Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Hammett

Nombre de messages : 2057
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 53
Localisation : Bois-Colombes
10082015
Alors qu’Orange et SFR ont publié leurs résultats du deuxième trimestre, quelques statistiques peuvent être intéressantes à suivre : celle du niveau du taux d’occupation des prises très haut débit, soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Il va de soi que c’est significatif pour les deux plus gros « fibreurs ». Bouygues loue des capacités principalement à SFR et Free n’étant pas vraiment dans la course.  

Depuis plusieurs trimestres, Orange multiplie les efforts afin de convertir ses clients au très haut débit et tente de grignoter son retard sur SFR qui est en pleine restructuration semble lever (un peu) le pied.    

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin juin, ce taux d est de 18,1% pour SFR et de 16,7% pour Orange. A fin décembre 2014, il était de 17,1% pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,210 millions contre 9,119 millions à fin mars et de 9,958 millions à fin juin 2014, soit une baisse de 7,5%. Pourquoi cette baisse ? Un nettoyage lié au rachat de SFR ?
Chez Orange, c’est 4,314 millions de ligne connectables, contre 3,932 millions à fin mars et 3,028 millions à fin juin 2014, soit une augmentation de 42,5 sur un an.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
- Orange
A fin juin sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients. Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 396 000 clients sur le ftth,193 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
- SFR
A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.  

Objectifs de développement
Lors de la présentation de son plan « essentiels 2020 », Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.

Chez SFR, un plan d’action prévoit de desservir 7,7 millions de prises en 2015 puis 12 millions en 2017 et 15 millions en 2020.

Bouygues prévoit 2 millions de prises ftth à fin 2015.

Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012 et 750 000 abonnés (il vient juste de dépaser 100 000 clients ). Depuis, en 2011, Free s’est rapproché d’Orange dans 60 agglomérations et pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même  être "une des surprises de Free en 2015".
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
le Ven 4 Déc 2015 - 13:30menet
A-t'on des chiffres sur le nombre d'abonnés Bouygues FTTH / au nombre d'abonnés FTTLA/HFC sur le réseau NC.
Je suppose qu'ils sont tous considérés comme des abonnés THD !
Mais ils ne sont pas les seuls abonnés THD chez Bouygues ?
Cordialement. Enchanté
avatar
le Ven 4 Déc 2015 - 14:56eanfrid
ZMD ? Zombies of Mass Destruction ? Smile
avatar
le Ven 4 Déc 2015 - 21:35Hammett
Pour le FTTH, c'était 23 000 à fin juin (pas de chiffres publiés à fin septembre) et le total THD 396 000 à fin septembre (398 000 à fin juin).
Donc à fin juin, c'était 375 000 sur le réseau NC.

eanfrid : trop de Walking Dead ? SOS
avatar
le Sam 5 Déc 2015 - 5:02eanfrid
Non, ma question est: que signifie ZMD ? Smile
avatar
le Lun 7 Déc 2015 - 8:00Hammett
Parts de marché sur le Ftth à fin septembre 2015. L'ARCEP compte 1,255 million de clients sur ce segment. Orange a publié des chiffres. SFR/NC compile l’ensemble des technologies très haut débit, Free ne publie pas et Bouygues ne l’a pas fait sur ce trimestre.

La rubrique « Autres » est calculée en prenant le nombre total d’abonnements qui est publié par l’ARCEP, auquel on retranche les chiffres de Bouygues, Free, Orange et SFR/NC. Orange poursuit son avance, grâce à sa force de frappe et quand elle bouhge, la concurrence se contente d'un train de sénateur.

Orange en comptait 827 000, soit 65,9% du total.
SFR en comptait 249 000 avant fusion (09/2014), soit 19,8%.
Free selon une estimation François04 en compterait 130 000, soit 10,4%.
Bouygues au T2 comptait 23 000, soit 1,8%.
Autres il peut aussi y avoir du SFR et du Bouygues. Par déduction, 26 000, soit 2,1%.

Pour rappel, la synthèse pour l'ensemble du très haut débit :
avatar
le Lun 7 Déc 2015 - 21:09Hammett
Selon BFM Orange serait en discussion pour le rachat de Bouygues Telecom, voir TF1 et LCI "L'opérateur historique Orange serait en discussions préliminaires pour racheter son concurrent Bouygues Télécom, d'après Bloomberg ce 7 décembre. Le site d'informations économiques cite des sources proches du dossier selon lesquelles le groupe en serait aux première discussions avec le groupe de médias et de télécommunication Bouygues (...) Dans le cadre de ce deal, "Bouygues pourrait ne garder que son activité de construction, et seulement une part minoritaire dans les médias et les télécoms", avance Bloomberg. (...) Pour le moment, aucune offre n'a été formulée ni aucune décision prise, et les deux entreprises regardent comment elles pourraient se rapprocher sans contrevenir aux règles de la concurrence"

Juste après le rachat de SFr par Altice, le sujet avait déjà été évoqué et depuis c'est un rachat par SFR/C/Altice qui était régulièrement évoqué. A suivre en attendant les démentis...
avatar
le Mer 9 Déc 2015 - 8:00Hammett
Brèves du sport business et des médias - N°125

Droits tv Ligue 1 : Bolloré pour un deal avec beIN Sports ?
Vincent Bolloré s’est exprimé sur la perte des droits tv du foot anglais et pour lui "Il faut que Canal+ s'adapte" car : "C'est sûr que le prix des droits sportifs monte de façon extraordinairement importante partout dans le monde", ajoutant que : "Les équipes ont investi autant qu'il le fallait. Là, il y a clairement quelqu'un qui a mis un prix très supérieur. C'est la vie des entreprises (…) Nous ne sommes pas dans un sprint, nous sommes dans un marathon".

Dans la hiérarchie des droits tv en capacité d’abonnements, la Premier League vient en numéro 3, la Ligue des Champions en numéro 2 et la Ligue 1. Canal+ vient de perdre la numéro 3, a perdu une grosse partie du numéro 2 et partage le numéro 1.

Pour éviter de perdre sa position de numéro 1, ce qui serait une catastrophe industrielle pour Canal+, le blog de Vincent Revel, indique que Bolloré a envisagé un deal et "a d’ores et déjà approché les hauts dirigeants qataris de beIN Sports, en vue d’un « deal » visant à sécuriser des droits vitaux pour la chaine cryptée".

A noter que le prochain contrat des droits tv de la Ligue 1 ne débute que l’année prochaine (saison 2016/2017 à 2020/2021). L’appel d’offre suivant n’a pas été lancé, et sauf événement exceptionnel, il ne le sera pas avant 2018/2019, mais nul doute qu’Altice devrait y participer et pas en spectateur.

Bref, les grandes manœuvres auraient-elles commencées ? Pour le courtier Natexis, le "salut" de Canal+ passe par un rachat de beIN Sports et une segmentation des offres, avec une offre spécifique pour le sport entre 25 et 35€. Le point mort serait à 30€ et 5,7 millions d’abonnés, soit les chiffres des abonnés de Canal+ actuellement. En échange Al Jazeera deviendrait actionnaire de Canal+ dans le cas d’un rachat de beIN Sports France ou de Vivendi dans le cas du rachat de beIN Sports monde.

Comme pour le rachat de Bouygues par Orange, un rachat de beIN Sports par Bolloré serait scruté très attentivement par l'Autorité De La Concurrence. Cette dernière a déjà eu beaucoup de fil à retordre avec la précédente direction de Vivendi/Canal+ afin de lui faire respecter les décisions anti-concurrentielles liées au rachat de TPS par Canal+.
avatar
le Jeu 10 Déc 2015 - 7:47Hammett
Pour rappel, quelques statistiques sur le développement du très haut débit à travers les publications trimestrielles du T3 de SFR et Orange. Sur ce trimestre, Bouygues n’a rien publié sur le Ftth et Free ne publie rien.

Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le taux du nombre de clients/nombre de lignes connectables. A fin septembre, ce taux d est de 18,8% pour SFR (avec les clients seulement tv) et 16,7% sur les clients avec une connexion internet. Ce taux est de 18,0% pour Orange.
A fin décembre 2014, il était de 17,1% (15,2%) pour SFR et 15,5% pour Orange. A fin décembre 2013, il était de 14,9% pour Numericable et 12,4% pour Orange.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 million de client d’ici à la fin de l’année.

Lignes connectables
Chez SFR, le nombre de lignes connectables est de 9,256 millions dont 80% de lignes fibre (à partir de 100Mbit/s et jusqu'à 1 Gbit/s), contre 9,210 millions à fin juin, 9,119 millions à fin mars.
Chez Orange, c’est 4,604 millions de ligne connectables, contre 4,314 millions à fin juin, 3,932 millions à fin mars.

Gains de nouveaux clients ?
Dans la conquête de nouveaux clients, Orange fait mieux que SFR, mais cela reste à un niveau relativement moyen.
Orange
A fin juin sur 107 000, 42 000 étaient des migrations de l’ADSL et 65 000 de nouveaux clients. A fin juin, sur 82 000 nouveaux clients, 43 000 étaient des migrations de l’ADSL et 39 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 75 000 nouveaux clients, 38 000 étaient des migrations et 37 000 de nouveaux clients.
Au total, depuis janvier 2014, Orange a gagné 508 000 clients sur le ftth, 258 000 étaient de «nouveaux » clients, soit 48,7% (48% sur l’année 2014 et 47,7% sur 2015).
SFR
Pas de chiffres pour le T3. A fin juin sur 70 000 nouveaux clients, 64 000 étaient des migrations et 6 000 de nouveaux clients. A fin mars sur 48 000 nouveaux clients, 22 000 étaient des migrations.
avatar
le Ven 11 Déc 2015 - 7:45Hammett
Brèves du sport business et des médias - N°126

Revenus Champion’s League
ObservatoireSportBiz ‏@Obs_Sport_Biz a publié le 19 octobre le tableau des revenus des clubs engagés dans la Champion’s League (saison 2014/2015).
Le PSG termine 3ième, Monaco 5ième et le premier est la Juve.



Liga
La Ligue de Football Professionnel espagnole vient de rendre son verdict concernant les droits audiovisuels pour les trois prochaines saisons de championnat (et de Coupe du Roi), de 2016-2017 à 2018-2019.
Movistar, filiale de l'opérateur téléphonique historique Telefonica, a obtenu le premier choix de chaque journée de championnat en 1re et 2e divisions pour 750 M EUR sur trois ans, dont l'un des deux clasicos Real Madrid-Barça de Liga, a fait savoir la Ligue espagnole dans un communiqué.
Quant à l'opérateur Mediapro, il a décroché pour 1,9 milliard d'euros sur trois ans un lot comprenant huit matches de 1re division à chaque journée et des rencontres de Coupe du Roi.
Orange et le britannique Vodafone vont débourser à deux 330 millions d'euros pour avoir le droit de retransmettre les matchs de football espagnols dans les bars, les restaurants et d'autres espaces publics.

C’est donc un total de 993 millions d’euros pour le moment (il reste quelques lots à distribuer). Pour les droits internationaux, l'objectif est d'atteindre 636 millions d'euros annuels pour la prochaine période (2016-2019). Un total de 1,629 milliard à ce jour. Le précédent contrat totalisait 1,261 milliard. C’est moitié moins des 3,3 milliards de droits nationaux et internationaux de la Premier League anglaise.

En France, c'est beIN Sports qui vient d'obtenir ces droits pour 3 ans et il devrait payer 33 millions par saison.
avatar
le Lun 14 Déc 2015 - 7:51Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°151

Noyeux Joel quand même
Orange ne va pas y couper et va devoir payer une forte amende pour abus de position dominante sur le marché des entreprises. Cette amende pourrait atteindre 500 millions d’euros. Cela fait suite à une plainte auprès de l’Autorité De La Concurrence de SFR, Bouygues et Colt déposée en 2008.
Pour Orange "il s’agit d’un contentieux ancien, portant sur des pratiques ayant commencé en 2002 et faisant suite à deux plaintes déposées par des concurrents en 2008 et 2010. Ce contentieux fait l’objet d’informations détaillées dans notre documentation de référence depuis 2009 et régulièrement actualisées. Orange s’est engagé dans un processus de coopération avec l’Autorité de la Concurrence, qui nous permet de considérer qu’il ne sera pas nécessaire de passer des provisions complémentaires sur ce sujet." Bref coopération pour une diminution…
Le conflit entre Orange et Bouygues s’est soldé en 2014, lors de la tentative de rachat de SFR par Bouygues. Bouygues Telecom et Orange étaient parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. (Le Figaro (02/12).
Une fois l’avis de l’ADLC publié, SFR et Colt pourront attaquer Orange devant le Tribunal de Commerce et réclamer des indemnités.

La bataille d’Italie
Le quotidien Les Echos (édition papier du 10/12) fait le point sur l’actionnariat de Télécom Italia alors qu’une réunion du Conseil d’Administration va donner sa réponse à la demande de Vivendi d’obtenir 4 représentants dans un CA qui passerait de 14 à 17 membres.


avatar
le Mar 15 Déc 2015 - 7:56Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°4
Que donnerait le rachat de Bouygues par Orange sur le fixe et le mobile avec les chiffres publiés à fin septembre avant une très probable régulation de l'Union Européenne ? Et même si l'on sait qu'en terme de fusion 1+1 ne fait pas forcément deux.

Le nouvel ensemble serait légèrement au-dessus des 50% de parts de marché sur le mobile et sur le fixe et largement au dessus sur les forfaits avec 53,8% du marché et en terme de chiffre d’affaire avec 60,3% (en prenant SFR et Free uniquement). Sur le Très haut débit, SFR serait encore devant, mais en voie d’être sérieusement challengé, mais ORange aurait un réseau disparate avec des clients sur le réseau Numéricable.

Et ceci alors qu’Orange va être condamné pour abus de position dominante sur le segment entreprise entre 2002 et 2008. Nul doute que l’ADLC et l’UE fixeraient des règles assez strictes afin de maintenir le marché ouvert. Et là forcément cela passera par "au minimum" la vente d’une partie du réseau à Free d’autant que la fin de l’itinérance se profile pour fin 2017 et une revente des clients entreprise Bouygues à un concurrent.
Le rachat de Bouygues par Orange va forcément passer par un "Yalta" des télécoms.


Sources : communiqué des opérateurs et chiffres ARCEP.
avatar
le Jeu 17 Déc 2015 - 7:55Hammett
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°6
Les annonces de rachat de Bouygues par Orange s’effectuent alors que l’Europe est traversée par un mouvement de consolidation du secteur. Orange est régulièrement annoncé comme un acteur possible au rachat de quelques opérateurs n’ayant pas la taille critique pour s’imposer sur le marché européen.
Trois opérateurs sont régulièrement cités comme cibles potentielles : l’italien Telecom Italia, le néerlandais KPN et le belge Belgacom. Le premier est la cible de Vivendi et KPN intéresse P.Drahi.
Entre 2012 et 2015, on a assisté à une quinzaine d’opérations de fusion-acquisition, a calculé Business Monitor.

Consolidation en Europe
Le quotidien Les Echos du 18/09 a publié une carte sur le mouvement de consolidation en Europe


Le dernier en date et qui a été retoqué par la Commission Européenne est le projet de fusion au Danemark entre le suédois TeliaSonera et le norvégien Telenor. La fusion était difficilement tenable, car le Danemark se serait retrouvé avec deux opérateurs, contrôlant environ 40 % du marché chacun (Les Echos, 17/09).

Le point de vue de l’Union Européenne
Margrethe Vestager ,la Commissaire Européenne est assez dubitative sur ces mouvements de concentration : "Les opérateurs disent que s'ils ne peuvent pas fusionner avec leurs concurrents dans un pays, ils ne pourront pas investir suffisamment. J'ai souvent entendu ce discours, mais je n'en ai jamais eu la preuve." Pour elle, "il y a de nombreux exemples où une consolidation excessive débouche sur une moindre concurrence, un renchérissement des factures payées par les consommateurs et une moindre innovation". (La Tribune, 19/06).

Si Orange rachète Bouygues Telecom, il va falloir que le dossier soit béton avant de passer devant les instances de la Commission Européenne. Vu la taille du projet, c’est elle qui devrait définitivement trancher.
avatar
le Ven 18 Déc 2015 - 8:13Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°152

Télécom Italia
Vincent Bolloré vient de passer une étape important pour la prise en main de Telecom Italia suite à l’assemblée générale des actionnaires qui s’est tenue le 15/12.
Pour résumé, Vivendi qui détient 20,53% du capital demandait que la Conseil d’Administration passe de 13 à 17 membres et que Vivendi détienne sièges. D’autre part, une résolution qui aurait dilué les parts de Vivendi n’a pas été approuvée.

La prochaine étape va être de prendre le contrôle opérationnel de l’opérateur historique italien et d’y renforcer sa présence. A plus long terme, il s’agit peut-être de vendre la filiale brésilienne afin de rendre plus attractif Telecom Italia et de le vendre à Orange en échange d’une forte participation.

Vivendi n’est pas le seul français. Xavier Niel est lui  aussi propriétaire d’options d’achat (dépourvues de droits de vote) exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. JP Morgan a aussi pris 4,5 % du groupe et dispose d’options pour monter à 10,1 %,la part de la Caisse des dépôts et consignations, qui a doublé en quelques jours de 0,7 à 1,42 %.

Les spéculations vont bon train : que compte faire Xavier Niel et la banque d’affaire ? Pures spéculations financières en s’offrant au plus cher ou investissements industriels (Les Echos, 15/12) ?
avatar
le Lun 21 Déc 2015 - 8:08Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°153

Lourde amende pour Orange
Orange n’y a pas coupé et s’est vu infligée une amende de 350 millions d’euros par l’Autorité De La Concurrence pour pratique anti-concurrentielle sur le marché des entreprises entre 2002 et 2010. L’ADLC donne 18 mois à Orange pour changes ses pratiques et donne à l’ARCEP le soin de contrôler ces changements. Orange ne va pas faire appel de cet avis.

Cet avis de l’ADLC fait suite à une plainte auprès de l’Autorité De La Concurrence de SFR, Bouygues et Colt déposée en 2008. Le conflit entre Orange et Bouygues s’est soldé en 2014, lors de la tentative de rachat de SFR par Bouygues. Bouygues Telecom et Orange étaient parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. (Le Figaro (02/12).

SFR et Colt vont pouvoir attaquer Orange devant le Tribunal de Commerce et réclamer des indemnités. Il y a quelques jours, il était évoqué une somme de 500 millions d’euros comme possible amende. Avec 350 millions Orange s’en sort « bien » et assure que cela sera sans conséquences sur ces comptes, la somme étant provisionnée depuis des années.

Sur le fixe Orange détiendrait 70% du marché et sur le mobile ce serait 50%.

Xavier Niel
Le trublion historique des télécoms s’est (enfin) exprimé sur ses intentions concernant Telecom Italia. Il déclare dans un quotidien italien : "Il faut donner (à Telecom Italia) la capacité d'investir pour se développer à la fois dans la fibre optique et les réseaux mobiles 4G afin de générer de plus hauts revenus tout en maintenant des tarifs bas" Il se définit comme investisseur industriel, mais il n’a rien dit sur ce qu’il comptait faire de ses options. Il déclare également n’agir ni pour Bolloré ni pour Orange.
Bref des idées, manque juste d’être majoritaire dans Telecom Italia.
avatar
L’Autorité De La Concurrence ne s’était encore pas exprimé sur un possible rachat de Bouygues Telecom par Orange. C’est chose faite via Bruno Lasserre son président lors d’une interview à France Info (17/12): "Soyons clairs. Pour la concurrence, quatre opérateurs, c’est mieux que trois. Qui pourrait dire le contraire ? Et qui pourrait nier le rôle de Free qui a sérieusement animé un marché insuffisamment concurrentiel au départ ? (...) Mais faut-il avoir la religion de quatre et dire que la concurrence est uniquement une affaire de nombres ? Certainement pas (...) Il faut avoir un équilibre dynamique dans lequel rien n’est jamais acquis et certains opérateurs veulent bousculer l’ordre établi.".

Bref, pas contre, mais le dossier devra être ficelé, même si c’est un dossier qui devrait lui échapper et revenir à l’Union Européenne vu la taille d’Orange. L’ARCEP ne s’est pas exprimé, mais devrait être sur les mêmes positions que l’Autorité De La Concurrence.

Pour rappel, un récapitulatif des parts de marché à fin T3 en fusionnant Orange et Bouygues sur le fixe, le Ftth, le mobile, les forfaits et le chiffre d’affaire.
Le quotidien Les Echos, annonce que les discussions vont continuer pendant les fêtes de fin d’année. Pour une éventuelle annonce début 2016. Le gros problème à régler étant de ficeler un projet qui fasse sens industriellement et ne fausse pas la concurrence, afin de passer les obstacles des différents régulateurs.

Sources : communiqué des opérateurs et chiffres ARCEP.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum