Les brèves du PIF semaine 32...

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

10082015

Message 

Les brèves du PIF semaine 32...




Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".

Hammett


Nombre de messages : 1863
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Les brèves du PIF semaine 32... :: Commentaires

Message le Mar 1 Sep 2015 - 8:00 par Hammett

Après la publication des résultats à fin juin 2015, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le fixe



Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total ARCEP à fin mars 2015 défalqué des totaux publiés par les opérateurs à fin mars. Elle sera mise à jour lors de la prochaine publication de l’ARCEP pour ses estimations du T2.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM comme SRR (54 000 à fin T3 2014), Outremer Telecom (57 000 clients à fin 2012), Zeop (10 000 clients) et Canal+-Mediaserv (28 000 clients). Il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs, mais aussi La Poste Mobile (qui déclarait 65 000 clients à fin décembre).
- Pour lire le tableau : Orange est à 39,84% de parts de marché avec 10,497 millions de clients et a recruté 323 000 nouveaux clients entre le T2 2014 et le T2 2015, soit une augmentation de 3,2% de sa base clientèle.

Bouygues fait nettement moins bien que lors des trimestres précédents. La barre de 10% de parts de marché s’éloigne. Le très haut débit patine. Tassement passager ou la concurrence s’est finalement bien adapté ?

Free tire la langue, malgré ses offres promotionnelles. Si Free ne se lance pas sur le Ftth, le segment low-cost finira par ne plus être suffisant.

Orange flirte avec la barre des 40% de pdm et a stoppé sa baisse. Les bons chiffres sur le très haut débit ne compensent pas assez la baisse sur l’Adsl. Orange se place sur le Ftth, mais rien n'est acquis, il va lui falloir conquérir beaucoup plus pour prendre sur ses concurrents.

SFR est en pleine dégringolade, le très haut débit ne compense pas la baisse sur l’ADSL. Des pertes de clients pour le deuxième trimestre consécutif ! Il va lui falloir repartir rapidement en reconquête pour que cela ne devienne pas un petit désastre. Free se rapproche.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 1 Sep 2015 - 12:59 par tofoo93

@Hammett a écrit:Des excuses il y en a toujours chez les uns ou chez les autres. La vie est dure ma pov' dame. SOS
Par rapport aux trimestres précédents, il y'a un tassement. Faut pas le cacher non plus. La question est : durable et retour à la normale ou juste passager ?
sauf qu'il n'y a pas d'excuse, juste un constat que je partage d'ailleurs ecxepté que ce tu dis sur les promo bytel et free sont fausse, Bytel n'a pas eu recours à ce levier. Wink

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 2 Sep 2015 - 8:02 par Hammett

Après la publication des résultats à fin juin 2015, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le mobile.



Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte. Pour avoir un peu plus de détails voir les chiffres de L’ARCEP et ceux publiés par les opérateurs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 39% de parts de marché avec 28,345 millions de clients et a gagné 78 000 clients entre le T2 2014 et le T2 2015, soit une hausse de 0,3%.

Le détail
Bouygues fait un bon trimestre. Son différentiel avec Free ne tient plus qu’à un fil : 508 000 clients. A ce rythme, Free sera complétement devant avant la fin de l’année. Sur les forfaits, Free est passé devant pour 384 000 clients.
Free est à 16% du marché. Pour atteindre l'objectif affiché de 25% du marché, il va falloir à Free d'autres leviers de croissance que son forfait à 0/2€. Mais lesquels ?
Orange continue de perdre sur le prépayé et les Mvno’s et est en croissance sur le M2M et Sosh. Sur ce trimestre (comme pour le précédent), en incluant le M2M, il termine devant Free. C’est déjà pas mal.
SFR plonge un fois de plus. Même Free Mobile ne lui avait pas causé autant de pertes : 1,2 million sur 12 mois ! La reconquête devra être vigoureuse.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 3 Sep 2015 - 8:03 par Hammett

Après la publication des résultats à fin juin 2015, voici un tableau récapitulatif sur quelques données générales publiées par Bouygues Telecom et Free. Le match est d’importance, car Free est devenu le troisième opérateur national en terme de chiffre d’affaire, de rentabilité et du nombre de clients. Bouygues étant encore devant sur le nombre de clients mobiles.



Mobile
Bouygues résiste encore sur quelques points, comme le nombre de clients sur le segment mobile. Mais au rythme actuel de recrutement de Free, Bouygues devrait être dépassé pour la fin de l’année. L'écart n'est plus que 508 000 clients, mais quoiqu’il arrive, Bouygues restera devant en ce qui concerne le chiffre d’affaire du segment mobile.

Fixe
Sur le fixe, depuis décembre 2013 et malgré ses efforts commerciaux, Bouygues n’a comblé l’écart avec Free que pour 238 000 clients. Le chat est maigre.

Finance
Sur le chiffre d’affaire Free est passé devant, mais l’écart s’est réduit par rapport au T1 (4 millions contre 15 millions). Alors que l’avance était de 270 millions à fin 2014 pour Bouygues et de 900 millions à fin 2013. Free gagne des clients qui ils dépensent moins que ceux de Bouygues. Sinon, l’Ebitda démontre que Free est 2 fois plus rentable que Bouygues !

A noter que Free ne publie par d'ARPU mobile. Il s'agit donc de la division du CA mobile par le nombre de client, lui même divisé par 6. Cela reste imprécis, mais donne une bonne indication.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 4 Sep 2015 - 8:08 par Hammett

L'ARCEP vient de publier ses données provisoires "Observatoire trimestriel des marchés de DÉTAIL des communications électroniques (services fixes haut et très haut débit) en France – 2ième trimestre 2015 - résultats provisoires - "

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 3,4%. En 2014, sur la même période, ce taux était de 4,1%. Au même rythme, il pourrait être de 2,2% sur 2015. Le marché est en voie de stagnation et est uniquement porté par le développement du très haut débit. A noter que la croissance sur les douze derniers mois est juste en dessous du million avec 860 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 92 000 nouveaux clients.  

Pour l’ARCEP : "Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 22,4 millions, soit un recul de 190 000 abonnements en un trimestre et près de 630 000 par rapport au deuxième trimestre 2014. La baisse constatée est entièrement portée par le repli du nombre d'abonnements xDSL dont le débit est inférieur à 30 Mbits/s".
Pour le FFTH, c'est une augmentation de 100 000 et pour les autres abonnements THD c'est 45 000 et 130 000 pour le très haut débit dont le débit est compris entre 30 et 100 Mbit/s

2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI



Précisions
- Les données (exprimées en millions) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.  
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total ARCEP à fin juin 2015 défalqué des totaux publiés par les opérateurs à fin juin.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM comme SRR (54 000 à fin T3 2014), Outremer Telecom (57 000 clients à fin 2012), Zeop (10 000 clients) et  Canal+-Mediaserv (28 000 clients). Il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs, mais aussi La Poste Mobile qui déclarait 65 000 clients à fin décembre 2014.
- Pour lire le tableau : Orange est à 39,84% de parts de marché avec 10,497 millions de clients et a recruté 323 000 nouveaux clients entre le T2 2014 et le T2 2015, soit une augmentation de 3,2% de sa base clientèle.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 7 Sep 2015 - 7:40 par Hammett

Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin juin 2015, voici un tableau récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts).

Que prendre en compte chez SFR ?
Une précision sur les résultats de SFR/Numericable. Il faut aller voir les résultats de la maison mère – Altice - pour y voir un peu plus clair et prendre la référence «Triple Play Customers ».
Le total publié par SFR/NC peut regrouper un ou plusieurs clients en fonction des services souscrits "for one or more of our cable based services".
Une autre notion permet de s’approcher un peu plus de la réalité : celle de «Triple Play Customers », qui permet de rendre un peu plus crédible l’évolution des chiffres de SFR et Numericable avant et après fusion.
Pour le T3 2014, 249 000 (chiffre SFR) + 874 000 (chiffre Altice) soit 1,123 million à 1,122 million (chiffre Altice au T4 2014 et 1,149 (chiffre Altice) pour le T1 2015.

Précisions
- Les données (exprimées en millions) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Orange et SFR et Altice.
- Les opérateurs gagneraient à publier des chiffres clairs et à séparer le VDSL du reste du THD. En particulier, Free ne publie rien. SFR et Bouygues Telecom cumulent l’ensemble des technologies. Orange ne donne que le FTTH.
- Free ne publie pas de chiffres. Xavier Niel a parle de 100 000 clients à fin décembre/début janvier et François04 estime à 127 000 à fin juin. C'est donc un ordre d'idée.
- Pour lire le tableau : SFR est à 49,8% de parts de marché avec 1,234 million de clients.

La synthèse


Bouygues Le THD représente 15,3% de sa base clientèle contre 15,5% à fin mars 2015, 15,6% à fin décembre 204, 15,9% à fin septembre, 16,5% à fin juin, 17,8% à fin mars, 18,3% à fin 2013 et 16,1% à fin 2012.

Free Le FTTH représente 2,1% de sa base clientèle contre 1,9% à fin mars 2015, 1,7% à fin décembre 2014. Free gagnerait à être transparent et à publier sur le sujet. Free annonce plus de 20% de sa base clientèle en Vdsl2 soit 1,198 million minimum mais tous ne tombent pas dans la catégorie THD.

Orange Le FTTH représente 6,9% de sa base clientèle contre 6,1% à fin mars 2015, 5,4% à fin décembre, 4,7% à fin septembre, 4,1% à fin juin, 3,6% à fin mars, 3,2% à fin 2013 et 1,8% à fin 2012.

SFR/Numericable Le très haut débit représente 19,3% de sa base clientèle contre 17,6% à fin mars 2015, 17,1% à fin décembre 2014.

Selon les chiffres de l’ARCEP : il y a 3,840 millions de clients en THD au T2 2015. Il resterait environ 1,361 000 clients pour le VDSL2 >= 30 Mbit/s et le THD pour les petits opérateurs en défalquant les résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 8 Sep 2015 - 7:57 par Hammett

Parts de marché sur le Ftth à fin juin 2015. L'ARCEP compte 1,140 million de clients sur ce segment. Orange et Bouygues ont publiés des chiffres. SFR/NC compile l’ensemble des technologies très haut débit et Free ne publie pas, il faut donc se contenter d’une estimation.
La rubrique « Autres » est calculée en prenant le nombre total d’abonnements qui est publié par l’ARCEP, auquel on retranche les chiffres de Bouygues, Free, Orange et SFR/NC. Orange poursuit son avance, grâce à sa force de frappe. La concurrence se contente d'un train de sénateur. Mais cela reste encore un "petit" marché ou les positions acquises ne sont pas définitives.
Orange en comptait 720 000, soit 63,2% du total,
SFR en comptait 249 000 avant fusion (09/2014), soit 21,8%,
Free selon une estimation François04 en compterait 127 000, soit 11,1%,
Bouygues en comptait 23 000, soit 2,0%,
Autres il peut aussi y avoir du SFR. Par déduction, 21 000, soit 1,8%.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 9 Sep 2015 - 8:26 par Hammett

Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables.
Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.
Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.
Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.
Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.
Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépasser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même être "une des surprises de Free en 2015".

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 10 Sep 2015 - 8:48 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°135

Bouygues Telecom
Bouygues télécom a présenté ses résultats il y a quelques jours ce qui a donné l’occasion à Martin Bouygues de faire quelques déclarations (Les Echos, 27/08).
Malgré une perte sur le premier semestre, pour Martin Bouygues «Nous sommes entrés dans une stratégie de croissance rentable pour Bouygues Telecom» espérant tirer bénéfice des économies réalisées depuis 12 mois. Et reste confiant dans un marché à quatre opérateurs. «On se sent bien dans la configuration actuelle, on a fait les efforts nécessaires pour se relancer. Et nos résultats le démontrent.» et Free ne lui fait pas peur dans le mobile : «C'est plutôt dans le fixe qu'ils devraient baisser leurs prix, compte tenu des marges qu'ils ont. Pourquoi ne le font-ils pas ?»
Bref, détendu du mobile Martin Bouygues…

Bouygues Télécom vs SFR/NC/P.Drahi
Selon L’Express (25/08), Bouygues Telecom vient d’attaquer Numéricâble devant le Tribunal de Commerce de Paris. Bouygues reproche à Numéricâble
Bouygues estime que Numéricâble ne respecte pas l'exécution de leur accord portant sur l’utilisation du réseau Fttla de Numéricâble et lui réclame au minimum 53 millions d'euros. Depuis 2009 Bouygues Télécom utilise le réseau de Numéricâble pour ses offres très haut débit et au 30 juin il y avait 375 000 clients Bouygues via ce réseau (23 000 en Ftth), mais les chiffres plafonnent depuis de nombreux trimestres.
Bouygues veut-il faire pression afin d’obtenir des prix plus faibles ? Depuis le rachat de SFR par P.Drahi, les rapports entre Martin Bouygues et P.Drahi se sont tendus. Ce dernier cherchant à racheter le premier qui pour résister a restructuré Bouygues et cherche aussi à faire des économies et à en donner le moins possible à son concurrent.
SFR dans son document de référence pour l’année 2014 donne quelques détails sur ce contrat : il arrive à échéance en 2019. Durée automatiquement renouvelée sauf décision contraire de Bouygues notifiée avec un préavis de 24 mois ou de Numéricâble mais avec seulement un préavis de 12 mois.

Coûts d'acquisition des clients
C’est Bouygues qui joue seul la transparence. Orange et SFR n’ont pas donné de chiffres, Free ne le fait pas. Chez Bouygues, c’est 183 M€ sur le premier semestre, contre 189 M€ au premier semestre 2014 et contre 272M€ pour la même période en 2013.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 11 Sep 2015 - 8:03 par Hammett

Brèves du sport business et des médias - N°118
Vivendi vient de présenter ses résultats à fin juin, ce qui permet de faire le point sur le nombre de clients du groupe Canal+.

Précisions
Les chiffres sont exprimés en millions



Le nombre total de clients baisse de 56 000 entre le T2 2014 et le T2 2015 et de 51 000 sur le dernier trimestre. La croissance française est tirée par CanalPlay dont le dernier chiffre donné par Canal+ est de 700 000 clients payants.
Du coté de la concurrence (Tv payante et service SVod), BeIN Sports serait à plus de 2,5 millions de clients, OCS à 2,4 millions et Netflix à 600 000 clients.

La TV payante en France représente 33,7% du chiffre d’affaire du groupe et ce CA est en baisse de 1,2% sur un an. C’est le seul segment de la télévision à être en baisse à 1,716 million.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) de Groupe Canal+ s’établit à 327millions d’euros, contre 337 millions d'euros au premier semestre 2015. Cet écart s'explique par un renforcement des investissements dans les programmes sportifs (Eurosport en exclusivité sur CanalSat et sécurisation du TOP 14 de rugby sur Canal+). Le résultat opérationnel courant (ROC) s’élève à 368 millions d’euros, contre 425 millions d’euros au premier semestre 2015.

Le développement de Canal+ se fait exclusivement à l’international, en France c'est toujours une légère mais continuelle baisse trimestre après trimestre, alors que les coûts d’acquisition sont de plus en plus lourds. Maintenant que Bolloré est complétement à la tête de Canal+, quelle va être la stratégie adoptée ?

Dans une lettre adressé aux salariés de Canal+, le nouveau patron écrit : "Les principaux contenus seront renforcés. Nous allons augmenter nos budgets d'investissements et les rendre transversaux entre les différentes chaînes, gratuites et payantes. Nous allons investir plus dans le sport qui est l'ADN de Vivendi, le cinéma, les flux, les news".

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 14 Sep 2015 - 7:57 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°136

Vivendi
Vivendi vient de présenter ses résultats au 30 juin et le moins que l’on puisse dire est que sa trésorerie est bien garnie. Après la vente de SFR, GVT, Activision, elle est de 8,9 milliards nette. Ses participations sont estimées à 3,7 milliards (Télécom Italia à 2,1 milliards, Telefonica 600 millions et Activision 1 milliard).
Bref, un joli trésor de guerre qui va lui permettre de faire quelques emplettes. Déjà 2,7 milliards ont été distribués aux actionnaires.
Vivendi a porté sa participation dans Dailymotion à 90% contre 80% auparavant. Cela porte son achat à 244 millions. Orange reste propriétaire des 10% restants.  

Bouygues vs Free
Bouygues a assigné Free devant le tribunal de commerce de Paris et lui réclame 317 millions d'euros pour violation de ses obligations en qualité d'opérateur de téléphonie et de pratiques commerciales trompeuses.
Bouygues Telecom conteste devant le Conseil d’Etat la méthode de contrôle de la couverture du réseau de son concurrent qui réalisé par l’ARCEP (L’Express, 01/09).
Pour mémoire, Bouygues avait soldé ses différentes affaires judiciaires avec Free dans le cadre du rachat avortée de SFR au printemps 2014.

Free
Free vient de passer son forfait mobile à de 20 à 50Go pour les utilisateurs ayant un terminal 4G. C’est le plus gros forfait mobile en France sur le plus petit réseau 4G. Faudrait pas une conversion massive,  car le réseau ne pourrait pas le supporter.
Le risque est également sur l’abandon des offres fixes et la migration vers cette offre mobile. A condition d’être bien couvert évidemment. L’avenir nous le dire. Reste à savoir comment va réagir la concurrence, qui n’avait déjà pas dit grand-chose lors du passage du forfait premium à 20Go.
A ce jour, cela semble prendre le même chemin.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 16 Sep 2015 - 8:03 par Hammett

Ce tableau récapitule le nombre de clients pour Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR pour le mobile (prépayé et forfait) et pour le fixe pour les années 2012 au T2 2015 avec la part de marché (pdm) correspondante.

Précisions
- Les données (exprimées en millions) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Pour SFR, les clients de Virgin Mobile et ceux de Numericable sont inclus à partir de 2012.
- Le(s) Mvno(s) sont inclus chez leur(s) opérateur(s) hébérgeur(s).

Sur les 6 derniers mois, dans un marché en hausse, SFR baisse et mécaniquement tout le monde en profite. Free +0,8 points (merci le mobile), Bouygues +0,4 points (merci le fixe) et Orange +0,2 point (merci le FTTH).

Sur la période, Orange baisse de 3,3 points et semble se maintenir un peu en dessous de 40% de parts de marché. SFR chute de 2,5 points et devra batailler pour repasser les 30% de pdm. Bouygues reste stable au prix de très gros efforts, mais voit Free prendre beaucoup d'avance. Free gagne 5,7 points, mais va devoir piocher pour atteindre la barre des 20%.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 18 Sep 2015 - 8:02 par Hammett

Brèves du sport business et des médias - N°119

BeIN Sports
Yousef Al-Obaidly, président de BeIN Sports France et Florent Houzot son directeur Général se sont exprimés dans les médias. Le premier dans Le Monde (11/09), le second sur Sport365 (11/09).
Il en ressort que BeIN Sports est officiellement à 2,5 milions d’abonnés et que la barre des 3 millions est attendue en juin 2016 pour l’Euro de foot qui sera retransmis en intégralité par BeIn Sports.
Concernant les droits de la Premier League, BeIN Sports sera là : "Oui, avec nos armes, sans faire de folies (...) Après il ne faut pas faire n’importe quoi, regarder comment la Premier League peut s’intégrer dans la grille. Notre offre foot est déjà très riche". Concernant l’attribution des droits tv du Top14 : "Je crois que chaque compétition de ce niveau-là a besoin, comme dans le football, d’avoir deux grands diffuseurs pour le développer ; c’est sain. Le Top 14 était important pour nous ; la Ligue a décidé d’avoir un seul diffuseur, on accepte et on avance".

Orange
Stéphane Richard est revenu sur la politique d’Orange sur les contenus et la frénésie de P.Drahi lors d’une interview au quotidien Les Echos (07/09) : "Personnellement, je crois qu’il s’agit là d’une diversification patrimoniale plus que d’une forme d’intégration verticale. Cela dit, ils ne sont pas les seuls à suivre cette stratégie. Au Royaume-Uni, BT aussi se développe dans les contenus. Mais la complémentarité des contenus et des tuyaux est un vieux serpent de mer. Je sais bien que les opérateurs télécoms sont réputés riches – Orange, c’est 12 milliards d’euros d’Ebitda par an – et que nous sommes très performants dans la distribution de contenus. Mais l’Autorité de la concurrence et les groupes de médias sont très vigilants sur les conditions d’exploitation des contenus dont nous pourrions être propriétaires. Ce qui rend souvent ces investissements difficiles à rentabiliser. C’est pourquoi je préfère qu’Orange investisse dans le déploiement de son réseau".

L’époque est loin ou Orange investissait des centaines de millions d’euros pour la retransmission d’un match de Ligue 1 sur la Chaine orange Sport. Orange s’est désengagé également de Dailymotion et a réduit la voilure sur OCS en faisant rentrer Canal+ comme actionnaire.
P.Drahi via Altice, SFR ou Ma Chaine Sport a investi dans la presse (Libération, l’Express et le groupe Roularta, le groupe BFM avec RMC et les déclinaisons de BFM) et le sport (droits TV du championnat de France de Basket)

Formule 1
Selon Vincent Rousselet-Blanc (Mediasportif, 14/09), Canal+ a levé l’option de deux ans sur les droits tv de la Formule 1 qui était dans son contrat. Canal+ paye 30 millions par an. La F1 sera donc sur Canal+ jusqu'en 2017.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 21 Sep 2015 - 7:57 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°138

Consolidation en France : le point de vue d’Orange
Stéphane Richard est revenu sur la consolidation en France lors d’une interview au quotidien Les Echos (07/09) : "Le mouvement de consolidation a été lancé dans tous les grands pays européens...sauf en France. Il y a une exception française. Aujourd’hui, la consolidation n’est pas à l’ordre du jour mais elle finira peut-être par resurgir l’an prochain, après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G. Nous sommes le pays européen dans lequel les marges des opérateurs sont les plus faibles. Et si Orange, qui repose sur de solides bases, est celui qui a le moins besoin de la consolidation, la situation de chacun de nos concurrents suscite des interrogations. Numericable-SFR perd des clients, Bouygues Telecom en gagne, mais reste tendu financièrement, et Free doit investir massivement dans son réseau".

Consolidation en Europe : le point de vue d’Orange
Stéphane Richard est revenu sur la consolidation en Europe lors d’une interview au quotidien Les Echos (07/09) : " Nous sommes à la première étape, celle des consolidations nationales dites « in-market ». Viendra une seconde étape internationale, « cross border ». Pour cela il faudra qu’il y ait quelques signes que nous nous orientons bien vers un marché unique européen des télécoms que j’appelle de mes vœux. Nous ne pouvons pas durablement avoir 28 législations, 28 régulateurs et 28 autorités de la concurrence en Europe (…) Orange aura vocation à jouer un rôle dans cette consolidation. Avec Vodafone ou Deutsche Telekom, nous sommes déjà un acteur majeur présent sur plusieurs marchés européens".

Consolidation en Europe : le point de vue de Standard & Poors
L’ARCEP signale dans sa revue de presse du 11/09, le point de vue de Standard & Poors. L’agence de notation ne croit pas à l’émergence d’opérateurs pan-européens : cela dépend de la volonté de la Comission Européenne, mais d’abord de la levée de plusieurs obstacles qui se présentent : les réseaux fixes et mobiles, les fréquences mobiles, sont trop différents pour être rapprochées. Cela reste donc très théorique à ce jour.

Consolidation en Europe : l'état actuel
Le quotidien Les Echos du 18/09 a publié une carte sur le mouvement de consolidation en Europe

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 22 Sep 2015 - 7:39 par Hammett

Après la publication des résultats des opérateurs ont été publiés, quelques éléments financiers afin de se faire une idée un peu plus précise sur la situation des uns et des autres. Les montants sont exprimés en Milliards d’euros (Mds) ou millions d'euros (Mns).

Entre le lancement de Free Mobile et fin 2014, la perte de chiffre d’affaire est de 3,256Mds pour Orange, 2,587Mds pour SFR et 1,309Mds pour Bouygues Telecom. Soit un total de 7,152Mds. Free a gagné 2,046Mds. Le delta est une perte de 5,106Mds.
Sur les six premiers mois de 2015, la perte n’est que de 210 millions. Cela confirme que le fond de la piscine est quasiment atteint. Cela va-t-il remonter ?



Le détail
Bouygues Telecom, voit son chiffre d’affaire augmenter de 0,09% entre juin 2015 et juin 2014, après une baisse de 5% entre fin 2014 et fin 2013 et de 4,1% entre juin 2014 et juin 2013. La rentabilité continue de s’étioler, le ratio (EBITDA / CA) est de 18,8% à mi-2015 contre 15,7% à fin 2014 et 15,3% à mi-2014.
Bouygues représente 11,2% en valeur de CA, contre 11,3% à fin 2014, 11,7% à fin 2013 et 12,3% à fin 2012.

Free, le CA augmente de 6,9%, après une augmentation de 11,2% à fin 2014 et de 10,4% à fin juin 2014. La rentabilité s’améliore et est deux plus importante que celle de Bouygues. Le ratio (EBITDA / CA) est de 33,6% contre 30,8% à fin 2014 et de 30,4 à fin juin 2014.
Free représente 11,2%, contre 10,3% à fin 2014, 9,4% à fin 2013 et 7,9% à fin 2012.

Orange France, le CA baisse de 1,3% après une baisse de 3,6% à fin 2014 et de 4,6% à fin juin 2014. Le ratio (EBITDA / CA) est de 34,9% contre 36,2% à fin 2014 et 34,6% à fin juin 2014.
Orange représente 49,8%, contre 49,1% à fin 2014,53,7% à fin 2013 et 50,5% à fin 2012.

SFR, le CA baisse de 3,5% après une baisse de 5% à fin 2014 et de 4,9% à fin juin 2014. Par contre, la rentabilité s ‘améliore, le ratio (EBITDA / CA) est de 35,9% contre 27,1% à fin 2014 et 32% à fin juin 2014.
SFR représente 28,6%, contre 29,1% à fin 2014, 28,3% à fin 2013 et 26,6% à fin 2012.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 25 Sep 2015 - 8:03 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°139

Le million ?
Stéphane Richard – le pédégé d’Orange – l’a réaffirmé sur Twitter : Orange sera à 1 million de clients raccordés au FTTH à fin décembre. Il va falloir que Orange accélère quand même.
Sur le premier semestre, c'est une moyenne de 26 200 clients raccordés par mois. Pour atteindre le million, faut passer à 46 600 mois. C'est +78% !!! Sacré challenge.



Consolidation des Télécoms
Sous la pression de la Commission Européenne le projet de fusion au Danemark entre le suédois TeliaSonera et le norvégien Telenor a été abandonné. Cas d’école ou retournement ?
La fusion était difficilement tenable, car le Danemark se serait retrouvé avec deux opérateurs, contrôlant environ 40 % du marché chacun (Les Echos, 17/09).

Free à La Réunion ?
Suite au rachat en juin 2015 des activités mobiles d'Outremer Télécom dans l'océan Indien, l'opérateur Free Mobile devrait bientôt arriver à La Réunion. La marque de Xavier Niel sera lancée par le groupe malgache Hiridjee afin de remplacer Only. Il s’agit donc d’une licence de marque uniquement.
L'opération doit obtenir le feu vert de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) (ipreunion, 16/09).

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 28 Sep 2015 - 8:02 par Hammett

Toujours dans le cadre du match entre Free et Bouygues Telecom, un comparatif des résultats financiers entre Bouygues Telecom et Free depuis 2011.
Tout d’abord, l’évolution du chiffre d'affaire sur la période 2011/mi-2015 : Bouygues a perdu -22,8% sur son CA entre 2011 et 2014, Free a gagné +95,9%.
Deuxième récapitulatif : résultat opérationnel courant. Celui-ci ne prend pas en compte : le résultat sur éléments exceptionnels, la participation des salariés aux résultats de l'entreprise, et les impôts sur les bénéfices.
C'est exprimé en milliards d'euros pour le CA et en millions pour le ROC. A ce jour, Free va un peu mieux financièrement que Bouygues.


Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 29 Sep 2015 - 8:04 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°140

Altice
Patrick Dhrahi – le boulimique pédégé d’Altice a annnonce le rachat du câblo-opérateur américain Cablevision pour près de 18 milliards de dollars (dette comprise). Il y a 4 mois, Altice avait racheté le câblo-opérateur Suddenlink pour plus de 9 Mds$.
Avec Cablevision et Suddenlink, Altice pointe au 4ème rang des câblo-opérateurs américains, derrière Comcast, Charter/Time Warner Cable qui sont en train de fusionner et Cox Communications.

Son appétit ne devrait pas s’arrêter : "nous allons continuer à accroître notre taille aux Etats-Unis (...) Nous ne sommes pas pressés, mais je pense qu'il y a des opportunités pour continuer à consolider le marché du câble américain, éclaté en plusieurs acteurs ayant une présence régionale mais absents au niveau national (…) Nous allons voir si nous pouvons acquérir plus de câblo-opérateurs, avant de nous tourner vers les mobiles".

Dans le câble, les analystes financiers citent comme cibles potentielles Verizon Communications FiOS, les activités câble, fibre optique et cuivre de l'opérateur télécoms Verizon, évaluées à environ 34 Mds$. Une autre cible possible serait Mediacom, le huitième acteur du marché du câble outre-Atlantique (Boursier.com, 19/09).

Rachat de Bouygues Télécom
Lors du rachat de Cablevision, Patrick Drahi a déclaré au sujet du rachat de Bouygues Telecom : "Rien n'est impossible mais je ne vais pas attendre qu'il change d'avis". Pourtant, il faudra bien l'accord de Martin Bouygues.

Altice en pause ?
Le directeur général d'Altice a déclaré à Bloomberg que "Nous devons à nos investisseurs une pause dans le rythme des acquisitions, en particulier sur les plus grosses cibles". Pour quelle durée ? "Six à neuf mois, ce n'est rien. Nous pourrions faire une pause de deux ans parce que nous avons encore une capacité énorme de croissance organique".
L’exeception le troisième câblo-opérateur américain Cox : "Le seul élément qui pourrait nous amener à réfléchir serait que Cox déclare qu'il est à vendre au plus offrant". La dette d’Altice est estimée à 3à milliards d’euros avant le rachat de Cablevision (Bfmtv, 25/09).
Bref, le temps de mettre l'ensemble en ordre et cela devrait repartir. A ce jour, la taille n'est pas assez critique pour espèrer peser sur le marché américain.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 30 Sep 2015 - 8:09 par Hammett

Orange future cible de Vivendi ? C’est ce que relate Challenges (édition papier du 24/09). En fait, c’est une partie de billard.

Première bande
Vivendi est monté à 14,9% du capital de Telecom Italia et est devenu le nouvel actionnaire de référence de l’opérateur historique italien. Il pourrait monter jusqu’à 20%.
Pour rappel, dans le cadre de la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi a reçu 8,3% des actions de Telecom Italia pour devenir son premier actionnaire. Ses participations sont estimées à 3,7 milliards : Télécom Italia à 2,1 milliards, Telefonica 600 millions et Activision 1 milliard.
D’autre part Vivendi du fait de ses différentes ventes se retrouve à la tête de 9 milliards de trésorerie.

Deuxième bande
Dans le cadre de la consolidation des télécoms en Europe, Orange s’est montré intéressé par Telecom Italia qui est cible potentielle de diférents repreneurs, car uniquement présent sur son marché national (Le Monde, 03/06). Stéphane Richard avait déclaré que "Il n'y a pas de négociations, simplement des échanges de vues avec les dirigeants [de Telecom Italia]. Mais cela pourrait être une belle opportunité de consolidation européenne".

Troisième bande
Vivendi et Bolloré pourrait proposer de rentrer dans le capital d’Orange en échange d’une cession du capital de Telecom Italia à Orange. Chez Orange, il n’est pas question de laisser rentrer Bolloré et Orange émet l’hypothèse que l’objectif de Bolloré serait plutôt Mediaset (l’empire audiovisuel de Berlusconi) et avec Canal+ de conforter son pôle média dans la course à la taille critique mondiale.

A ce jour, le flou règne sur l’avenir de Vivendi et Bolloré dans les télécoms.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 1 Oct 2015 - 8:04 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°141

Rosebud ?
Patrick Drahi propriétaire de Libération, de l'ex groupe Roularta avec l’Express et du groupe BFM tv. Xavier Niel dans Le Monde, le Nouvel Obs/Rue89, Télérama et quelques pures players. Martin Bouygues dans le Groupe TF1. Bolloré sur le Groupe Canal+ et Itélé. Ils sont plus ou moins interventionnistes dans les rédactions, mais le but pour ces nouveaux et (anciens )nababs est d’investir dans les médias afin de peser sur le monde économique et politique.

Deezer
Alors que Deezer va être introduit en bourse et c’est l’occasion de présenter quelques chiffres sur son activité. Il s’avère qu’Orange a représenté la moitié de son chiffre d’affaire en 2012 et qu’à ce jour, Orange représente encore 25% du CA.
Le dernier contrat prévoit une clause d’exclusivité jusqu’en juin 2016. Depuis quelques mois Orange n’associe plus Deezer à ses forfaits premiums. Orange est encore le premier client de Deezer et est rentré en 2010 dans le capital de Deezer et est encore le second actionnaire avec 10,7%. Mais Deezer reste très fragile, comme le rappelle cette infographie (Les Echos, 22/09).

Orange
Selon Vivien du forum lafibre.info, Orange aurait dépassé les 100 000 nouveaux clients raccordés en FTTH sur le T3. Belle performance, sachant que les mois de juillet et août tournent en partie au ralenti.
A la fin du T2, Orange comptait 720 000 clients en augmentation de 82 000 nouveaux clients. Le challenge d’un million de clients à fin 2015 sera-t-il tenu ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 2 Oct 2015 - 8:04 par Hammett

L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin juin 2015. Ces statistiques permettent d’avoir une image définitive du nombre de clients sur le haut et très haut débit. Il y a peu de différences avec les chiffres provisoires publiés début septembre.

1- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI



Précisions
- Les données (exprimées en millions) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- La catégorie « autres » est calculé en prenant le total ARCEP défalqué des totaux publiés par les opérateurs : Orange, Free, SFR/Numericable et Bouygues.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM comme SRR (54 000 à fin T3 2014), Outremer Telecom (57 000 clients à fin 2012), Zeop (10 000 clients) et Canal+-Mediaserv (28 000 clients). Il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs, mais aussi La Poste Mobile (qui déclarait 50 000 clients à fin juin 2014).
- Pour lire le tableau : Orange est à 39,96% de parts de marché avec 10,497 millions de clients et a recruté 323 000 nouveaux clients entre le T2 2014 et le T2 2015, soit une augmentation de 3,2% de sa base clientèle.

2- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)



Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 3,4%. En 2014, sur la même période, ce taux était de 4,1%. Au même rythme, il pourrait être de 2,2% sur 2015. Le marché est en voie de stagnation et est uniquement porté par le développement du très haut débit. A noter que la croissance sur les douze derniers mois est juste en dessous du million avec 865 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 100 000 nouveaux clients. Pour le FFTH et sur le trimestre, c'est une augmentation de 103 000 et de 421 000 sur l’année.

Pour l’ARCEP : "Le nombre d’accès internet à haut et très haut débit s’élève à 26,3 millions au 30 juin 2015 (+865 000 en un an). Depuis le quatrième trimestre 2014, seuls les accès au très haut débit sont en augmentation, d’au moins un million par an chaque trimestre (+1 million en un an au quatrième 2014, +1,3 million au premier trimestre 2015 et +1,5 million au deuxième). La part des accès haut débit baisse ainsi de 6 points en un an au profit des accès à très haut débit, qui représentent 15% des accès au deuxième trimestre 2015".

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 5 Oct 2015 - 8:07 par Hammett

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°142

5 G : c’est parti…
L’ARCEP vient d’autoriser Orange à tester la 5G à Belfort : "Alors que les réseaux 4G se déploient déjà très largement à l’échelle mondiale, l'industrie des télécommunications anticipe d’ores et déjà l’évolution vers une 5ème génération de réseaux mobiles, envisagée à l’horizon 2020.
l’ARCEP a délivré à la société Orange une autorisation d’expérimentation pour procéder à des tests sur la commune de Belfort jusqu’à la fin de l’année 2016. Ces tests constituent une étape vers le développement des technologies 5G. Ils s’inscrivent dans le cadre du programme européen 5G-PPP, un partenariat public-privé entre la Commission européenne et l’industrie des télécommunications, et plus particulièrement dans le cadre du projet mmMagic
".

Cela pourrait donc être lancé en 2020 avec l’iPhone 9...

P.Drahi
P.drahi aurait-il mangé son pain blanc en bourse ? Alors que les marchés sont très nerveux, la côte d’Altice n’est plus aussi haute auprès des fonds d’investissements (mais il loin d’être le seul) qui se mettaient à ses pieds il y a quelques semaines. C’est ce que semble indiquer les difficultés rencontrées lors de la dernière émission obligataire (de 4,8 Mds$, contre un montant initial espéré de 6,3 Mds$) pour financer une partie de l’acquisition de Cablevision, racheté 15 milliards d’euros.
De plus Altice a procédé à une augmentation de capital de 1,61 milliard d'euros, alors qu'il visait une levée de 1,8 MdE.

Pour autant : "Les financements d’Altice sont garantis, sécurisés et de long terme". Le gros du remboursement de la dette n’intervient pas avant 2022 et les emprunts réalisés par le groupe sont à 85 % réalisés à taux fixes. Et donc peu sensibles à une variation de ces derniers. (Le Monde, 30/09).

D’ailleurs, le directeur général d'Altice a déclaré à Bloomberg que "Nous devons à nos investisseurs une pause dans le rythme des acquisitions, en particulier sur les plus grosses cibles". Pour quelle durée ? "Six à neuf mois, ce n'est rien. Nous pourrions faire une pause de deux ans parce que nous avons encore une capacité énorme de croissance organique".
La dette d’Altice est estimée à 30 milliards d’euros avant le rachat de Cablevision (Bfmtv, 25/09).

Plus que jamais l’objectif va être pour Altice and Co de présenter un Ebitda performant afin de réduire le poids de sa dette et afin de rassurer ses prêteurs. Les économies vont certainement aller bon train également !

Orange va vendre au Kenya
Orange devrait avoir vendu les 70% de sa filiale kenyane avant la fin de l’année. Orange avait déboursé 390 millions de dollars (350 millions d'euros) en 2007. Vodafone détient 67% du marché du mobile (Les Echos, 01/10).

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 6 Oct 2015 - 7:59 par Hammett

L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin juin 2015. Ces statistiques permettent de faire le point sur la facture moyenne mensuelle par client (hors taxes).

La facture moyenne (hors taxes)

1/ Le fixe


2/ Le mobile


L’historique de l’évolution de la facture moyenne mensuelle sur le fixe et le mobile (hors taxes)


Alors que jusqu’à présent le développement de la 4G n’a pas permis d’endiguer la baisse des revenus pour les opérateurs, le T2 semble marquer une augmentation de 2,5% de la facture mobile et une légère remontée pour le fixe. Retournement ou simple effet conjoncturel ?

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 8 Oct 2015 - 8:02 par Hammett

L’ARCEP vient de publier ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin juin 2015.

Ces statistiques permettent de faire le point sur cartes SIM actives en 3G et 4G et d’en déduire la 2G. La proportion de la 2G baisse et a beaucoup baissé en 12 mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite.

Avec le M2M, il y a encore plus de cartes SIM en 2G qu’en 4G, soit environ 19,6 millions (dont 9,2 millions pour le M2M) contre 15,6 millions pour un total de cartes 80,290 millions au T2). La 2G représente 24,5% du parc national (42,6% au T2 2014) et la 4G 19,4% (7% au T2 2014) et 56,1% pour la 3G (50,4% au T2 2014).

Hors M2M, il reste donc 10,468 millions de cartes, soit 13% du parc contre 25,770 millions et 32,9% du parc à mi-2014. Cela permet de comprendre aussi pourquoi le revenu des opérateurs a quasiment arrêté de baisser : le passage des utilisateurs de la 2G vers la 3G/4G.

Récapitulatif de l'ARCEP

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 9 Oct 2015 - 7:59 par Hammett

Brèves du sport business et des médias - N°120

Coupe du Monde de Foot 2018 et 2022
La FIFA a annoncé le lancement d'un appel d’offres pour les droits médias en France pour les coupes du monde de 2018 en Russie et de 2022 au Qatar. La Coupe des Confédérations 2017 et la Coupe du Monde Féminine qui se déroulera en France en 2019 figurent également dans l’appel d’offre.
Réponse à partir du 10 novembre. Pour la Coupe du Monde 2014, TF1 avait fait un chèque de 130 millions d'euros. Et en avait revendu l’intégralité à beIN Sports pour 50 millions d’euros.
Comment la diffusion de la Coupe du Monde 2022 pourrait échapper à beIN Sports ?

Euro 2016
Selon L’Equipe du 24/09, beIN Sports vient de vendre à TF1 onze matches supplémentaires de l’Euro 2016 : six rencontres de poule, quatre huitièmes de finale et un quart de finale, qui seront diffusés simultanément sur TF1 et beIN Sports. TF1 avait déjà, comme M6, onze rencontres de la compétition, toutes en co-diffusion avec beIN Sports.

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum