projet de Vivendi dans lequel nous n'avons pas notre place. Nous n'avons aucune discussion à ce sujet".
Promesses de gascon ? Que ferait Orange dans une participation minoritaire ?

L’Italie est en train de devenir le terrain de jeu des opérateurs français.
avatar
le Mar 5 Juil 2016 - 19:26Hammett
Via un communiqué, Iliad vient de confirmer qu'il : "a signé un accord avec les groupes Hutchison et VimpelCom, dans le cadre du projet de fusion de leurs filiales H3G et Wind, afin d’acquérir les actifs composant l’ensemble de remèdes proposé à la Commission Européenne dans le contexte du processus d’examen de cette fusion.(...) Cet accord est soumis à l’approbation de la Commission Européenne ainsi qu’à l’autorisation par la Commission Européenne de la fusion H3G/Wind ".

L'accord prévoit des fréquences pour 450 millions, plusieurs milliers de sites macro en zones denses, Un accord d’itinérance 2G, 3G et 4G sur le réseau fusionné pour une période de 5 ans renouvelable à l’initiative d’Iliad une fois pour la même durée.
Le projet serait financé par les liquidités du groupe. Le montant total de l'opération n'est pas donné dans le communiqué. Iliad devrait devenir le 4ième opérateur mobile en Italie.

D'autre part, Xavier Niel "ne dispose que d’un intérêt économique marginal (inférieur à 25m€) qui sera cédé dans les prochaines semaines." Rien n'est indiqué sur les options actuelles dans Télécom Italia.
avatar
le Mer 6 Juil 2016 - 7:59Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 155

SFR
Sébastien Soriano – le président de l’ARCEP – a accordé une interview au quotidien Le Monde (30/06).Il y est revenu (sortant un peu de son rôle) sur la stratégie de SFR sur/dans les médias : "A mon avis, cette convergence, c'est d'abord celle de milliardaires en partie motivés par la nécessité d'avoir une assise publique plus forte pour défendre leurs intérêts dans les télécoms. C'est la raison pour laquelle il faut un régulateur indépendant. En revanche, si la convergence se traduit par des exclusivités, où l'utilisateur choisit un réseau parce que c'est le seul moyen de regarder un match de foot, c'est dangereux. Je ne suis pas alarmé par la situation actuelle mais je ne veux pas que cela devienne un modèle dominant. Cela engendrerait une remise en cause profonde de l'industrie.."

BeIN Sports
BFM (02/07) s’est «amusé » à calculer la rentabilité de BeIn Sports, alors que la chaine vient de déclarer qu’elle avait atteint 3 millions d’abonnés lors de cet Euro. Les pertes pourraient s’élever à 200 millions d’euros en 2016 et le point d’équilibre se situer à 4 millions d’abonnés.

Les recettes
Pour BFM : "En se basant sur une moyenne de 3 millions d’abonnés sur l’année, et sur une moyenne de 13 euros par abonnement (prix minimum), les recettes devraient atteindre environ 300 millions d’euros, selon nos calculs (beIN Sports touche environ 70% du prix de vente) (…) À cela, il convient d’ajouter les revenus issus de la publicité, de la revente de droits à l’étranger, ou encore des abonnements sur internet (beIN Connect). Au total, on peut estimer que 370 millions d’euros".

Les dépenses
L’ensemble des droits couterait "selon les calculs de Morgan Stanley, environ 470 millions en 2016 (…) À cela s’additionnent d’autres postes de dépenses (marketing, coûts techniques et de production, frais de personnel, taxes, recrutement d’abonnés), qu’on peut estimer à 110 millions par an.".

A 4 millions d’abonnés, le point d’équilibre pourrait être atteint. Pour BFM, un million d’abonnés de plus signifierait en effet 110 millions d’euros de recettes supplémentaires. Il faudrait aussi développer BeIn Connect et la revente de droits à l’étranger.
Les offres couplées avec Canal+ permettront-elles de développer significativement la chaine ? Chaine qui vient de perdre le match du vendredi soir en Ligue1 et n’arrive pas à mordre sur les droits du Top14 de rugby. Ce sont pourtant les droits Premiums qui permettent de gagner durablement des clients.
avatar
le Jeu 7 Juil 2016 - 8:49Hammett
Alors que Sébastien Soriano – le président de l’ARCEP – évoque l’idée de réguler (en marge) pour qu’Orange ne reconstitue pas un monopole sur le FTTH (Le Monde, 30/06) et lance une consultation afin de voir s'il y a des freins à l’investissement, rappel de quelques chiffres.

Quelques chiffres
En compilant les chiffres d’Orange, de Bouygues, de l’ARCEP et de François04, les parts de marché sur le FTTH pourraient être - grosso modo - les suivantes au 31 mars 2016 :
Orange compte 1,075k clients, soit 67,8% du total.
SFR + autres par déduction, compterait 245k clients, soit 15,4%.
Free compterait 194k clients, soit 12,2%.
Bouygues compte 71k clients, soit 4,5%.

Depuis janvier 2014, Orange a gagné 756 000 clients sur le FTTH, 389 000 étaient de nouveaux clients, soit 51,5% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015). Orange mordille sur la concurrence, mais cela reste faible et a même augmenté le prix de ses offres avec le lancement de la Livebox4. Difficile d’y voir un comportement « prédateur » sur ce segment. Parallèlement, du coté de la concurrence, le déploiement se fait plutôt à un train de sénateur.

Punchlines d’Orange
Afin de prévenir l’accusation de « prédation », pour Orange : "Tout le monde est parti sur la même ligne de départ, le jeu était ouvert, tout le monde pouvait investir", affirme Pierre Louette, DG délégué d'Orange (Les Echos, 01/07).  
Stéphane Richard étant même plus mordant : "Messieurs Niel (propriétaire de Free, NDLR), Bouygues et Drahi (propriétaire de SFR, NDLR ) ont régulièrement de grands projets d'acquisitions partout dans le monde. Qu'est-ce qui les empêche d'investir un ou deux milliards de dollars en France pour faire de la fibre ?" (La tribune, 23/06). La tentative d'implantation de Xavier Niel en Italie pour un montant de 1,5 milliard devrait conforter Stéphane Richard.

Quelle régulation ?
Comme le déclare Sébastien Soriano : "En cas de problème, les opérateurs peuvent très bien trouver des solutions par eux-mêmes à travers des accords commerciaux. A défaut, l'ARCEP interviendra. Il ne s'agit pas de révolutionner le cadre de régulation de la fibre mais, si nécessaire, de le compléter à la marge." (Les Echos, 01/07). A ce jour, Il n’est donc pas question de « décourager » un des plus gros investisseurs.

Bouygues à l'offensive ?
D’autre part, dans les zones moins rentables, l'État espère que Bouygues Telecom, SFR et Free vont également se positionner sur les réseaux des RIP. Orange s’est emparé du sujet et Bouygues Télécom passe à l’offensive et négocie avec Axione (filiale de Bouygues) afin de rattraper son retard (La Tribune, 27/06). Axione, c’est : "17 réseaux d'initiative publique opérés et représentent 800 millions d'euros d'investissements publics/privés, 6.500 communes desservies en haut débit, soit 7 millions d'habitants".
avatar
le Ven 8 Juil 2016 - 7:29Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°180

Iliad en Italie
Alors que Xavier Niel cherche à s’implanter en Italie, que représente le marché mobile en Italie ? Une infographie du quotidien Les Echos (07/07) :



Iliad partant de zéro (pas d’internet fixe, marque inconnue et prix déjà bas), il va devoir taper fort et certainement s’allier avec un acteur du fixe afin de proposer des offres convergentes. La « recette » française ne pourra pas être appliquée. En attendant, faut déjà que ce deal soit accepté par la Commission Européenne.

Altice
Altice cherche à sortir du marché belge. Selon la presse financière, Altice travaille avec Lazard sur la vente potentielle de SFR Belgium (110.000 clients), une opération qui pourrait valoriser cette filiale jusqu'à 500 millions d'euros. SFR rationalise ses actifs.

4G
L’AFNR a publié son observatoire 2G, 3G et 4G au 1er juillet. Le cumul des supports autorisés et en service en 4G augmente de 3 %,avec 23.127 sites. Orange reste leader (8.988 sites contre 8348 sites au 1er janvier, soit +7,7%) devant Bouygues (8346 sites contre 7184 sites au 01/01, soit +16,2%) et SFR (6.828 sites contre 4587 sites au 01/01, soit +48,9%) et Free (6.571 sites contre 5636 sites au 01/01, soit +16,6%).
SFR rattrape sont retard et est repassé devant Free, Bouygues poursuit sa route et Orange « gère ».
avatar
le Mar 12 Juil 2016 - 8:30Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 156

Canal+
Cela se confirme, Canal+ va proposer de segmenter ses offres. C’est le Directeur Général des antennes qui le déclare : "On prévoit une nouvelle manière de s'abonner. On pourra par exemple s'abonner sur un seul appareil ou par thématiques (…) Tous les détails sur cette nouvelle offre seront communiqués à la rentrée (…) Canal+ travaille sur une nouvelle approche de prix" (Europe1, 05/07).

SFR Sport
SFR Sport est toujours en attente d’être distribué par CanalSat et par Bouygues/Free/Orange. Ce qui bloque est le prix demandé : 50 millions d’euros par an à CanalSat pour la reprise de la chaine. Refus de Canal+ qui déboursait 60 millions d’euros la saison dernière pour une diffusion exclusive.
Du coté de la concurrence, c’est le nom de SFR qui gène. Orange avait transformé Orange Cinéma Série en OCS pour pouvoir être distribué chez Free, Bouygues et SFR. Il reste encore quelques semaines à SFR pour trouver un accord et rentabiliser son investissement de 120 millions par an (Les Echos, 06/07). L'entame du match semble être vraiment mal partie.

Droits TV du National
Le groupe Canal + a dépossédé SFR Sport 2 (ex Ma Chaîne Sport) des droits TV du National en offrant 600 000 euros par saison jusqu'en 2019 contre 200 000 dans le précédent contrat (L’Equipe, 05/07). Ces droits secondaires ne permettront pas de combler le manque de la Premier League.
avatar
le Mer 13 Juil 2016 - 8:08Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°181

Orange
Alors que les rumeurs prédisent un échange capitalistique entre Orange et Vivendi autour de Télécom Italia, Vivendi souhaiterait voir Orange inclure une offre packagée sur les jeux. Vivendi vient de racheter l’éditeur de jeux pour mobile Gameloft (Revue de Presse Arcep du 06/07).

Deutsche Telekom
La décision serait surprenante, mais Deutsche Telekom se prépare à vendre son réseau d'antennes mobiles en Allemagne pour un montant qui pourrait atteindre cinq milliards d'euros, dans le but de financer la modernisation de son réseau à haut débit européen. L'opérateur allemand a mandaté les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley en vue d'organiser des enchères qui pourraient débuter à l'automne. (Revue de Presse Arcep du 06/07).

Streaming musical
Une infographie ([url=https://fr.statista.com/infographie/5171/streaming-musical-_-la-guerre-est-declaree/
]statista[/url]) sur le nombre d’abonnés payants un service de service de streaming musical. Autant dire que là aussi la course à la taille est importante, Apple Music est en train de racheter Tindal. Il manque un tableau sur la rentabilité de ces services. Avec seulement 3 millions de clients, Deezer peut se faire du souci.


avatar
le Lun 18 Juil 2016 - 6:20Hammett
L’ARCEP vient de publier son observatoire 2016 sur la sur la couverture et la qualité des services mobiles. Pour l’ARCEP, cela devrait permettre : "une plus grande transparence pour les consommateurs qui servira d'aiguillon aux opérateurs pour investir, car "La clef de la relance des investissements c'est la capacité des opérateurs à monétiser la qualité et la couverture de leur réseau".
Reste à savoir, si les objectifs de l’ARCEP seront atteints. La publication des observatoires précédents n’a pas vu un infléchissement des recrutements de Free, alors qu’il termine systématiquement dernier.

Résultats 2016
"L’Arcep a publié les résultats de son enquête 2016. Orange devant, Bouygues Telecom et SFR au coude à coude, Free Mobile derrière. Pour la 17ème année consécutive, l’Autorité publie les résultats de son enquête d’évaluation de la qualité de service des opérateurs mobiles métropolitains. 600 000 mesures en 2G, 3G et 4G ont été réalisées sur l'ensemble du territoire (à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments) et dans les transports (TER, Transiliens, RER, métro, TGV, autoroutes). L’enquête a porté sur les services mobiles les plus répandus : navigation web, lecture de vidéo, transfert de données, SMS et appels vocaux. Enrichie cette année, elle permet de mieux différencier zones denses (agglomérations de plus de 400 000 habitants), zones intermédiaires (agglomérations de 10 000 à 400 000 habitants) et zones rurales, et propose également des résultats sur un plus grand nombre d’axes de transport. Cette enquête s’inscrit pleinement dans la stratégie de régulation par la data mise en place par l’Arcep à l’issue de sa revue stratégique, et qui a été présentée le 30 juin dernier." (revue de presse ARCEP du 12/07)

Résultats 2015
"Comme en 2014, les résultats de l’enquête permettent de souligner des différences importantes de qualité de service entre les quatre opérateurs mobiles : la hiérarchie issue de l’enquête 2014 ne change pas cette année. Orange est l’opérateur qui a les meilleurs résultats (153 indicateurs au-dessus de la moyenne), que ce soit pour les services de téléphonie, de SMS ou de données. Bouygues Telecom et SFR affichent des performances assez proches, moins bonnes que celles d'Orange, mais avec un léger avantage pour le premier (respectivement 52 et 42 indicateurs au-dessus de la moyenne). Free Mobile, dont le réseau 3G est en cours de déploiement, obtient des résultats sensiblement moins bons sur un grand nombre d'indicateurs (9 indicateurs au-dessus de la moyenne)."

Globalement, Orange domine avec 153 indicateurs au-dessus de la moyenne, contre 52 pour Bouygues Telecom, 42 pour SFR et 9 pour Free. C'est inquiétant pour SFR et cela confirme les chiffres de déploiement de la 4G. Pour Free tout reste (encore) à faire.
avatar
le Mar 19 Juil 2016 - 6:29Hammett
Brèves du sport business et des médias – n° 157

ADLC et Canal+
Bruno Lasserre – le Président de l’Autorité De La Concurrence – lors d’une interview au quotidien [url=http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/07/06/bruno-lasserre-il-faudrait-revoir-les-regles-de-concentration-dans-les-medias_4964633_3234.html#5HkmmILb39jJj3cW.99
]Le Monde[/url] (06/07), a fait le point sur l’activité de l’année écoulée. Il y est revenu sur les injonctions imposées à Canal+ : "Nous lançons aux alentours du 20 juillet une consultation publique afin de remettre à plat le cadre réglementaire auquel est soumis Canal+ depuis cinq ans. Il s’agit d’un exercice de grande ampleur qui nous amènera à nous interroger sur les évolutions du secteur. Le paysage concurrentiel a-t-il été modifié avec l’arrivée de Netflix et la concentration Numericable-SFR ?
Les modes de consommation ont-ils évolué (visionnage des contenus sur Internet) ? Y a-t-il de nouveaux contenus premium (séries, rugby) ? Les modèles de financement du cinéma et du sport français ne méritent-ils pas d’être revus ? Même si cela n’est pas dans la compétence de l’Autorité, je pense aussi qu’il faudrait revoir les règles de concentration des médias afin de faire émerger des acteurs forts, capables d’acquérir des droits de plus en plus onéreux et d’exporter leur savoir-faire
".

Le feuilleton va être intéressant à suivre.

Audience des chaines sportives
Médiamétrie (Stratégies, 05/07) vient de publier son enquête semestrielle sur les audiences des chaines du câble et du satellite.
Bonne nouvelle pour BeIN Sport avec une part d’audience (PDA) de 0,6% auprès des 43,8 millions de personnes ayant accès à une offre télé «élargie», qui se hisse dans le peloton de tête. La chaine gagne 0,2 point depuis la précédente enquête (septembre 2015 à février 2016), et plus d’un demi-million de téléspectateurs mensuels, à 4,962 millions.
BeIN Sports dépasse désormais sa concurrente Canal+ Sport, qui stagne avec une part d’audience de 0,5%, qui voit son audience mensuelle reculer de 10% à 7,685 millions de téléspectateurs.

avatar
le Mer 20 Juil 2016 - 6:32Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°182

Bouygues Telecom
Pour trouver du cash, Bouygues Telecom des actifs non-stratégique et vient de vendre 230 pylônes à l'opérateur d'infrastructures espagnol Cellnex qui, à terme, pourrait récupérer jusqu’à 500 points hauts. "Le produit de cette transaction permettra à Bouygues Telecom de poursuivre le développement de ses activités Mobile et Fixe", explique Bouygues Télécom. En 2012, Bouygues Telecom avait déjà vendu 2.000 pylônes au fonds Antin, appuyé par BNP Paribas, pour 205 millions d'euros. Il y a un an Bouygues Telecom avait vendu pour 30 millions d’euros les 15 % du capital qu'il détenait encore de FPS Towers, une société spécialisée dans l'hébergement d'équipements télécoms pour opérateurs.
Cela doit être mis en lien avec la mutualisation du réseau avec SFR qui prévoit la mise en commun d'antennes mobiles des deux opérateurs dans les zones peu denses du territoire.

Iliad
Xavier Niel ne détient plus qu’une participation potentielle de moins de 7% dans Telecom Italia, a indiqué le gendarme boursier italien. A l’automne, Xavier Niel avait pris une participation potentielle de 15,143% dans Telecom Italia.
Il y a quelques jours Iliad indiquait avoir : "signé un accord avec les groupes Hutchison et VimpelCom, dans le cadre du projet de fusion de leurs filiales H3G et Wind, afin d’acquérir les actifs composant l’ensemble de remèdes proposé à la Commission Européenne dans le contexte du processus d’examen de cette fusion.(...) Cet accord est soumis à l’approbation de la Commission Européenne ainsi qu’à l’autorisation par la Commission Européenne de la fusion H3G/Wind ". L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros. Mais Xavier Niel doit complètement se désengager de Telecom Italia.

Parts de marché du téléphone mobile
Le quotidien Les Echos (11/07) a publié une infographie sur les parts de marché des constructeurs de téléphone mobile. Samsung et Apple poursuivent la course en tête. Derrière le trio de poursuivants est assez loin, mais ont beaucoup grignotés sur Samsung et dans une proportion moindre sur Apple. Il manque la répartition pour 44,8%.



Il y a deux ans les résultats étaient les suivants :

avatar
le Jeu 21 Juil 2016 - 6:28Hammett
En 2006, l’ancien PDG de France Telecom, Didier Lombard présentait le plan Next qui prévoyait le départ de 22 000 salariés et le changement de poste pour 14 000 salariés. L’application de ce plan sera très brutale et entrainera le suicide de 60 soixante personnes en trois ans, dont trente-cinq pour les seules années 2008 et 2009.

Un plainte avait été déposée en septembre 2009 par SUD-PTT et après une enquête de près de 7 ans, le  procureur de la République de Paris vient de rendre ses réquisitions : sept anciens dirigeants de France Télécom doivent être renvoyés devant un tribunal correctionnel. Parmi eux : Didier Lombard, ancien numéro un de France Télécom, son ex-bras droit, Louis-Pierre Wenes et l’ancien DRH, Olivier Barberot, qui comparaitraient pour "harcèlement moral", les quatre autres pour "complicité de harcèlement moral". Orange y figure également en tant que personne morale.

Pour harcèlement moral, la loi prévoit un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’indemnités (en 2012, le loi a changé et prévoit un doublement des peines) pour la quarantaine de plaignants. Les indemnités sont multipliées par 5 pour les personnes morales.  
Avec l’ouverture d’un procès, des centaines de salariés pourraient demander une indemnisation pour préjudice. Dans tout les cas, ce procès serait une première en France.

La CFE-CGC d'Orange réclame que les sept personnes soient renvoyées "pour d'homicide involontaire, mise en danger de la vie d'autrui et harcèlement moral". Didier Lombard avait quitté la direction opérationnelle du groupe en mars 2010, fragilisé par le scandale et une "énorme bourde", de son propre aveu, lorsqu'il avait évoqué "une mode du suicide".

Le juge d’instruction doit maintenant rendre son ordonnance dans quelques semaines. Il peut suivre les réquisitions du parquet ou demander un non-lieu. Dans ces cas-là, l'accusation pourra saisir la chambre d'instruction, puis le cas échéant, la Cour de cassation.

Sources : Le Monde (07/07), Les Echos (07/07).
avatar
le Ven 22 Juil 2016 - 6:16Hammett
Avant la publication la vague de résultats sur le fixe et le mobile du deuxième trimestre 2016, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2016.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Calendrier de publication des résultats du T1 2016
Orange, le 26 juillet (avant bourse),
ARCEP, services mobiles, le 5 août (après bourse).
SFR, le 9 août (avant bourse),
Vivendi, le 25 août (après bourse),
Bouygues Télécom, le 31 août (avant bourse),
Free, le 31 août (avant bourse).
ARCEP, services fixes (provisoire), le 9 septembre (après bourse),
ARCEP, services fixes (définitif) le 6 octobre (après bourse).

2 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


3 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total ARCEP à fin mars 2016 défalqué des totaux publiés par les opérateurs à fin décembre.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,00% de parts de marché avec 10,830 millions de clients et a recruté 409 000 nouveaux clients entre le T1 2015 et le T1 2016, soit une augmentation de 3,9% de sa base clientèle.

4- Le très haut débit
Récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts), mais hors petits opérateurs.



5 - Parts de conquête
Quelques statistiques sur les parts de conquête. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.

Parts de conquête sur fixe (ADSL et très haut débit) au T1 2016
Fixe
Orange 96 000 nouveaux clients, soit 39,2% de parts de conquête,
Free, 78 000 soit 31,8%,
Bouygues 71 000, soit 28,9%.
Total 245 000
SFR est négatif de 51 000

Parts de conquête sur fixe (ADSL et très haut débit) sur 2015
Orange 380 000 nouveaux clients, soit 37,6% de parts de conquête,
Bouygues 360 000, soit 35,6%,
Free, 270 000 soit 26,7%,
Total 1,010 000
SFR est négatif de 229 000
avatar
le Lun 25 Juil 2016 - 6:10Hammett
Avant la publication des chiffres sur le fixe et le mobile du deuxième trimestre 2016, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2016.

Deuxième partie : la téléphonie mobile

1 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients/carte sim (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte. Pour avoir un peu plus de détails voir les chiffres de L’ARCEP et ceux publiés par les opérateurs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 39,8% de parts de marché avec 29,363 millions de clients et a gagné 1,105 000 clients entre le T1 2015 et le T1 2016, soit une hausse de 3,9%.

2 – Situation sur les forfaits (avec M2M)


Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T1, Orange compte 24,581 millions de clients/cartes sim, ce qui représente une part de marché de 38,7%, et une hausse de 2,169 000 cartes sim et de 9,7% de sa base client sur 12 mois. Les forfaits m2M lui permettent de maintenir une grosse cadence de recrutements.

3 - Parts de conquête sur les forfaits mobiles au T1 :
Free, 215 000 nouveaux clients, soit 52,8% de parts de conquête,
Bouygues 151 000, soit 37,1%,
Orange 41 000, soit 10,0%.
Total 407 000
SFR est négatif de 28 000.
avatar
le Mar 26 Juil 2016 - 8:18Hammett
Orange vient de présenter ses résultats au 30 juin 2016. C’est un trimestre qui est encore dans la lignée des précédents. C’est toujours bon sur le ftth, Open et Sosh. Dans le mobile, c’est solide sur les forfaits, et toujours en baisse sur le prépayé et la baisse se poursuit sur l’ADSL avec la migration vers le Ftth.

En France, la baisse du chiffre d’affaires continue de baisser de 1,7% (-0,7% au T1, -0,1% au T4, -0,6% au T3, -0,8% au T2, -1,6% au T1). Pour Orange, c’est lié au recul de l'itinérance nationale en France et aux premiers effets des baisses de prix de l'itinérance en Europe.



Fixe
La Fibre Optique est en augmentation de 106 000 sur le trimestre, après une augmentation de 115 000 sur le T1 et de 133 000 sur le T4, soit une hausse de 461 000 sur un an. Le nombre de clients ADSL est en baisse de 12 000 sur le T2 et de 40 000 sur un an.

Téléphonie mobile
Un trimestre solide, avec un gain de 354 000 cartes sim. Les forfaits gagnent 488 000 nouveaux clients (+336 000 M2M et +152 000 pour le grand public), comme d’habitude, le prépayé poursuit sa chute avec -134 000.
Sosh continue de progresser avec 3,136 millions de clients, soit +114 000 sur le trimestre et 414 000 sur un an. Les Mvno ne représentent plus que 737 000 clients et 838 000 pour le T2 2015,

Source : Communiqué de presse Orange.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum