Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 52
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Jeu 14 Jan 2016 - 7:56Hammett
L’ARCEP a enfin délivré sa feuille de route sur la fin de l’itinérance 2G/3G de Free sur le réseau Orange et de la mutualisation 4G entre Bouygues Telecom et SFR. Elle est soumise à consultation publique et devraient être adoptées pour fin mars. La feuille de route est donc susceptible d’évoluer.

Pour rappel, cette feuille de route fait suite à l’avis de l’Autorité de la Concurrence rendu en mars 2013 qui jetait les fondements (Communiqué de presse, l’avis) sur l'itinérance et la mutualisation en général et sur l’accord d’itinérance entre Free et Orange. L’ADLC avait donné quelques pistes, mais pas de méthode tout en poussant Free à déployer un réseau 3G et 4G, car en mars 2013, il y avait des craintes pour l’ADLC que Free joue la montre dans ses investissements.

En résumé, fin Itinérance Bouygues/SFR entre fin 2016 et fin 2018. Pour la 3G Free/Orange entre fin 2018 et fin 2020 et pour la 2G Free/Orange entre début 2020 et fin2022.
Ce n’est pas un calendrier spécialement contraignant, mais il donne une bonne visibilité. En 3G, Free doit de toute façon être à 90% de couverture de la population en janvier 2018 et son contrat avec Orange se terminait en décembre 2017.

Reste à savoir que le calendrier de l’ARCEP est construit avec un marché de quatre opérateurs. La donne changerait forcément si Bouygues était racheté par Orange, car cela impliquerait une revente d’une grosse partie du réseau à Free, voir à SFR pour la partie mutualisé.
Est-ce que ce calendrier poussera Free et SFR à vouloir acquérir une partie du réseau de Bouygues afin de répondre à ces nouvelles obligations ? Ce serait certainement le moyen le plus rapide pour s’affranchir des obligations et peut être le moins cher pour y parvenir.
avatar
le Sam 16 Jan 2016 - 8:18Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°15

Une dépêche de l'agence Reuters a confirmé les discussions entre Orange d'une part et Free et SFR de l'autre. BFM Business (13/01) annonçait déjà que les "négociations sont entrées dans la phase" où sont associés Free et SFR.
Pour que le rachat de Bouygues par Orange puisse être accepté par l'ADLC ou la Commission Européenne, il faut que des actifs soient vendus.

Selon un source de l"agence : "Les échanges, qui portent principalement sur la rétrocession d'une partie des fréquences, du réseau, des boutiques et de la clientèle de Bouygues Telecom, sont encore à un stade préliminaire mais ils devraient s'accélérer sous peu".
Une autre source déclarant : "Tous les acteurs ont envie d'y arriver. Il y a le sentiment partagé que le train ne va sans doute pas repasser et que c'est probablement la dernière opportunité d'aboutir à une consolidation du marché"

Orange voudrait pouvoir faire une annonce lors de la présentation de ses résultats annuels le 14 février. Stéphane Richard a précisé cette semaine que pour le moment il y avait une chance sur 2 pour que ce lourd projet aboutisse.
avatar
le Mar 19 Jan 2016 - 8:00Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°156

Telecom Italia
Stéphane Richard lors de la présentation de ses vœux à la presse est revenu sur les rumeurs concernant un intérêt d’Orange pour l’opérateur historique italien. Stéphane Richard a d’abord rappelé qu’il ne "discutait pas avec Vincent Bolloré et Xavier Niel", mais que " à moyen terme devenir un des champions européens des télécoms et prendre sa part dans la consolidation, ce qui peut passer par Telecom Italia" (Les Echos, 12/01).
De son côté, le président du CA du groupe italien lui a répondu qu’il n’avait pas de contact avec Orange : "Ce ne sont que des spéculations" (Le Figaro, 13/01).

Ce serait quand même étonnant qu'Orange vienne manger dans les plates-bandes de Vivendi. Une bataille franco-française pour prendre le contrôle d'un opérateur européen serait du plus mauvais effet.

Orange en Afrique
Orange poursuit son développement en Afrique. Il vient d’annoncer l'acquisition de deux filiales de son concurrent indien Airtel au Burkina Faso et en Sierra Leone. Orange réalisera ces opérations en partenariat avec ses filiales en Côte d'ivoire et au Sénégal. Le montant de la transaction pour Orange sera construit sur un multiple de 7,9 fois l'Ebitda de ces deux filiales d'Airtel à la fin de leur exercice annuel au 31 mars 2016.
Orange Côte d’Ivoire va également acquérir Cellcom le deuxième opérateur mobile au Liberia. Orange est présent dans dix-sept pays d’Afrique et deux au Moyen-Orient.



Free Mobile
Selon Le Monde (13/01) : "Selon nos informations, 43 % d’entre eux ont contracté des forfaits à 20 euros et 57 % ont souscrit à l’offre à deux euros par mois".
Au 30 septembre, Free comptait 11,315 millions de clients. Soit 6,450 millions sur un forfait à 0/2€ et 4,865 millions à 16/20€.

Si Free veut que son activité mobile finance ses investissements mobiles (ce qui n'est pas une obligation), il va lui falloir convertir ses clients vers le forfait premium.
avatar
le Mer 20 Jan 2016 - 7:58Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°17

Aprs Free, les autres "gagnants" d'un rachat de Bouygues Telecom par Orange pourraient être les Mvno's. Le quotidien (Les Echos (11/01), est revenu sur ce point. Ceux-ci pourraient bénéficier de conditions d'ouverture au marché plus importantes et permettre ainsi un rebond de ce secteur qui a été "mangé" par l'arrivée de Free Mobile et le développement des forfaits sans engagement à petits prix.

Alors qu’ils représentent moins de 11% du marché résidentiel de la téléphonie en métropole et qu’ils ont aussi subit lourdement le recul du prépayé et l’arrivée de Free Mobile, la crainte est de ne plus avoir que SFR et Orange comme interlocuteurs, ce qui pourrait augmenter leurs tarifs.

La consolidation peut malgré tout offrir une opportunité via les décisions que pourraient prendre les régulateurs afin de laisser des portes ouvertes. C’est par exemple ce qu’a imposé l’Union Européenne en Allemagne ou en Espagne. Mais à moins d’une montée en gamme, l’avenir des Mvno n’est pas rose. Les opérateurs offrent une très large palette d’offres et il n’est pas facile de se distinguer.

Pour rappel (derniers chiffres/estimations connus, les Mvno's sont de vrais cachotiers), CIC Mobile ce serait 1,4 million de clients, Lebara et LycaMobile +/- 2,2 millions, La Poste 1,150 million, Ortel 250 000, Prixtel 120 000, Zéro Forfait 90 000, Budget Telecom 25 000. Pour un total de 7,476 millions décomptés par l’ARCEP à fin septembre 2015.

Orange décompte 750 000 clients Mvno sur son réseau. Au plus fort fin 2011, ils étaient 3,351 millions ! Par choix, Orange laisse complétement filer ! Le plus gros contingent se trouve chez SFR qui ne donne pas de chiffre. Bouygues ne donne pas de chiffres et Free n’en accueille pas.
avatar
le Jeu 21 Jan 2016 - 8:06Hammett
Brèves du sport business et des médias - N° 130

Orange
Stéphane Richard lors de la présentation de ses vœux à la presse a lâché une petite phrase un peu mystérieuse : "La question des droits Sportifs nous amènera à faire des choses ces prochains mois". De quoi s’agit-il ?
A la fin de la saison 2015/2016, Orange cessera la diffusion du championnat de L1 sur mobiles et tablettes. Ces droits étaient les derniers commercialisés par Orange France. En Espagne, Orange et le britannique Vodafone vont débourser à deux 330 millions d'euros pour avoir le droit de retransmettre les matchs de football espagnols dans les bars, les restaurants et d'autres espaces publics.

Coupe du Monde de Foot 2018 et 2022
TF1 et BeIN Sports co-diffuseront les prochaines Coupe du Monde de Football en 2018 (Russie) et 2022 (Qatar). Comme pour la Coupe du Monde 2012, TF1 diffusera les 28 meilleurs matchs et BeIN Sports l’intégralité de la compétition. Et la Coupe du Monde 2022, pouvait difficilement lui échapper. Seule différence par rapport à 2014 ou c’est TF1 qui lui avait revendu les droits, pour 2018 et 2022 c’est directement la FIFA.
TF1 s’est également offert l’intégralité des droits de la Coupe du Monde féminine 2019 qui se déroulera en France et la Coupe des Confédérations 2017 en Russie.
Les montants n’ont pas été précisés.
BeIN Sports diffusera également en intégralité l’Euro 2016. La diffusion de la Coupe du Monde 2014 lui avait permis d’augmenter très sensiblement son nombre d’abonnés.

Principaux droits sur le marché
Chaque début d’année Mediasportif fait le point sur les droits tv du sport qui sont remis sur le marché. Pour 2016, hors les droits de Coupe du Monde de Foot 2018 et 2022 qui viennent de trouver preneur, il y a notamment ces compétitions :

Foot : FA CUP et Carling Cup (Angleterre), Championnat du Portugal. Compétitions diffusés actuellement par BeIN Sports.
Rugby : Tournée d’hiver de l’Equipe de France. France TV. Super Rugby (Super 15) et (Four Nations). Canal+.
Basket : Championnats du Monde et Europe masculin et féminin. Canal+. NBA, BeIN Sports.
Hockey sur Glace : NhL, Canal+.
Athlétisme : Diamond League, BeIN Sports.

Pas de droits Premiums, mais des droits qui permettent de constituer une solide grille des programmes.
avatar
le Lun 25 Jan 2016 - 7:57Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°157

Deezer
Deezer a annoncé avoir levé 100 millions d'euros auprès de ses actionnaires dont Orange et Access Industries, la société de l'homme d'affaires russo-américain Len Blavatnik (propriétaire de Warner Music) se donnant ainsi les moyens d'étendre son offre, après l'échec de son entrée en Bourse l'an dernier ou il avait l’ambition de lever 300 millions d’euros.
Deezer revendique 6 millions d’abonnés payants dont la moitié sont actifs, Spotify 20 millions et Apple Music comptait 6,5 millions à fin octobre 2015.

British Telecom
L’ex British Telecom (BT) va-t-il renaître de ses cendres ? BT vient d’obtenir l’aval des autorités de la concurrence pour racheter définitivement EE (propriété d’Orange et de Deutsche Telekom) pour 16,5 milliards d’euros. BT va pouvoir lancer des offres convergentes mêlant internet fixe et téléphonie mobile. Orange va recevoir un joli chèque de 3,4 milliards de livres (4,5 milliards d'euros), ainsi que 4% de l'opérateur historique britannique.
Ce qui pourrait permettre à Orange de payer Bouygues Telecom sans puiser dans ses réserves. Cela va surtout lui permettre de diminuer mécaniquement la part de ses revenus européens par rapport à ceux réalisés en France ce qui augmente la probabilité que ce rapprochement soit examiné par l’Autorité De La Concurrence française.

Consolidation in UK
Autre mouvement : Telefonica cède l’opérateur britannique O2 pour 13,9 milliards d’euros à Hutchison Whampoa. Déjà propriétaire de Three Mobile, 3e opérateur du Royaume-Uni.
Le marché britannique va passer de 4 à 3 opérateurs, actuellement il était avant ces rachats : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients. Après consolidation, il sera le suivant : O2 + "3" : 30 millions de clients, BT : 27 millions de clients, Vodafone : 19 millions de clients.
avatar
le Mar 26 Jan 2016 - 8:06Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°20

Selon des sources proches du dossier l'éventuel rapprochement entre Orange et Bouygues serait examiné par l'Autorité française de la concurrence. Ce qui pourrait permettre un examen moins strict et surtout plus rapide que celui de l’Union Européenne.

Le choix du régulateur est fonction de la proportion des revenus réalisés par les opérateurs sur le seul marché français par rapport au chiffre d'affaire réalisé en Europe. S'il n'y a aucune interrogation dans le cas de Bouygues Telecom, les revenus d'Orange flirtent avec le seuil des deux-tiers (réalisés en France) fixés par les textes.

La vente des parts d'Orange dans EE, qui sera bouclée fin janvier, permettra à Orange de dépasser de peu ce seuil et ainsi de rester sous la régulation de l'ADLC et de l'ARCEP.

Toutefois, l’Union Européenne devrait garder un œil très attentif sur ce rapprochement. Au final donc les conclusions de l’ADLC ne devraient pas être très éloignés de la jurisprudence de l’Union Européenne (Les Echos, 20/01). Cette dernière étant réputée plus "sensible" aux bénéfices pour le consommateur (BFM, 11/12).
A suivre...
avatar
le Mer 27 Jan 2016 - 8:12Hammett
L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin septembre 2015. Ces statistiques permettent de faire le point sur cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G.

La proportion de la 2G baisse et a beaucoup baissé en 12 mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 6 points sur les douze derniers mois et de 14 sur les 24 derniers mois.
La 3G et la 4G représentent 65,1% avec 46,697 millions de cartes SIM (59% et 42,075 millions à fin T3 2014) du part total en France. La 4G représente 25% du parc total avec 18,452 millions de cartes SIM (11% et 7,786 millions à fin T3 2014).
Par déduction la 2G représente donc 34,9% et 25,062 millions (41,0 % et 29,282 millions à fin T3 2014) du parc des 71,759 millions de cartes SIM Hors M2M. L’année 2016 sera-t-elle l’année où la 4G va passer devant la 2G au nombre de cartes SIM en service ?
Le passage des utilisateurs de la 2G vers la 3G/4G permet de comprendre aussi pourquoi le revenu des opérateurs a quasiment arrêté de baisser et qu’il commence même à reprendre des couleurs.

Récapitulatif de l'ARCEP


avatar
le Jeu 28 Jan 2016 - 7:59Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°21
BFM (26/01) annonce que selon un négociateur : "il y a aujourd’hui environ 80% de chances que l’issue des négociations soit positive, avec l’objectif d’une annonce officielle avant la publication des résultats annuels d’Orange prévue le 16 février". Le 12/01, lors de la présentation de ses vœux à la presse, Stéphane Richard annonçait qu’il y avait 50% de chances.
Toujours selon BFM : "il y a certes des obstacles, mais ils ne pèsent pas grand chose en comparaison des immenses avantages de l'opération, qui fait que tout le monde veut aboutir".

Création de valeurs
Pour Les Echos (26/01) : "Selon nos informations, Orange prévoit ainsi entre 15 et 20 milliards d’euros de création de valeur sur le marché des télécoms, en cas de rapprochement avec Bouygues Telecom. Il faut déduire de cette somme le prix de ce dernier, soit 10 milliards d’euros, la valeur de base sur laquelle sont engagées les discussions (…) Au final, en fonction de la négociation à laquelle tous ces acteurs aboutiront, la création de valeur nette pourrait se chiffrer entre 6 et 8 milliards d’euros pour le secteur des « telcos".

"La création de valeur se fera essentiellement par des synergies de réseaux et des synergies commerciales. La mutualisation des infrastructures, ce sont des synergies gigantesques et ce n’est pas difficile à démontrer".
Comme le note Le Figaro (26/01) : "Au final, Orange pourrait débourser 5 ,5 milliards d'euros, et le solde serait supporté par Free et SFR, soit 2 à 2,5 milliards par opérateur".

Le poids de Bouygues Telecom dans le capital d’Orange serait compris entre 12 et au maximum de 15% : "Après, Bouygues pourra toujours monter un peu plus dans le capital d’Orange en réinvestissant une partie de son cash. Cela serait une très bonne chose pour le cours Orange"

Points en suspens ?
Pour BFM, il reste principalement à régler l’activité entreprise de Bouygues Telecom. Qui pour racheter ce morceau valorisé à 1 milliard. Cela ne peut pas être Orange et SFR car cela renforcerait le poids du duopole. Coriolis a fait une offre. Free pourrait-il s’y coller ?
Autre point et c’est le principal, les 7500 salariés de Bouygues Telecom. Pour BFM : " ils devront être replacés soit chez Orange, soit chez Free ou SFR, en fonction des ventes d’actifs". Pour rappel, Stéphane Richard s’était exprimé sur le sujet lors de son interview à BFM (05/01): "Orange ne s'engagera jamais dans une opération qui ne soit pas socialement irréprochable. (...) Il n'y aura absolument personne au bord de la route, ni du côté de Bouygues Télécom et a fortiori ni du côté des salariés d'Orange".

Enfin sur Twitter, le compte de Sosh indique :
avatar
le Ven 29 Jan 2016 - 7:59Hammett
Brèves du sport business et des médias - N° 131

Rachat de BeIN Sports par Canal+ ou une alliance entre les eux groupes?
Liberation (28/01) relance le sujet : pour "sauver" Canal+, Bolloré pourrait racheter BeIN Sports : "Les discussions, entamées en décembre, ont repris mi-janvier". Propos confirmé par une source proche du dossier : "Les discussions sont en cours depuis plus d'un mois, a affirmé cette source, ajoutant qu'un accord ou un échec devrait être acté fin février ou début mars" (Le Figaro, 28/01).

Accord d'exclusivité
Depuis quelques mois un deal implicite semble avoir été passé entre Bolloré et BeIN Sports : il s’agit de ne plus s’attaquer frontalement sur l’obtention de droits tv, mais depuis la perte de la Premier League par Canal+, Bolloré cherche à passer à la vitesse supérieure et recherche un accord explicite. Celui-ci pourrait passer par un accord de distribution exclusive de BeIn Sports sur CanalSat contre un joli chèque.
Toutefois, cette voie semble compliqué car BeIN Sports est une chaine premium et ne peut pas être diffusée en exclusivité, car Canal+ ne le peut pas avant 2017.

Un "deal" plus global ?
Une autre solution serait carrément le rachat de tout ou partie de BeIn Sports contre une entrée dans Canal+ ou Vivendi.Le prix de BeIN Sports serait de 500 millions. C’est en tout cas ce qu’avancent plusieurs courtiers.
C’est d’abord Natexis début décembre qui indiquait (lui aussi) que le "salut" de Canal+ passerait par un rachat de beIN Sports et une segmentation des offres, avec une offre spécifique pour le sport entre 25 et 35€. Le point mort étant à 30€ et 5,7 millions d’abonnés, soit les chiffres des abonnés de Canal+ actuellement. En échange Al Jazeera deviendrait actionnaire de Canal+ dans le cas d’un rachat de beIN Sports France ou de Vivendi dans le cas du rachat ou d'une alliance avec beIN Sports monde.

Fin janvier, c’est au tour d’Exane/Paribas de soumettre l’idée d’un rachat de BeIN Sports France. Cela permettrait à Canal+ d’acquérir des clients et des droits et au Qatar de limiter les pertes financières en pleine baisse des prix du pétrole et du gaz.Vu les reserves financières du Qatar, la vente de BeIN Sports ne changerait pas beaucoup la donne de ce coté.

Quoi qu'il en soit un rachat de BeIN Sports par Canal+ serait examiné à la loupe par l’Autorité De La Concurrence, celle-ci n’ayant pas que de très bons souvenirs du rachat de TPS par Canal+ en 2007 et ayant rappelé à l’ordre Canal+ en de multiples occasions. Sur le fond, cela ne doit pas empêcher Canal+ à une rénovation de son modèle afin de proposer des offres compétitives. Car un autre concurrent pointe : P.Drahi et Altice.

A suivre…
avatar
le Lun 1 Fév 2016 - 7:55Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°158

Vivendi
Vivendi poursuit sa montée au capital de Telecom Italia et vient de prendre 0,89% du capital pour 134 milions d’euros. Cela porte le total à 21,39% (La Tribune, 15/01). Vivendi a vendu également ce qui lui restait dans Activision pour 1,1 milliard d’euros. En Octobre 2013, Vivendi avait vendu 85 % du capital d’Activision pour 8,2 milliards de dollars puis 5,8 % du capital pour la somme de 850 millions de dollars en mai 2014 (Le Monde, 15/01).

Vivendi et Telecom Italia
Lors d'une audition devant une commission sénatoriale, le représentant de Vivendi - Arnaud de Puyfontaine – a réaffirmé que Vivendi n’agissait pas pour le compte d’un tiers comme Orange : "Nous sommes un investisseur industriel et de long terme, nous sommes en Italie pour réaliser un projet ambitieux en accord avec d'autres actionnaires, parties prenantes et le gouvernement que nous tenons en estime"

Ftth chez Orange
Orange vient d’annoncer avoir atteint le millionième client en Ftth. Orange était à 827 000 clients à fin septembre. Sur 4 mois - et en enlevant la période des fêtes de fin d’année – cela donne une moyenne de 47 200 par mois, soit entre 125 et 126 000 nouveaux clients supplémentaires sur le T4 et donc un total de 953 000 à fin décembre. Ce qui porte le total à 390 000 nouveaux clients sur l’année 2015
A confirmer lors de la publication des résultats du quatrième trimestre.
avatar
le Mar 2 Fév 2016 - 8:00Hammett
Brèves du sport business et des médias - N° 132

Rachat de BeIN Sports par Vivendi ou exclusivité ?
Un source proche a déclaré à la chaine TV Sports Markets (Sportbusiness.com, 29/01) que la discussion porterait sur une reprise en exclusivité de BeIn Sports par CanalSat. Dans le cadre de cet accord Vivendi prendrait une petite part dans BeIn Sports qui ne cherche pas à vendre sa chaine. Si il y a accord celui-ci pourrait prendre des mois avant un éventuel accord de l’Autorité De LA Concurrence.

L’ADLC considère BeIN Sports comme un chaine premium qui ne peut être distribué en exclusivité par CanalSat avant 2017, voir 2022. Il va falloir que l’ADLC revoit l’avis rendu en juillet 2012 concernant le suivi de rachat de TPS par CanalSat.

Pour l’ADLC (injonctions de juillet 2012) , une chaine premium sportive est : "une chaîne diffusant des droits sportifs premium, à savoir les droits de diffusion des matches de Ligue 1 ou des championnats étrangers attractifs ou de la Ligue des champions".

BeIn Sports est une chaine premium et va se poser la question pour la chaine du groupe Altice qui va diffuser le championnat de foot anglais. Et il n'est pas possible de reprendre cette chaine de façon exclusive : "reprendre dans l’offre de CanalSat, ou dans toute offre qui viendrait se substituer ou s’ajouter à celle de CanalSat, sur une base non exclusive, toute chaîne premium indépendante conventionnée en France".

Les injonctions sont prévues pour 5 ans renouvelables (soit 2022): "Sauf disposition contraire, les présentes injonctions sont imposées pour une période de cinq ans à compter de la notification de la décision, renouvelable une fois. Avant le terme de la première période de cinq ans, l’Autorité mènera une nouvelle analyse concurrentielle afin d’examiner la pertinence d’une levée totale ou partielle de ces injonctions. Cette décision, motivée et précédée d’un débat contradictoire avec les parties, sera notifiée à GCP un mois avant l’expiration de cette période.
Les Parties pourront adresser à l’Autorité une demande de levée ou d’adaptation partielle ou totale des présentes injonctions, si les circonstances de droit ou de fait prises en compte à l’occasion de l’examen de l’opération venaient à être modifiées de manière significative au point de remettre en cause l’analyse concurrentielle sur les marchés concernés et donc la nécessité des injonctions
".

Il va falloir que Vivendi soit très convainquant pour démontrer qu'une exclusivité de BeIn Sports permettrait de renforcer la concurrence sur les chaines payantes...Netflix n'est clairement pas un danger dans ce domaine et la future chaine d'Altice/SFR va devoir faire ses preuves avant de venir concurrencer Canal+.
avatar
le Mer 3 Fév 2016 - 7:48Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°159

Consolidation au Royaume-Uni
Alors qu’Orange et Deutsche Telekom ont pu vendre EE à British Telecom, le régulateur britannique a publié une (La Tribune, 01/02) tribune dans le Financial Times dans laquelle il se montre critique sur la fusion entre Three et O2 : "Le groupe combiné contrôlerait plus de quatre connexions mobiles sur dix", et pour l’OFCOM : "L'opération pourrait signifier des prix plus élevés pour les particuliers et les entreprises"
A ce jour, c’est la Commission Européenne qui examine ce projet de fusion et Bruxelles pourrait imposer d'importantes cessions d'actifs (des antennes, des boutiques ou des clients).
O2 est propriété de l’espagnol Telefonica et l’acheteur est le conglomérat hongkongais Hutchinson Whampoa qui est propriétaire de Three. La vente pourrait se réaliser pour 14 milliards d’euros.
Le marché britannique pourrait passer de 4 à 3 opérateurs. Avant consolidation : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients.
Après consolidation, O2 + "3" : 30 millions de clients, BT : 27 millions de clients, Vodafone : 19 millions de clients.

Free chez les anglais ?
C’est dans ce contexte que selon une indiscrétion du Financial Times (Le Figaro, 21/01), Xavier Niel souhaiterait rentrer sur le marché des télécoms britanniques et aurait pris contact avec le régulateur local. De quoi lever le inquiétudes de l'OFCOM ?

A noter que la holding de Xavier Niel a déjà racheté Et est présent sous licence de marque sur l’archipel des Comores et vient de prendre 50% du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice sur l’Ile de la Réunion.
En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Et qu’il vient de se mettre sur le marché pour acquérir 15,1% (et 2 milliards d’euros) du capital (via des options d’achat dépourvues de droits de vote et exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. de Telecom Italia.
Ceci alors qu’il avait échoué à reprendre T-Mobile USA en août 2014 et n’avait pu reprendre une partie de Bouygues Telecom au printemps 2014 et au printemps 2015. Mais le rachat de Bouygues par Orange pourrait le remettre dans le jeu.
avatar
le Mer 3 Fév 2016 - 13:04Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°23
Stéphane Richard est revenu sur le calendrier (Les Echos, 03/02) : "Je suis incapable de donner un calendrier aujourd’hui. De toute façon, on ne peut pas mettre des mois, Donc je ne sais pas si ce sera fin février ou mi mars mais ce sera dans ces eaux là (...)  il est impossible d’aller jusqu’à l’été parce qu’il y a 14 millions de clients chez Bouygues Télécom qui se disent ou est-ce que je vais aller ? Et qu’il y a 7.500 salariés. Donc ce n’est pas possible, je trouverai irresponsable d’aller jusqu’à l’été".
Pareil chez Bouygues Telecom : "C’est un deal compliqué avec beaucoup d’acteurs concernés. Ca prend du temps (...) Mais pas question là non plus de laisser les choses s’éterniser pendant des semaines et des semaines (...) C'est pas facile pour les collaborateurs".
Stéphane Richard estime : "que les discussions sont serrées, mais la tendance reste positive". Il estime toujours que les chances de réalisation de l’opération sont de 50/50 (Le Figaro, 03/02).

Orange présente ses résultats le 16 février et Bouygues le 24 février. Ce sera donc après.
avatar
le Jeu 4 Fév 2016 - 7:47Hammett
L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin septembre 2015.
Ces statistiques permettent de faire le point sur la facture moyenne mensuelle par client (hors taxes).

La facture moyenne (hors taxes)

1/ Le fixe


2/ Le mobile


L’historique de l’évolution de la facture moyenne mensuelle sur le fixe et le mobile (hors taxes)

Alors que jusqu’à présent le développement de la 4G n’avait pas permis d’endiguer la baisse des revenus pour les opérateurs, le T3 semble marquer une augmentation de 3,7% de la facture mobile depuis le T1 2015 et une baisse de 0,6% sur les 12 derniers moisd.
Sur le fixe, après une légère remontée sur le T2, le T3 reprend sa baisse. Depuis fin 2014, c’est une baisse de 1,2%.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum